Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Getting comfortable: gender, class and belonging in the ‘new’ Port Moresby

Se mettre à l’aise : genres, classes et appartenance dans le nouveau Port Moresby
Ceridwen Spark
p. 147-158

Résumés

Port-Moresby est régulièrement présentée comme un endroit dangereux pour les femmes. Même si certaines bénéficient plus que d’autres des transformations récentes qui ont eu lieu en ville, les développements en ville favorisent l’essor de nouveaux espaces urbains dans une ville qui restreint le mouvement des femmes. Dans cet article, j’explore l’idée de la géographe féministe Linda McDowell suivant laquelle la ville est un espace où la femme active et indépendante peut s’épanouir. En recourant à des groupes de discussions, des mèls et des photos envoyés par des femmes éduquées de la classe moyenne de Port-Moresby, je montre que les nouveaux espaces urbains sont des lieux paradoxaux, si ce n’est de libération. L’article montre à quel point les femmes de la ville sont contrôlées et comment les femmes de la classe moyenne peuvent obtenir un certain degré d’autonomie. Cependant, comme le montre Radice, les femmes doivent constamment renégocier l’impression de confort qu’elle acquièrent avec d’autres, y compris avec les gens dont la vie est moins confortable que la leur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Coming Out
“No longer the sleepy hollow”
Research Approach and Methods
Going raun raun: Young women’s perspectives on ‘the new Moresby’
Looking the part: well-dressed raskols and the importance of “proper footwear”
“It’s a status thing to have your own car”
“Feeling safe and free”
Conclusion

Aperçu du début du texte

Coming Out

“I think there is a lot more of us out there because there are more places where you can meet up and be more comfortable.” (Jo, aged 33, administrative assistant, Port Moresby, 2015)

In 2007, I interviewed young women living in towns in Papua New Guinea. The majority had been educated overseas, whether during their secondary school years or while at university (Spark, 2010 and 2011). One of those I spoke with was Jo, from whom the above quotation comes. In August 2015, during a visit to Port Moresby, I again spoke with Jo and three of the other educated women who participated in the original research. In a private room at the top of the Grand Papua Hotel, we talked about life in Port Moresby, including the women’s experiences of the city’s emerging spaces and places.

This conversation makes clear that it is no longer possible to represent Moresby as a place that is only ever hostile to women. International media representations of Moresby as ‘the most dangerous city in the ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ceridwen Spark, « Getting comfortable: gender, class and belonging in the ‘new’ Port Moresby », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 147-158.

Référence électronique

Ceridwen Spark, « Getting comfortable: gender, class and belonging in the ‘new’ Port Moresby », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7772 ; DOI : 10.4000/jso.7772

Haut de page

Auteur

Ceridwen Spark

rmit University, Melbourne, Australia (Global, Urban and Social Studies)
ceridwen.spark@rmit.edu.au

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page