Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Migration, urbanisation et émergence des transgenres wallisiennes dans la ville de Nouméa

Migration, urbanization and increasing of Wallisian transgenders in Nouméa city
Maroua Marmouch
p. 185-194

Résumés

Depuis quelques décennies, à Nouméa, chef-lieu de la collectivité d’outre-mer française de Nouvelle-Calédonie, les transgenres (hommes pour femmes) d’origine wallisienne ont acquis une visibilité croissante. La plupart d’entre elles affichent une performance de genre permanente, à travers l’habillement et le maquillage, et sont réputées s’adonner à la prostitution (tai’ata). Dans l’île d’origine, Wallis-et-Futuna, leurs consœurs fakafafine (les transgenres locales) restent en revanche discrètes dans leur performance de genre et le tai’ata y est inconnu. Il s’agit dans cet article de décrire et de comprendre dans une perspective historique le phénomène des transgenres wallisiennes à Nouméa, et son rapport aux mutations urbaines, afin d’expliquer les raisons de leur visibilité croissante. Cet article suggère qu’elle est liée aux transformations démographiques, sociales et économiques survenues à partir des années 1970 dans la ville de Nouméa.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Espaces urbains et émergence des transgenres dans la ville
Nouvelles mutations urbaines et impact sur la « performance » transgenre
Rapport avec la famille et réseaux sociaux transgenres dans la ville
Recherche de la « féminité » moderne et résistance à la marginalisation
Conclusion

Aperçu du début du texte

Aujourd’hui, à Nouméa, chef-lieu de la Nouvelle-Calédonie (collectivité d’outremer française), on croise régulièrement des personnes nées biologiquement hommes qui s’identifient comme appartenant au genre féminin. Les pratiques et les catégories que nous cherchons à comprendre ici, désignées comme « efféminées », « travesties » ou « trans », seront appelées « transgenres », bien que ce soit un terme débattu, de la même manière que « homosexuel », « gay », « lesbienne ». Ce terme désigne l’ensemble des personnes nées de sexe masculin mais qui se définissent comme étant de genre féminin et parlent d’elles-mêmes au féminin, qu’elles aient ou non changé physiquement de sexe.

La plupart de ces transgenres sont issues de familles immigrantes d’origine wallisienne ou futunienne, arrivées en Nouvelle-Calédonie depuis les années 1950-1960. La plupart d’entre ellesvivent quotidiennement sous une apparence féminine (jupes ou robes, maquillage, talons aiguilles…) ; d’autres affichent une fémini...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maroua Marmouch, « Migration, urbanisation et émergence des transgenres wallisiennes dans la ville de Nouméa », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 185-194.

Référence électronique

Maroua Marmouch, « Migration, urbanisation et émergence des transgenres wallisiennes dans la ville de Nouméa », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7822 ; DOI : 10.4000/jso.7822

Haut de page

Auteur

Maroua Marmouch

Docteur en Anthropologie sociale, ehess-credo, 2015
marmouch.maroua@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page