Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Bringing Gregory Bateson’s Sepik collections into the Digital Age. Progress and reflections

Faire passer les collections Sepik de Gregory Bateson dans l'âge numérique
Antonia Lovelace
p. 117-128

Résumés

Cet essai retrace les trois phases du « Projet de Documentation Bateson, 1984-1995 ». L’introduction en présente le contexte et les résultats. Elle est suivie par une présentation plus détaillée des collections Sepik de Cambridge réunies sous trois rubriques : mascarade, visages et peintures faciales, animaux et oiseaux. Cet article se termine par un inventaire des mises en ligne de l’art et des cultures du Sepik, tout en suggérant des développements futurs. Le projet Bateson fut entrepris lors des premières élaborations de catalogage électronique, bien avant l’apparition des photographies digitales. Ceci eut pour résultat de laisser Cambridge avec un embarrassant projet hybride. Aussi, quelques vingt ans plus tard, il paraît utile de dresser un bilan du projet, de montrer son utilité et de réfléchir à l’opportunité de son partage et de sa reprise et sa réactivation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

The Bateson project (1984-1995). Context and outcomes
Masquerade
Faces and face-painting
Animals and birds
Sepik digital museum offers 2017 and beyond
Conclusion

Aperçu du début du texte

Gregory Bateson collected around 600 Sepik items for the Cambridge University Museum of Archaeology and Anthropology (then cumaa, now maa Museum of Archaeology and Anthropology), during his fieldwork amongst the Iatmul of the Middle Sepik from February 1929 to March 1930 and from February 1932 to the spring of 1933. Together with a similar number of field photographs and a few objects from Ernest W.P. Chinnery, Jack A.T. Thurston, C.B. Humphreys, Father Franz Kirschbaum and G. Rogers, this forms a strong corpus of Sepik collections at maa. The 1984-1995 Bateson documentation project can be seen as a big step on the way to sharing these collections worldwide.

The Cambridge Sepik collections, however, are fairly well known to specialists, because of the enduring appreciation of Bateson’s Naven monograph and its revealing photographic illustrations (Bateson, 1980-1958/1936 and his previous Oceania article (Bateson, 1932). Eight items from Cambridge were included in the exhibition Se...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antonia Lovelace, « Bringing Gregory Bateson’s Sepik collections into the Digital Age. Progress and reflections », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 117-128.

Référence électronique

Antonia Lovelace, « Bringing Gregory Bateson’s Sepik collections into the Digital Age. Progress and reflections », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8526 ; DOI : 10.4000/jso.8526

Haut de page

Auteur

Antonia Lovelace

Former curator, Leeds Museums and Galleries, Curator (World Cultures), Great Britain, a.woosnamsavage@btinternet.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page