Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

The rocking of canoe and custom: Shifts in Ambonwari’s perception of invisible realm, secrecy and village hierarchy

Le balancement de la pirogue et la coutume : changements de la perception du monde invisible, du secret et la hiérarchie villageoise à Ambowari
Daniela Vávrová
p. 55-62

Résumés

Cet article examine les modes de communication avec les esprits au sein du village d’Ambonwari dans la province de l’East Sepik en Papouasie Nouvelle-Guinée. Ces vingt dernières années, la présence de l’église catholique et d’un mouvement charismatique a entraîné l’abandon de nombreuses pratiques coutumières. Quelques-unes subsistent encore, dont le kay wurukrarin (le « rocking canoe »), le balancement de la pirogue, qui, suivant la tradition, permettait de demander aux esprits – qui résidaient sur la terre et/ou dans les trous d’eau –, si on allait attraper des poissons ou tuer un cochon. Les techniques modernes d’information et de communication – en particulier les téléphones portables –, ont bouleversé nombre de pratiques, dont la communication avec les esprits. Outre ce « balancement des pirogues », j’étudie un cas de sacrifice et montre comment les pratiques traditionnelles peuvent être réinvesties lorsque qu’une personne est souffrante. En modifiant leur perception du monde de l’au-delà, les gens d’Ambonwari réorganisent aussi la hiérarchie villageoise.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Kay as canoe and the way of life
The sin and the lost respect
Visible and invisible in everyday life
The revelation practices
The sacrifice
Concluding remarks

Aperçu du début du texte

“The men killed 10 or 11 pigs. It’s because they followed the custom, worshipped the spirits, believed in it. That’s why they caught many pigs. We, today’s children, eat just greens. We finished all ripe coconuts. Where will we get meat? Who will give us meat? Rubbish! We abandoned this custom. Before they lived with the spirits, but we abandoned them, and so we eat tree leaves. That’s how it is now.” (Augustina Awsay, 2011)

Photo 1. – Augustina fishing, Ambonwari village, 2011

Photo 1. – Augustina fishing, Ambonwari village, 2011

(© Daniela Vávrová)

Regardless of the abundance of food in rivers, forests and gardens, not to mention the sago swamp where sago starch is extracted from individual palms, people in Ambonwari village do not consider that the evening meal is proper if there is no fish or meat on their sago pudding. Therefore, one often hears, especially when the water level is fluctuating due to rain, that they have no food. People do not really like eating plain sago pudding only with greens or coco...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Vávrová, « The rocking of canoe and custom: Shifts in Ambonwari’s perception of invisible realm, secrecy and village hierarchy », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 55-62.

Référence électronique

Daniela Vávrová, « The rocking of canoe and custom: Shifts in Ambonwari’s perception of invisible realm, secrecy and village hierarchy », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8760 ; DOI : 10.4000/jso.8760

Haut de page

Auteur

Daniela Vávrová

Daniela Vávrová is adjunct research fellow and director of the Anthropological Laboratory for Tropical Audiovisual Research (altar) at The Cairns Institute and College of Arts, Society and Education, James Cook University, Australia, daniela.vavrova@jcu.edu.au

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page