Navigation – Plan du site
Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

Retour sur les notions de « rééquilibrage » et « décolonisation »

Looking back at “redressing imbalances” and “decolonization”
Jean-Louis Rallu
p. 397-412

Résumés

Les accords de Matignon (1988) visaient à corriger les déséquilibres socioéconomiques entre communautés, héritage de la colonisation. Mais, après l’accord de Nouméa (1998), le gouvernement de Nouvelle-Calédonie s’est détourné de cet objectif avec le retrait de la question sur l’appartenance communautaire des statistiques (2003-2009) qui permettait d'en évaluer les résultats et de définir les politiques adéquates. Les programmes de réduction des écarts de qualification et d’accès à l’emploi sont devenus accessibles sur la base de la citoyenneté calédonienne, souvent attribuée hors des conditions requises. Le transfert des compétences sur l’enseignement primaire, secondaire et l’emploi s’est accompagné d’un très faible accès des Kanak aux diplômes universitaires et aux professions supérieures. Leur taux d’inactivité et de chômage restent plusieurs fois supérieurs à ceux des autres communautés. Le processus de décolonisation a été enrayé, laissant les Kanaks au bas de la société calédonienne.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Effets des accords de Matignon sur les écarts entre communautés
Éducation
Emploi
Un marché du travail « dualiste »
Conditions d’habitat
La remise en question du rééquilibrage des communautés
Le contexte politique après l’accord de Nouméa
Éducation
Emploi
Un marché de l’emploi toujours dualiste
Illettrisme et pauvreté
Habitat
La santé
L’heure des choix
Les facteurs démographiques
Les aspects socioéconomiques
Pour quel avenir ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les accords de Matignon de 1988 ont visé d’abord, dans leur dimension socioéconomique, à corriger les déséquilibresqui sont une des causes principales des tensions entre communautés et la raison de la demande d’indépendance du pays par le flnks. Il était prévu pour ce faire la création de l’adck et du Centre Jean-Marie Tjibaou – en tant que reconnaissance de la culture kanak par le colonisateur –, un programme « 400 cadres » et divers projets de développement au niveau des trois provinces. À partir des données des recensements de 1989 et 1996, nous avons, avec Gérard Baudchon, alors directeur de l’Institut de la statistique et des études économiques (isee), évalué les résultats de ce programme, huit ans après sa mise en place, soit le temps nécessaire pour que des effets significatifs apparaissent. Ici, nous résumons, dans une première partie, les conclusions de cet article que nous n’avons pas pu refaire avec les données des recensements postérieurs à l’accord de Nouméa. Une deuxiè...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Rallu, « Retour sur les notions de « rééquilibrage » et « décolonisation » », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 397-412.

Référence électronique

Jean-Louis Rallu, « Retour sur les notions de « rééquilibrage » et « décolonisation » », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/9314 ; DOI : 10.4000/jso.9314

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page