Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Carving the story: Recovering histories of Sepik art in the Jolika Collection

Sculpture et intrigues : la redécouverte d’histoires sur l’art du Sepik de la collection Jolika
Christina Hellmich
p. 97-105

Résumés

La collection Jolika du musée de Young de San Francisco – qui est la plus grande collection d’objets d’art de Nouvelle-Guinée présentée par un musée américain –, se distingue par le nombre d’objets anciens de la vallée du Sepik qu’elle conserve. L’étude de certaines de ces pièces met en lumière les points clés du travail des conservateurs dont ceux portant sur la revendication de biens culturels patrimoniaux ou la savoir acquis grâce à des tests scientifiques. Des rencontres continues, que se soit par la collaboration avec des artistes contemporains de Papouasie Nouvelle-Guinée, des universitaires et des chercheurs spécialisés, permettent au musée de réunir interprétations, documentation de terrain et histoires d’objet. Ainsi les figures peuvent être reliées à des noms et à des histoires et les questions touchant à l’authenticité et aux talents artistiques peuvent aider à la compréhension des œuvres par le public.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

The Jolika Collection at the de Young Museum
“Yesindima” – Four Masandenai masks of the same name
The role of scientific testing
Iconography of the masks
“Original,” copies, replacements and questions of authenticity
“Kwindiangget” and “Membengget” two ancestor posts from Nggeitebma hamlet, Torembi village documented by field research
“Wispange:” – a trumpet from Palimbei village documented by contemporary artists
The Cassowary Woman – a carving and a story

Aperçu du début du texte

In 2005, the new de Young museum in San Francisco opened with an inaugural installation of over 400 works from the island of New Guinea. This constituted the largest display in a United States art museum offering a new opportunity for the public to view New Guinea visual culture. At the time of the opening, a Papua New Guinea newspaper, The National, announced that “Papua New Guinea has a new footprint in America – a big one” in the form of a permanent gallery for the Jolika Collection at the de Young Museum and highlighted the monetary value of the collection as well as its cultural importance (The National, 2005). With this exhibition, the Jolika Collection of New Guinea art moved from the private sphere of a collector’s home to a public institution.

The Jolika Collection at the de Young Museum

The complexities and opportunities of curating a collection assembled privately in the twentieth century and now part of a public art museum collection include issues concerning cultural patr...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christina Hellmich, « Carving the story: Recovering histories of Sepik art in the Jolika Collection », Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 97-105.

Référence électronique

Christina Hellmich, « Carving the story: Recovering histories of Sepik art in the Jolika Collection », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 10 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8570 ; DOI : 10.4000/jso.8570

Haut de page

Auteur

Christina Hellmich

chellmich@famsf.org, Curator in Charge, Department of the arts of Africa, Oceania and the Americas and the Jolika Collection of New Guinea Art, de Young Museum, Fine Arts Museums of San Francisco

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page