Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Demand-sharing and fences: Aspects of the new Port Vila household

Partage à la demande et clôtures : Quelques aspects des nouvelles maisonnées de Port-Vila
Knut Rio
Traduction de Christine Jourdan
p. 91-104
Traduction(s) :
Partage à la demande et clôtures : Quelques aspects des nouvelles maisonnées de Port-Vila

Résumés

Cet article discute certains aspects de la vie urbaine dans la capitale du Vanuatu. Lors de mes dernières recherches de terrain (2010 et 2014), j’ai étudié l’économie des maisonnées et l’organisation sociale des quartiers informels existant autour de la ville de Port-Vila. Je présente ici un aspect particulier de ces quartiers et mets à l’épreuve le débat établi sur la réciprocité mélanésienne, soit le partage à la demande et le don. Dans le cas qui m’intéresse, les résidents de nombreuses maisonnées installent un petit magasin où les membres de la famille et les amis du voisinage peuvent acheter les articles ménagers dont ils ont besoin. Comme la maison elle-même, ce petit magasin est clôturé et fermé, non par peur du vol, mais comme moyen de protection contre le partage à la demande agressif et la convoitise. Je défends l’idée que les gens de Port-Vila ont recours à ces magasins pour protéger la valeur du partage de la famille et des voisins toujours plus envahissants

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Household stores and the fencing in of settlements
Demand sharing is generosity and not exchange
The urban household as demand-sharing unit
Conclusion

Aperçu du début du texte

The suburbs in Port Vila, Vanuatu, have become interesting experiments into new forms of Melanesian sociality. Their design is constantly adapting to the challenges that come up in the situation that ni-Vanuatu face in their transferral from village life to urban life. Here people live in highly populated neighbourhoods, not only in co-habitation with people who they would at home classify as taboo relatives, such as in-laws or sisters and brothers, but also people of other places, speaking other languages and upholding other ways of life (patrilineal/matrilineal, other marriage rules, other forms of sorcery/witchcraft, etc.). As pointed out in the introduction to this volume, Vanuatu indigenous people’s experience with an urban way of life is relatively recent, and for most people the major breaking point was Independence in 1980. Before that people from the outer islands and rural villages could visit Port Vila and they could work temporarily at the surrounding plantations or in g...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Knut Rio, « Demand-sharing and fences: Aspects of the new Port Vila household », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 91-104.

Référence électronique

Knut Rio, « Demand-sharing and fences: Aspects of the new Port Vila household », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7901 ; DOI : 10.4000/jso.7901

Haut de page

Auteur

Knut Rio

Université de Bergen Knut.Rio@uib.no

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page