Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédo...Le retour des ancêtres japonais. ...

Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

Le retour des ancêtres japonais. Les recherches identitaires de descendants d’émigrants japonais en Nouvelle-Calédonie

The return of Japanese ancestors. The identity research of descendants of Japanese emigrants in New Caledonia
Claude Grin
p. 383-396

Résumés

Nous assistons depuis quelques années en Nouvelle-Calédonie à un regain d’intérêt identitaire de la part des populations vivant dans l’archipel. Les émigrants japonais qui se sont établis en Nouvelle-Calédonie ont noué des relations matrimoniales avec des Kanak et avec des descendants d’Européens. Leurs généalogies se trouvent ainsi intriquées avec celles de nombreuses familles non-japonaises et ce, sur plusieurs générations, jusqu’au point d’avoir perdu la mémoire de l’histoire de leur ancêtres japonais arrivés sur le territoire calédonien. Cet article s’intéresse plus particulièrement à des membres d’une même famille japonaise originaire d’Okinawa. Il retrace, en reprenant divers témoignages, leur histoire influencée par le poids du pouvoir colonial, et reconstitue un passé resté trop longtemps méconnu, alors qu’il est pourtant représentatif de bien des situations sociales calédoniennes contemporaines.

Haut de page

Texte intégral

1Nous assistons depuis quelques années en Nouvelle-Calédonie à un regain d’intérêt sur la question des origines des uns et des autres. La rencontre avec un Kanak commence souvent par la présentation de sa généalogie, l’affirmation de son positionnement dans son lignage et son clan. Mais lors de mon premier contact avec Nadège, dont je pensais qu’elle était kanak, j’ai été surprise de l’entendre me dire « je suis kanak » puis, après un silence d’ajouter, « je suis yeux tirés » en faisant le geste d’étirer ses yeux. Ce silence et l’insistance sur un détail de l’apparence sont venus rompre l’évidence supposée d’une présentation clanique. Cette situation m’a intriguée et a suscité mon intérêt pour l’explication qui suivit, à savoir que Nadège était métisse descendante d’un ancêtre japonais. Celui-ci était son arrière-grand-père.

2S’il est difficile de dater précisément à quel moment les descendants de Japonais se sont intéressés à leurs ancêtres et ont tenté de reconstruire leur parcours de vie, la plupart de mes interlocuteurs citent, comme événement fondateur à l’origine de leur récent mouvement de retour aux sources, l’exposition intitulée « Feu nos pères ». Celle-ci, consacrée aux immigrés japonais et à leurs descendants, a été présentée par la commissaire Mutsumi Tsuda au Centre culturel Tjibaou de Nouméa, du 5 août au 8 novembre 2006, puis dans différentes villes du Japon. Photographe et maître de conférences à la Seian Université Art et Design d’Otsu, Mutsumi Tsuda, s’est illustrée par son intérêt à documenter et à montrer les témoignages de Japonais ayant vécu des situations collectives traumatiques. Elle a tout d’abord mené une recherche, au début des années 2000, sur les différentes lectures américaines ou japonaises des suites de la catastrophe d’Hiroshima. En 2003, lors d’une résidence d’artiste en Nouvelle-Calédonie, Mutsumi Tsuda rencontre des descendants de travailleurs émigrés japonais et comprend que ceux-ci ne connaissent que peu l’histoire de leurs ancêtres. Elle décide alors d’entreprendre une enquête auprès d’eux. Elle collecte récits, photos, lettres et complète ces données par des recherches aux archives de la Nouvelle-Calédonie et au Japon. En Nouvelle-Calédonie, elle recueille principalement des témoignages sur la côte nord-est de la Grande Terre, entre Touho, Poindimié et Ponérihouen, dont les plus nombreux sont ceux de descendants de Japonais venant de l’île d’Okinawa. Ces matériaux lui serviront de support pour une nouvelle exposition et la parution d’un ouvrage dont la première édition de 2009 paraîtra en japonais sous le titre de Mabui no oorai, « Le Voyage des âmes ». Une deuxième édition sortira en français en 2012 sous le titre Âmes errantes. Le destin brisé des émigrants d’Okinawa en Nouvelle-Calédonie. Ce livre a fait l’objet d’une présentation publique le 3 juillet 2012 à Poindimié à l’occasion du 120e anniversaire de la présence japonaise en Nouvelle-Calédonie, afin notamment de le faire découvrir aux témoins ayant contribué à sa réalisation. Cette manifestation a été précédée par une exposition, intitulée Les âmes errantes, le destin brisé d’un émigrant d’Okinawa en Nouvelle-Calédonie, au musée de la Seconde Guerre mondiale, à Nouméa, du 12 mai au 28 juin 2012. Cette exposition, dont la commissaire est Mutsumi Tsuda, présente, plus particulièrement, le parcours de vie de Denzo Higa, émigrant japonais né en 1888 dans l’île d’Okinawa et arrivé en Nouvelle-Calédonie en 1905. Mutsumi Tsuda a reconstitué ainsi progressivement une mémoire occultée pour plusieurs générations aux origines japonaises et plus précisément venues de l’île d’Okinawa. Cette démarche a inspiré et fait l’objet d’un documentaire réalisé par Hongo Yoshiaki, avec une partie des mêmes interlocuteurs, intitulé Mabui Gumi, « Les âmes égarées », sorti en 2017.

3Le fait que certaines personnes aient des arrière-grands-pères ou des grands-pères japonais n’a jamais été réellement nié. Au moment des événements des années 1980, plusieurs descendants de Japonais se demandaient comment se situer par rapport au mouvement indépendantiste kanak, puisqu’ils se considéraient, – pour reprendre l’expression de l’écrivain Dany Dalmayrac –, comme des « Nippo-kanak ». Une première association amicale regroupant les ressortissants japonais et leurs descendants est fondée en 1979.

4Ces différents constats sont restés des expressions isolées jusqu’au début des enquêtes de Mutsumi Tsuda, qui ont fortement contribué à transformer ces situations singulières en une reconnaissance communautaire. La médiatisation qui accompagne ses enquêtes dépasse le cadre des expositions et se développe de manière propre par des émissions de télévision et des reportages radio avant que les personnes directement concernées en deviennent elles-mêmes les relais aux travers des réseaux sociaux.

5Différentes manifestations et commémorations ont également contribué à renforcer un sentiment identitaire chez les descendants de Japonais et ont nourri ma propre recherche. En utilisant ces documents et mes propres matériaux d’enquête, je me suis efforcée de comprendre ce soudain intérêt mémoriel et les nouvelles stratégies déployées pour s’intégrer dans différents univers culturels.

La question métisse en Nouvelle-Calédonie

6Étant au début de ma recherche, je me suis tout d’abord intéressée aux éléments, que l’on peut raisonnablement penser comme étant constitutifs de la subjectivité et de la construction du sujet, et qui ont pu motiver un regain d’intérêt des descendants de Japonais pour leurs origines. On peut certes affirmer que, dans une période historique dans laquelle est prônée la politique d’un nécessaire « destin commun », la question du métissage a progressivement été constituée en objet de recherche légitime en Nouvelle-Calédonie. Elle a suscité d’ailleurs plusieurs études. Un premier ouvrage collectif lui est consacré et paraît en 2004 (Angleviel, 2004). Plusieurs anthropologues ont également analysé les dynamiques du métissage au sein du monde kanak (Faugère, 2002 ; Leblic, 2004 ; Naepels, 2013 : 24-26).

7Le retour aux sources familiales des descendants de japonais et leurs questionnements sur une appartenance identitaire a mis au jour une « communauté » locale métisse jusqu’alors invisible, complexifiant ainsi l’intelligibilité des situations métisses en Nouvelle-Calédonie.

8Pour comprendre le particularisme de ce « retour des ancêtres japonais » selon un mode identitaire à la fois collectif et singulier, il est nécessaire de prendre en compte les situations particulières vécues par les Japonais et leurs descendants en Nouvelle-Calédonie selon les différents contextes sociaux et historiques. Pour ce faire, je me suis appuyée sur les enquêtes historiques et ethnographiques engagées par différents chercheurs travaillant sur ce thème (Kobayashi, 1992 ; Faugère, 2002 ; Leblic, 2004 ; Palombo, 2004 ; Hamelin et al., 2008 ; Trépied, 2010 ; Bencivengo, 2012 ; Delathière, 2012 ; Raulet-Akaza, 2012 ; Naepels, 2013: 24-26 ; Muckle et Trépied, 2014). Car c’est seulement lorsqu’on a élargi la perspective et pris en compte des éléments du passé colonial, des Première et Deuxième Guerres mondiales et plus généralement de la situation géopolitique du Pacifique, qu’on peut commencer à comprendre le traitement fait à la population japonaise ou métisse japonaise au cours des décennies précédentes et ce soudain réveil identitaire.

9Il est aussi nécessaire de considérer comment la multiplicité des formes de désordres (économiques, politiques, sociales) engendrés par des violences, des traumatismes, des souffrances collectives et privées, tels que guerres, séquestres, conflits racialisés, désastres… sont aussi tout ce à partir de quoi des subjectivités inédites sont façonnées et des nouvelles formes de vie émergent. Aussi, j’ai complété cette approche bibliographique à l’aide de sources archivistiques et de témoignages actuels des descendants de Japonais. Cela m’a permis de poser un regard ethnographique sur leurs expériences sociales en m’intéressant à leurs trajectoires de vie, à leurs différentes alliances matrimoniales ou économiques, pour comprendre la structuration de ces mondes sociaux informels métis et les stratégies déployées pour s’intégrer dans d’autres univers culturels.

10Plusieurs enquêtes menées en Nouvelle Calédonie (Hamelin et al., 2008 ; Muckle et Trépied, 2014), dès le début des années 2000, signalent une modification de l’usage du terme « métis », selon un changement dans l’échelle des valeurs qui lui sont attribuées. Le terme « métis » devient un qualificatif acceptable, voire même positif, et constitue un terme d’identification d’autrui ou de soi-même employé fréquemment quelles que soient les appartenances communautaires des locuteurs et des individus ainsi désignés, voire s’auto-désignant comme tel. Cette facilité à se montrer métis lorsqu’on est d’origine japonaise a toutefois connu des fluctuations. Lors d’un entretien radiophonique en 2014, Marie-Josée Michel, consule honoraire du Japon en Nouvelle-Calédonie depuis 2005, déclare :

« Les Japonais de deuxième génération ont grandi ainsi, tête baissée et sans mot dire, tout en ayant un profond sentiment d'origine japonaise. Puis ils ont compris, et leurs descendants encore davantage, qu'ils n'étaient pas coupables mais héritiers de cette histoire et qu'il fallait la transmettre pour avancer. Nous avons vu nos parents souffrir. Nous avons pris cette souffrance et avons tenté de l'apaiser en recouvrant nos origines. » (Michel, extrait d’entretien, publié le 8 novembre 2016 par ecrivainducaillou.over-blog.com)

11Cette quête des origines, s’appuie sur un retour sur l’histoire des vagues migratoires japonaises de 1892 à 1919, suivie d’une période de prospérité individuelle jusqu’à la cassure dramatique de la déportation des ressortissants japonais au lendemain de Pearl Harbor. Elle est suivie d’une deuxième phase de reconstruction identitaire qui prend la forme d’une construction narrative du sujet s’inscrivant dans une ritualisation collective.

Les vagues migratoires japonaises

12Les vagues migratoires japonaises de 1892 à 1919 sont bien documentées par plusieurs historiens traitant de la question de l’immigration des travailleurs japonais en Nouvelle-Calédonie (Bencivengo, 2012 ; Palombo, 2004 ; Raulet-Akaza, 2012 ; Tsuda, 2009 et 2012).

13En prenant leurs écrits pour supports réflexifs, je mettrai l’accent sur ce qui s’inscrira pour leurs descendants dans le récit historique d’ancêtres fondateurs, qui transformèrent un statut d’assujettissement au joug colonial en celui de travailleurs libres. Si ces événements sont connus depuis plusieurs décennies, ce qui est nouveau dans les années 2000, c’est l’intérêt de descendants des premiers émigrants japonais pour la constitution d’une identité sociale. Car, comme nous le verrons par la suite, ces premiers Japonais qui débarquent en Nouvelle-Calédonie ne sont pas des immigrants qui souhaitent faire souche mais des travailleurs contractuels engagés pour un temps limité (cinq puis quatre ans) dans la colonie. Ce qui est nouveau aussi, c’est l’émotion publique que suscitent ces récits et les commémorations successives et de plus en plus importantes, en 1992, 2002 en 2012, de l’arrivée de ces premiers Japonais sur le sol calédonien.

Le premier contingent d’engagés japonais (1892-1897)

14Dans les années qui suivent sa prise de possession par la France, en 1853, la Nouvelle-Calédonie devient un territoire d’extraction minière. En 1864, l’ingénieur des mines Jules Garnier découvre un nouveau composé de nickel dont le minerai commence à être exploité une dizaine d’années plus tard. La société Le Nickel (sln) est créée à Paris en 1880, elle prend en charge les principaux gisements. Les mines de nickel sont exploitables à ciel ouvert et ne demandent pas une main-d’œuvre qualifiée, le travail s’apparentant à celui du terrassement, ce qui permet d’utiliser à bas coût la main-d’œuvre pénale présente dans la colonie à travers des contrats avantageux passés avec l’administration pénitentiaire. Le développement du marché du nickel nécessite de trouver d’autres bras. La société Le Nickel cherche alors à recruter une nouvelle main-d’œuvre en dehors de la Nouvelle-Calédonie, soit des travailleurs asiatiques. Elle s’inscrit ainsi dans le mouvement économique de son temps, introduit par l’essor de l’industrialisation et de l’intégration des marchés internationaux. Ce sera plus par un concours de circonstances politiques que par un choix réel que la société Le Nickel engage des travailleurs japonais. Un contrat est signé, en décembre 1891, entre la société Le Nickel et la société japonaise Nihon Yoshisa Imin Kaisha. Celle-ci, soutenue par les préfectures de Nagasaki et de Kumamoto (île de Kyushu), recrute en trois semaines, dans les îles voisines d’Amakusa, six cents candidats à l’émigration qui embarquent le 5 janvier 1892 à bord du vapeur Hiroshima-Maru pour la Nouvelle-Calédonie. L’un d’eux meurt durant la traversée, et ce sont 599 hommes qui débarquent dix-huit jours plus tard, soit le 25 janvier 1892, sur la plage de Thio, le principal centre minier de la Société Le Nickel. Ils sont accompagnés d’un médecin, d’un interprète, d’un surveillant général, dont le nom est Ono Yaichi, et de ses adjoints.

15Le contrat établi entre la Société Le Nickel et la société japonaise Nihon Yoshisa Imin Kaisha indiquait, dans son article 2, qu’il se référait au règlement local d’immigration selon l’arrêté n°123 du 26 mars 1874 relatif aux « Conditions de l’introduction des travailleurs asiatiques, africains ou océaniens et régime de leur protection dans la colonie » (Bulletin Officiel de la Nouvelle-Calédonie 6, juin 1874 : 3581). Par l’application de la clause de l’article 2, les engagés japonais n’acquièrent pas le statut de travailleurs libres, ils restent soumis à l’arrêté du 26 mars 1874. Celui-ci prévoit le contrôle des conditions de recrutement, établit une visite médicale, fixe la durée des contrats, réglemente les conditions de vie (rations alimentaires, logement, habillement), les horaires de travail et les modalités du rapatriement. Les travailleurs immigrés dépendent de celui qui les a engagés et qui détient leur livret d’identification et leur contrat d’engagement. Leur liberté de circulation dans la colonie est strictement limitée. Cet arrêté autorise aussi le prélèvement de taxes destinées à couvrir les dépenses du service de l’immigration. L’arrêté établit un système de sanctions. Dans l’article 39, il est indiqué que chaque jour d’absence au travail peut donner lieu à une retenue de deux jours de solde. L’article 52 prévoit qu’en cas d’insubordination répétée et de refus de travail, les engagés peuvent être envoyés sans délai dans des ateliers de discipline. À cette réglementation issue d’une stricte main mise coloniale s’ajoute une interdiction de la consommation des boissons alcooliques. Les immigrants japonais ignoraient, au moment de leur engagement, les stipulations du contrat et tout ce qui a trait à leurs conditions de vie et de travail à la mine. En débarquant à Thio, ils découvrent :

« une nature sauvage, peu peuplée, très différente des doux paysages de l’ouest de Kyushu qu’ils venaient de quitter. Les gisements de nickel de Thio situés en altitude sur le plateau, au sommet ou au flanc du relief, surplombent la mer. Les logements des travailleurs sont regroupés dans la vallée, au bord de la rivière. Cette topographie oblige donc les travailleurs à monter sur la mine le matin et à en redescendre le soir en empruntant des chemins très raides et pénibles. Par ailleurs, les émigrés, issus de familles d’agriculteurs de l’ouest du Kyushu, n’ont aucune expérience du travail minier même à ciel ouvert. Ils redoutent les explosions de dynamite, se sentent en danger et leur inquiétude grandissante amplifie leur désarroi. » (Raulet-Akaza, 2012 : 9)

16Face à la pénibilité d’accès à la mine, à la dangerosité du travail et à la sévérité du règlement qui ne correspondent pas à ce qui leur avait été présenté lors de leur recrutement, les engagés japonais se révoltent et cessent le travail le 8 février 1892, soit quatorze jours après leur arrivée. Plusieurs demandent à être rapatriés au Japon. La répression est sévère. Plusieurs sources affirment que les plus lourdes peines sont infligées à dix-sept travailleurs japonais : six, considérés comme les meneurs de la grève passent un mois en atelier disciplinaire et onze autres sont envoyés en prison à Nouméa (Kobayashi, 1992 : 62). De nombreux engagés écrivent à leurs proches pour leur demander d’agir auprès de leur préfecture pour hâter leur rapatriement. Le gouvernement japonais ne peut intervenir en ce qui concerne les mesures répressives prévues par l’article 2. Il s’en remet à la société japonaise Nihon Yoshisa Imin Kaisha pour négocier avec la société Le Nickel afin d’améliorer le cadre contractuel des engagés japonais. Selon Tadao Kobayashi (Kobayashi, 1992) cité par Mutsumi Tsuda (Tsuda, 2012 : 31), sur les 599 engagés japonais initiaux, plusieurs furent rapatriés au cours de la durée des cinq ans du contrat et seuls 97 choisirent de rester jusqu’à la fin de leur contrat ; parmi eux, 8 s’établiront sur la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie.

La deuxième vague d’immigration japonaise en Nouvelle-Calédonie à partir de 1900

17Par la loi du 7 avril 1896, le gouvernement japonais durcit les mesures de contrôle sur l’émigration et réglemente l’activité des agents d’émigration. Il décrète aussi que :

« Nul ne peut émigrer sans l’autorisation du gouvernement. » (Bencivengo, 2012 : 11)

18En août 1899, à la suite de l’échec du premier convoi, le gouvernement japonais stoppe l’émigration en Nouvelle-Calédonie. Cette même année, bien que les élus calédoniens s’opposent à ce que les engagés japonais soient considérés comme des travailleurs libres, le gouvernement français accepte la demande du gouvernement japonais, à savoir que les travailleurs japonais ne soient plus placés sous le régime spécial institué par l’arrêté du 26 mars 1874, mais sous le régime du droit commun et traité en égal des travailleurs européens.

19En novembre 1899, une nouvelle société d’immigration, la Toyo Imin Goshi Kaisha, reprend les affaires de la Nihon Yoshisa Imin Kaisha et dépose une demande pour l’envoi d’émigrants japonais en Nouvelle-Calédonie. Les recrutements reprennent en mai 1900 et, entre juin 1900 et mars 1901, 1 208 émigrants arrivent à Thio. Cette deuxième vague de migration rencontre rapidement les mêmes difficultés que la première. Dès octobre 1900, un conflit surgit suite à une insuffisance de soins médicaux. En avril 1901, une grève éclate à Thio, suivie par les trois quarts des Japonais qui demandent une réduction de la durée de leur contrat de travail.

« Le mouvement est durement réprimé par les forces de l’ordre envoyées par le gouverneur qui craint un exode massif des engagés vers Nouméa. Le travail reprend le 7 mai 1901. Les meneurs sont arrêtés, puis relâchés le 18 mai suivant. Cent dix-huit Japonais quittent alors les chantiers de Thio. Après la reprise du travail, de nombreux grévistes, ceux qui n’acceptent pas les conditions qui leur sont imposées, ne reviennent pas. » (Bencivengo, 2012 : 9)

20Pour tenter d’empêcher l’engagement de ces « évadés » par d’autres employeurs, le seul recours de la société Le Nickel est de menacer ceux qui seraient tentés de les employer. En mai 1901, la société fait paraître l’avis suivant dans la presse locale :

« La société Le Nickel prévient le public que les Japonais à son service sont engagés par des contrats individuels régulièrement passés pour une durée de cinq années, qui a commencé en juin, août, novembre, décembre 1900 et mars 1901. Par conséquent, elle est propriétaire pour toute cette période de temps du travail des Japonais et les personnes qui lui déroberaient cette propriété en employant ceux-ci seront poursuivies par toutes les voies légales. » (La France australe, 8 août 1901, in Bencivengo, 2012 : 9-10)

21Les immigrants japonais ont acquis le statut de travailleur libre mais sans possibilité de casser leur contrat. Nous avons peu de données sur leurs conditions de vie, si ce n’est que pour les rendre plus acceptables, la société Le Nickel fait importer leur nourriture directement du Japon. Celle-ci comportant moins de viande, cela aurait provoqué une carence en protéine et entraîné une recrudescence de béribéri. Les engagés sont aussi sujets à plusieurs épidémies. La peste, qui s’est déclarée dans la colonie en 1900, réapparaît à Thio en février 1901 ; elle provoque la mort de deux Kanak et d’un Japonais. L’épidémie d’influenza touche deux cents Japonais, mais la principale cause des décès reste le béribéri.

22C’est dans ce climat peu propice, qu’à la fin des contrats de cinq ans de la deuxième vague, la société d’émigration Toyo Imin Goshi Kaisha décide de recruter des émigrants de l’île d’Okinawa. Pour rappel, en 1905, l’île d’Okinawa n’est rattachée à l’empire japonais que depuis vingt-six ans. Cette île appartient à l’archipel subtropical du Ryukyu, ancien royaume du même nom, situé en mer de Chine orientale entre, au nord, l'archipel Satsunan et, au sud, Taïwan. Elle avait développé des liens avec la Chine et des contacts avec des Occidentaux, et leur servait d’intermédiaire avec le Japon avant que celui-ci n’adopte une politique d’ouverture. La première vague d’émigration des habitants d’Okinawa commença dès 1899, même s’il ne s’agissait que de vingt-six hommes et que leur nombre peut nous paraître modeste. Ces premiers travailleurs sous contrat émigrèrent à destination d’Hawai’i. C’est surtout dans les années qui suivirent que le phénomène migratoire s’intensifia vers Hawai’i, le Brésil, le Pérou et les États-Unis puis vers l’Asie du Sud-Est et le Pacifique. Il fut particulièrement important dans les années 1920 en raison d’une situation économique désastreuse qui entraîna des famines dans plusieurs régions de l’archipel du Ryukyu dont l’île d’Okinawa (Beillevaire, 2010 : 73).

23Ces différents facteurs laissèrent penser à la société d’émigration Toyo Imin Goshi Kaisha que les émigrés d’Okinawa pourraient se montrer plus avertis et moins déroutés par les effets de la migration et s’adapter plus facilement à des conditions de vie différentes de celles de leur lieu d’origine. Elle adresse au préfet d’Okinawa, Shigeru Narahara, une demande de recrutement d’émigrants s’élevant à six cents hommes célibataires et cent couples. Pour la première fois, une société d’émigration autorise, mais précise-t-elle, à titre expérimental, que des émigrants soient accompagnés de femmes et d’enfants en Nouvelle-Calédonie. La préfecture d’Okinawa soutint cette politique d’émigration,

« en espérant alléger sa surpopulation et activer l’économie de la préfecture grâce à l’argent que renverraient les émigrés au pays. » (Tsuda, 2012 : 36)

24De 1905 à 1911, ce sont trois bateaux, le Powhatan (en 1905), le Kotohira-maru (en 1910) et le Yahata-maru (en 1911), auxquels on peut ajouter en 1919 un navire ayant fait escale en Australie, qui transportèrent, parmi les émigrants japonais, respectivement 358, 246, 191 et 26 émigrants d’Okinawa. Le premier d’entre eux, le Powhatan, est resté le plus connu par une photo présentant, assemblée sur son pont, une foule d’hommes et de femmes s’apprêtant à débarquer à Thio. Ce document montre que ces hommes et femmes sont vêtus de manières diverses, ce qui pourrait laisser supposer des origines sociales différentes. Un grand nombre porte des vêtements d’ouvriers et des casquettes, quelques-uns des chapeaux à larges bords ressemblant à des canotiers. Le plus grand nombre porte des kimonos, dont une partie porte également le haori, une pièce de vêtement qui se met par-dessus le kimono. Quelques-uns ont gardé leur uniforme d’étudiant. Les femmes, que l’on voit au premier plan, portent aussi des kimonos et les cheveux attachés en chignon bas, certaines ont des enfants dans leurs bras. La photo du Powhatan m’intéresse aussi d’autant plus que c’est sur ce bateau, ainsi que sur le Kotohira-maru, que voyagèrent les Japonais originaires d’Okinawa dont j’ai rencontré les descendants.

Photo 1. – Le Powhatan à son arrivée à Thio, le 23 décembre 1905

Photo 1. – Le Powhatan à son arrivée à Thio, le 23 décembre 1905

© Edition F. D., Thio, coll. Raymond Magnier

25Les engagés japonais bénéficient depuis 1905 d’une meilleure reconnaissance et signent eux-mêmes leur contrat d’engagement avec la société d’émigration la Toyo Imin Goshi Kaisha et la société Le Nickel (Kobayashi, 1992 : 143). D’autres compagnies minières recrutent également des travailleurs japonais. On peut citer la société des Hauts Fourneaux à Nouméa, filiale des établissements Ballande, qui, dès 1910, négocie directement des contrats d’embauche avec une société d’immigration au Japon. Le travail n’en reste pas moins rude et les conditions de logement précaires. Contrairement aux attentes des sociétés minières, les évasions continuent et les émigrants japonais cherchent du travail dans d’autres secteurs d’activités ou dans des mines dont les conditions d’exploitation sont moins dures. Les convois d’émigrants japonais cessent définitivement en 1919. Le dernier n’est que d’une centaine d’hommes.

Les travailleurs libres japonais restés en Nouvelle-Calédonie

26Les « évadés » connaissent, en règle générale, des destinées individuelles diverses bien que celles-ci aient souvent des points communs dus à leurs origines culturelles communes. S’étant souvent évadés ensemble de la mine, ceux qui sont originaires d’un même village de l’île d’Okinawa restent soudés entre eux, à plus forte raison lorsqu’ils partagent une relation familiale (Tsuda, 2012 : 40). J’utiliserai surtout des témoignages, en privilégiant ceux des membres de la famille de Nadège ou des descendants de proches de son arrière-grand-père originaires de l’île d’Okinawa, pour suivre la trajectoire de ces hommes qui s’installent progressivement dans un univers qui leur est étranger à plusieurs titres. Ils n’en parlent pas la langue et, à plus forte raison, ne peuvent pas la lire et encore moins l’écrire. Ils n’ont pas les mêmes références, les mêmes comportements alimentaires, ni les mêmes pratiques de vie quotidienne ou religieuse. Le premier témoignage est celui d’un arrière-grand-oncle de Nadège, qui relate, en 2011, les différentes activités qu’il effectua après son évasion de la mine.

Récit de Zenjiro Uichi

27Ce récit a été recueilli et retranscrit à la troisième personne par Kobayashi Tadao (1992), dont la version japonaise de son ouvrage date de 1977.

« Débarqué à Thio, Monsieur Uichi est dirigé sur Poro avant de retourner à Thio pour dix mois et de s’enfuir à Paagoumène sur les mines de chrome, dans le Nord de l’île. Il travaillait au forfait, à la tonne de chrome, comme les émigrés libres. Dans ces conditions, il gagnait 250 francs par mois, beaucoup plus que les autres qui plafonnaient à 100 francs environ. Pour y parvenir, il devait travailler durement et l’on peut aisément imaginer le nombre important d’heures supplémentaires. C’est ainsi que Monsieur Uichi, grâce aux économies gagnées durant près d’un an, avait pu rembourser intégralement les dettes de sa famille d’Okinawa, ainsi que les emprunts nécessaires à son voyage. En 1914, au moment de la Première Guerre mondiale, il travaillait à Ouezanghou. Mais le travail se fit aussitôt rare et Monsieur Uichi fut tout de suite licencié. Alors, il descendit à pied vers le Sud en emportant sa nourriture à la recherche d’un nouvel emploi. Il marcha pendant une semaine et, arrivé à La Foa, il changea d’idée et bifurqua vers Thio sur la côte Est. Là, il pêcha les trocas pour le compte d’un patron français, mais ne gagnant pas assez, il vint à Nouméa où quelqu’un lui céda un salon de coiffure. Il tint salon, mais il n’y avait pas du tout de clientèle. […] Il retourna à Thio et y ouvrit un salon de coiffure. Il eut cette fois-ci quelques clients, mais uniquement des Japonais qui n’avaient pas d’argent, alors il partit à Manru où il ramassa des coquillages pendant un an ou deux avec un bateau emprunté. Ensuite, il devint agriculteur à Hienghène où, pendant trois ans, il cultiva du maïs et du café. Sans succès. Il abandonna alors l’agriculture et ouvrit un petit magasin à Poindimié. Ses compatriotes japonais venaient s’approvisionner chez lui, mais il fit rapidement faillite, la clientèle ayant du mal à le payer. En 1919, il retourna vers l’agriculture à Ponérihouen où il loua une terre pendant six ans. » (in Tsuda, 2012 : 52)

28Ce récit rejoint en certains points celui de Denzo Higa, recueilli auprès d’une ses petites filles, Cécile Higa, qui l’avait elle-même entendu de sa mère Laura. Denzo Higa, après son évasion de Thio, travailla comme d’autres émigrés à Kua, sur la côte Est puis dans les mines de Pam, dans le Nord. Il réussit à s’acheter un bateau pour aller à la pêche et pour ramasser des trocas et des bêches-de-mer. La pêche aux trocas se développa au début du xxe siècle. Ces coquillages sont utilisés pour la confection de boutons de nacre dont la commercialisation prend son essor avec le stylisme des années 1910. La chair des coquillages est vendue pour la consommation alimentaire. Les bêches-de-mer, considérées comme un produit de luxe, sont vendues en Chine par des intermédiaires. Les émigrants d’Okinawa se spécialisent dans ces activités de pêche, qui, en règle générale, intéressent peu les Kanak. Cette exploitation de la mer et ce commerce de niche leur apportèrent des revenus substantiels et une certaine reconnaissance des Kanak et des colons européens. Denzo Higa cessa la pêche vers les années 1920 et, avec l’argent gagné avec la vente des trocas, il ouvrit un magasin d’articles usuels à Touho.

29Certains émigrants, dont un grand nombre sont d’origine paysanne, cherchent à acheter des terres pour créer des installations agricoles. Ils vont bénéficier indirectement des difficultés des petits concessionnaires terriens qui produisent du café et sont ruinés par une épidémie de l’Hémiléia vastatrix. Ce champignon, originaire des Nouvelles-Hébrides, prolifère dans les caféries et y fait des dégâts considérables. Des hectares de plantations de caféiers sèchent sur pied au fil des jours et condamnent toute production de café. Les propriétaires, qui étaient souvent des descendants de bagnards et qui n’avaient que de petites parcelles de 3 à 5 ha de caféiers, les mettent en vente. C’est ainsi, qu’à partir de 1912, dans la région de La Foa-Farino, on verra les premiers Japonais acheter ou louer des propriétés. Le Bulletin du Commerce commente cette nouvelle situation en ces termes :

« Si les Blancs cultivateurs émigrent peu à peu de la région, les jaunes c’est-à-dire les Japonais, prennent leur place. Une dizaine de Japonais, en rupture de contrats passés avec la société Le Nickel et la Maison Ballande, ont acheté ou loué des petites propriétés. Ce sont des gens tranquilles et travailleurs et qui adoptent vite les mœurs et les habitudes européennes. Leur voisinage est cent fois préférable à celui des Arabes ! » (Bulletin du Commerce, samedi 21 décembre 1912)

30Ces anciens engagés japonais quittent leur statut de « quasi nomade », se fixent en un lieu ou s’installent sur des terres qu’ils achètent ou qu’ils louent, prennent femme et fondent une famille. Plusieurs Japonais se marient ou vivent en concubinage avec des « filles de chefs de tribu ». Une chanson, citée par Mutsumi Tsuda (2012 : 64), La fille du chef de tribu et ayant pour cadre les îles Marquises, fut une chanson à succès durant l’ère Showa (1926-1989) et rappelle qu’avant la Seconde Guerre mondiale, non seulement en Nouvelle-Calédonie, mais un peu partout dans le monde, les Japonais se mariaient avec des « filles de chefs de tribu ».

31Denzo Higa, en 1923, dix-huit ans après son arrivée en Nouvelle Calédonie, prend pour femme, selon un mariage arrangé par un de ses amis, Laura, petite-fille de Gérémy Oumando, grand chef de la tribu de Saint-Adolphe, dans la commune de Pouébo. Elle est née en 1906, Denzo Higa en 1888, elle a 17 ans et lui 35, soit 18 ans d’écart. À l’occasion de ce mariage, Laura demande à être baptisée et devient catholique. Elle est métisse, son père se nomme Édouard Leroy et sa mère Victoria Oumando. Ce cas de figure, dans lequel un Japonais épouse une métisse, se retrouve dans la généalogie de Nadège.

32Les immigrés japonais et leurs familles calédoniennes vivent à leur rythme jusqu’à la date fatidique du 8 décembre 1941, jour de l’attaque de la base américaine de Pearl Harbor, aux îles Hawai’i, par l’armée japonaise, ou plutôt jusqu’au lendemain, le 9 décembre1941, date à laquelle les Japonais furent arrêtés par la gendarmerie française. Nous reviendrons ultérieurement sur cet événement majeur. Reprenons plutôt les développements des familles d’origine japonaise d’Okinawa.

Être une descendante de Japonais

33Nadège occupe actuellement un poste en gestion administrative dans un secteur lié à l’enfance et aux écoles primaires. Quand elle m’évoqua son ancêtre japonais, je lui demandai ce qu’elle savait de lui. Elle me répondit qu’elle en savait peu de chose. Si ce n’est qu’elle avait vu son portrait sous forme d’une photo qui était dans la maison de son grand-père. Son grand-père décédé, elle ne sait pas qui a gardé la photo. C’est une autre photo qui nous permettra de reconstituer la généalogie de Nadège. C’est en visionnant ultérieurement une émission de la télévision locale Calédonia, nctv (2014, Sur les traces du passé - Les Japonais) avec Nadège que celle-ci réagit à la vue d’une photo qui est montrée dans ce reportage. Cette photo a été exposée en grand format à l’exposition Feu nos pères au Centre culturel Tjibaou en 2006. Elle-même figure sur cette photo entourée d’une partie de sa famille. Nous voyons sa mère, Mélanie, et son père, Paul, ainsi qu’une sœur de son père et son plus jeune frère. Nous découvrons aussi son grand-père, Lucien, et sa grand-mère, Marguerite, ainsi qu’un frère du grand-père. Une partie de leur descendance des troisième et quatrième générations est également présente sur la photo.

34Lors d’un autre entretien, Nadège précise que son arrière-grand-père, Zensuke Uichi, a été embauché à la mine de Thio, puis dans une autre mine, avant de s’adonner à l’agriculture et à l’élevage. Il est ensuite venu travailler dans les champs de café à Névaho et c’est là qu’il s’est établi. Névaho, ou la vallée de Névaho, se situe le long de la rivière de la Tchamba, qui descend sur la côte Est et rejoint l’océan Pacifique près de Poindimié. Nadège souligne que, dans sa famille, on parlait peu de cet arrière-grand-père qui était reparti au Japon en laissant quatre enfants et une femme en Nouvelle Calédonie. Ce n’est que progressivement que le récit familial a pu être reconstitué en croisant les informations données par Nadège et celles obtenues par d’autres sources, notamment en trouvant un article de presse relatif à un des frères de son arrière-grand-père, Zenjiro Uichi, et en reprenant dans l’ouvrage Âmes errantes de Matsumi Tsuda des éléments des « carnets de Kosaburo Matsuda ».

35La découverte de ces derniers et de leurs contenus est suffisamment exceptionnelle pour que nous nous y attardions. Lors de ses recherches sur les descendants de Kosaburo Matsuda, qui vécut aussi à Névaho, Matsumi Tsuda rencontra sa famille sur l’île de Yagaji (Okinawa). Une des filles de ce dernier, Chizuko, montra deux carnets laissés par son père à Matsumi Tsuda. Ces petits carnets, mesurant environ 10 cm sur 16, contiennent une centaine de pages chacun sur lesquelles sont soigneusement écrits à l’encre des textes en français. Chizuko a gardé les carnets de son père que lui-même avait conservés précieusement jusqu’à sa mort à l’âge de 92 ans en 1981. Sur la couverture de l’un des carnets est noté « Exercice d’écriture ». Matsumi Tsuda, en feuilletant ce carnet, comprend que Kosaburo Matsuda a recopié des contenus de lettres en français. Parmi les courriers recopiés, la plus grande partie date de sa période d’internement dans les camps de Hay et de Loveday en Australie. Il servit de scribe pour son ami Denzo Higa qui envoyait des lettres à sa femme Laura, celle-ci lisait et écrivait parfaitement le français, ce qui était exceptionnel pour une femme kanak de l’époque. C’est sans doute parce qu’elle savait rédiger elle-même ses courriers que Kosaburo Matsuda garda autant de traces de ses lettres comme support pour ses exercices pour maintenir ses connaissances linguistiques du français.

36Le carnet de Kosaburo Matsuda contient aussi d’autres courriers recopiés dans lesquels apparaissent les noms de sa femme kanak, Émilie née Lecaille, de son ami Zensuke Uichi, l’arrière-grand-père de Nadège, et de son épouse Julia, sœur d’Émilie, ainsi que de Zenjiro Uichi, frère de Zensuke, et de sa femme Françoise. Les trois hommes sont tous originaires de Haneji, à Okinawa, et avaient recréé une forme de communauté à Névaho. Il est assez remarquable de constater que c’est par des cahiers d’exercices d’écriture et un concours d’enchaînements de circonstances particulier que des données ethnographiques ont pu parvenir ainsi jusqu’à nous.

37Une partie de la généalogie de Nadège peut ainsi être reconstruite grâce à ces carnets, aux données recueillies par Mutsumi Tsuda et aux entretiens avec Nadège. Nous avons deux frères, Zensuke Uichi et son cadet Zenjiro Uichi ; la date de naissance de ce dernier est le 18 août 1889. Tous deux sont nés à Haneji, Okinawa. Les deux frères arrivent ensemble en Nouvelle-Calédonie. Ils débarquent à Thio, en 1910, pour travailler dans les mines. Aucun des deux ne sait ni parler et encore moins lire ou écrire en français. Zensuke Uichi épouse Julia, métisse dont le nom kanak est Poapée, une des filles de François Lecaille. Selon Matsumi Tsuda, le père de François Lecaille, soit le grand-père de Julia, Émile Lecaille est arrivé de Bretagne en Nouvelle-Calédonie en tant que militaire. Il décida de s’y installer et il acheta un terrain à Névaho. Il se maria avec une femme de la tribu kanak proche de Névaho, ils eurent deux filles et quatre fils. L’un de ses fils, métis, est le père d’Émilie et de Julia Poapée Lecaille. Zensuke Uichi et Poapée ont trois garçons dont Lucien, le grand-père de Nadège, né en 1933. Ils élèvent aussi Marguerite, la première fille d’un frère de Poapée, qui porte aussi le nom de Lecaille. Pour une raison et à une date inconnues de Nadège, le nom de famille des quatre enfants change. Lucien épouse Marguerite Lecaille, ils ont onze enfants dont Paul, le père de Nadège. En 1984, Paul épouse Mélanie, kanak, fille du chef de la tribu d’Ometteux, ils auront trois fils et une fille, Nadège, qui est l’ainée. Nadège appartient donc à la quatrième génération de descendant de japonais. Elle porte aussi un deuxième prénom, qui est le prénom kanak de Poapée, soit celui de son arrière-grand-mère, elle-même métisse.

38Au lendemain de Pearl Harbor, lorsque Zensuke Uichi est arrêté, Lucien, le grand-père de Nadège, a huit ans ; il est l’aîné de la fratrie. Par la suite, sa mère Julia Poapée a élevé ses enfants, probablement avec le soutien des colons Lecaille, puisqu’elle a pu rester dans la grande maison qu’elle habitait avec son mari et ses enfants, contrairement à d’autres familles de Japonais, dont les biens seront placés sous séquestre.

L’arrestation des Japonais

39Le 8 décembre1941, l’armée japonaise attaque la base américaine de Pearl Harbor, dans les îles Hawai’i, et entre dans ce qui devient la Guerre du Pacifique. Dès le lendemain, en Nouvelle-Calédonie, ralliée à la « France libre », le gouverneur Henri Sautot donne l’ordre d’arrêter tous les résidents et ressortissants d’une « nation ennemie ». Les hommes nés au Japon sont arrêtés et transférés à Nouméa, puis sur l’île de Nou. Le camp d’internement de Nouville, installé dans les locaux de l’ancien lieu du bagne, pouvait accueillir 700 à 800 personnes, dans des conditions de vie précaires et insalubres. Ces hommes, placés en détention, sont abruptement traités comme des criminels et subissent cette difficile situation psychologique avec incompréhension.

40Leurs enfants, soit ceux qui seront désignés sous l’appellation des « Japonais de deuxième génération » et qui ont assisté à l’arrestation de leur père, se souviennent de cette scène traumatique. Ces événements douloureux seront tus pendant plusieurs décennies (Guiart, 1961), leurs récits commencent d’apparaître publiquement timidement dans les années 1980, jusqu’à ce que la parole se libère, portée par l’intérêt que leur portent plusieurs chercheurs et surtout, depuis les années 2000, grâce aux supports médiatiques qui, en leur assurant une plus grande écoute, leur donnent une légitimité. Les Japonais de deuxième génération devenus, en 2017, des adultes âgés de plus de 80 ans, disent qu’ils n’oublieront jamais les humiliations que les forces de l’ordre ont fait subir à leur père. Dans plusieurs narrations, ils se présentent comme ayant été des enfants qui sont seuls à la maison avec leur père au moment de son arrestation, leurs mères sont absentes, elles sont aux champs ou s’occupent d’autres enfants plus jeunes. Dans leurs récits, un ou plusieurs gendarmes, souvent accompagnés d’un voisin, entrent inopinément chez eux et emmènent leur père et laissent ces jeunes enfants en plein désarroi. Une femme raconte qu’elle a, à l’époque, six ans, et qu’un gendarme lui dit de prendre un ballot de 10 kilos de linge et de se rendre chez une voisine qui la gardera, sans autre explication. Une autre femme raconte qu’elle était âgée de sept ans, et qu’elle courut sur la route pour suivre la voiture de la gendarmerie sur plusieurs kilomètres jusqu’au bac permettant de traverser la Tiwaka, et que c’est le batelier qui la dissuada de continuer son périple. Ces arrestations sont parfois aussi suivies de « saisies immédiates » avant que les scellés soient posés sur les maisons des Japonais, en particulier chez ceux qui possédaient un commerce.

41Les 1 124 Japonais arrêtés en Nouvelle-Calédonie, sur un total de 1 340 résidents, sont transférés, avec des ressortissants allemands et italiens, à Nouméa puis en Australie. Ils sont ensuite répartis dans plusieurs camps d’internement à Hay (Nouvelle-Galles du Sud), Loveday (Australie méridionale) et Tatura (État du Victoria). Environ 4 000 Japonais furent internés durant la Deuxième Guerre mondiale, ils furent traités en accord avec les Conventions de Genève, dans le respect du droit international humanitaire. Ils recevaient le nécessaire pour vivre et, comme ils étaient des civils et non des prisonniers de guerre, il leur était possible de travailler partiellement à l’extérieur du camp, notamment à l’abattage d’arbres pour fournir l’électricité du camp, ou encore au ramassage des graines de pavot pour la production de morphine. Les conditions de vie dans les camps d’internement étaient très variables. Dans certains camps, les internés purent s’organiser progressivement comme dans un village avec l’installation de porcheries et poulaillers pour contribuer à l’alimentation du camp, de petits artisanats de menuiserie, de salons de coiffure… Dans une des sections du camp de Loveday, malgré les fortes chaleurs, des internés créèrent un jardin japonais entourant un petit sanctuaire shinto et une maison de thé. Quelques détenus purent correspondre avec leur famille restée en Nouvelle-Calédonie, comme Denzo Higa qui bénéficia, avec l’aide de Kosaburo Matsuda, des compétences épistolaires de sa femme Laura.

42Le 2 septembre 1945, la signature des actes de capitulation du Japon met fin aux hostilités de la Deuxième Guerre mondiale. Le 28 novembre, le gouvernement australien informe les internés japonais de la procédure de rapatriement au Japon de toutes les personnes de nationalité japonaise, excepté celles nées en Australie en vertu de l’acquisition de la nationalité australienne par droit du sol. Ainsi, tous les Japonais internés par la France et la Nouvelle-Calédonie doivent être rapatriés au Japon. Vingt-neuf détenus, qui avaient vécus entre 27 et 42 ans en Nouvelle-Calédonie, signent une pétition demandant leur rapatriement en Nouvelle-Calédonie en argumentant qu’ils veulent retourner auprès de leur famille calédonienne ou, pour certains, qu’ils n’ont plus aucune famille au Japon. Leur requête est refusée par le gouverneur de la République française en Nouvelle-Calédonie. Renvoyés au Japon, ils arrivent dans un pays dévasté et ne trouvent aucun financement pour repartir en Nouvelle-Calédonie.

43La situation des femmes calédoniennes ayant des enfants avec un mari ou concubin japonais fut très difficile durant la période de guerre. Suite à la confiscation, dès décembre 1941, de la totalité des biens appartenant à des « ennemis », ces familles restèrent démunies. Parmi les environs 800 « séquestres japonais », certains sont des petits biens dont la privation est plus une humiliation qu’une « réparation de guerre », comme le montre le séquestre constitué de deux vélos et de trois paires de draps. Mais, d’autres sont importants. Rappelons que, parmi les biens confisqués aux Japonais, il y avait quelques mines de nickel ou d’un autre minerai, des propriétés agricoles, des commerces, des ateliers d’artisans… Une partie de ces biens fut purement spoliée par des Européens, locaux ou métropolitains, d’autres biens placés sous séquestre furent revendus aux enchères par l’État français de 1956 à 1960. Selon Mutsumi Tsuda (2012 : 146), des exploitations agricoles sont attribuées aux colons qui n’ont pas les moyens financiers de les acquérir à leur juste prix, ou sont utilisées pour agrandir des réserves kanak, notamment à Ganem et Ouaré (Hienghène), à Sarraméa, à la Tchamba (Ponérihouen) (in Saussol, 1979).

44L’attitude vis-à-vis des femmes de Japonais et de leurs descendants changea du tout au tout pendant la guerre. Marie-Josée Michel, consule honoraire du Japon en Nouvelle-Calédonie, prend pour exemple des situations assez classiques du racisme ordinaire : des parents d'élèves demandent à l'instituteur que leur enfant ne soit plus assis à côté d'un descendant de Japonais, tel magasin d’alimentation refuse de les servir. Un patron mécanicien pose comme condition pour engager un apprenti que celui-ci change son patronyme japonais en prenant le nom français de sa mère. Quant à Léon Uichi, un des fils de Zenjiro Uichi, il quitte l’école en 1941, à la suite des vexations et agressions de ses camarades de classe après l’attaque de Pearl Harbor et la déportation de son père. Les femmes et les enfants de Japonais perdent tous les droits dont ils bénéficiaient de par le statut de travailleur libre de leur mari ou père. Les enfants sont de fait apatrides, ils sont Japonais par leur père qui, en vertu de l’acquisition de la nationalité japonaise en droit du sang, la leur transmet. Denzo Higa avait convaincu sa femme de faire une demande de nationalité française, puisque reconnue par son père français, bien que métisse, elle pouvait l’obtenir. Ce qu’elle fit et en profita pour demander la nationalité française aussi pour leurs enfants, ce qui les protégea probablement de la mise sous séquestre de leur maison.

45Les mères et les enfants ressentent un profond sentiment d’abandon à la fin de la guerre lorsqu’ils comprennent que leur mari ou leur père ne reviendra pas en Nouvelle-Calédonie. Face à la tristesse des mères et à leur détermination à soutenir leurs enfants, les questions sans réponse du non-retour paternel ne se posent plus. Dans les familles s’installe une loi du silence qui sera remplacée progressivement par une forme d’amnésie. Comme Nadège le souligne, dans sa famille, on parlait peu de cet arrière-grand-père qui était reparti au Japon en laissant quatre enfants et une femme en Nouvelle Calédonie. Cette situation est d’autant plus complexe pour des enfants de la deuxième génération de Japonais, dont le métissage, qui s’inscrit sur leur physique, ne laisse planer aucun doute sur leurs origines. Certains vivent des situations paradoxales ; André N. est né à Nouméa, de mère française et de père japonais, lequel est déporté en 1941. Quelques mois plus tard, André N. reçoit une convocation du Conseil de révision et fait son service militaire d’avril 1944 à juillet 1947, soit vingt-sept mois. En 1963, il fait une demande de passeport pour se rendre au Japon pour voir son père qu’il n’a pas revu depuis son arrestation. Il remplit le formulaire, à la rubrique nationalité, il écrit : « française », puisqu’il a fait son service national. Sa demande de passeport français est refusée au prétexte qu’ayant un père japonais, il est Japonais, puisque cette nationalité est acquise par droit du sang et non par droit du sol. Il faudra l’avis d’un juge qui relèvera qu’André N. ne peut être considéré comme Japonais puisqu’il a fait son service national et qu’il a donc bien la nationalité française.

Les trajectoires des pères rentrés au Japon

46Les pères rentrés au Japon ont suivi des trajectoires différentes. Quelques-uns sont décédés assez rapidement, d’autres ont réussi à revenir en Nouvelle-Calédonie quelques années plus tard ; d’autres encore se sont remariés ou ont retrouvé la famille, la femme et les enfants qu’ils avaient laissés au Japon avant leur départ pour s’engager comme travailleur contractuel en Nouvelle-Calédonie.

47Dans la famille de Nadège, son arrière-grand-père et son arrière-grand-oncle, les deux frères Uichi, n’ont pas eu le même destin. Zensuke Uichi décéda en 1946, soit peu de temps après son retour à Okinawa. Son rapatriement au Japon a eu probablement lieu en mai 1946, puisque son beau-frère, Kosabura Matsuda, envoie une lettre datée du 2 juin 1946 à sa femme Émilie Lecaille pour lui annoncer leur retour au Japon :

« Je m’empresse de vous informer de notre retour au Japon. Je suis fâché d’y aller, mais je ne sais pas pourquoi, le chef du Japon disait que tous les internés doivent aller au Japon. C’est donc impossible de rentrer. C’est regrettable. J’espère qu’on pourra revenir aussitôt en Calédonie. Je ne sais pas quoi te dire. Embrasse bien les enfants, sois forte, et courage. Je ne t’oublierai jamais. Bonjour à nos parents et connaissances. » (Tsuda, 2012 : 141)

48Zenjiro Uichi a laissé en Nouvelle-Calédonie une épouse, Françoise (nom de famille inconnu), et treize enfants dont Léon. Selon Léon, sa famille savait que Zenjiro était de retour dans l’île d’Okinawa, mais elle n’a pas eu d’autres nouvelles avant 1953, date à laquelle Zenjiro écrit une lettre à son fils Léon pour lui demander de venir avec son frère aîné le rejoindre au Japon. Les deux frères n’ont pas l’argent pour payer leur voyage et ils proposent à leur père de revenir en Nouvelle-Calédonie. Léon demande au maire de Ponérihouen une autorisation de séjour pour son père, ce que le maire lui accorde en disant que la guerre est finie et que Zenjiro Uichi peut revenir vivre en Nouvelle-Calédonie. Les treize enfants se cotisent et Zenjiro Uichi revient à Ponérihouen en 1954 à l’âge de 65 ans. Avec l’aide de sa famille, lors de la vente aux enchères des biens séquestrés en 1941 par l’État, il rachète ses propres biens : un terrain avec l’hôtel qu’il gérait avant la guerre. Il nomme celui-ci : « Hôtel Naha-shi », nom japonais qui signifie « Ville de Naha ». Ainsi, par un acte métaphorique, son terrain devient la capitale de l’île d’Okinawa. En 1977, Zenjiro Uichi se fait baptiser catholique à l’âge de 88 ans et prend le nom chrétien de Yves, le prénom du premier prêtre de Ponérihouen, pour, dit-il, être enterré dans le même caveau que sa femme décédée en 1959. Il meurt en 1980. Il aurait dû être décoré un mois plus tard de l’« Ordre du Trésor Sacré » décerné par le gouvernement japonais.

49Matsuma Kozaburo se remaria au Japon à la demande de ces parents qui souhaitaient des héritiers. Il épousa une femme de trente ans sa cadette, Akiro, dont il eu cinq enfants : deux fils, Yokiyosi et Yukiyasu, et trois filles : Chizuko, Riyeko, et Kayoko. Il ne revit pas sa première femme, Émilie Lecaille, sœur de Julia Poapée, ni sa famille calédonienne, mais continua de communiquer avec elle.

50Je me suis contentée d’évoquer les trajectoires des deux frères Uichi, ancêtres de la famille de Nadège ; d’autres trajectoires de pères auraient pu l’être aussi. La famille de Nadège, avec le retour de Zenjiro, a pu comprendre ce qui était arrivé à son frère. La plupart des familles originaires de l’île d’Okinawa ont découvert ce qu’avait vécu leur ancêtre grâce aux recherches menées durant six ans par Mutsumi Tsuda et son travail de médiation entre les familles calédoniennes et okinawaïennes, à travers plusieurs rencontres des uns et des autres et par son approche photographique et artistique. Elle bénéficia aussi de la situation particulière d’Okinawa. En effet, à la fin de la guerre, l’île d’Okinawa fut placée sous protectorat américain et ne fut restituée au Japon que le 15 mai 1972. Restée en marge du développement économique de l’empire japonais, l’idée germa, dans la capitale Naha, d’organiser un festival international permettant aux descendants des émigrants okinawaïens de se retrouver et sans doute de contribuer par leur présence à un renouveau des projets et des perspectives de développements urbains.

Le festival Uchinanchu

51Pour préparer cette rencontre, qui se veut le rendez-vous mondial de tous les émigrants okinawaïens et de leurs descendants, le journal local d’Okinawa, le Ryukyu Shimpo, publia pendant les deux années précédentes une série d’articles sur les Okinawaïens, les Uchinanchu dans le monde. La tv Okinawa diffusa des reportages sur le même thème. Ce battage médiatique prépara le premier festival Uchinanchu, qui se déroula en 1990. Quelques Calédoniens participèrent au deuxième festival de 1996. La périodicité entre chaque festival est de cinq ans. Ils étaient une cinquantaine à participer officiellement au sixième festival de 2011, qui s’est déroulé du 12 au 20 octobre à Naha. Entre ces deux dates, s’est constituée l'Association des descendants d'Okinawa de Nouvelle-Calédonie.

52Selon Yvan Obry, son président en 2011,

« Plus de 6 000 personnes ont participé à ce festival, avec 30 pays représentés, dont une majorité d’Amérique du Sud mais aussi d’Hawai’i. Notre délégation comptait 54 personnes, dont le maire de Poindimié, deux de ses adjoints, une chargée de mission du gouvernement auprès de Déwé Gorodey et le vice-recteur. Paul Néaoutyine était là pour envisager un jumelage entre Poindimié et Nago, ville d’origine de la majorité des descendants d’Okinawa du Caillou. » (Les Nouvelles calédoniennes, 8 novembre 2011)

53Les premières images du documentaire Mabui Gumi, « Les âmes égarées », réalisé par Hongo Yoshiaki, nous montrent l’arrivée de la délégation à l’aéroport de Naha. Vêtus de t-shirts orange, les néo-calédoniens sont accueillis par quelques personnes qui portent des banderoles avec un message de bienvenue et la carte de la Nouvelle-Calédonie. Le hall est bondé de personnes qui se serrent dans les bras, à mon grand étonnement, puisque les Japonais, discrets dans l’expression de leurs émotions, préfèrent les salutations accompagnées d’une légère inclinaison du corps. Le commentaire du film précise :

« On a le sentiment que les liens de sang et d’âme entre les deux îles se sont approfondis. »

54Cette première rencontre est suivie de plusieurs images de réceptions à la Ville de Nago, les nombreux participants lèvent leurs téléphones portables pour quelques selfies et leurs verres pour porter un toast aux 420 000 descendants d’émigrants d’Okinawa dans le monde et aux 7 297 participants venus de vingt-six pays et de deux régions. L’un des grands moments collectif de la rencontre sera le défilé à travers la ville de Naha : chaque participant d’une délégation porte le même t-shirt, si bien que chaque délégation est identifiable par sa couleur de t-shirt, et chacune montre quelques éléments considérés comme caractéristiques de son pays d’accueil. Deux grandes cérémonies ont aussi lieu dans le stade de Naha, l’une d’accueil et l’autre de clôture ; les délégations restent groupées et identifiables, chacune est saluée par un orateur et acclamée par les autres, dans un mouvement de ferveur et de communion collectives.

55Les réceptions dans les communes d’origine des ancêtres et les visites aux monuments patrimoniaux et parcs de loisirs se succèdent par petits groupes calédoniens et okinawaïens. Nous voyons des Calédoniens devant un grand aquarium qui photographient des requins, puis des concerts de musique traditionnelle japonaise. Les femmes calédoniennes portent des robes-mission ou des leggings et de longs t-shirts. Les femmes okinawaïennes sont vêtues à la mode japonaise, sobre et discrète. Les moments collectifs alternent avec les rencontres plus intimes des familles. Les membres calédoniens et okinawaïens d’une même famille se rendent ensemble sur les tombes de leurs ancêtres. Chacun se recueille et prie selon sa tradition religieuse. Les rituels face aux petits autels bouddhistes placés devant les caveaux familiaux sont suivis par les prières chrétiennes des Calédoniens, alternant moments de recueillement et Notre Père récité en chœur. Les Calédoniens expriment une très grande émotion, certains sanglotent, d’autres pleurent de manière plus retenue. Certains complètent l’autel avec des photos de leur famille calédonienne.

56Le festival permet, par ses différences séquences privées et publiques, de créer une nouvelle communauté qui redéfinit ses propres codes. Cette rencontre est aussi un moment privilégié pour rechercher des descendants d’émigrants non encore répertoriés, avec les appuis coordonnés de la mairie de Naha pour rechercher les noms et leurs graphies exactes ou actuelles et de la presse qui publie des avis de recherche. Ce qui permet au président de l'Association des descendants d'Okinawa de Nouvelle-Calédonie, réunie à Névaho, de déclarer que ce sixième festival a permis de « renouer le contact avec trois familles de Nago ».

Le retour des ancêtres

57Le « retour des ancêtres » qui permettra à chacun de retrouver une « paix intérieure », selon l’expression utilisée, se concrétisera pour les descendants des ancêtres de Nadège et de leurs proches de plusieurs manières. Il est possible d’en isoler quelques tendances. Mais, plutôt que de procéder à des catégorisations tout en sachant que les limites entre catégories restent floues et qu’elles gardent entre elles une porosité dynamique, il s’agit plutôt de prendre en compte les dispositifs mis en place pour procéder à ces différentes formes de réactivation de l’ancêtre.

La réactivation des affects

58Retrouver des liens et procéder à des rapprochements familiaux permet aussi de découvrir des lettres, des photos, des objets qui ont appartenu à son ancêtre. Le contact avec ces objets fait revivre l’ancêtre à travers la matérialité de ces supports : toucher des lettres, des écrits de sa main, rend tangible une intimité avec leur auteur. Regarder des photos permet une représentation physique, à différentes époques, de celui qui jusque-là n’avait pas d’apparence physique ou juste celle donnée par sa photo d’identité sur un document d’émigration retrouvé aux archives. Ces objets réactivent des affects et donnent la sensation de ressentir une communauté d’émotions partagées avec son ancêtre.

59Pour illustrer cet état de réactivation, je citerai quelques lignes d’un témoignage recueilli par Catherine Laurent dans une autre famille. Stéphanie Oghino est descendante de quatrième génération. Au collège, elle décide d’apprendre le japonais pour pouvoir lire des courriers anciens conservés dans sa famille. Ce sont des lettres adressées par une nièce de son grand-père à celui-ci qui, après la guerre, avait pu retourner vivre dans sa famille à Koné. Stéphanie n’a pas connu son grand-père. Elle se rend au Japon et retrouve sa tante Kumi, nièce de son grand-père,

« qui lui montre une liasse de lettres et de photos qu’elle a conservées. Stéphanie découvre ainsi des photos de son grand-père. Elle est très émue de parcourir la maison familiale dans laquelle son grand-père a vécu. “Tu te promènes dans la maison japonaise, tu te dis, il a vécu là, cet homme que je n’ai pas connu, qui est dans mon sang, qui a fait ce que je suis, qui est à l’origine de cette quête que je mène, il était là !” » (Laurent, 2017 : 102)

60De même, en Nouvelle-Calédonie, plusieurs descendants des deuxième et troisième générations de Japonais disent aimer aller se promener dans des espaces parcourus par leurs ancêtres, des maisons, des jardins, des lieux naturels, dans lesquels ils ressentent leurs présences.

Rituel religieux funéraire

61Zensuke et Zenjiro Uichi avaient plusieurs frères et sœurs restés sur l’île d’Okinawa. Parmi leurs descendances, une de leur nièce, Haru Nakamura (qui est aussi la belle-mère de Chizuko, la fille aînée de Kozaburo Matsuda) a eu un rôle particulier dans le rituel funéraire de Zensuke Uichi. C’est elle qui fut chargée de laver et purifier les os de Zensuke, quelques années après son enterrement, et de les envoyer à son fils aîné Lucien. L’ambassade de France se chargea de leur transfert du Japon en Nouvelle-Calédonie. Les deuxièmes funérailles de Zensuke permirent de déposer ses restes dans le caveau familial de Névaho. Zenjiro fut enterré dans le même caveau en 1980. Juste à côté du caveau, Zenjiro avait fait bâtir une petite tombe de style Okinawa. Selon Mutsumi Tsuda, il semblerait que, dans les dernières années de sa vie, lors d’un voyage à Okinawa, Zenjiro ait rapporté les cendres de ses ancêtres et qu’il les aurait déposées dans cette tombe. Pour Mutsumi Tsuda,

« cela signifie qu’il n’y a plus d’“homme” au pays pour assurer la garde de l’autel des ancêtres. […] l’unique tombe de style Okinawa existant sur l’île montre les sentiments de Zenjiro désireux d’accomplir son rôle de dernier “homme” de la famille Uichi, partagée entre deux pays. » (Tsuda, 2012 :148)

Commémoration

62Le retour des ancêtres prend place dans les commémorations officielles, les défunts japonais sont héroïsés par des monuments, à l’égal des morts pour la nation. L’arrivée du « premier contingent d’engagés japonais » en 1892 fut l’objet de commémorations successives de plus en plus importantes, en 1992, 2002 et 2012. Pour marquer les 120 ans de présence japonaise en Nouvelle-Calédonie, l’Amicale japonaise fit construire un mémorial dans le cimetière de Thio. Sur le monument sont inscrits les noms des 239 travailleurs japonais de la mine morts en Nouvelle-Calédonie. L’architecte qui conçut ce mémorial est Yokiyoschi Matsuda, le fils aîné de Akiro et Kozaburo Matsuda, qui entend bien ainsi, par son œuvre, rappeler aussi la présence de son père en Nouvelle-Calédonie. Le mémorial a été inauguré le 14 décembre 2012 en présence de l’ambassadeur du Japon en France. Il représente, par une arche d’acier juxtaposée à un long sabre katana surmonté d’une croix, « les liens inoxydables entre le Japon et la Nouvelle-Calédonie » (Rapport d’activité de la société Le Nickel, 2012).

Figure 1. – En 2012, pour commémorer les 120 ans de présence japonaise en Nouvelle-Calédonie, l'Office des postes et télécommunications de Nouvelle-Calédonie a émis un bloc feuillet qui comporte trois timbres-poste à 110 xpf. Le premier montre le mémorial édifié pour cette commémoration.

Figure 1. – En 2012, pour commémorer les 120 ans de présence japonaise en Nouvelle-Calédonie, l'Office des postes et télécommunications de Nouvelle-Calédonie a émis un bloc feuillet qui comporte trois timbres-poste à 110 xpf. Le premier montre le mémorial édifié pour cette commémoration.

Conclusion

63Les émigrants japonais qui se sont établis en Nouvelle-Calédonie ont noué des relations matrimoniales avec des Kanak et avec des descendants d’Européens. Leurs généalogies se trouvent ainsi intriquées avec celles de nombreuses familles non japonaises et ce, sur plusieurs générations, jusqu’à avoir perdu le fil mémoriel de l’histoire de l’arrivée de leurs ancêtres sur le territoire calédonien. Certains descendants de Japonais ont été adoptés dans des lignées kanak dont les descendants signalent simplement le nom kanak pris par leur ancêtre d’origine japonaise en ajoutant, « c’était un Japonais » ou un « métis japonais », sans que personne ne mette en doute l’identité kanak de ses enfants, petits-enfants ni leurs obligations coutumières et leurs rattachement au « droit civil particulier » dont relèvent les Kanak (Leblic, 2000). D’autres descendants de Japonais, sur plusieurs générations, et c’est là la majorité, sont restés de « droit civil commun » comme les Européens, tout en étant issus d’alliances avec des Kanak, au point de s’insérer dans un tissu généalogique en quelque sorte frontalier entre les clans kanak et les familles européennes. Cet ensemble, à la fois ténu (on dénombre, en 2014, entre 8 000 et 10 000 descendants de Japonais en Nouvelle-Calédonie pour une communauté qui s'étend sur six générations) et complexe par ses ramifications transversales entre les autres communautés formant des réseaux étendus, peut être considéré comme constituant un « métissage » caractéristique de l’histoire de la Nouvelle-Calédonie.

64Aujourd’hui, à l’heure du « destin commun », se dire et se revendiquer métis est devenu une posture verbale relativement fréquente, de même que de rapporter chacun à ses origines les plus anciennes pour en faire des emblèmes les plus contemporains. Il n’en reste pas moins que les émigrants japonais et leurs descendants se sont heurtés et restent porteurs d’une histoire placée sous le poids colonial qui demande à être reconnue, pour pouvoir « être apaisée ».

65Les récits de vie ou les éléments biographiques que nous recueillons nous permettent d’accéder, après un travail d’élaboration et de comparaison, aux formes dynamiques des sociétés. Démêler les interrelations et interactions entre singulier et collectif et les inscrire dans la temporalité en tenant compte des périodes de continuum ou au contraire de rupture reste un exercice complexe. Pour comprendre la présentation de soi de Nadège, « je suis Kanak » puis, après un silence d’ajouter, « je suis yeux tirés » en faisant le geste d’étirer ses yeux, il a été nécessaire de replacer son récit dans le contexte évolutif de la Nouvelle-Calédonie. Pour cela, il m’a fallu le caler en regard d’autres récits et en quelque sorte utiliser les récits des uns pour combler les vides formés par les non-dits, produits d’omissions volontaires ou d’amnésies, des récits des autres.

66Le récit de Nadège nous a conduit à évoquer les caractéristiques particulières du métissage. Celui-ci reste un objet qui force à penser le rapport au singulier et le rapport au collectif. Puisque, par définition, le métissage marque à la fois la singularité et l’assimilation de composantes plurielles. Les individus métis témoignent de cette fabrication d’identités plurielles dont ils vont devoir jouer selon les contextes. Ils seront tour à tour assimilés ou rejetés en fonction d’intérêts supérieurs et devront négocier leur intégration dans une collectivité plutôt qu’une autre. Le jeu complexe des alliances ou au contraire des ségrégations reste un bon témoignage de l’évolution des pratiques sociales selon les époques qui les traversent, en particulier dans une terre d’immigration, relativement récente, comme celle de la Nouvelle-Calédonie.

Angleviel Frédéric (dir.), 2004. La Nouvelle-Calédonie, terre de métissages, Paris, Les Indes savantes.

Beillevaire Patrick, 2010. Okinawa 1930. Notes ethnographiques de Charles Haguenauer, Paris, Collège de France, Institut des hautes études japonaises.

Bencivengo Yann, 2012. L’immigration japonaise en Nouvelle-Calédonie : une illustration de l’affirmation du Japon dans le Pacifique, Journal de la Société des Océanistes 135 (2), pp. 215-228 (http://journals.openedition.org/​jso/​6725 ; DOI : 10.4000/jso.6725).

Delathière Jerry, 2012. L’arrestation des Japonais de La Foa, Farino, Sarraméa (décembre 1941-février 1942), Bulletin [Nouméa, Institut des hautes études japonaises] 171, pp. 22-53.

Faugère Elsa, 2002. La fabrique identitaire dans les Îles Loyauté. Comment peut-on être un colon-kanak ?, Ethnologie française 2002/4 (vol. 32), pp. 629-635.

Guiart Jean, 1961. Un problème foncier exemplaire en Nouvelle-Calédonie. La vallée de Tchamba, Le Monde non-chrétien 55-56, pp. 182-196.

Hamelin Christine, Christine Salomon et al., 2008. Situations sociales et comportements de santé des jeunes en Nouvelle-Calédonie, premiers résultats, mars 2008, Rapport Inserm, Unité d’étude 687, Villejuif, Inserm.

Kobayashi Tadao, 1992. Les Japonais en Nouvelle-Calédonie. Histoire des émigrés sous contrat, traduction Raulet-Akaza Keiko, Nouméa, publications de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie n°48.

Laurent Catherine C., 2017. Les Calédoniens. Lignes de vie d’un peuple, Paris, HD Ateliers Henry Dougier.

Leblic Isabelle, 2000. « Adoptions et transferts d’enfants dans la région de Ponérihouen », in A. Bensa et I. Leblic (dir.), En pays kanak, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Collection Ethnologie de la France 14, pp 49-67.

Leblic Isabelle, 2004. 
“Métissage” et parenté. Assimilation de non-Kanaks dans le système des moitiés matrimoniales à Ponérihouen, in F. Angleviel (dir.), La Nouvelle-Calédonie, terre de métissages, Paris, Les Indes savantes, pp. 35-56.

Muckle Adrian et Benoît Trépied, 2014. Les transformations de la “question métisse” en Nouvelle-Calédonie (1853-2009), Anthropologie et Société 38 (2), pp. 89-108.

Naepels Michel, 2013. Conjurer la guerre. Violence et pouvoir à Houaïlou (Nouvelle-Calédonie). Paris, Éditions de l’ehess.

Palombo Philippe, 2004. Immigration japonaise en Nouvelle-Calédonie et métissage, in F. Angleviel (dir.), La Nouvelle-Calédonie, terre de métissages. Paris, Les Indes savantes, pp. 91-101.

Raulet-Akaza Keiko, 2012. Yaichi Ono (1847-1893) et la première émigration japonaise en Nouvelle-Calédonie, Bulletin [Nouméa, Institut des hautes études japonaises] 171, pp. 2-21.

Saussol Alain, 1979. Chapitre 11. Retour au vieux pays, in L’héritage : Essai sur le problème foncier mélanésien en Nouvelle-Calédonie, Paris, Société des Océanistes (http://books.openedition.org/​sdo/​584).

Trépied Benoît, 2010. Une mairie dans la France coloniale. Koné, Nouvelle-Calédonie. Paris, Karthala.

Tsuda Mutsumi, 2009. Mabui no oorai, Kyoto, Ed. Jimbun Shoin.

Tsuda Mutsumi, 2012. Âmes errantes. Le destin brisé des émigrants d’Okinawa en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, Madrépores.

Yoshiaki Hongo, 2017. Mabui Gumi (« Les âmes égarées »). Nouvelle-Calédonie, une histoire déchirée de l’émigration, documentaire, Cinéma-Okinawa, 110 min.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. – Le Powhatan à son arrivée à Thio, le 23 décembre 1905
Crédits © Edition F. D., Thio, coll. Raymond Magnier
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9275/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre Figure 1. – En 2012, pour commémorer les 120 ans de présence japonaise en Nouvelle-Calédonie, l'Office des postes et télécommunications de Nouvelle-Calédonie a émis un bloc feuillet qui comporte trois timbres-poste à 110 xpf. Le premier montre le mémorial édifié pour cette commémoration.
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9275/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Grin, « Le retour des ancêtres japonais. Les recherches identitaires de descendants d’émigrants japonais en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 383-396.

Référence électronique

Claude Grin, « Le retour des ancêtres japonais. Les recherches identitaires de descendants d’émigrants japonais en Nouvelle-Calédonie », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/9275 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.9275

Haut de page

Auteur

Claude Grin

Ethnologue, umr gsrl – ephe École pratique des hautes études, Paris, claude.grin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search