Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

De-colonized Collecting: The Australian Museum in the Lower Sepik (1988)

Décoloniser la collecte : L’Australian Museum dans le bas Sepik (1988)
David Lipset
p. 129-141

Résumés

Les pratiques de conservation et de collecte, au temps des musées post coloniaux, ont-elles « versées dans l’innocence » ? Ou peuvent-elles être vues comme des gestes crédibles et authentiques contribuant à une redéfinition des relations morales entre les peuples et les cultures indigènes qui sont à l’origine de ces collections ? Cet article analyse un cas de collecte de musée ainsi que les pratiques de recherche « décolonisée » et réfléchit à ces questions. Il prend pour exemple le Projet de Documentation Sepik initié par l’Australian Museum de Sydney en 1988. Je veux démontrer que ce projet a su mettre en place un mode de collecte décolonisé qui met l’accent sur la prise en compte d’une approche inclusive et reconnait la légitimité des réseaux d’échanges et de savoir traditionnels.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

De-colonization of Pacific Studies
The Sepik Documentation Project (1988)
Return to the Murik Lakes
Overnight at the mouth of the Sepik
An encounter with a feasting partner
The purchase of a Murik tumbwan
Leavetaking
Conclusion: Decolonized museum collecting in the Lower Sepik

Aperçu du début du texte

De-colonization of Pacific Studies

As part of their great dialogue, Pacific Island scholars have criticized the racism and violence that characterized their colonial history while asserting the autonomy and legitimacy of their indigeneity (Trask, 1993; Hau’ofa, 1994; Hereniko, 1997; Tengen, 2008; Hokowhitu, 2004). One of them, Linda Tuhiwai-Smith, has even gone so far as to single out academic “research” done by foreigners without regard for local values, interests and self-determinations as the most egregious, lingering expression of that history. She has called for “de-colonizing methodologies” by means of which research might be rectified and redeemed – in large measure by being taken over by indigenous people (Tuhiwai-Smith, 1999). In a basic sense, these scholars raise the question: how may Pacific Islanders define themselves in the historical moment?

On the one hand, indigenous claims to the moral high ground have hardly gone unchallenged. Willy nilly, global capital, in the fo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Lipset, « De-colonized Collecting: The Australian Museum in the Lower Sepik (1988) », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 129-141.

Référence électronique

David Lipset, « De-colonized Collecting: The Australian Museum in the Lower Sepik (1988) », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8447 ; DOI : 10.4000/jso.8447

Haut de page

Auteur

David Lipset

Professor of Anthropology, University of Minnesota, Minneapolis, mn usa, lipse001@umn.edu

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page