Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Le reggae, remède contre la marginalisation ? Construction de la jeunesse urbaine à travers la musique (Port-Vila)

Is Music a “Safe Place”? The Creative and Reactive Construction of Urban Youth through Reggae Music (Port Vila, Vanuatu)
Monika Stern
Traduction de Monika Stern
p. 117-130
Cet article est une traduction de :
Is Music a “Safe Place”? The Creative and Reactive Construction of Urban Youth through Reggae Music (Port Vila, Vanuatu)

Résumés

Une urbanisation et un développement industriel rapides de Port-Vila, capitale du Vanuatu, ont fait émerger certaines formes de pauvreté et de fragilité sociale. Ces changements se reflètent dans les pratiques musicales urbaines, devenues essentielles dans la vie de nombreux jeunes. Ils utilisent la musique pour faire face à leur propre marginalisation. Plusieurs associations procurent l’accès facile à des instruments, à des cours et à des studios de répétition. La musique comporte des aspects éducatifs et est un moyen de socialisation au-delà des frontières sociales et culturelles. Elle créé des liens entre les musiciens, qui enrichissent ou remplacent d’anciens liens communautaires et de parenté. Enfin, la musique offre la possibilité d’une expression publique, de revendications pacifiques, de rêves de liberté, etc. Étudier ces rôles musicaux comme une forme d’action de la jeunesse peut éclairer de nombreux aspects de la vie de ces jeunes dans la ville de Port-Vila d’aujourd’hui.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La scène musicale urbaine de Port-Vila est essentiellement masculine.
La musique comme échappatoire ?
La vie des jeunes dans les quartiers et leur marginalisation
La musique comme « refuge »
Construction de nouvelles « communautés » : des réseaux
Création de réseaux des musiciens
Institutionnalisations : les festivals de musique, studios et associations
La musique comme voix politique de la jeunesse
Les musiciens contre le « système »
La musique comme outil de révolution pacifique ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

« […] comment la musique populaire est-elle connectée aux villes […] ? Et en quoi la musique peut-elle être perçue comme l’incarnation même de l’âme de la ville ? » (Cohen, 2007 : 1)

Depuis plus d’une dizaine d’années, la croissance économique et industrielle de Port-Vila a accentué l’écart entre la capitale et les autres régions de l’archipel du Vanuatu. La ville continue à attirer les jeunes, même si c’est au sein de ses quelques 45 000 habitants que les inégalités économiques et les signes de pauvreté sont les plus flagrants (Simeoni, 2009 : 290). Les habitants de la capitale sont majoritairement des Mélanésiens ni-Vanuatu, moins de 10 % de la population est d’origine étrangère (vnso, 2009 : 27). Cependant, la majeure partie des investissements du secteur privé est entre les mains de ces derniers. Depuis plus d’une dizaine d’années, avec l’émergence d’une certaine classe moyenne locale, des ni-Vanuatu se lancent néanmoins dans des projets d’entreprise privée.

Les innovations tech...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monika Stern, « Le reggae, remède contre la marginalisation ? Construction de la jeunesse urbaine à travers la musique (Port-Vila) », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 117-130.

Référence électronique

Monika Stern, « Le reggae, remède contre la marginalisation ? Construction de la jeunesse urbaine à travers la musique (Port-Vila) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7803 ; DOI : 10.4000/jso.7803

Haut de page

Auteur

Monika Stern

amu, cnrs, ehess, credo, Marseille, France monika.stern@pacific-credo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page