Navigation – Plan du site
Dossier Urbanisation en Mélanésie

Haosgel: Kinship, class and urban transformations

Christine Jourdan
p. 131-146
Traduction(s) :
Haosgel : Parenté, classes sociales et transformations urbaines à Honiara, îles Salomon

Résumés

À Honiara, capitale des îles Salomon, les maisonnées de la classe moyenne comportent souvent des jeunes filles qui viennent des zones rurales pour y travailler comme domestique (haosgel en pjin des Salomon). À partir de données recueillies pendant les quinze dernières années et, plus récemment, en 2015, cet article explore ce que c’est qu’être une haosgel à Honiara. Il met l’accent sur des aspects centraux de la vie de ces jeunes femmes : le pouvoir et la transformation des relations de parenté ; le rapport entre la vie urbaine et la domesticité et l’exploitation de leur travail par leur parenté. Soutenant l’idée que la présence des haosgel contribue au développement de la classe moyenne urbaine, j’analyse la façon dont ces jeunes femmes vivent cette situation complexe qui permet à leur famille urbaine, généralement mieux nantie financièrement que leur parents, de jouer sur les liens de parenté tout en agissant comme patrons.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Kinship and Fosterage
Urban living, kin relations, and social differentiation
Who are the haosgel in this study?
Engaging the social scene
Status and money
Kinship and class
Conclusion

Aperçu du début du texte

In Honiara, many urban households, expatriate or not, employ young female domestic helpers known by the Solomon Islands Pijin term of haosgel (or haosgele depending on speakers’ phonology). The term first appeared in Pijin, the local lingua franca, in association with colonial days: it referred to Solomon Islands women employed as maids in British or other expatriate households which often also included a cook and a gardener. The house girl was paid wages and was sometimes housed and fed. Of course, there existed no kinship relationship with their employers. Women, who in general find domestic work to be a valuable activity, do not hesitate to work as house girls when they need to earn money.

But in contemporary urban Solomon Islands, domestic helpers are not found exclusively in expatriate households. Haosgel are found in many Melanesian middle-class urban households. In most of them, the haosgel is always related through kinship to the head couple of the household. She is typically...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Jourdan, « Haosgel: Kinship, class and urban transformations », Le Journal de la Société des Océanistes, 144-145 | 2017, 131-146.

Référence électronique

Christine Jourdan, « Haosgel: Kinship, class and urban transformations », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 144-145 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7905 ; DOI : 10.4000/jso.7905

Haut de page

Auteur

Christine Jourdan

Professor, Department of Sociology and Anthropology, Concordia University, Montréal, Canada
Christine.Jourdan@concordia.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page