Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

A viewpoint from the Foothills: Making Sepik Valley images as containers

Vu du Piémont : les images du Sepik comme réceptacles
Ludovic Coupaye
p. 227-238

Résumés

Cet article examine un éventail de figures humaines de la vallée du Sepik, en s’appuyant sur la dimension non-verbale des images, identifiée par A. Forge, D. Tuzin et G. Bateson et développée par les travaux de chercheurs tels qu’A. Gell, C. Kaufmann et C. Severi. J’y suggère que l’un des procédés non-verbaux à partir desquels ces figures sont conçues traduit une conception de l’image comme réceptacle, elle-même fondée sur une référence du corps humain comme contenant. Les artistes du Sepik peuvent alors utiliser des motifs (des agencements visuels, matériels et spatiaux) dans le but de provoquer des processus inférentiels (indiciels, iconiques et/ou mnémoniques) attribuant aux images des capacités de « conteneurs » en faisant référence à la figure humaine. Sur la base de cette hypothèse, j’examine la façon dont les surfaces des artefacts sont traitées de manière à suggérer un intérieur, comme réceptacle possible de la présence ancestrale et de ses capacités génératrices.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Forge, Tuzin and Bateson
Semiotic ideologies and ontological regimes
Human figures: bodies and containers
Containers to make the Spirits visible and present
Transforming the outside, creating an inside
Creating surfaces: the transformative powers of artists
Conclusion

Aperçu du début du texte

Arguably, the Sepik area occupies a special position in the methodological and theoretical transformations of anthropological analysis of “art”. The past four decades have seen the “anthropology of art” moving away from its original quest for meaning to instead venture into the pragmatic dimensions of objects and images (e.g. Gell, 1998, among many others). Indeed, one could suggest that these changes were prompted by the encounter between the visual productions of Sepik valley societies and the work of a small number of foundational researchers.

This paper is an experiment in prolonging some of these foundations with more recent theoretical shifts in anthropology of art. I chose thus to examine a selection of Sepik valley material, using suggestions stemming from my own work with the Abulës-speakers (Abelam) of Nyamikum (Coupaye, 2013 et 2017). I start with A. Forge’s seminal analyses of Maprik art, D. Tuzin’s work on the relationship between forms, meaning and the social agency of ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ludovic Coupaye, « A viewpoint from the Foothills: Making Sepik Valley images as containers », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 227-238.

Référence électronique

Ludovic Coupaye, « A viewpoint from the Foothills: Making Sepik Valley images as containers », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 19 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8024 ; DOI : 10.4000/jso.8024

Haut de page

Auteur

Ludovic Coupaye

University College London/credo, l.coupaye@ucl.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page