Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Mobile telephones as public sphere in peri-urban Papua New Guinea

Téléphones mobiles, un domaine public dans la Papouasie Nouvelle-Guinée péri-urbaine
David Lipset
p. 195-208

Résumés

Dans les villes de Papouasie Nouvelle-Guinée, l’utilisation du téléphone portable et l’opinion que les gens en ont peuvent être compris comme une sorte d’espace social habermassien, même s’il s’agit d’un espace et d’un discours moral typiquement mélanesien. Autrement dit, la notion de « public » n’est ici pas très différente de ce qu’est l’État ou le domaine privé. En png, les citoyens utilisent le téléphone portable non seulement pour critiquer la légitimité de l’État postcolonial, mais aussi pour se plaindre des manquements moraux de la nation. Ce faisant, ils passent aussi des appels pour des raisons légitimes, raisons qui leur permettent d’atteindre des buts précis, en affirmant des valeurs précises, anciennes ou nouvelles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

A contradictory polity
Wewak, a provincial town
Peri-urban Wewak
Peri-urban Murik in Wewak
Mobile phones as public sphere
Mobile telephony in a peri-urban, Murik household (August 2011)
Bonowai’s Homecoming
A Crash
Conclusion: a public sphere in peri-urban png

Aperçu du début du texte

Habermas (1991) argued that a “bourgeois public sphere” emerged along with the rise of “network institutions” like newspapers, town squares and coffeehouses in early, modern cities in Britain and France. In this era, unofficial, middle-class voices, in criticism of the failures and shortcomings of state authority, began to assert and advocate “public opinion” by which they sought to compel political change. In this article, I want to suggest that attitudes about and uses of mobile phones in urban Papua New Guinea (png) may be construed as a kind of a public sphere, albeit one whose moral space and discourse is characteristically Melanesian. That is to say, the notion of “public” is not sharply differentiated either from the state or the private domain. If the Habermasian “public sphere” pitted the voices of European society against the state, in png, the citizenry discuss the uses to which mobile phones are put not to only criticize the legitimacy of their postcolonial state, but al...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Lipset, « Mobile telephones as public sphere in peri-urban Papua New Guinea », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 195-208.

Référence électronique

David Lipset, « Mobile telephones as public sphere in peri-urban Papua New Guinea », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 25 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7835 ; DOI : 10.4000/jso.7835

Haut de page

Auteur

David Lipset

University of Minnesota
lipse001@umn.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page