Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Totemism, tourism, and trucks. The changing meanings of paint and colors in a Sepik River society

Totémisme, tourisme et camions : les changements de sens de la peinture et de la couleur dans une société du Sepik
Eric K. Silverman
p. 151-163

Résumés

Si l’art du moyen Sepik de png est notoirement connu dans le monde entier, il est en revanche peu compris. Cet article présente les résultats d’un long terrain ethnographique mené depuis 1989 et dont l’objet fut la signification des changements de sens liés à la peinture et la couleur tels qu’ils sont perçus par les gens de Tambanun, un village de l’est de l’aire Iatmul. J’analyse comment la peinture et la couleur évoquent le paysage en terme d’histoire mythique, de totémisme, la valeur esthétique accordée au mouvement, le dialogue irréductible sur le pouvoir générateur cosmique et le principe ontologique des changements du monde aquatique. J’interprète aussi les peintures touristiques et comment les Iatmul de l’Est perçoivent les décorations de style occidental récemment produites sur les camions qui transportent des passagers. Chez les Iatmul de l’est, la perception traditionnelle du monde irrigue toujours d’un sens ancestral les couleurs et les peintures mais, de nos jours, les Iatmul colorent leur art d’une aspiration au développement, d’une vue romantique de la nature et d’une anxiété face à la globalisation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Forge’s Puzzle
Alfred Gell and the “Real-world”
The shame of Migaimeli
Painting totemic space
Coloring movement
The color of paint
Painting cosmic creation
Painting the Sepik landscape modern
Conclusion: A new vehicle for painting and seeing

Aperçu du début du texte

The typical mode of transportation between rural communities and the urban centers of modern Papua New Guinea (png) is the Passenger Motor Vehicle or pmv. I have travelled in these rugged trucks with people and pigs, betel-nut and smoked fish, copra and coffins, and, perhaps the most modern cargo of all, tourists. The vehicles are loud, clunky, often unreliable, and always bone-rattling uncomfortable as they hurl along the dirt roads of the Sepik River region. They are also prone to ghastly accidents, which are luridly featured in the newspapers. For aesthetic contemplation, nothing would seem more jarring than a pmv.

Visually, each pmv is known for its distinctive color scheme, a name chosen by the owner and painted on the vehicle, and an assigned number. In the late 1980s, for example, solicitors working in Port Moresby, the capital of the country, purchased a pmv for a village of Iatmul speakers along the middle Sepik River. No other pmv in the region was dark blue, covered by a ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eric K. Silverman, « Totemism, tourism, and trucks. The changing meanings of paint and colors in a Sepik River society », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 151-163.

Référence électronique

Eric K. Silverman, « Totemism, tourism, and trucks. The changing meanings of paint and colors in a Sepik River society », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8354 ; DOI : 10.4000/jso.8354

Haut de page

Auteur

Eric K. Silverman

Women’s Studies Research Center, Brandeis University, Waltham, MA, 02453 usa, and Wheelock College, 200 Riverway, Boston, MA 02215 usa, eksilverman@brandeis.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page