Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Compte rendu de Upiko Hnawang. Peintre miniaturiste de Nouvelle-Calédonie par Hamid Mokaddem

Isabelle Leblic
p. 265
Référence(s) :

Mokaddem Hamid, 2016. Upiko Hnawang. Peintre miniaturiste de Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Éditions Expressions, 70 p., bibliogr., 17 ill. couleur.

Texte intégral

1Ce joli petit livre présente le parcours particulier d’Upiko Hnawang, « ouvrier-soudeur de métier et peintre par passe-temps », originaire de Lifou. Originaire de la tribu de Kirinata, dans le district de Wetr à Lifou, il a peint une centaine de toiles, vendues pour la plupart aux touristes de passage et donc éparpillées aujourd’hui dans le monde entier. Dans ce livre sont reproduites une quinzaine d’œuvres parmi celles qui ont pu être photographiées. Elles nous permettent d’apprécier le souci du détail de l’artiste, qui a peint avec minutie paysages et personnages du pays kanak. Deux photos nous présentent aussi le peintre et sa famille.

2À travers trois chapitres, Hamid Mokaddem nous présente une analyse raisonnée de l’artiste et de son œuvre. Le premier, « Peinture et ethnographie », revient sur le fait que

« La pratique picturale s’efforce d’exprimer comment les gens vivent à partir de leurs façons d’être, de sentir et de s’inscrire dans les structures du quotidien. » (p. 10)

3Upiko en effet peint des scènes de pêche (au poulpe), de travaux agricoles et coutumiers, de jeux de cricket, la construction d’une case, etc. avec un tel souci du détail qu’on s’y croirait, ce qui fait dire à l’auteur que

« la pratique picturale devient presque une pratique ethnographique. Le quotidien y est décrit avec soin, libéré de l’inconvénient des redondances académiques. » (p. 11)

4Cela n’est pas sans évoquer à mes yeux la photographie.

5Le deuxième chapitre présente l’« Itinéraire d’un homme “presque” ordinaire ». C’est en effet celui de beaucoup de Kanak de cette génération : peu d’école (il la quitte à dix ans) pour travailler aux champs puis il devient ouvrier-soudeur de la ville de Nouméa, ayant quitté son île natale comme beaucoup pour venir travailler en ville.

6Puis viennent les chapitres « Portraits » et « Paysages et pays kanak » qui sont l’occasion pour Hamid Mokaddem de revenir rapidement sur de nombreuses questions de l’histoire du pays kanak et sur la société kanak pour donner aux lecteurs quelques clés d’analyse de ces toiles.

7Enfin, un dernier chapitre revient sur « La pratique picturale » de l’artiste dans lequel l’auteur explique pourquoi Upiko est un peintre miniaturiste :

« Par le fait que sa pratique picturale fait “voir” le pays avec une approche étonnante et singulière du détail » (p. 62)

8Une bibliographie succincte termine l’ouvrage.

9Cet ouvrage est un témoignage intéressant sur la vie kanak, tant par la vision qu’en a Upiko Hnawang et qu’il exprime dans ses toiles que par les commentaires et digressions qu’en fait Hamid Mokaddem pour les présenter. Ouvrage à lire pour tous ceux qui s’intéressent au monde kanak.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Leblic, « Compte rendu de Upiko Hnawang. Peintre miniaturiste de Nouvelle-Calédonie par Hamid Mokaddem », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 265.

Référence électronique

Isabelle Leblic, « Compte rendu de Upiko Hnawang. Peintre miniaturiste de Nouvelle-Calédonie par Hamid Mokaddem », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2018, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/7979

Haut de page

Auteur

Isabelle Leblic

lacito cnrs, Villejuif

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page