Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Partage à la demande et clôtures : Quelques aspects des nouvelles maisonnées de Port-Vila

Demand-sharing and fences: Aspects of the new Port Vila household
Knut Rio
Traduction de Christine Jourdan
p. 91-104
Cet article est une traduction de :
Demand-sharing and fences: Aspects of the new Port Vila household

Résumés

Cet article discute certains aspects de la vie urbaine dans la capitale du Vanuatu. Lors de mes dernières recherches de terrain (2010 et 2014), j’ai étudié l’économie des maisonnées et l’organisation sociale des quartiers informels existant autour de la ville de Port-Vila. Je présente ici un aspect particulier de ces quartiers et mets à l’épreuve le débat établi sur la réciprocité mélanésienne, soit le partage à la demande et le don. Dans le cas qui m’intéresse, les résidents de nombreuses maisonnées installent un petit magasin où les membres de la famille et les amis du voisinage peuvent acheter les articles ménagers dont ils ont besoin. Comme la maison elle-même, ce petit magasin est clôturé et fermé, non par peur du vol, mais comme moyen de protection contre le partage à la demande agressif et la convoitise. Je défends l’idée que les gens de Port-Vila ont recours à ces magasins pour protéger la valeur du partage de la famille et des voisins toujours plus envahissants

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Magasin domestique et construction de clôtures dans les quartiers d’habitat informels
Le partage à la demande s’apparente à la générosité et non à l’échange
La maisonnée urbaine comme unité de partage à la demande
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les quartiers de Port-Vila (Vanuatu) sont devenus d’intéressants lieux d’expérimentation de nouvelles formes de socialité mélanésienne. Leurs formes s’adaptent constamment aux défis auxquels les ni-Vanuatu font face lors du passage de la vie rurale à la vie urbaine. Ici, les gens vivent dans des quartiers très peuplés, non seulement en cohabitation avec des gens auxquels ils seraient liés par des relations d’évitement au village, telles que relations entre affins et entre sœurs et frères, mais aussi relations avec des gens originaires d’autres endroits, parlant d’autres langues et respectant d’autres façons de vivre (patrilinéarité/matrilinéarité, autres règles de mariage, autres formes de magie ou de sorcellerie, etc.). Comme les auteurs de l’introduction de ce volume l’indiquent, les gens du Vanuatu n’ont qu’une expérience relativement récente de la vie urbaine ; pour la plupart d’entre eux, l’indépendance (1980) fut le point de rupture le plus important. Jusqu’alors, les gens des...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Knut Rio, « Partage à la demande et clôtures : Quelques aspects des nouvelles maisonnées de Port-Vila », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 91-104.

Référence électronique

Knut Rio, « Partage à la demande et clôtures : Quelques aspects des nouvelles maisonnées de Port-Vila », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 20 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7780 ; DOI : 10.4000/jso.7780

Haut de page

Auteur

Knut Rio

Université de Bergen Knut.Rio@uib.no

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page