Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Haosgel : Parenté, classes sociales et transformations urbaines à Honiara, îles Salomon

Haosgel: Kinship, class and urban transformations
Christine Jourdan
Traduction de Christine Jourdan
p. 131-146
Cet article est une traduction de :
Haosgel: Kinship, class and urban transformations

Résumés

À Honiara, capitale des îles Salomon, les maisonnées de la classe moyenne comportent souvent des jeunes filles qui viennent des zones rurales pour y travailler comme domestique (haosgel en pjin des Salomon). À partir de données recueillies pendant les quinze dernières années et, plus récemment, en 2015, cet article explore ce que c’est qu’être une haosgel à Honiara. Il met l’accent sur des aspects centraux de la vie de ces jeunes femmes : le pouvoir et la transformation des relations de parenté ; le rapport entre la vie urbaine et la domesticité et l’exploitation de leur travail par leur parenté. Soutenant l’idée que la présence des haosgel contribue au développement de la classe moyenne urbaine, j’analyse la façon dont ces jeunes femmes vivent cette situation complexe qui permet à leur famille urbaine, généralement mieux nantie financièrement que leur parents, de jouer sur les liens de parenté tout en agissant comme patrons.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Parenté et fosterage
Vie en ville, relations familiales et différentiation sociale
Haosgel ?
Participer à la vie urbaine
Statut et argent
Parenté et classe sociale
Conclusion

Aperçu du début du texte

Dans de nombreux foyers d’Honiara, qu’ils soient expatriés ou non, on trouve de jeunes employées de maison. Elles sont connues sous le vocable de haosgel que je traduis ici par « bonne » ou « domestique ». Ce mot est apparu en pijin, la lingua franca des îles Salomon, pendant la période coloniale. À l’origine, il s’appliquait aux salomonaises employées comme domestiques dans les foyers des britanniques ou autres expatriés où elles travaillaient souvent aux côtés du jardinier et du cuisinier. La bonne recevait un salaire et parfois le gîte et le couvert. Il n’existait aucun lien de parenté entre employeurs et employée. Les salomonaises, qui en général trouvent le travail domestique valorisant, n’hésitaient pas à s’engager comme domestiques afin de gagner leur vie. Les pressions économiques et sociales étant toujours plus importantes aux îles Salomon, les gens ont besoin de trouver du travail salarié. Cela s’accompagne d’un fossé toujours grandissant entre les nantis des classes moyen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Jourdan, « Haosgel : Parenté, classes sociales et transformations urbaines à Honiara, îles Salomon », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 131-146.

Référence électronique

Christine Jourdan, « Haosgel : Parenté, classes sociales et transformations urbaines à Honiara, îles Salomon », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7787 ; DOI : 10.4000/jso.7787

Haut de page

Auteur

Christine Jourdan

Professor, Department of Sociology and Anthropology, Concordia University, Montréal, Canada Christine.Jourdan@concordia.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page