Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Savoir culturel et langue en danger : l’exemple du rituel de l’igname chez les Kwoma

Cultural knowledge and endangered language: The case of the Kwoma yam ritual
Renée Lambert-Brétière
p. 73-83

Résumés

L’objectif de cet article est d’illustrer la relation intrinsèque existant chez les Kwoma entre le rituel de l’igname et la connaissance linguistique associée aux chants invoqués lors de sa pratique. Le rituel autour de l’igname est constitué de trois cérémonies distinctes, Yena, Mija et Nowkwi, et inclut des chants et des danses en l’honneur de ces esprits. Les chants rituels sont une source de savoir pour l’histoire mais aussi sur les valeurs et les normes socioculturelles à l’œuvre dans la communauté. Après une présentation de la structure sociale de la société kwoma, un examen du rituel de l’igname puis une analyse de deux chants rituels, sawo howkwa et magwiy howkwa, on montrera que la sauvegarde du patrimoine culturel kwoma ne peut se faire sans la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les Kwoma
Le cycle rituel de l’igname
Les chants rituels
Sawo howkwa
Magwiy howkwa
Langue et savoir culturel en danger

Aperçu du début du texte

La mondialisation a accéléré le déclin de plusieurs langues et cultures. Des quelques sept mille langues étant encore parlées aujourd’hui, plus de la moitié est appelée à disparaître d’ici la fin de ce siècle, entraînant avec elle quantités de savoirs traditionnels et de matériaux culturels (Crystal, 2000). Lorsque les communautés perdent leur langue, leurs traditions culturelles orales, telles que les chants, les mythes et la poésie qui sont plus difficilement transférables d’une langue à l’autre, disparaissent (Le Tollec, 2013). Devant cette menace, l’unesco a réagi en mettant sur pied la Convention pour la sauvegarde du patrimoine immatériel, entrée en vigueur en 2006. Les objectifs de cette convention sont notamment la sauvegarde, le respect et la sensibilisation à l’importance du patrimoine culturel immatériel. Ce patrimoine est formé :

« des expressions, des valeurs, des coutumes, des langues, de la tradition orale, des modes de vie traditionnels, de la créativité, de l’adaptab...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renée Lambert-Brétière, « Savoir culturel et langue en danger : l’exemple du rituel de l’igname chez les Kwoma », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 73-83.

Référence électronique

Renée Lambert-Brétière, « Savoir culturel et langue en danger : l’exemple du rituel de l’igname chez les Kwoma », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 15 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8624 ; DOI : 10.4000/jso.8624

Haut de page

Auteur

Renée Lambert-Brétière

Professeure adjointe de linguistique et de français, Département de langues modernes, linguistique et communication interculturelle, Université du Maryland (Comté de Baltimore), rlambert@umbc.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page