Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Worlds apart: language survival and language use in two Middle Sepik communities

Des mondes à part : survie et usage du langage dans deux communautés du Moyen Sepik
Alexandra Y. Aikhenvald
p. 203-212

Résumés

Le présent article examine la situation linguistique de deux communautés du Moyen-Sépik où sont parlées des langues qui sont étroitement reliées à la famille linguistique Ndu – le Manambu et le Yalaku. Ces deux groupes maintiennent une culture traditionnelle typique des riverains du fleuve Sepik et de ceux qui résident dans la jungle, y compris le mode de subsistance et l’échange de produits de pêche avec le sagou. La langue yalaku a été influencée par la langue kwoma en raison d’une longue histoire d’interactions entre ces deux groupes (dont les langues ne sont pas génétiquement reliées), contrairement au manambu dont l’influence de la langue kwoma est restée minime. En revanche, le manambu moderne contient de nombreux emprunts du Tok-Pisin (la lingua franca de la Papouasie Nouvelle-Guinée). Cet article aborde les changements socio-culturels récents des Manambu et des Yalaku à travers une analyse de phénomènes linguistiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Background: the Sepik River Basin
The Ndu language family
The peoples of the Middle Sepik
The Manambu and the Yalaku close up
Multilingualism, language attitudes, and language use: Manambu and Yalaku in contrast
The Manambu and the Yalaku in the modern world: to conclude

Aperçu du début du texte

Background: the Sepik River Basin

From a linguistic perspective, the Sepik River Basin – which includes East Sepik and Sandaun Provinces – is one of the most complex regions within New Guinea. It is home to about two hundred distinct languages, grouped into at least ten families, in addition to dozens of isolates. Such linguistic density is apparently unparalleled elsewhere in the world. Geographical features of the region – such as mountains, waterways and swamps –, differences in means of subsistence, and patterns of contact between groups are often cited as possible reasons for its linguistic and cultural diversification (see the discussion by Foley, 1986: 22-28, 1988: 167-168; Aikhenvald, 2004: 97-98; 2009). The aim of this paper is to show how linguistic and cultural differences between people with markedly different lifestyles are kept alive within the context of the Middle Sepik River Basin.

I focus on two groups who live next to each other and speak closely related languages,...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Y. Aikhenvald, « Worlds apart: language survival and language use in two Middle Sepik communities », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 203-212.

Référence électronique

Alexandra Y. Aikhenvald, « Worlds apart: language survival and language use in two Middle Sepik communities », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8148 ; DOI : 10.4000/jso.8148

Haut de page

Auteur

Alexandra Y. Aikhenvald

Language and Culture Research Centre, James Cook University Australia, alexandra.aikhenvald@jcu.edu.au

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page