Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédo...Entre mémoire collective et émerg...

Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

Entre mémoire collective et émergence diasporique, le cas des descendants d’Algériens en Nouvelle-Calédonie

Between collective memory and diasporic emergence, the situation of descendants of Algerians in New Caledonia
Rachid Oulahal, Zohra Guerraoui et Patrick Denoux
p. 373-382

Résumés

Autrefois terre coloniale, de bagne ou d’exil, la Nouvelle-Calédonie est aujourd’hui engagée dans un processus d’autodétermination. La question de l’appartenance culturelle plurielle et des élaborations identitaires se pose alors pour l’ensemble de ses habitants. Notre article propose de considérer le cas particulier des descendants d’Algériens en Nouvelle-Calédonie et présente les résultats d’une recherche qualitative réalisée auprès de 9 de ces descendants. Le contexte actuel du territoire réactive en effet des phénomènes identitaires : pour ces descendants, une identité interculturelle se construit autour d’une identité racine et d’une identité néo-calédonienne en devenir. Au-delà de ce résultat, la conjoncture politique au sein de laquelle s’insère notre recherche, de même que la levée du silence quant aux origines et l’identification de liens familiaux en Algérie, peuvent-elles produire une mémoire collective et une émergence diasporique pour ces descendants et leur communauté ?

Haut de page

Texte intégral

1La Nouvelle-Calédonie est engagée dans un processus d’autodétermination avec l’organisation d’un referendum qui permet aux Calédoniens de se prononcer quant à l’accession à la pleine souveraineté et à l’indépendance de leur territoire. Les Calédoniens sont face à un défi : se reconnaître à travers une histoire commune pour se projeter vers l’avenir et formuler une identité et un projet collectifs. Il s’agit de faire émerger :

« [une] citoyenneté néo-calédonienne transcendant, dans un destin commun, les clivages ethniques nés de la colonisation. » (Salaün et Vernaudon, 2009 : 63)

2Plus que ces clivages, ce sont bien les référents identitaires mobilisés par l’ensemble des citoyens de Nouvelle-Calédonie – problématique très discutée aujourd’hui dans le territoire (Joissains, Sueur et Tasca, 2014) – que notre article propose d’analyser à travers le cas des descendants d’Algériens qui y vivent (enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants et arrière-arrière-petits-enfants). En effet, de 1864 à 1897, 1 822 Nord-Africains, majoritairement Algériens, sont condamnés aux travaux forcés et devront purger leur peine au bagne de Nouvelle-Calédonie. Ils s’y installeront à l’issue de leur détention sur des concessions rurales fournies par l’administration française (Barbançon, 2013).

3Notre réflexion, issue d’une recherche qualitative en psychologie interculturelle (Denoux, 2013 ; Guerraoui, 2011), s’appuie sur des entretiens réalisés auprès de neuf descendants d’Algériens en Nouvelle-Calédonie et nous a permis d’analyser les remaniements identitaires que le contexte politique actuel peut engendrer pour ces descendants. Dans le cadre de cet article, une nouvelle analyse de ces entretiens nous questionne : le contexte politique concomitant, de même que la levée du silence quant aux origines (Barbançon, 1992) et l’identification de liens familiaux en Algérie, peuvent-ils produire une mémoire collective et une émergence diasporique au sein de cette communauté ?

La Nouvelle-Calédonie : exil et occupation comme base de la société

4À sa prise de possession par la France en 1853, la Nouvelle-Calédonie est un archipel peuplé par des tribus indigènes d’origine mélanésienne : les Kanak. La France met en place une politique d’immigration, choisie pour certains et imposée pour d’autres car condamnés à y purger des peines d’emprisonnement.

« À l’instar de l’Algérie et en dépit de son éloignement de la métropole impériale, mais aussi de son caractère insulaire relativement étroit, elle fut pensée dès les années 1860 comme une terre d’accueil pour une population française pourtant rétive à l’émigration. Comme la Guyane, elle devint, au cours de ces mêmes années 1860, une terre de bagne promise à un avenir cependant plus riant car épargnée par les dangers d’un climat, d’une faune et d’une flore équatoriale. La terre calédonienne, par la douceur de son climat et de sa nature ainsi que par sa salubrité, devait offrir aux condamnés un avenir paysan au principe de leur réhabilitation. Elle devait offrir aussi aux émigrants l’espoir d’une vie meilleure, symbole d’une France coloniale puissante et généreuse. Le bagne calédonien, loin de se réduire à une stricte institution pénitentiaire répressive comme en Guyane, fut en réalité à l’origine d’une véritable dynamique de peuplement. Il porta, de fait, un projet colonial ambitieux à la croisée des chemins entre une colonisation dite pénale promettant un avenir aux condamnés et une colonisation dite libre offrant le bien le plus précieux du temps aux prolétaires et classes modestes, la terre et la propriété du sol. » (Merle, 2013 : 50-51)

5Dans ce projet colonial, la France dépossède la population mélanésienne de ses terres, proposant les concessions agricoles aux migrants et aux anciens bagnards, et les Kanak seront cantonnés dans des réserves et soumis au code de l’Indigénat. À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, la Nouvelle-Calédonie passe du statut de colonie à celui de territoire d’outre-mer (tom). Les Kanak sont affranchis des réserves et ne sont plus soumis au code de l’Indigénat : ils deviennent dès lors des citoyens français.

6Entre 1984 et 1988, une revendication indépendantiste se radicalise, s’accompagnant de violences et remettant en cause le lien de la Nouvelle-Calédonie à la France. Les accords Matignon-Oudinot de 1988, puis l’accord de Nouméa en 1998, engagent alors la Nouvelle-Calédonie dans un processus d’autodétermination (Faugère et Merle, 2010) qui s’accompagne du transfert progressif et irréversible des compétences de l’État français vers l’exécutif local et la définition d’une « citoyenneté néo-calédonienne » (Faberon, 2002 : 52). La Nouvelle-Calédonie perd alors son statut de territoire d’outre-mer et est aujourd’hui une collectivité sui generis (de son propre genre) du fait de son statut d’autonomie particulièrement avancée (Joissains, Sueur et Tasca, 2014).

7L’accord de Nouméa met en avant la double légitimité des Kanak et non-Kanak et le destin commun en tant que volonté de construire une communauté de destin pluriethnique :

« La Grande Terre et les Îles étaient habitées par des hommes et des femmes qui ont été dénommés Kanak. Ils avaient développé une civilisation propre, avec ses traditions, ses langues, la coutume qui organisait le champ social et politique. » (Point 1)
« Des hommes et des femmes sont venus en grand nombre, aux xixe et xxe siècles, convaincus d’apporter le progrès, animés par leur foi religieuse, venus contre leur gré ou cherchant une seconde chance en Nouvelle-Calédonie. Ils se sont installés et y ont fait souche. » (Point 2)
« La colonisation a porté atteinte à la dignité du peuple kanak qu’elle a privé de son identité. Des hommes et des femmes ont perdu dans cette confrontation leur vie ou leurs raisons de vivre. De grandes souffrances en ont résulté. Il convient de faire mémoire de ces moments difficiles, de reconnaître les fautes, de restituer au peuple kanak son identité confisquée, ce qui équivaut pour lui à une reconnaissance de sa souveraineté, préalable à la fondation d’une nouvelle souveraineté, partagée dans un destin commun. » (Point 3)
« Il est aujourd’hui nécessaire de poser les bases d’une citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie, permettant au peuple d’origine de constituer avec les hommes et les femmes qui y vivent une communauté humaine affirmant son destin commun. » (Point 4) (adn, Journal Officiel jorf 121, 27 mai 1998 : 8039)

8La Nouvelle-Calédonie compte 269 000 habitants lors du recensement de 2014. Ce recensement a permis aux participants de préciser leur communauté d’appartenance dans une liste proposée. 39 % de la population s’est dit appartenir à une communauté appelée mélanésienne, 27 % à une communauté dite européenne, le reste étant formé par des Wallisiens et Futuniens (8 %) et d’autres communautés (6 %, Tahitiens, Indonésiens, Ni-Vanuatu, Vietnamiens et autres populations asiatiques). 9 % des personnes interrogées ont indiqué appartenir à plusieurs communautés, 8 % à la communauté « Calédonienne ». Enfin, 3 % ont déclaré une communauté non proposée ou n’ont pas répondu à la question.

9Geneviève Vinsonneau définit l’identité comme :

« une dynamique évolutive, par laquelle l’acteur social, individuel ou collectif, donne sens à son être ; il le fait en reliant, à travers le passé, le présent et l’avenir, les éléments qui le concernent et qui peuvent être de l’ordre des prescriptions sociales et des projets aussi bien que des réalités concrètes. » (Vinsonneau, 2002)

10Cette définition est intéressante au regard de la situation actuelle de la Nouvelle-Calédonie car son passé, longtemps occulté, est aujourd’hui mis en avant. Cependant, la diversité ethnique et l’histoire coloniale ont abouti à la constitution d’une société dans laquelle la cohabitation de fait des habitants ne s’est pas traduite, jusqu’à présent, par le destin commun (Salaün et Vernaudon, 2009 : 65). Une commission du Sénat, présente en 2010, a en effet observé

« [un] territoire en pleine mutation et une population traversée par des questions cruciales quant à son identité et à son avenir. » (Cointat et Frimat, 2011)

Les descendants d’Algériens de Nouvelle-Calédonie. Histoire singulière d’une présence, une présence singulière dans l’Histoire

11Les détenus algériens déportés en Nouvelle-Calédonie dans la 2nde moitié du xixsiècle se composaient en majorité de forçats, mais aussi de « 121 déportés politiques et 163 relégués récidivistes » (Barbançon et Sand, 2013 : 15). À la fin de leur peine, ceux qui ne pourront retourner en Algérie s’installeront sur le territoire, bénéficiant parfois de terrains agricoles fournis par l’administration coloniale, en particulier dans la ville de Bourail. C’est une singularité des premiers Algériens en Nouvelle-Calédonie car leur histoire est faite à la fois d’un mouvement de révolte face à une nation colonisatrice dans leur pays d’origine qui les aura rapprochés de la communauté Kanak, mais aussi d’une nécessité de reconnaissance par cette même nation colonisatrice, en Nouvelle-Calédonie cette fois, leur permettant l’accès à une réduction de peine ou l’attribution de concessions agricoles. En 2011, lors de l’inauguration, à l’Institut du monde arabe, de l’exposition Caledoun, retraçant le parcours des détenus algériens et de leurs descendants en Nouvelle-Calédonie, M. Taïeb Aïfa, alors président du comité de pilotage de l’exposition et maire de la ville de Bourail, indique dans ce sens :

« Nos pères exilés de leurs terres souvent données à des colons sont devenus concessionnaires sur des terres prises à des tribus kanak. Pour eux, l’Histoire s’est inversée : la colonisation qu’ils subissaient en Algérie, c’est à leur tour, souvent malgré eux, d’en devenir les agents, non pas pour en vivre, mais pour survivre. » (Barbançon et Sand, 2013 : 7)

12Certains détenus algériens participeront à la répression de la grande insurrection du chef Ataï de 1878 (Barbançon et Sand, 2013 : 17). Ce sera aussi un détenu algérien, Mohamed ben Ahmed, qui tuera, le 10 janvier 1918 :

« le chef kanak Bwëé Noël Pwatiba, figure héroïque de l’insurrection kanak qui éclata en 1917, dans le nord calédonien. » (Merle et Muckle, 2017 : 9)

13Le travail de recherche passionnant effectué par Isabelle Merle et Adrian Muckle, dans une perspective d’analyse de l’histoire coloniale des subalternes, « acteurs les plus humbles dans les espaces impériaux », a permis de retracer le parcours de ce détenu. Cette analyse historique met ainsi en relief cette contradiction que les détenus Algériens viennent symboliser.

14C’est encore cette relation particulière que Louis-José Barbançon met en évidence lorsqu’il termine son discours à l’occasion du colloque 25 ans des accords de Matignon - 15 ans de l’accord de Nouméa. Il indique s’être rendu quelques semaines auparavant à Alger « à l’invitation du Gouvernement algérien dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance » en compagnie d’une délégation officielle du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, conduite par Mme Déwé Gorodé et qui comprenait

« des descendants des Algériens condamnés puis transportés en Nouvelle-Calédonie à la fin du xixe siècle ainsi que des représentants coutumiers de l’aire Ajie Arhu. » (Barbançon, 2013)

L’historien précise alors :

« Quand on sait que ces coutumiers sont les descendants des tribus kanak qui ont été détruites ou dispersées après l’insurrection d’Ataï en 1878 et que c’est sur leurs tertres ravagés et leurs terres spoliées dans la région de Bourail que l’administration coloniale a installé les ancêtres de ces mêmes Algériens, on mesurera le chemin parcouru et les efforts réalisés par les uns et les autres. » (Barbançon, 2013)

15Notre article s’appuie sur les résultats d’une recherche nous ayant donné l’occasion de nous rendre en Nouvelle-Calédonie pour un séjour de quinze jours afin de réaliser des entretiens de recherche, à Nouméa et Bourail, auprès de neuf descendants d’Algériens : deux femmes et sept hommes. Ce fut notre premier séjour en Nouvelle-Calédonie.

16Nous utilisons l’entretien pour le recueil de données et abordons les thèmes suivants : les origines et les interrogations sur la provenance, les représentations d’appartenance, la Nouvelle-Calédonie aujourd’hui, la transmission et la projection dans l’avenir. Sur accord des participants, les entretiens sont enregistrés puis retranscrits. La confidentialité et l’anonymat auxquels nous nous sommes engagés ne nous permettent pas d’indiquer l’identité de nos participants ni même de proposer au sein de cet article les discours de nos participants pouvant permettre leur reconnaissance. Nous tenterons cependant de fournir au lecteur les données contextuelles nécessaires à la bonne lecture de notre propos, propos basé sur des données relatives aux premiers Algériens de Nouvelle-Calédonie mais surtout sur des récits actuels confiés par leurs descendants encore vivants lors de notre recherche.

Les descendants d’Algériens, une identité entre filiation et affiliation

17Deux participants, âgés entre 80 et 90 ans, sont enfants de détenus algériens et ont grandi au contact direct des premiers Algériens de Nouvelle-Calédonie. Leurs discours sont riches en faits historiques concernant certains événements comme les célébrations à l’issue du jeûne du mois de Ramadan que les Algériens effectuaient :

« C’était joli. Alors ils tiraient des coups de fusil, ils s’amusaient, ils couraient à cheval, ils faisaient la fantasia, ils faisaient tout. Ça, je me rappelle, c’était la fin de la fête du Carême, […] on a bien vécu le monde arabe nous. » (Extrait d’entretien)

Ils parlent, par ailleurs, de la disparition progressive des premiers algériens :

« Petit à petit, il n’y avait plus personne. On voyait les gens mourir. Je me souviens quand mon père allait à l’enterrement. » (Extrait d’entretien)

Les discours décrivent des conditions de vie difficiles :

« L’enfance a été dure d’abord parce que les parents étaient pauvres » (Extrait d’entretien)

et ils reviennent sur le racisme auquel ces enfants étaient confrontés :

« On était des enfants de bagnards… On est rentré à l’école publique. On n’a pas pu tenir à l’école publique parce qu’on se faisait traiter de “sale bicot”. » (Extrait d’entretien)

Ils évoquent aussi l’obligation de donner des prénoms catholiques à laquelle leurs parents ont dû se soumettre pour les scolariser :

« C’est des prénoms qui étaient donnés, au moment où on voulait aller à l’école, il fallait avoir un prénom chrétien et puis être baptisé » (Extrait d’entretien)

18Ces descendants ont pour point commun d’avoir un père Algérien et une mère issue d’une autre communauté présente sur le territoire, les détenus algériens étant exclusivement des hommes. Leurs discours mettent en perspective l’isolement des premiers Algériens dans leur rôle de père rendant difficile, voire impossible, la transmission d’une langue, arabe ou berbère, ou d’une religion musulmane. Enfin, ils nous font part de la nostalgie de la terre d’origine et la résignation de leurs pères face à l’impossible retour :

« Moi, mon père, il voulait repartir en Algérie, et puis… il n’a pas pu. » (Extrait d’entretien)

Deux participants, âgés entre 60 et 70 ans et petit-fils d’Algériens, font part de l’attachement à leurs origines algériennes tout en précisant le silence qui les entourait :

« Je sais tout juste que mon grand-père est venu ici, ben disons au bagne… Et puis… il a quand même fondé une famille et puis je suis là aujourd’hui. » (Extrait d’entretien)

19Leur discours nous permet de comprendre comment une communauté, désignée en Nouvelle-Calédonie par le qualificatif « Arabe », commence à se structurer sur le territoire du fait de mariages entre descendants d’Algériens. Le terme « Arabe » a d’abord été utilisé par l’administration coloniale et pénitentiaire française pour désigner les condamnés nord-africains, principalement algériens comme indiqué précédemment. C’est ce qualificatif que leurs descendants ont choisi d’utiliser pour mettre en avant leurs origines comme lors de la création de l’association des Arabes et amis des Arabes de Nouvelle-Calédonie en 1969 à la mort du dernier détenu algérien. Aujourd’hui, le terme « Arabe » reste beaucoup utilisé par les descendants eux-mêmes mais aussi au sein des médias mais d’autres appellations existent, comme « Algériens », « Berbères » ou « Kabyles » de Nouvelle-Calédonie.

20Ces participants abordent aussi le racisme qu’ils ont subi, enfants :

« J’étais un petit bicot… tu vois c’était… une façon de dire, l’arabe, on ne disait pas l’arabe, on disait bicot. » (Extrait d’entretien)

21Ces entretiens nous permettent par ailleurs d’appréhender les conséquences de l’indépendance de l’Algérie au cours de leur jeunesse car nombre de colons et de militaires français viendront alors s’installer en Nouvelle-Calédonie :

« Il y avait la fin de la guerre d’Algérie. Je me suis retrouvé avec des sous-officiers qui revenaient d’Algérie et qui me sortaient “ah et ben alors ! On a quitté l’Algérie et on retrouve encore ces”, tu vois, ces bougnouls ou alors… je sais plus comme ils m’appelaient. » (Extrait d’entretien)

22Pour ces deux premières générations de descendants, l’indépendance de l’Algérie vient donner une tournure particulière à leur vécu avec un engagement pour la reconnaissance de leur histoire, ouvrant peut-être ainsi la voie à une structuration de cette communauté.

23Trois participants, âgés entre 45 et 60 ans et eux aussi petits-enfants d’Algériens, indiquent pareillement le manque de transmission quant aux origines :

« Je savais que mon grand-père était né en Algérie, mais c’est tout. » (Extrait d’entretien)

Pour autant, l’accès aux documents d’archives permet des avancées :

« Nous on est tous, notre génération, en train de, soit avoir déjà une bonne connaissance de nos origines, soit en train de découvrir nos origines […] La génération d’avant, c’était la génération du non-dit » (Extrait d’entretien)

Pour ces personnes interrogées, il s’agit avant tout de comprendre l’histoire de leurs ancêtres :

« J’avais le sentiment que ça permettait quelque part de boucler la boucle. Voilà, d’assumer cette part d’histoire que nos ancêtres ont tellement essayé de faire disparaître. » (Extrait d’entretien)

24Pour elles, qui étaient adolescentes, voire jeunes adultes lors des événements sanglants survenus sur le territoire entre 1984 et 1988, le discours est empreint de la question du « vivre ensemble ». Ils se sentent avant tout Calédoniens et souhaitent s’inscrire dans la perspective d’une identité néo-calédonienne telle qu’ils estiment l’avoir toujours vécue :

« Je me sens toujours très Calédonienne, je serai toujours Calédonienne. » (Extrait d’entretien)

« Mon sentiment, c’est que je suis d’ici, profondément d’ici. Je vais dire le seul endroit au monde où je sois vraiment légitime, il est ici. » (Extrait d’entretien)

25Pour cette génération, les origines algériennes conservent une importance symbolique, avec par exemple le besoin de « renouer avec la langue », mais leur réalité quotidienne reste ancrée en Nouvelle-Calédonie.

26La transmission d’une histoire individuelle et collective est présente :

« Je pense que c’est important de créer des points de repères, des points d’ancrage pour justement, pour ceux qui viennent aujourd’hui [...] Ce qu’on nous a appris maintenant, ce qu’on a nous appris et qu’on va pouvoir transmettre par l’oralité à nos enfants également. » (Extrait d’entretien)

Ils s’interrogent sur ce qu’ils doivent transmettre aux jeunes générations, entre besoin d’histoire et nécessité d’oubli :

« Moi, aujourd’hui, j’appartiens à la communauté Arabe de Nouvelle-Calédonie. Pour moi, c’est clair, voilà. Et mes enfants c’est complètement différent [...] Et eux, ils n’ont aucune…. [silence de 3 s] … ils s’attachent à rien, quoi. Pour eux ils sont Calédoniens, mais ils sont encore jeunes. Moi, à leur âge, j’étais pareil, je ne ressentais pas le besoin de savoir d’où je venais. Pour moi j’étais Calédonienne point. » (Extrait d’entretien)

La relation à l’Algérie pose tout autant question lorsqu’il s’agit des enfants :

« Ils sont curieux. Ils sont curieux d’y aller mais ils n’ont pas l’envie d’y aller. Si tu comprends un peu la nuance. Je ne souhaite pas les forcer, ça viendra à un moment, ça viendra. Je conserverai les liens qu’on a su recréer avec la famille [...] Mais la génération plus jeune, pour l’instant, elle ne manifeste pas d’intérêt particulier. Cependant, dans les plus âgés de cette génération-là [...], quand ils ont découvert l’exposition [Caledoun], ils ont été très émus, très émus et très fiers de savoir qu’ils appartenaient à cette communauté. Mais il n’y a pas d’envie particulière de partir en Algérie, voir, sentir, toucher le pays. Il y a eu beaucoup d’émotion [pendant l’exposition Caledoun]. Parce que nous, [...] on a eu des bribes d’histoire, sur la pauvreté, sur la misère, etcetera… Mais on n’a pas encore transmis ça à nos enfants. Voilà. Les enfants, ils ont vu les images, ils ont vu des photos, ils ont lu les textes. Ils ont été bouleversés quoi. » (Extrait d’entretien)

27Enfin, deux participants, âgés entre 30 et 40 ans et arrière-petit-fils d’Algériens, indiquent aussi le manque de transmission quant à leurs origines tout en ayant bénéficié d’un accès facilité à l’information à travers les travaux d’historiens, les archives, internet et les déplacements en Algérie :

« Moi, quand j’étais gosse, je ne savais pas que j’étais Algérien. Quand on est gosse, on ne sait pas […] Après, la télé algérienne est venue, il y a eu beaucoup de reportages. » (Extrait d’entretien)

Leurs récits s’inscrivent dans une recherche de vérité :

« Ce qui nous lie à nos ancêtres aujourd’hui, c’est ça. C’est de faire toujours connaître pourquoi ils sont venus, pourquoi ils sont arrivés ici. » (Extrait d’entretien)

C’est chez ces plus jeunes descendants que la volonté de réhabilitation des ancêtres semble être la plus prononcée :

« Leur histoire à eux… comment ils sont arrivés là… la souffrance qu’ils ont eue… […] C’est ça qu’on a hérité en fait… C’est toute cette histoire de souffrance, et de… qu’ils n’auraient pas dû être condamnés. » (Extrait d’entretien)

28Par ailleurs, ces plus jeunes descendants montrent un attachement particulier à la dimension religieuse, le retour à la religion musulmane de leurs ancêtres leur permettant de faire un lien nouveau avec l’Algérie :

« La religion, c’est venu comme ça. Je ne savais pas c’était quoi, avant, la religion musulmane, […] et petit à petit, ben voilà, je suis rentré dans la religion. » (Extrait d’entretien)

29Pour les descendants d’Algériens de Nouvelle-Calédonie, en particulier dans la ville de Bourail, ce lien par le fait religieux vient se concrétiser avec la construction, en 1998, de la mosquée de Nessadiou, un quartier détaché de la ville.

30La religion permet aussi une proximité avec l’ensemble de la communauté musulmane mondiale :

« Il y a des gens aussi de l’extérieur qui commençaient à arriver… on a appris un peu de choses sur la religion. » (Extrait d’entretien)

31Pour ces deux dernières générations de descendants, les discours présentent moins de faits historiques et reflètent le besoin de se construire dans une pluralité d’appartenances culturelles, la filiation symbolique algérienne en faisant partie, mais surtout d’être reconnu dans une identité néo-calédonienne fédérant l’ensemble des populations du territoire.

L’interculturation comme base de la communauté

32Si nous considérons le concept d’interculturation, en tant qu’ensemble de processus paradoxaux renvoyant à l’intégration d’une pluralité de références culturelles (Clanet, 1990), la Nouvelle-Calédonie est d’emblée un lieu singulier. Ces processus sont dits paradoxaux car ils reflètent autant la fermeture que l’ouverture, la transformation que le maintien, de systèmes culturels en présence :

« Pour les individus et les groupes appartenant à deux ou plusieurs ensembles culturels, se réclamant de cultures différentes ou pouvant y être référés, nous appellerons interculturation les processus par lesquels, dans les interactions qu’ils développent, ils engagent implicitement ou explicitement la différence culturelle qu’ils tendent à métaboliser. » (Denoux, 1994)

33L’interculturation consiste donc en un ensemble de processus identitaires développés par les sujets en situation interculturelle pour dépasser les tensions et les écarts culturels. Et c’est là que la Nouvelle-Calédonie nous semble être aujourd’hui car, pour l’ensemble de ses citoyens, au-delà d’une identité commune, il s’agirait avant tout de voir émerger une culture tierce qui viendrait transcender les cultures en présence sur le territoire.

34Notre recherche a permis de constater une interculturation chez nos participants, le contexte actuel du territoire pouvant réactiver un attachement pour l’Algérie perçue comme une terre d’origine. Une identité interculturelle se construirait autour d’une identité-racine (Glissant, 1996) cherchant à démontrer une filiation et d’une identité néo-calédonienne en devenir. Ainsi, entre filiation et affiliation, nos participants se disent Calédoniens tout en restant d’origine algérienne :

« Après tout, nous, on est Calédoniens. Moi, je suis né en Calédonie. Mais je suis descendant d’Algérien. Ce qui fait que, franchement, je me sens Algérien. » (Extrait d’entretien)

35Tous les participants de cette recherche ont fait part de cette double affiliation, visible également au niveau institutionnel. Le blason de la ville de Bourail, qui a accueilli la majorité des concessions de détenus algériens, articule en effet ces deux appartenances (figure 1).

« [Il] témoigne de la présence ancestrale kanake par ses deux chambranles. Le croissant de lune explique l’origine des premiers occupants de Bourail. Il s’agissait des condamnés libérés algériens. » (Ouennoughi, 2005 : 79)

Figure . – Le blason de la ville de Bourail

Figure . – Le blason de la ville de Bourail

36Les autres éléments de ce blason représentent le cimetière néo-zélandais (croix bleue), le merle des Moluques introduit en Nouvelle-Calédonie à partir de la ville de Bourail (oiseau à pattes jaunes) et la communauté agricole de Bourail (tête de bétail et gerbe de blé).

37Pour les descendants d’Algériens, des processus interculturels ainsi que des créations culturelles inédites sont élaborés à partir de valeurs issues des cultures auxquelles ils se rattachent. Des « métabolisations interculturelles » (Teyssier et Denoux, 2013) singulières en résultent :

« Mes deux grands-pères, c’était des musulmans. Et mes deux grand-mères, c’était des catholiques… en fin de compte, si je respecte mes deux grands-pères et mes deux grand-mères, ben je prends un peu des deux. » (Extrait d’entretien)

Cette construction est poursuivie lorsque ce participant, évoquant son enterrement, indique sa volonté d’être enterré « à l’européenne » et précise :

« par contre, ce qu’on fait toujours, c’est le croissant avec l’étoile, tu vois, pour montrer que c’est un musulman, qu’on est musulman. Et moi, je l’aurai, ça, sur la tombe. » (Extrait d’entretien)

Un autre participant dit :

« Je fais le Ramadan mais je suis catholique, […] ça fait que ma manière de regarder l’espace, le monde, les gens qui m’entourent et des questions de foi, sont aussi imprégnées de la diversité de mes racines. » (Extrait d’entretien)

38La dimension religieuse leur permet ainsi un lien entre leurs appartenances culturelles plurielles. Pour d’autres, c’est au travers d’un discours identitaire que les créations interculturelles se manifestent :

« Je suis un Algérien né en Nouvelle-Calédonie de nationalité française […] S’il y a indépendance, et bien je serai Algérien né en Nouvelle-Calédonie de nationalité calédonienne. » (Extrait d’entretien)

39Pour ces descendants d’Algériens, le communautarisme actuel sur le territoire impose une inscription dans une communauté. Ils paraissent ainsi à la croisée des chemins : celui de l’affirmation singulière d’une communauté, peut-être d’une diaspora algérienne en Nouvelle-Calédonie, celui du rattachement à une communauté institutionnalisée telle que cela a pu leur être suggéré lors d’un dernier recensement, ou même celui d’une inscription dans la citoyenneté néo-calédonienne à venir.

Une identité pour « faire souche » sur le territoire

40La découverte de leurs origines permet aux descendants de s’insérer pleinement dans l’histoire du territoire. C’est en se revendiquant d’une communauté venue d’ailleurs qu’ils peuvent se reconnaître comme partie intégrante de la communauté calédonienne d’aujourd’hui. Un participant indique :

« Maintenant, on ne peut pas partir d’ici ».

Un autre précise que cette connaissance lui apporte :

« une paix de l’âme, c’est-à-dire d’avoir réhabilité la mémoire de ces ancêtres sans histoire et quelque part sans légitimité dans ce pays. » (Extrait d’entretien)

Dans le contexte actuel du territoire, cet « enracinement » viendrait légitimer la présence de ces descendants :

« Parce que le destin commun, c’est reconnaître à l’ensemble des gens qui sont arrivés en Calédonie, qui ont bâti le pays, le droit d’y rester, le droit d’y vivre dans le respect mutuel des origines et des cultures des uns et des autres. » (Extrait d’entretien)

Un participant dit vouloir :

« rappeler aux cousins kanak que l’histoire de ce pays au cours des derniers 160 ans telle que développée par le discours anticolonial est un discours manipulé, comme l’était le discours colonial et que la réalité elle est entre les deux et que ça construit des légitimités. » (Extrait d’entretien)

Ce contexte pourrait être à l’origine d’émergences diasporiques :

« Ici, depuis une vingtaine d’années, on parle beaucoup de la culture kanak, on met en avant la culture mélanésienne. Donc, on a pris conscience que les gens avaient des coutumes. Qu’il y avait des coutumes. Donc, tu te dis, et moi… c’est quoi ? » (Extrait d’entretien)

41Les descendants d’Algériens se revendiqueraient ainsi de l’exil et d’une diaspora inscrite dans le passé pour légitimer leur présence actuelle sur le sol calédonien.

Un processus de patrimonialisation pour la construction d’une mémoire collective

« Toute mémoire collective a pour support un groupe limité dans l’espace et dans le temps. » (Halbwachs, 1997 : 75)

42Les travaux de l’anthropologue Mélica Ouennoughi (2005) ont permis de retracer l’histoire de cette présence en Nouvelle-Calédonie à travers la culture du palmier dattier, symbole le plus visible de cette « transplantation » :

« Dans la région de Pouembout, la tradition orale désigne, par exemple, une variété de dattes en référence à un déporté politique du nom de Mamâar, des Ouled Zekri. Au dire des habitants, ce dernier l’aurait implanté dans sa concession par semis de noyau pour marquer le lien d’appartenance avec son terroir d’origine. Par ailleurs, plusieurs autres variétés de dattes (communes aux gens de Nessadiou, de Boghen et de Voh) font référence au déporté Ben Toumi. Il est donc possible que les noyaux de dattes aient été plantés par les patriarches pour marquer leur clan ou leur appartenance tribale et selon des rituels qui ne nous sont pas encore bien connus. » (Ouennoughi, 2006 : 64)

43Dans la ville de Bourail, l’établissement d’un cimetière à Nessadiou, en 1897, devient un facteur de regroupement des premiers Algériens :

« Enterrés sans distinction s’ils étaient morts en cours de peine, les “Arabes” s’organisent dès leur mise en concession pour pouvoir suivre le rituel musulman en cas de décès. À la suite de la mort accidentelle du marabout Sidi Moulay à Nessadiou en 1891, le libéré Miloud ben Abdallah offre un lot de terrain pour un cimetière réservé aux “mahométans”, réclamé par une pétition des “Arabes” de Bourail. À Nouméa, un lot spécial du cimetière municipal est affecté aux musulmans, dénommé “carré des Arabes”. » (Barbaçon et Sand, 2013 : 147)

44La tombe de Sidi Moulay vient sacraliser cette parcelle et le cimetière ancre la présence des premiers Algériens à Bourail et concrétise la naissance d’une communauté filiative, les descendants se reconnaissant dans une généalogie symbolique avec Sidi Moulay et les premiers Algériens qui y sont enterrés (Ouennoughi, 2005 : 251).

45Ce cimetière, qui accueille par ailleurs les sépultures de familles de confession catholique, est à l’image de l’interculturation de ces descendants. C’est un cimetière très fleuri où trônent quelques palmiers dattiers et où se côtoient les caveaux familiaux, les sépultures en marbre et les tombes plus simples et anonymes, selon la tradition musulmane, parfois seulement recouvertes de terre, sans stèle ni pierre tombale. Certaines stèles sont rectangulaires alors que d’autres ont une forme arrondie avec un bout pointu évoquant la coupole d’une mosquée. Toutes les sépultures sont orientées vers la même direction qui correspond à une orientation vers la Kaaba, une construction cubique située au centre de la grande mosquée de la ville de la Mecque en Arabie Saoudite. Cette orientation sert par ailleurs de direction lors de la prière chez les fidèles musulmans. Dans la tradition musulmane, une telle orientation lors de l’inhumation doit permettre au défunt, alors placé dans sa tombe sur son côté droit, d’avoir le visage orienté vers la Kaaba. Au sein du cimetière de Nessadiou, certaines plaques funéraires et sculptures viennent représenter des anges alors que sur d’autres nous notons la présence d’un croissant de lune et d’une étoile. La tombe de Sidi Moulay est identifiable car entourée de murs.

46Le cimetière devient ainsi fédérateur pour les premiers Algériens et leurs descendants et ouvre la voie à une construction mémorielle et un processus de patrimonialisation. Par la suite, une mosquée est construite et ouvre ses portes en 1998 (figure 2).

Figure 2. – La mosquée près du cimetière musulman de Nessadiou, 2013

Figure 2. – La mosquée près du cimetière musulman de Nessadiou, 2013

© R. Oulahal

47Peu d’informations sont disponibles concernant la construction de cette mosquée mais il ne semble pas que son architecture soit inspirée de monuments existants en Algérie, mais plutôt de celle construite en 1986 dans la ville de Nouméa où la communauté musulmane est majoritairement d’origine indonésienne. Il est intéressant de noter que la mosquée porte le nom du sociologue algérien Seddik Taouti (1924-2005) que les descendants présentent comme celui qui a découvert leur communauté en 1984 :

« Il y a aussi eu Seddik Taouti, il travaillait dans la banque islamique en Arabie-Saoudite et c’est lui le premier qui a découvert la communauté. La mosquée ici à Nessadiou porte son nom. » (Extrait d’entretien)

48Son rôle a été central dans la création d’un lien avec le gouvernement algérien et certaines familles, de même que dans la mise en place de visites en Algérie effectuées par des délégations de descendants. Il faut ajouter à cela le travail de Louis-José Barbançon (2006), un travail de mémoire, qui a établi la liste des détenus algériens ayant purgé leur peine en Nouvelle-Calédonie (Barbançon et Sand, 2013). Ses travaux ont par ailleurs servi de base à la mise en place de l’exposition « Caledoun » à laquelle nombre de descendants d’Algériens ont contribué à travers leurs témoignages et images d’archives.

« Cette aspiration à retrouver les racines conduit dans les années 1980 à l’organisation d’un premier voyage de descendants au pays des ancêtres, grâce en particulier au professeur Seddik Taouti, qui a contribué à la redécouverte de cette page de l’histoire algérienne. La série de films Les Témoins de la Mémoire réalisée par Saïd Oulmi et Fatiha Si Youcef pour la télévision algérienne, puis l’organisation de “voyages de retour” associatifs ou individuels, viennent couronner dans les dernières années cette réappropriation lente et désormais définitive du passé. » (Barbaçon et Sand, 2013 : 16)

La mise en place d’un patrimoine immatériel

49La mémoire collective se construit aussi autour d’un patrimoine composé de mythes et légendes orales. Mélica Ouennoughi (2005) cite par exemple la légende de Taïeb ben Mabrouk, le joueur de flûte, de Moustapha ben Zeneti, le porteur de baraka, du marabout Boaghi, l’homme de la circoncision ou encore du Cheikh ben Daouïch, le guérisseur.

50Ce patrimoine immatériel est aussi fait de cérémonies que les premiers Algériens pratiquaient sur le territoire et que leurs descendants maintiennent. Il s’agit tout d’abord de la « sadaka », un repas partagé à l’occasion d’un événement (naissance, décès…) ou d’une cérémonie religieuse :

« Il y a toujours eu des sadakas. Mais quand la religion était perdue, la sadaka est toujours restée. Et ça fait que nous, que moi en étant enfant avec mon père, du temps de mon grand-père, on a toujours été dans ces coutumes-là. » (Extrait d’entretien)

« L’endroit où on fait les sadakas, ça a toute une histoire aussi. C’est symbolique pour nous. » (Extrait d’entretien)

51Ce lieu est situé à proximité du cimetière et vient lui aussi, avec la mosquée non loin, procéder de la sacralisation de cet espace communautaire.

52Un autre événement majeur qui rythme la vie de la communauté des descendants d’Algériens est la « Fantasia », un spectacle équestre traditionnel simulant des assauts militaires et pratiqué essentiellement au Maghreb, et qui vient faire écho à l’image du cavalier arabe liée au souvenir des premiers Algériens arrivés sur le territoire :

« Moi, quand on fait une fantasia de temps en temps ici, mais je suis au paradis ! » (Extrait d’entretien)

Vers une identité diasporique ?

53L’arrivée des premiers Algériens sur le territoire calédonien pose la question des remaniements identitaires qu’ils ont pu mettre en œuvre face à leur exil. Le concept d’identité diasporique permet de comprendre la façon qu’ont les anciens migrants de se définir à la fois comme étant d’ici et d’ailleurs (Eckmann, 2008 : 18). Ces Algériens arrivés sur le territoire en tant que détenus y ont purgé leur peine, s’y sont ensuite mariés et y ont fondé leur famille. Pour autant, il ne semble pas qu’ils aient voulu pérenniser des traditions algériennes en Nouvelle-Calédonie.

54Ils transmettent peu de leur histoire à leurs enfants, l’éloignement géographique avec leur pays d’origine venant peut-être justifier ce choix : laisser les enfants suivre le chemin de leurs mères dont les communautés sont mieux représentées. Ils ont donc continué à vivre et pratiquer certaines traditions sans pour autant y associer leurs enfants. Par exemple, seuls ces premiers Algériens ont réellement parlé la langue arabe ou berbère, que leurs épouses ne parlaient pas. Il n’y a pas d’information à ce sujet mais nous pouvons supposer que ces détenus algériens parlaient aussi la langue française, soit qu’ils l’aient connue auparavant en Algérie, soit qu’ils l’aient apprise, ou tout du moins qu’ils en aient acquis quelques bases, lors de leur séjour au bagne puis plus tard. De même, la pratique religieuse ne semble pas avoir fait l’objet d’une transmission formelle :

« Quand ils faisaient le Carême… Alors le soir… ils devaient manger dans la nuit, je ne sais pas à quelle heure… je sais que maman, ma tante puis ma grand-mère faisaient à manger, et eux ils mangeaient la nuit-là. Et puis le lendemain on ne les voyait pas parce qu’ils allaient à leurs occupations. » (Extrait d’entretien)

55Il est intéressant de noter le mélange linguistique présenté ici dans le sens où des référents et cadres de pensée catholiques sont utilisés pour décrire des pratiques musulmanes, le terme « Ramadan » ayant disparu pour laisser place à celui de « Carême ».

56Pour leurs descendants, le contexte actuel de la Nouvelle-Calédonie s’accompagne d’un questionnement identitaire. Un processus de création diasporique pourrait émerger non plus du seul exil initial des premiers Algériens mais du fait de conditions actuelles dans le territoire, n’oubliant pas cependant que :

« Toute diaspora résulte d’une migration, volontaire ou non, mais toute minorité ethnique n’appartient pas nécessairement à une diaspora... Toute forme d’exode ou d’exil ne conduit pas obligatoirement à la constitution d’une diaspora, en tout cas pas immédiatement […] L’individu ou la communauté en diaspora se trouvent dans des lieux qu’ils n’ont pas produits […] Ils vont donc chercher à créer au sein de ces lieux un espace qui leur soit propre et qui renvoie ou se réfère à d’autres espaces, ceux au sein desquels s’est constituée leur identité, celle de leurs parents, de leurs ancêtres […] La déterritorialisation s’accompagne ou est suivie d’une reterritorialisation. » (Bruneau, 2011 : § 21)

57La culture du palmier dattier, le cimetière ainsi que la mosquée seraient autant d’exemples de cette reterritorialisation de la communauté en diaspora. Pour les descendants d’Algériens de Nouvelle-Calédonie, un tel cycle diasporique pourrait s’amorcer, leur interculturation n’étant pas sans rappeler « l’être en diaspora créateur » que Michel Bruneau différencie du migrant transnational qui reste :

« beaucoup trop dépendant de son État-nation d’origine et de celui de son pays d’accueil pour s’autonomiser et devenir créateur comme “l’être en diaspora”. » (Bruneau, 2001 : § 20).

Conclusion

58Ce travail de recherche a été l’occasion d’une rencontre avec les descendants d’Algériens en Nouvelle-Calédonie. Nous proposions l’hypothèse selon laquelle le contexte actuel réactive des phénomènes identitaires et qu’une identité interculturelle se construit autour d’une identité racine et d’une identité néo-calédonienne en devenir. L’analyse des entretiens réalisés auprès des neuf descendants d’Algériens que nous avons rencontrés permet de vérifier notre hypothèse.

59Il nous faut cependant tenir compte de la limite de ces résultats du fait de la taille de notre échantillon et de la durée de notre séjour en Nouvelle-Calédonie. Au-delà d’une généralisation, c’est avant tout la perspective singulière d’un processus identitaire au regard d’un contexte historique et politique que nous avons souhaité restituer : se connaître, connaître ses origines mais aussi pouvoir justifier de sa présence et de son appartenance au territoire. Il s’agit en outre de se faire reconnaître dans le paysage multiculturel et de participer à la construction de l’identité néo-calédonienne :

« Mes enfants sont, je pense, à l’image de toutes les opportunités que la Calédonie peut offrir et toute la diversité qu’elle peut engendrer. » (Extrait d’entretien)

60Nos participants ont développé une identité interculturelle, entre histoire individuelle et collective. Tous se reconnaissent des origines plurielles et se définissent avant tout comme « enfants du pays » mais cette identité est parfois difficile à affirmer dans un contexte où le communautarisme se fait pressant. Leur origine fait d’eux des citoyens singuliers de par les processus d’interculturation mis en œuvre et ce sont ces mêmes processus qui sont aujourd’hui en élaboration à l’échelle du territoire et pour l’ensemble de ses habitants.

61La connaissance de leurs origines permet de relier ces descendants à l’Algérie, pays de leurs ancêtres, mais aussi de les maintenir en Nouvelle-Calédonie, pays dans lequel ces ancêtres sont enterrés et où ces descendants sont maintenant pleinement inscrits.

62Nous envisageons l’émergence d’une diaspora contemporaine pour laquelle le cycle diasporique ne ferait que commencer. Des lieux et monuments commémoratifs sont identifiés, vecteurs d’une mémoire identitaire sur les lieux de l’exil de leurs ancêtres. Mais cette émergence pourrait s’avérer conjoncturelle :

« Peut-être qu’il faut que tu places tout ce que tu auras récolté dans le contexte actuel. La fin de l’accord de Nouméa, des questions de fond sur notre avenir qui font que les gens prennent une posture qui est une posture particulière par rapport à ce moment-là de notre histoire. » (Extrait d’entretien)

63Les diasporas ne sont pas intemporelles, elles apparaissent, se développent, s’éteignent et peuvent parfois même ne rester qu’à l’état d’ébauche. Notre analyse de l’identité des descendants d’Algériens de Nouvelle-Calédonie étant prise dans le contexte du processus d’autodétermination du territoire, il s’agira d’évaluer le phénomène diasporique dans une temporalité ultérieure.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 2012. Dossier de presse Exposition Caledoun, Arabes et Berbères de Nouvelle-Calédonie (10-30 mai 2012), Bourail, Nouvelle-Calédonie.

Barbançon Louis-José, 1992. Le Pays du non-dit. Regards sur la Nouvelle-Calédonie, La Mothe-Achard, Offset Cinq Édition.

Barbançon Louis-José, 2006. Mémoires oubliées, devoir de mémoire, devoir d’histoire, Présence africaine 173, pp. 207-212.

Barbançon Louis-José, 2013. Des accords de Matignon à l’accord de Nouméa 1988-1998, allocution à l’occasion du colloque 25 ans des accords de Matignon - 15 ans de l’accord de Nouméa organisé par la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris.

Barbançon Louis-José et Christophe Sand, 2013. Caledoun, histoire des Arabes et Berbères de Nouvelle-Calédonie, Bourail, Association des Arabes et Amis de Nouvelle-Calédonie.

Bruneau Michel, 2011. Phénomène diasporique, transnationalisme, lieux et territoires, ceriscope Frontières.

Clanet Claude, 1990. L’interculturel, introduction aux approches interculturelles en éducation et en sciences humaines, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Cointat Christian et Bernard Frimat, 2011 (8 juin). Rapport d’information 593, session ordinaire du Sénat.

Denoux Patrick, 1994. Pour une nouvelle définition de l’interculturation, in J. Blomart et B. Krewer (éds), Perspectives de l’interculturel, Paris, École normale supérieure de Saint-Cloud, L’Harmattan, pp. 67-81.

Denoux Patrick, 2013. Le contact culturel dans les procédures de recherche. Propositions méthodologiques de psychologie interculturelle, Les Cahiers internationaux de psychologie sociale 100, pp. 365-381.

Eckmann Monique, 2008. L’identité diasporique. Être là, ici et maintenant, Revue Terra Cognita 13, pp. 18-21.

Faberon Jean-Yves, 2002. La Nouvelle-Calédonie : vivre l’accord de Nouméa, Revue française d’administration publique 101, pp. 39-57.

Faugère Elsa et Isabelle merle (éds), 2010. La Nouvelle-Calédonie. Vers un destin commun ?, Paris, Karthala.

Glissant Édouard, 1996. Introduction à une poétique du divers, Paris, Gallimard.

Guerraoui Zohra, 2011. Psychologie des contacts de cultures : psychologie de l’interculturation, in Z. Guerraoui et al. (éds), Comprendre et traiter les situations interculturelles, Louvain-la-Neuve, De Boeck supérieur, coll. Carrefour des psychothérapies, pp. 15-36.

Halbwachs Maurice, 1950 [1997]. La mémoire collective, Paris, puf (rééd. Albin Michel).

Joissains Sophie, Jean-Pierre Sueur et Catherine Tasca, 2014 (19 novembre). Rapport d’information 104, session ordinaire du Sénat.

Journal officiel, 1998 (27 mai). Accord de Nouméa, jorf 121.

Merle Isabelle, 2013. La Nouvelle-Calédonie, terre d’expériences coloniales, Hermès, La Revue 65, pp. 50-51.

Merle Isabelle et Adrian Muckle, 2017. Pour la mort d’un chef kanak. Le destin de Mohamed ben Ahmed ou les enjeux d’une histoire coloniale des subalternes. La Nouvelle-Calédonie au tournant du xxe siècle, Revue d’histoire moderne et contemporaine 64, pp. 9-38.

Ouennoughi Mélica, 2005. Les déportés maghrébins en Nouvelle-Calédonie et la culture du palmier dattier (1864 à nos jours), Paris, L’Harmattan.

Ouennoughi Mélica, 2006. Les déportés maghrébins en Nouvelle-Calédonie. Naissance d’une micro-société (de 1864 à nos jours), Revue Insaniyat 32, pp. 53-68.

Salaün Marie et Jacques Vernaudon, 2009. La citoyenneté comme horizon : destin commun, demande sociale et décolonisation de l’école en Nouvelle-Calédonie aujourd’hui, Anthropologie et sociétés 33, pp. 63-80.

Teyssier Julien et Patrick Denoux, 2013. Mesurer l’appropriation intrapsychique de l’hétérogénéité culturelle : perspectives de la psychologie interculturelle, Les Cahiers internationaux de psychologie sociale 100, pp. 297-312.

Vinsonneau Geneviève, 2002. Le développement des notions de culture et d’identité : un itinéraire ambigu, Carrefours de l’éducation 14, pp. 2-20.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure . – Le blason de la ville de Bourail
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9237/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 2. – La mosquée près du cimetière musulman de Nessadiou, 2013
Crédits © R. Oulahal
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9237/img-2.png
Fichier image/png, 434k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rachid Oulahal, Zohra Guerraoui et Patrick Denoux, « Entre mémoire collective et émergence diasporique, le cas des descendants d’Algériens en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 373-382.

Référence électronique

Rachid Oulahal, Zohra Guerraoui et Patrick Denoux, « Entre mémoire collective et émergence diasporique, le cas des descendants d’Algériens en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 30 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/9237 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.9237

Haut de page

Auteurs

Rachid Oulahal

Doctorant en Psychologie interculturelle, lcpi, Université Toulouse Jean Jaurès, rachid.oulahal@univ-tlse2.fr

Zohra Guerraoui

Maître de conférences en Psychologie interculturelle, lcpi, Université Toulouse Jean Jaurès, zohra.guerraoui@univ-tlse2.fr

Patrick Denoux

Professeur en Psychologie interculturelle, lcpi, Université Toulouse Jean Jaurès, patrick.denoux@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search