Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Womens' views on men’s art in Chambri, East Sepik Province, Papua New Guinea

Le regard des femmes sur l’art des hommes à Chambri, Province de l’est Sepik, Papouasie Nouvelle-Guinée
Nicolas Garnier
p. 35-44

Résumés

Dans la littérature anthropologique, le secret est une notion centrale qui oppose les hommes et les femmes dans les sociétés du Sepik. A partir de l’analyse de la perception que les femmes ont des maisons des hommes et de la manière dont elles peuvent y pénétrer, cette étude envisage la manière dont le secret des hommes définit les relations entre les hommes et les femmes. Des témoignages contemporains et des descriptions anthropologiques précoces éclairent ce que les femmes savent des secrets des hommes et de ce qu’elles tendent à cacher de ce qu’elles savent à ce sujet. Trois principaux arguments sont développés pour expliquer pourquoi les femmes sont mutiques à propos de ce qu’elles sauraient des secrets des hommes : la honte pour Mead, la peur de la sorcellerie ou l’existence d’un savoir ésotérique selon les témoignages contemporains des Chambri. Tandis que les premiers observateurs mettent l’accent sur la dichotomie entre les mondes des hommes et des femmes, des observations récentes faites à Chambri nuancent cette stricte opposition.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Secrecy
Visibility of men’s secrets
Modernity and the weakening of men’s secrecy
Disclosing of men’s secret and women’s indifference
Conclusion

Aperçu du début du texte

In Sepik societies, it seems easy to establish two distinctive types of artefacts: men’s versus women’s material productions. Whilst some literature focuses on production modes and opens innovative perspectives on gender roles in the production of artefacts (Kaufmann, 1972; Schindlbeck, 1980; Coupaye, 2013), other scholars have studied the role of artefacts in exchange systems and in social organisation (Mead, 1934; Bowden, 1983; Garnier, 2007). Finally some studies have delineated stylistic areas (Schefold, 1966; Newton, 1971). Most studies devoted to Sepik art have neglected the way women perceive men’s production. Symmetrically, only a few studies mention the way men perceive women’s production, apart from their alleged contempt, as quoted by Gregory Bateson about the Iatmul (1980: 149-150). This presentation analyses the little we know about women’s perspective on Chambri men’s houses. Though they are being built to hide men's secrets, they nevertheless remain visible to women's...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Garnier, « Womens' views on men’s art in Chambri, East Sepik Province, Papua New Guinea », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 35-44.

Référence électronique

Nicolas Garnier, « Womens' views on men’s art in Chambri, East Sepik Province, Papua New Guinea », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8720 ; DOI : 10.4000/jso.8720

Haut de page

Auteur

Nicolas Garnier

Chargé de collections Océanie. Paris, musée du quai Branly-Jacques Chirac, mokumpandi@netcourrier.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page