Navigation – Plan du site
Dossier Le Sepik : société et production matérielle

Karawari carved crocodiles: From spirit-beings to museum artefacts

Les crocodiles sculptés du Karawari : d’êtres-esprits à objets de musée
Borut Telban
p. 45-54

Résumés

La région de la rivière Korewori, dans la province de l’East Sepik, est connue pour ses longues sculptures de crocodiles en bois. Ces entités-esprits étaient conservés dans les maisons des hommes et jouaient un rôle important dans la chasse aux têtes, les expéditions guerrières, les rituels d’initiation, les expéditions de chasse et lors des épidémies. Les gens du Karawari agissaient sur le monde avec et à travers eux. Ces sculptures furent aussi recherchées par les collecteurs et finirent par rejoindre différents musées du monde. À la suite de l’implantation d’un courant catholique charismatique en décembre 1994, la dernière maison des hommes du village d’Ambonwari fut lentement abandonnée comme le furent ces sculptures des esprits qui y étaient cachées. Pourtant, l’existence de ces esprits n’a jamais été reniée. Dans cet article, j’analyse un incident au cours duquel un moteur hors-bord sombra dans un chenal, et je cherche une réponse à la question suivante, posée sous l’angle du mode d’existence cosmologique d’Ambonwari : comment le monde visible et invisible des sculptures des esprits crocodiles s’entremêlent-ils au point qu’ils puissent exister au-delà de leur présence physique ?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Searching for an outboard motor that sank into a creek
Visible and invisible realms of wooden spirit-crocodiles
Conclusion

Aperçu du début du texte

In the middle of September 2015, I visited the exhibition Myth + Magic: Art of the Sepik held at the National Gallery of Australia (nga) in Canberra. The main organizer of the exhibition, which was on display between 7 August and 1 November 2015, was Crispin Howarth, the nga curator of Pacific Art. The exhibition was timely: the fortieth anniversary of Papua New Guinea’s independence was celebrated on 16 September 2015. One of the exhibition’s highlights was an imposing 6.3 metres long wooden spirit-crocodile from the Karawari-speaking village of Kundiman (see Photo 1), on loan from the Papua New Guinea National Museum and Art Gallery. Fewer than a dozen wooden crocodiles of this type are stored in the museums around the world, and this particular one is one of the few in that it had not been cut in pieces for the purpose of transportation (Howarth, pers. comm.; Kaufmann, pers. comm.).

Photo 1. – Carved spirit-crocodile from the Karawari-speaking village of Kundiman (19th century), ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Borut Telban, « Karawari carved crocodiles: From spirit-beings to museum artefacts », Le Journal de la Société des Océanistes, 146 | 2018, 45-54.

Référence électronique

Borut Telban, « Karawari carved crocodiles: From spirit-beings to museum artefacts », Le Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 146 | 2018, mis en ligne le 15 juillet 2020, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/jso/8838 ; DOI : 10.4000/jso.8838

Haut de page

Auteur

Borut Telban

Professor Borut Telban is Head of Anthropology Department at the Institute of Anthropological and Spatial Studies, Research Centre of the Slovenian Academy of Sciences and Arts (zrc sazu) and Coordinator of Anthropology program at the Postgraduate school zrc sazu, Borut.Telban@zrc-sazu.si

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page