Navigation – Plan du site

Appel à contribution pour le Journal de la Société des Océanistes 150 (2020-1) en hommage à Françoise Ozanne-Rivierre et à Jean-Claude Rivierre

Linguistique et anthropologie linguistique océanienne

En plus de dix ans (11 novembre 2007 pour Françoise et 5 janvier 2018 pour Jean-Claude), nous avons perdu deux de nos collègues ayant marqué fortement la linguistique océanienne et la recherche sur la Nouvelle-Calédonie, notamment sur les langues kanak de Nouvelle-Calédonie auxquelles ils ont consacré toute leur vie.

Françoise Ozanne-Rivierre (1941-2007) a commencé par se former à l’anthropologie avec Jean Guiart. Puis, elle s’est tournée vers la linguistique. Et, ancienne disciple d’A.-G. Haudricourt et de C. Hagège, elle est devenue la spécialiste internationalement reconnue pour sa contribution au comparatisme des langues océaniennes et pour les descriptions qu'elle a publiées de plusieurs langues (fagauvea, fwâi, iaai, jawe, nemi, nyelâyu, pije) de Nouvelle-Calédonie, aire linguistique réputée pour son extrême diversité et sa grande complexité.

Ses principales contributions théoriques portent sur la phonologie historique, le classement génétique des langues kanak et la reconstruction du proto-néo-calédonien. Avec A.-G. Haudricourt, puis avec Jean-Claude Rivierre, elle a contribué à mettre en évidence l’appartenance de ces langues au sous-groupe océanien de la grande famille austronésienne. Avec pas moins de vingt-huit langues réparties en trois sous-groupes différents, la Nouvelle-Calédonie est une aire réputée pour son extrême diversité et sa grande complexité. Depuis les années 1960, Françoise Ozanne-Rivierre a mené des enquêtes de terrain sur plusieurs de ces langues, recueillant une somme impressionnante de documents qui ont été la source et la matière de sa réflexion toute sa vie durant.

Ainsi, après sa thèse, consacrée à une description phonologique et syntaxique du iaai d’Ouvéa (îles Loyauté) en 1976, elle s’est intéressée aux langues de la région de Hienghène, publiant en 1979, avec la collaboration de Poindi Tein, deux volumes de Textes nemi, suivi, en 1982, de l’imposant Dictionnaire thématique des langues de la région de Hienghène rédigé en collaboration avec A.-G. Haudricourt. Elle a poursuivi ce précieux travail de description de langues, en publiant en 1998 le Dictionnaire du nyelâyu de Balade, à l’extrême-nord de la Grande Terre, en collaboration avec Baptiste Boiguivie, Scholastique Boiguivie et Éliane Dedane. Enfin, elle venait d’achever la première version d’un dictionnaire thématique des langues pwaamei et pwâpwâ, deux langues du nord de la Grande Terre.

Connue pour sa passion des langues kanak et sa joie de vivre à la tribu, Françoise a toujours eu une conscience aiguë de la nécessité de transmettre et de sauvegarder ces langues souvent menacées.

En bonne disciple d’Haudricourt, elle s’intéressait aussi à la botanique, à la faune et à la flore et tous ses dictionnaires, comme ceux de Jean-Claude d’ailleurs, comportent tous des nomenclatures de la faune et de la flore calédonienne, utiles à la fois pour la compréhension de l'environnement et de la culture kanak, mais aussi pour les reconstructions des termes anciens en linguistique historique.

Jean-Claude Riviere (1938-2018), quant à lui, a travaillé sur les langues kanak bwatoo, cèmuhî, drubea, kwényïï, numèè, paicî, pije et xârâcùù. Il partageait beaucoup des centres d’intérêts de Françoise cités ci- dessus. Outre ses travaux approfondis dans le domaine de la phonologie et de la tonologie, Jean-Claude comme Françoise ont publié de nombreux ouvrages de référence sur ces langues kanak – grammaires, dictionnaires, recueils de littérature orale. Certains de ces ouvrages furent écrits à quatre mains, d’autres avec des collègues chercheurs ou avec des informateurs particuliers. Les travaux du couple Rivierre ont marqué fortement les communautés kanak de locuteurs et les personnes engagées dans la préservation des langues et cultures de Nouvelle-Calédonie, comme leurs collègues océanistes spécialisés sur les langues et sociétés du Pacifique. Pour plus d’informations sur les travaux de Jean-Claude, on peut se reporter à la bibliographie publiée dans le jso 147 de décembre 2018.

Dans ce volume, nous souhaitons avoir autant des témoignages personnels que des articles en lien avec leurs recherche. C’est pour le jso une occasion de parler des langues et des sociétés qui les parlent. C’est pourquoi nous attendons des contributions aussi bien en linguistique qu’en anthropologie linguistique ou en tout autre discipline pour lesquelles les travaux sur les langues ont apporté un regard particulier.

Thèmes proposés

Parmi les thèmes attendus, citons :

- Description des langues, dictionnaires comparatifs et thématiques, dictionnaires et lexiques de langue, grammaires, récit de tradition orales, arts de la parole…

- Phonologie diachronique, linguistique comparée et reconstruction historique, contribution des langues océaniennes à la linguistique typologique, deixis et relations spatiales, syntaxe comparative, typologie, tonogénèse…

- Contacts de langues

- Ethnosciences : noms et usages des plantes, de la faune, etc. taxinomies, classification…

- Archivage et retour aux informateurs et manuscrits kanak, collection de cédéroms de littérature orale dans quinze langues de Nouvelle-Calédonie avec l’ADCK

- Importance de l’implication des chercheurs sur la formation des étudiants kanak

- Apprentissages des langues kanak (élaboration de documents pédagogiques pour les enseignants de langues kanak), etc.

Mais tout autre thème en rapport avec la linguistique ou l’anthropologie océanienne sera le bienvenu.

Carte linguistique des langues kanak notant les recherches de Françoise et de Jean-Claude

Image 10000000000002BA000001EB5C9BD14E.jpg

(© cnrs-lacito)

Calendrier

Ce volume sera sans doute le premier volume de 2020. En conséquence, nous attendons une déclaration d’intention avec titre et résumé pour mars 2019 ;

- envoi des articles : juin 2019

- mise en lecture pour avis : de juin 2019 à août 2019

- envoi des avis aux auteurs et demande de corrections : de juillet à septembre 2019

- retour des articles corrigés pour janvier 2020

Toutes les correspondances sont à adresser à la rédaction du jso : la rédactrice en chef leblic@vjf.cnrs.fr et la secrétaire de rédaction Raphaelle.CHOSSENOT@cnrs.fr

Le comité ne se prononcera que sur les articles reçus en fonction des avis de lecture reçus.

Les articles, pour être mis en lecture, doivent respecter les normes du jso (voir sur le site du jso).