Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Giving (up) a traditional problem-solving ritual: materialisation of power and self-transformation amongst the people of Awim, East Sepik Province

Faire face à la résolution des problémes rituels traditionnels : la materialisation du pouvoir et l’auto-transformation parmi le people Awim de la Province du Sepik de l’Est
Tomi Bartole
p. 63-72

Résumés

Le village d’Awim est situé au sud du bassin de Sepik en Papouasie Nouvelle-Guinée. Le mouvement pentecôtiste connu sous le nom de Ministère de l’Ange Michael y fut introduit en 2012. Ce mouvement est considéré par la population locale comme une réponse à leurs désirs de changements et de développement. Cet article analyse la dernière tentative d’une série d’essais entrepris par les habitants d’Awim pour acquérir une statue de la Vierge Marie des mains même de l’Ange Michael afin de donner corps au pouvoir qui leur permettrait de combler leurs désirs. Cet article réfléchit en outre sur la relation entre la matérialité du pouvoir et la possibilité de transformation de soi du peuple Awim. Bien que la population d’Awim ait échoué dans ses tentatives d’obtenir la statue, ce qui m’amènera aussi à considérer la réalité moins étudiée des échanges manqués, cet échec a mené à la possibilité pour la communauté d’acquérir un nouveau pouvoir par le biais de l’échange. En fait, les Awim ont échangé leur rituel traditionnel de résolution de problèmes contre une présence accrue de l’Ange Michael dans leur vie.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
The power to change
The handshake ritual
Power is structure and eagle
Power and the statue
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

I conducted my fieldwork for 12 months between 2013/14 in the village of Awim, which is situated in the Arafundi area, in the southern part of the East Sepik Province of Papua New Guinea. The Awim people speak the lingua franca Tok Pisin (tp) and Tape (t), one of the four languages spoken in the area (Hoenigman, 2015: 46). Today’s village has around 200 people and is the result of the merging, under the influence of patrol officers (napng abn, 1963: 10-11; napng abn, 1964: 2; Roscoe and Telban, 2004: 99), of two moieties or major clans – the Mukumbae and the Wandukumbae (Telban, 2001: 5; Roscoe and Telban, 2004: 103).

During my stay Awim people encountered significant problems; a young boy died and several people were sick. The cause of these problems was at first placed in people’s relations, which were deemed to be problematic. Attempts were made to solve these relations and bring an end to their effects by making use of a problem-solving technique that has the ritual f...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tomi Bartole, « Giving (up) a traditional problem-solving ritual: materialisation of power and self-transformation amongst the people of Awim, East Sepik Province », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 63-72.

Référence électronique

Tomi Bartole, « Giving (up) a traditional problem-solving ritual: materialisation of power and self-transformation amongst the people of Awim, East Sepik Province », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8531 ; DOI : 10.4000/jso.8531

Haut de page

Auteur

Tomi Bartole

Research Centre of the Slovenian Academy of Sciences and Arts, tbartole@zrc-sazu.si

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page