Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Stones in swamps: remains of a mythical past in the Sepik area

Les pierres du marais, vestiges d’un passé mythique
Markus Schindlbeck
p. 213-225

Résumés

Les documents anciens sur les cultures du Moyen Sepik mentionnent des buttes remarquables devant les grandes maisons des hommes. Ces buttes fascinèrent les premiers voyageurs dans cette région. Implantées au milieu de l’espace le plus souvent plat fréquemment qualifié de place de danse, elles attirèrent l’attention mais sans révéler leur sens. Leur beauté était soulignée par des bouquets de palmiers et des plantes au feuillage coloré qui entouraient la butte et auxquels étaient parfois mêlées de grandes sculptures. Quelques fois, elles étaient entourées de plusieurs pierres dressées, menhirs ou stèles. Des recherches plus récentes ont montré que ces buttes devaient être mises en relation avec la guerre et la chasse aux têtes mais aussi avec les ancêtres fondateurs du village. L’article résume les premières descriptions et rend compte des recherches détaillées plus récentes. Des informations complémentaires provenant de mes recherches de terrain chez les Sawos et les Kwanga sont données et une comparaison est faite avec les informations sur les cultures voisines du moyen Sepik.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Early documents
The situation between 1960 and 1990
Stones in Aibom and Chambri
On the meaning of ceremonial mounds and stones
Stones among neighbouring groups
Stone settings in Melanesia
Conclusion

Aperçu du début du texte

Although early visitors and anthropologists observed and commented on the ceremonial mounds and stone settings in front of the men’s houses in the Sepik area, their meaning and cultural inclusion were subsequently never discussed. As they were related to warfare and headhunting behaviour and ritual, their use could no longer be observed and analysed after these practices had been banned. This paper tries to fill this gap by presenting the results of the author’s own fieldwork compared with information from literature and archive material on the Sepik region. As the standing stones are associated with the founding ancestors of settlements, information on them was scarce and difficult to obtain. This may be one reason why we know so little about their history, their social context and their representations.

In the history of Sepik anthropology, monoliths formed part of a synthetic approach to a reconstruction of Pacific settlement in Melanesia. This method of using quite varied and un...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Markus Schindlbeck, « Stones in swamps: remains of a mythical past in the Sepik area », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 213-225.

Référence électronique

Markus Schindlbeck, « Stones in swamps: remains of a mythical past in the Sepik area », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8123 ; DOI : 10.4000/jso.8123

Haut de page

Auteur

Markus Schindlbeck

Former curator of the South Pacific Department, Ethnologisches Museum, Staatliche Museen zu Berlin, m.schindlbeck@outlook.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page