Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Lost passports? Disconnection and immobility in the rural and urban Solomon Islands

Passeports perdus ? Déconnection et immobilité en milieu rural et urbain aux îles Salomon
Debra McDougall
p. 63-76

Résumés

Les anthropologues ont documenté les intenses liens inter-îles qui existent entre la vie rurale et la vie urbaine en Mélanésie aujourd’hui. Tout en explorant les dilemmes causés par la mobilité et l’appartenance aux îles Salomon, cet article met l’accent sur l’anxiété associée au rétrécissement de ces réseaux, anxiété qui s’exprime à travers différentes blagues et plaintes à propos de la « perte du passeport ». En utilisant des entretiens et des mémoires publiées, l’article suit les histoires de deux familles de Malaita qui ont migré pour des raisons économiques vers la fin des années cinquante. La première a suivi le chemin souvent emprunté vers les Salomon occidentales pour y travailler sur une plantation de coprah ; l’autre s’est dirigée vers la capitale Honiara qui se développait rapidement après la Deuxième Guerre mondiale. Sur fond de tensions ethniques (1998-2003), ces histoires soulignent l’importance du maintien des liens avec la terre ancestrale, mais aussi l’érosion de ces réseaux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Lost passports
Thwarted mobility: history of Solomon Islands migration
Case 1: Becoming citizens of Ranongga
Case 2: Maintaining connections home in Honiara
Conclusion: Fraught returns and urban futures

Aperçu du début du texte

As colonial outposts have become indigenous cities in Melanesia, anthropologists have documented the interpenetration of urban and rural life worlds. Writing of Vanuatu, for example, Lamont Lindstrom describes the frequent movement of people and resources between a village on Tanna Island and the capital city, Port Vila. Urban residents live “trans-island” lives (2012: 2) as they:

“maintain deep and enduring ties with home villages, and they still organize and identify themselves according to these original villages and islands.” (2011: 257)

Similarly, writing of Port Moresby in Papua New Guinea, Michael Goddard describes Melanesian urbanity as “bilocal”, suggesting that:

“[a] constant movement between town and ‘village’ marks the hybridity of png societies, in contrast with the putative dichotomy of a modern urban society and a traditional rural society, or alternatively the rural-urban continuum” (2010a: 11)

Ben Burt calls our attention to the same phenomenon in Solomon Islands capit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Debra McDougall, « Lost passports? Disconnection and immobility in the rural and urban Solomon Islands », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 63-76.

Référence électronique

Debra McDougall, « Lost passports? Disconnection and immobility in the rural and urban Solomon Islands », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 22 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7764 ; DOI : 10.4000/jso.7764

Haut de page

Auteur

Debra McDougall

University of Melbourne
debra.mcdougall@uwa.edu.au

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page