Navigation – Plan du site
Hors dossier

Les échos du passé. Enquête sur les débuts du Palika à Koné (Nouvelle-Calédonie, années 1970)

Benoît Trépied
p. 239-252

Résumés

Dans les années 1970, la revendication d’indépendance kanak en Nouvelle-Calédonie a été portée par de nombreuses organisations partisanes, dont les principales étaient l’Union calédonienne et le Parti de libération kanak (Palika). En prenant appui sur une enquête ethnographique menée dans la commune rurale de Koné, cet article examine les logiques politiques et sociales de la différenciation entre ces deux partis. Au-delà des contextes historiques et des référents idéologiques et stratégiques distincts, l’implantation pratique du Palika à Koné reposait sur des clivages générationnels et territoriaux spécifiques, construits selon des modes d’historicité différents, qui révélaient des représentations kanak particulières du politique « sur le temps long », englobant et dépassant la seule problématique coloniale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

« Jeunes » contre « vieux » ?
Mobiliser « les jeunes »
Rupture générationnelle et histoire coloniale
Les chemins du Groupe 1878 à Koné
Une histoire de clans
Une histoire de religion
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis son émergence dans les années 1970, la revendication d’indépendance kanak a été portée en Nouvelle-Calédonie par une bonne douzaine d’organisations partisanes différentes : Foulards rouges, Groupe 1878, Parti de libération kanak (Palika), Union multiraciale, Union calédonienne (uc), Union progressiste mélanésienne, Front uni de libération kanak, Parti socialiste calédonien, Union syndicale des travailleurs kanak et exploités, Libéra­tion kanak socialiste et, plus récemment, Rassemblement démocratique océanien, Front de coordination des comités indépendantistes, Parti travailliste, etc. (Leblic, 2003 : 318-319 ; Chappell, 2013 : 213-222). Au sein de cette mouvance nationaliste composite, chacun des partis a conservé son autonomie idéologique et organisationnelle, tout en s’investissant – pour la majorité d’entre eux – dans la construction de grandes coalitions, d’abord le Front indépendantiste (fi) en 1979, puis le Front de libération nationale kanak et socialiste (flnks) à pa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Trépied, « Les échos du passé. Enquête sur les débuts du Palika à Koné (Nouvelle-Calédonie, années 1970) », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 239-252.

Référence électronique

Benoît Trépied, « Les échos du passé. Enquête sur les débuts du Palika à Koné (Nouvelle-Calédonie, années 1970) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 25 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7868 ; DOI : 10.4000/jso.7868

Haut de page

Auteur

Benoît Trépied

Chargé de recherche, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux (iris, umr 8156, cnrs-ehess-Inserm-Université Paris 13) benoit.trepied@ehess.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page