Navigation – Plan du site
Hors dossier

Malaise dans la colonisation. Pour une clinique de la délinquance juvénile en pays kanak

Umberto Cugola
p. 221-238

Résumés

Depuis plusieurs années maintenant, la Nouvelle-Calédonie s’alarme sur un mal-être de sa jeunesse : suicide, addictions, conduites à risques… et la délinquance juvénile, qui est le phénomène du moment au regard de l’actualité locale. Elle touche principalement les Kanak, ceux des tribus proches de Nouméa, ceux des quartiers de la ville aussi, mais pas que. Le phénomène met en difficulté le sens commun quand il tente de comprendre ce type de comportement. Car l’opinion publique tend à jeter l’opprobre sur une jeunesse qui en plus d’être en difficulté se voit chargée d’une responsabilité pleine et entière de ses actes. Or, s’il existe une justice des mineurs, c’est bien parce qu’une part de cette responsabilité est tout autant celle de la famille et, avec elle, de la société. Nous développerons dans cette contribution l’idée que la délinquance juvénile en pays kanak est le symptôme d’une société calédonienne elle-même souffrante. C’est en quoi une clinique du sujet est à mener en lien étroit à une clinique du social pour écarter les évidences que donnent à voir le phénomène.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Avant-propos
Bref retour sur l’événement
Quelle approche de la délinquance juvénile en question ?
Clinique et décentrement épistémologique
La délinquance au miroir d’une clinique du Sujet et d’une clinique du Social
Du Sujet au Social : modélisation
L’enveloppe précoce du sujet dans sa famille
L’enveloppe culturelle du Sujet et sa famille
L’enveloppe culturelle kanak et l’enveloppe sociale de la modernité
La force du Marché : socialité primaire et socialité secondaire
La figure du Père, les grands récits et l’atomisation du collectif
Domination, aliénation et déviance
En guise de conclusion

Aperçu du début du texte

Avant-propos

Dans une contribution où l’écriture est académique, il n’est jamais aisé d’oser dire « je ». Pourtant, dans cet avant-propos, en quelques lignes seulement, je vais signifier l’intérêt que je porte à la délinquance juvénile en pays kanak. La prétention que j’ai d’éclairer cet objet d’une connaissance ne doit pas faire l’économie d’une description de mon positionnement subjectif, aussi bref fut-il. Je m’en expliquerai plus loin. Étant moi-même coutumièrement enraciné dans le monde kanak – les tribus de La Conception et de Saint-Louis proches de Nouméa –, un mouvement partagé entre contingence et nécessité m’a propulsé loin des miens dans un exil qui est peut être avant tout intérieur. Mais si le cœur s’éloigne de ce qui est loin des yeux dans la passion amoureuse, c’est plus difficilement le cas quand on se détache de ses racines, tant il est impensable de mourir à ce qui nous a construit. Kanaky-Nouvelle-Calédonie peu importe ton nom, tes enfants t’aiment d’un amour jalou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Umberto Cugola, « Malaise dans la colonisation. Pour une clinique de la délinquance juvénile en pays kanak », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 221-238.

Référence électronique

Umberto Cugola, « Malaise dans la colonisation. Pour une clinique de la délinquance juvénile en pays kanak », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7724 ; DOI : 10.4000/jso.7724

Haut de page

Auteur

Umberto Cugola

Éducateur spécialisé, cadre pédagogique à l’ifrass (enseignement en socio-anthropologie autour des objets métiers du travail social) et missionné sur des partenariats de recherche avec le département des Sciences de l’éducation de l’Université Toulouse II, et sur un projet européen de recherche Cap sur l’inclusion scolaire
ucugola@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page