Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Transcultural journeys: The disembedding and re-embedding of Sepik art

Un voyage transcultural : désimplantation et réimplantation dans l’art du Sepik
Brigitta Hauser-Schäublin
p. 165-177

Résumés

Dans le Sepik, les artefacts ont toujours voyagé entre cultures. À l’époque précoloniale, suite aux migrations, aux échanges et aux pillages, les populations et les objets ont toujours migré entre les régions. Cependant le périmètre et la qualité de ces voyages transculturels changèrent considérablement quand le processus de délocalisation des objets commença avec les collectes des explorateurs à l’époque coloniale. En s’appuyant sur l’exemple de l’échange par voies maritimes des textiles entre l’Inde et l’archipel de l’Asie du Sud-Est à l’époque précoloniale, cet article éclaire les formes particulières de l’échange dans le Sepik. La dispersion des objets anciens et « authentiques » du Sepik dans différents lieux du monde occidental a eu pour effet de les transformer en les intégrant dans un nouvel environnement. La prolifération des transformations et des réinterprétations de l’art du Sepik commença lors des voyages d’objets dans des directions diverses, nationales et internationales. Il en naquit des histoires d’objets avec des interprétations contradictoires et leurs conséquences.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Transcultural journeys of artefacts
“Sepikness” as a result of interactions
The exemplar of transcultural journeys in pre-colonial times
Colonial collecting: “authentic” artefacts and their timeless life
New materialities and old stories
New stories and old designs
Conclusion

Aperçu du début du texte

Transcultural journeys of artefacts

Diffusionism – a result of the study of museum collections – has already investigated the movement of things through time and space by identifying similarities in form and function of objects in different places and cultures. Only globalisation studies raised similar questions by taking concrete evidence of such movements as the starting point and focusing more on the actors involved, the conditions and the way in which “things” (as well as ideas and people) moved transculturally and became localised in new cultural contexts (Appadurai, 1996). In this article, I apply a comparative approach by delineating first the transcultural journey of patola textiles and the transformations these textiles underwent on their way from India to different cultures and places in insular Southeast Asia (including West Papua). These transformations started in pre-colonial times and outside of the European spheres of influence. By contrast, Sepik artefacts entered lon...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Brigitta Hauser-Schäublin, « Transcultural journeys: The disembedding and re-embedding of Sepik art », Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 165-177.

Référence électronique

Brigitta Hauser-Schäublin, « Transcultural journeys: The disembedding and re-embedding of Sepik art », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8679 ; DOI : 10.4000/jso.8679

Haut de page

Auteur

Brigitta Hauser-Schäublin

Professor of Anthropology, Georg-August-University, Göttingen, Brigitta.Hauser@sowi.uni-goettingen.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page