Navigation – Plan du site
Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

Le retour des ancêtres japonais. Les recherches identitaires de descendants d’émigrants japonais en Nouvelle-Calédonie

The return of Japanese ancestors. The identity research of descendants of Japanese emigrants in New Caledonia
Claude Grin
p. 383-396

Résumés

Nous assistons depuis quelques années en Nouvelle-Calédonie à un regain d’intérêt identitaire de la part des populations vivant dans l’archipel. Les émigrants japonais qui se sont établis en Nouvelle-Calédonie ont noué des relations matrimoniales avec des Kanak et avec des descendants d’Européens. Leurs généalogies se trouvent ainsi intriquées avec celles de nombreuses familles non-japonaises et ce, sur plusieurs générations, jusqu’au point d’avoir perdu la mémoire de l’histoire de leur ancêtres japonais arrivés sur le territoire calédonien. Cet article s’intéresse plus particulièrement à des membres d’une même famille japonaise originaire d’Okinawa. Il retrace, en reprenant divers témoignages, leur histoire influencée par le poids du pouvoir colonial, et reconstitue un passé resté trop longtemps méconnu, alors qu’il est pourtant représentatif de bien des situations sociales calédoniennes contemporaines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La question métisse en Nouvelle-Calédonie
Les vagues migratoires japonaises
Le premier contingent d’engagés japonais (1892-1897)
La deuxième vague d’immigration japonaise en Nouvelle-Calédonie à partir de 1900
Les travailleurs libres japonais restés en Nouvelle-Calédonie
Récit de Zenjiro Uichi
Être une descendante de Japonais
L’arrestation des Japonais
Les trajectoires des pères rentrés au Japon
Le festival Uchinanchu
Le retour des ancêtres
La réactivation des affects
Rituel religieux funéraire
Commémoration
Conclusion

Aperçu du début du texte

Nous assistons depuis quelques années en Nouvelle-Calédonie à un regain d’intérêt sur la question des origines des uns et des autres. La rencontre avec un Kanak commence souvent par la présentation de sa généalogie, l’affirmation de son positionnement dans son lignage et son clan. Mais lors de mon premier contact avec Nadège, dont je pensais qu’elle était kanak, j’ai été surprise de l’entendre me dire « je suis kanak » puis, après un silence d’ajouter, « je suis yeux tirés » en faisant le geste d’étirer ses yeux. Ce silence et l’insistance sur un détail de l’apparence sont venus rompre l’évidence supposée d’une présentation clanique. Cette situation m’a intriguée et a suscité mon intérêt pour l’explication qui suivit, à savoir que Nadège était métisse descendante d’un ancêtre japonais. Celui-ci était son arrière-grand-père.

S’il est difficile de dater précisément à quel moment les descendants de Japonais se sont intéressés à leurs ancêtres et ont tenté de reconstruire leur parcours ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Grin, « Le retour des ancêtres japonais. Les recherches identitaires de descendants d’émigrants japonais en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 383-396.

Référence électronique

Claude Grin, « Le retour des ancêtres japonais. Les recherches identitaires de descendants d’émigrants japonais en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/9275 ; DOI : 10.4000/jso.9275

Haut de page

Auteur

Claude Grin

Ethnologue, umr gsrl – ephe École pratique des hautes études, Paris, claude.grin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page