Navigation – Plan du site
Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

Être descendants d’exilés algériens à Caledoun : réflexions sur la place des « Arabes Calédoniens » dans l’histoire

Being descendants of Algerian exiles in Caledoun: Reflections on the place of “New Caledonian Arabs” in history
Christophe Sand
p. 365-372

Résumés

La colonisation française de l’archipel calédonien s’est faite au xixe siècle principalement avec une main d’œuvre pénale. Le bagne a servi de lieu d’exil à des condamnés de France mais également d’Afrique du Nord, avec une prépondérance massive d’Algériens. Les bagnards algériens ont eu à reconstruire leur vie en terre Kanak en devenant colons « malgré eux ». Leur parcours singulier a été soumis à un processus original « d’invention des traditions », avant qu’un travail de recherche historique ne vienne replacer leurs vies difficiles d’exilés musulmans, ainsi que les trajectoires d’enracinements de leurs descendants, dans une trame cohérente. Après avoir rappelé l’origine de leur présence sur une île de Mélanésie et le chemin douloureux de réappropriation du passé vécu par cette communauté, l’auteur questionne le rôle que les « Arabes calédoniens » pourraient jouer dans un processus de réconciliation nécessaire entre les Kanak et les autres « enfants du pays ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Se construire sans histoire
Ramener l’âme de l’ancêtre « chez lui »
Identité reconstruite
Caledoun, une exposition pour dire notre histoire
Colonisés devenus colons malgré eux ?
Réconcilier le « peuple calédonien »
Le rôle possible des « Arabes » dans la « reconnaissance mutuelle »
Conclusion. Donner sens aux souffrances endurées par nos « vieux »

Aperçu du début du texte

« Ma sœur, je ne veux pas me retrouver un jour sur un bateau à regarder s’éloigner pour toujours le quai de Nouméa et les montagnes de mon pays. Jamais tu m’entends. Jamais ! » Je suis là, assis sur le bord du quai du port d’Alger, dans les bras de Sonia Barket. À quelques dizaines de mètres, se tiennent dans une ambiance de recueillement la vingtaine de membres kanak de la délégation calédonienne. Représentants de l’aire Ajië-Arö dans le centre de la Grande Terre, là où se concentre la communauté « Arabe » du pays, ils regardent les descendants d’Algériens exilés il y a un siècle à « Caledoun », au bagne de Calédonie, pris collectivement dans un moment de douleur indicible partagée. Car ce quai a été le dernier point de contact entre la « terre des ancêtres » et l’enfer à l’autre bout du monde pour une grande majorité de nos « vieux », arrachés par le processus colonial à la vie qu’ils s’étaient imaginés avec leurs familles, sur le bord de la Méditerranée, au milieu des plaines de ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Sand, « Être descendants d’exilés algériens à Caledoun : réflexions sur la place des « Arabes Calédoniens » dans l’histoire », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 365-372.

Référence électronique

Christophe Sand, « Être descendants d’exilés algériens à Caledoun : réflexions sur la place des « Arabes Calédoniens » dans l’histoire », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 03 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/jso/9210 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.9210

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page