Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédo...Retour sur les notions de « rééqu...

Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

Retour sur les notions de « rééquilibrage » et « décolonisation »

Looking back at “redressing imbalances” and “decolonization”
Jean-Louis Rallu
p. 397-412

Résumés

Les accords de Matignon (1988) visaient à corriger les déséquilibres socioéconomiques entre communautés, héritage de la colonisation. Mais, après l’accord de Nouméa (1998), le gouvernement de Nouvelle-Calédonie s’est détourné de cet objectif avec le retrait de la question sur l’appartenance communautaire des statistiques (2003-2009) qui permettait d'en évaluer les résultats et de définir les politiques adéquates. Les programmes de réduction des écarts de qualification et d’accès à l’emploi sont devenus accessibles sur la base de la citoyenneté calédonienne, souvent attribuée hors des conditions requises. Le transfert des compétences sur l’enseignement primaire, secondaire et l’emploi s’est accompagné d’un très faible accès des Kanak aux diplômes universitaires et aux professions supérieures. Leur taux d’inactivité et de chômage restent plusieurs fois supérieurs à ceux des autres communautés. Le processus de décolonisation a été enrayé, laissant les Kanaks au bas de la société calédonienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette question n’est pas nouvelle. Comme l’a déjà noté Isabelle Leblic en 1993 : « Chaque statut qu (...)

1Les accords de Matignon de 1988 ont visé d’abord, dans leur dimension socioéconomique, à corriger les déséquilibres1qui sont une des causes principales des tensions entre communautés et la raison de la demande d’indépendance du pays par le flnks. Il était prévu pour ce faire la création de l’adck et du Centre Jean-Marie Tjibaou – en tant que reconnaissance de la culture kanak par le colonisateur –, un programme « 400 cadres » et divers projets de développement au niveau des trois provinces. À partir des données des recensements de 1989 et 1996, nous avons, avec Gérard Baudchon, alors directeur de l’Institut de la statistique et des études économiques (isee), évalué les résultats de ce programme, huit ans après sa mise en place, soit le temps nécessaire pour que des effets significatifs apparaissent. Ici, nous résumons, dans une première partie, les conclusions de cet article que nous n’avons pas pu refaire avec les données des recensements postérieurs à l’accord de Nouméa. Une deuxième partie considère le contexte politique qui suivit l’accord de Nouméa : distanciation vis-à-vis du rééquilibrage et important retard législatif pour y parvenir, avec pour conséquence une faible réduction des écarts entre communautés, notamment concernant l’éducation et l’emploi, ou une remise en cause des objectifs initiaux des accords et aussi du processus de décolonisation. À partir de ce constat, nous essayons de caractériser les choix auxquels les électeurs se trouvent confrontés à la veille du référendum de 2018.

Effets des accords de Matignon sur les écarts entre communautés

Éducation

  • 2 Les communautés en 1989 et 1996 incluent : Européens, Indonésiens, Mélanésiens, Ni-Vanuatu, Tahitie (...)

2En 1989, les Kanak et les Océaniens en général – Wallisiens-Futuniens, Tahitiens et Ni-Vanuatu – de 14 ans et plus présentaient les proportions de personnes sans diplôme les plus élevées du territoire : entre 50 % et 65 %, et les proportions les plus faibles de personnes ayant un bac : moins de 2 %, ou un diplôme universitaire : moins de 1 % (Baudchon et Rallu, 1999 : tab. 5). Parmi eux, les Kanak sont les plus défavorisés : 1,6 % des hommes et 1,3 % des femmes ayant un bac général ou technologique contre 1,9 % et 2,4 % pour les Wallisiens et Futuniens (3,9 % et 5,7 % pour les Indonésiens, les non-Océaniens les plus défavorisés2) ; 0,4 % des hommes et 0,1 % des femmes avaient un diplôme universitaire (0,3 % et 0,1 % pour les Wallisiens et 0,9 % et 1,0 % pour les Indonésiens). Le retard des femmes à ces niveaux d’éducation s’observe principalement chez les Océaniens, ce qui peut être corrélé à une condition inférieure de la femme. Les Européens sont les plus diplômés, 15 % ayant un bac et 10 % un diplôme universitaire.

  • 3 Il faut noter que le niveau d'instruction élevé des Européens est principalement dû aux migrants de (...)
  • 4 Lorsqu’on part de très bas niveaux, les écarts de croissance ne signifient pas grand-chose, ceux qu (...)
  • 5 Nous n’avons pas fait une nouvelle exploitation des données de 1989 et ne pouvons pas mesurer l’évo (...)

3En 1996, la proportion de Kanak ayant un bac atteint 2,5 % pour les hommes et 2,9 % pour les femmes (3,5 % et 5,2 % pour les Wallisiens ; 6,9 % et 11,4 % pour les Indonésiens) ; 1,1 % des hommes et 0,5 % des femmes sont diplômés de l’université (0,8 % et 0,7% pour les Wallisiens ; 3,0 % et 3,1 % chez les Indonésiens). Chez les Européens, ces chiffres sont respectivement de 15 % et 17 % et de 21 % et 18 %3. La progression des Kanak, en termes relatifs, apparaît importante en raison des niveaux de départ extrêmement faibles, mais elle n’est guère plus rapide que celle des autres communautés défavorisées et les écarts relatifs4 sont donc globalement à peu près stables entre Kanak et Wallisiens-Futuniens et ils se creusent pour les hommes avec les Indonésiens ; quant aux écarts en points de pourcentage, ils augmentent à tous les niveaux et pour les deux sexes (sauf pour les hommes diplômés de l’université) avec les Wallisiens et Futuniens et les Indonésiens, bien que ceux-ci ne bénéficient pas des programmes de réduction des déséquilibres. Or, ce qui est déterminant pour l’accès à l’emploi d’une population, c’est sa proportion de diplômés et non pas la rapidité de la croissance de celle-ci. Ayant le plus faible niveau de diplôme, la population kanak a aussi le plus faible taux d’emploi (cf. ci-dessous). Ces niveaux et tendances dans la population de 14 ans et plus sont affectés par les effectifs de personnes âgées qui n’ont pas – ou peu – été scolarisées. En 1996, la proportion de diplômés de l’université chez les 20-29 ans5 est identique pour les hommes kanak (1,1 %) mais elle atteint 0,9 % pour les femmes, et 5 % des hommes et 7 % des femmes ont un bac général ou technologique. Ces chiffres traduisent bien des progrès chez les jeunes, mais les proportions des diplômés de l’université restent très basses et les écarts en points de pourcentage à ces âges sont plus grands que pour l’ensemble des adultes : 6 % des Kanak ont un bac et 1 % un diplôme universitaire, contre respectivement 9 % et 1 % des Wallisiens, et 21 % et 6 % des Indonésiens.

4Les accords de Matignon prévoient la formation de 400 cadres kanak sur dix ans. On observe effectivement une augmentation de 345 Kanak diplômés de l'université (223 hommes et 122 femmes) entre 1989 et 1996, alors que certains bénéficiaires de ces programmes sont encore en cours d'études en métropole. Le but est en voie d’être atteint, mais ces programmes ne sont pas parvenus à réduire substantiellement l'écart entre les Kanak et les autres communautés défavorisées. Or, en sept ans, on a le temps de sélectionner des lycéens dans l’enseignement du second degré et de les amener à un diplôme universitaire de premier cycle ou même de second cycle.

Emploi

  • 6 Ce changement de définition de l’emploi rend plus difficile le suivi des évolutions sur un des suje (...)

5La définition de l’emploi utilisée dans les pays développés est difficile à mettre en œuvre dans un contexte d’économie « traditionnelle » ou une partie de l’activité est « non rémunérée ». En 1996, on a cherché à s’approcher d’une définition plus classique, considérant les activités de subsistance (agriculture, pêche et chasse) sans vente d’une partie de la production comme « inactivité »6, ce qui s’est traduit par une forte baisse du taux d’emploi des Kanak, de 42,7 % en 1989 à 34,7 %, principalement en tribu où le taux passe de 39,4 % à 26,8 %. Cependant, l’emploi des Kanak hors tribu baisse quelque peu également de 48,1 % à 46,6 %.

6L’emploi des hommes kanak de moins de 30 ans a baissé, pour une faible part en raison de l’allongement des études et principalement en raison de ce changement de définition de l’activité. On observe une augmentation à partir de 30 ans dans les provinces Nord et Îles, mais les taux masculins sont en baisse jusqu’à 45 ans en province Sud, bien que l’agriculture de subsistance y soit très minoritaire. L’emploi féminin a connu une baisse semblable aux âges jeunes mais est en croissance rapide dès 25 ans, les femmes bénéficiant de l’augmentation des emplois tertiaires dans l’enseignement, les services administratifs et la santé ou simplement les services domestiques. Les écarts importants des taux d’emploi entre Kanak et Européens sont surtout dus à la différence de niveau d’études. Ils se réduisent régulièrement avec le diplôme : les taux des Kanak sont 33 % inférieurs à ceux des Européens au niveau du bepc et 18 % inférieurs pour les hommes et 10 % pour les femmes au niveau du bac général, ce qui est encore considérable. Les écarts ne deviennent quasi négligeables qu’à partir des diplômes de premier cycle universitaire. Cependant, dans la province Sud, ces écarts restent autour de 20 % au niveau bac.

7Le développement économique induit par les accords de Matignon a entraîné une augmentation nette de 7 670 emplois masculins et 6 370 emplois féminins entre 1988 et 1996. Mais, selon le recensement, près de 8 000 migrants nets, principalement Européens et très secondairement Wallisiens, sont entrés sur la période. On évalue à un peu plus de 5 000 le nombre d’emplois nets, soit 36 %, pris par les migrants. En raison de l’immigration, les Européens ont pris 51 % et 44 % des créations nettes d’emplois masculins et féminins, les Wallisiens en prenant 12 % et 9 % et les « autres » 8 % et 9 %, laissant 23 % et 29 % aux hommes et femmes kanak. La part d’emploi revenue aux Kanak atteint 45 % dans l’industrie (contre 35 % aux Européens), mais seulement 10 % dans le tertiaire (contre 65 % aux Européens). Les femmes kanak ont mieux profité des créations d’emplois tertiaires, en en prenant 30 %. Dans la province Nord, les créations nettes d’emploi sont en faible majorité revenues aux Kanak, avec 50 % et 56 % pour chaque sexe, car une nouvelle migration européenne vers le Nord a eu lieu, suivant la détente apportée par les accords.

8Cette répartition de l’accroissement de l’emploi entre les communautés s’explique en partie par le retard de qualification et de développement local qui rend nécessaire de recourir à du personnel qualifié européen pour réaliser les infrastructures prévues, notamment dans les provinces Îles et Nord. Néanmoins, il aurait été possible d’utiliser plus largement la main-d’œuvre locale comme le montre les niveaux de diplôme des migrants entrés pendant la période. Si 44 % de ces migrants actifs ont un diplôme universitaire et 12 % un bac général, 36 % n’ont qu’un diplôme inférieur au bac. Les déséquilibres entre l’offre et la demande de qualification sont importants dans certains secteurs en raison de la taille restreinte des marchés du travail en outre-mer, néanmoins, certaines des qualifications nécessaires auraient pu se trouver sur le territoire ou être acquises en deux ou trois ans. En réponse à cette situation, l’accord de Nouméa prévoit de « développer l’emploi local », sans préciser les moyens d’y parvenir.

Un marché du travail « dualiste »

  • 7 Ou inégalitaire, terme issu de l’expression populaire « deux poids, deux mesures ».

9Cet « avantage » des migrants est lié à un marché de l’emploi « dualiste »7, au détriment des populations locales, que révèle l’analyse de la profession en relation au niveau de diplôme, en Nouvelle-Calédonie comme en dom (Baudchon et Rallu, 1999 ; Marie et Rallu, 2004).

10À diplôme égal, les Européens accèdent plus souvent aux professions élevées que les Kanak. Ainsi, avec un bac général, 20 % des Européens sont cadres ou dans les professions libérales, contre 10 % des Kanak pour les hommes, et 8 % contre 2 % pour les femmes. Avec un dut ou autre diplôme de premier cycle, 23 % des hommes européens sont cadres contre 13 % des Kanak et 10 % contre 5 % pour les femmes. Les écarts relatifs sont plus faibles avec un diplôme de deuxième ou troisième cycle, 63 % des hommes européens et 50 % des Kanak étant cadres. Pour les femmes, ces proportions sont de 42 % et 31 %, montrant aussi l’existence d’un marché du travail dualiste selon le sexe.

  • 8 Instituteurs, professeurs des lycées, infirmiers, contremaîtres, etc.

11Ainsi, les Kanak s’agglutinent dans les professions intermédiaires8, ayant plus de difficultés à en sortir par le haut que les Européens : près de la moitié (44 %) des hommes ayant un diplôme de deuxième ou troisième cycle travaillent dans les professions intermédiaires, contre le quart des Européens. Le déséquilibre est moins fort pour les femmes, en partie en raison du désavantage à l’emploi lié au sexe, avec 51 % des premières contre 47 % des secondes. Au niveau bac, 30 % des hommes Kanak et un peu plus de 50 % des femmes sont « employés », contre 23 % et 46 % pour les Européens. L’accès des Kanak aux professions d’artisan et commerçant reste par ailleurs contraint par le manque de ressources financières. Malgré les aides, l’effectif des Kanak chefs d’entreprises ne passe que de 2 à 15, mais le développement économique suscité par les accords fait passer celui des Européens de 84 à 488.

12Cependant, le besoin de nommer rapidement des responsables Kanak dans le secteur public, en application des accords de Matignon, a parfois permis à des Kanak d’accéder rapidement aux professions supérieures de l’administration. Dans l’ensemble du territoire, 68 % des cadres européens ont un diplôme universitaire, contre 27 % des cadres kanak.

13Dans la province Nord, on observe un déficit global de qualification pour les hommes, avec 56 Kanak titulaires d’un diplôme universitaire pour 86 cadres (dont 56 de la fonction publique) et professions libérales. Pratiquement, tous les cadres de la fonction publique auraient pu être diplômés de l’université, mais certains de ceux-ci sont allés vers le secteur privé ou les professions libérales. Accroître l’accès des femmes aux fonctions de décision aurait permis de réduire le déficit, avec 83 diplômés du supérieur des deux sexes pour 95 postes de cadres et professions libérales.

14Si le projet de former 400 cadres kanak peut sembler raisonnable, en partant d'un effectif de 728 cadres de la fonction publique en 1989, l'évolution réelle est plus rapide et le nombre des cadres du public fait plus que doubler, du fait des nouvelles administrations provinciales, atteignant 1 619 en 1996. Face à une telle croissance, le programme « 400 cadres » est devenu insuffisant. De plus, des bénéficiaires de ce programme vont dans le privé. Il en résulte une baisse de la proportion de cadres kanak dans le secteur public de 13,0 % en 1989 à 11,6 % en 1996, en sens opposé au rééquilibrage recherché. Les effectifs de cadres administratifs et commerciaux du privé ont aussi été multipliés par plus de deux, mais la part des Kanak s’est accrue de 0,7 % à 3,3 %. On note aussi un accroissement de la part des Kanak dans les professions intermédiaires du secteur public (de 9 % à 19 %) et secondairement dans la santé et l'action sociale (de 17 % à 19 %). Si des diplômés kanak se sont orientés vers le secteur privé, ce qui est bon pour l'économie, la majorité est allée vers le service public, dans la santé : infirmiers et, surtout, dans l'enseignement : instituteurs et professeurs des collèges. Les Kanak bacheliers et diplômés de l’université se trouvent plus souvent que les Européens dans les professions intermédiaires, ce qui est considéré comme une surqualification et s’observe le plus souvent dans un contexte d’effectifs de diplômés de l’université supérieurs à ce que peut absorber l’économie. Mais, c’est loin d’être le cas et les raisons de cette situation sont les difficultés d’accès des Kanak aux professions élevées et la préférence pour des Européens, même moins qualifiés : il y a donc une sous-qualification de certains cadres européens n’ayant que le bac ou un diplôme inférieur. Il y a surtout un déficit de diplômés de l’université pour remplir les fonctions de cadres chez les Kanak et donc, une sous-qualification qui risque d’affaiblir l'administration – ce dont souffrent le plus les pays insulaires du Pacifique – et, dans le cas de la Nouvelle-Calédonie, de retarder le processus d'autonomie. Il est quasi inévitable qu'une action de discrimination positive, visant à faire rattraper son retard à une communauté, comporte le risque d'un niveau de compétence initial amoindri. Mais, le programme « 400 cadres » était trop modeste et la lenteur de la croissance des niveaux de diplôme n’a permis ni une résorption importante de ce déficit ni un rattrapage des Kanak par rapport aux autres communautés. De plus, le marché du travail « dualiste » réduit encore les gains potentiels de la faible augmentation des qualifications. Les Kanak restent au bas de l’échelle sociale.

Conditions d’habitat

15L’habitat est un bon indicateur des conditions de vie de la population. Dans les années 1980, plus de 60 % de la population Kanak réside encore dans les réserves (ou tribus) en habitat traditionnel le plus souvent sans les commodités de base de la vie moderne. L’amélioration des conditions de logement était un objectif des accords de Matignon en relation à la condition sanitaire des populations.

16La proportion de l’habitat kanak dont les murs sont « en dur » est passée de 47,3 % en 1989 à 47,6 % en 1996 aux îles Loyauté, changement négligeable, mais de 51,9 % à 57,7 % dans la province Nord, ce qui représente une progression notable sur une période de sept ans pour un bien qui se renouvelle habituellement lentement. Mais on observe un recul de 88,0 % à 86,9% dans le Sud, en raison du développement des quartiers d'habitat informel autour de Nouméa. Le raccordement des résidences principales au réseau électrique s’est accru : en 1996, plus des trois quarts des résidences principales dont le chef de ménage est Kanak ont l'électricité dans les provinces Nord (76,4 %) et îles Loyauté (78,5 %), contre moins de la moitié en 1989. Dans le Sud, 88 % des résidences principales kanak ont l'électricité (contre 84 % en 1989).

La remise en question du rééquilibrage des communautés

17La même étude que celle faite en 1996 aurait dû être reconduite avec les données des recensements suivants, mais ce ne fut pas possible en raison de l’absence d’information sur les communautés au recensement de 2004. Celle-ci fut rétablie en 2009, sous une forme légèrement différente, sans pour autant empêcher la comparaison avec les données de 1996. Cependant, on nous a fait comprendre que le contexte politique d’alors ne s’y prête pas.

Le contexte politique après l’accord de Nouméa

  • 9 Supprimer un indicateur nécessaire à l’évaluation régulière d’un projet conduit les organisations i (...)

18L’absence d’information sur la communauté d’appartenance au recensement de 2004 est dû au retrait à la hâte de cette question en juillet 2003, peu avant la date prévue du recensement, dans le cadre d’une mascarade à laquelle se prêta un président de la République, allant à l’encontre d’une loi de démocratie de proximité de 2002 qui autorise cette question en Nouvelle-Calédonie9. Devant l’émoi causé par cette décision, le recensement fut ajourné sine die. Il eut lieu en août 2004, sans la question fatidique, dans un contexte social mouvementé, certains partis indépendantistes ayant donné un ordre de boycott. Le recensement fut très incomplet et les données de population durent être « corrigées » du sous-dénombrement, ce qui ne fut pas possible pour les données socioéconomiques. Les indépendantistes obtinrent alors le rétablissement de la question pour les recensements suivants. Il est cependant intéressant de noter ici un décalage, qui n’est pas unique, entre la métropole et l’outre-mer. Alors qu’en métropole, devant les difficultés d’intégration de la population d’origine immigrée, des voix de plus en plus nombreuses demandent l’introduction de la catégorie ethnique dans les statistiques officielles, aboutissant à son autorisation dans certaines enquêtes statistiques, en Nouvelle-Calédonie, où la population native océanienne est la plus défavorisée, on supprime l’information pour mesurer les écarts et leur évolution, identifier les causalités et les secteurs-clés et élaborer des projets pour réduire les déséquilibres là où c’est le plus nécessaire et efficace.

19Suite à cet épisode qu’on peut qualifier de « rocambolesque » ou de « politique de l’autruche », s’il n’avait pas recouvert des enjeux politiques et humains aussi importants, la mesure du rééquilibrage entre communautés est pratiquement mise à l’écart pour de nombreuses années et les effets s’en font encore sentir aujourd’hui. Le recensement de 2004 ne permet d’appréhender ce sujet que par le biais des provinces, oblitérant pour beaucoup l’élément humain, particulièrement en ce qui concerne la population kanak dont les conditions de vie restent, dans toutes les provinces, très différentes de celles des autres communautés.

20La question sur l’appartenance communautaire modernisée utilisée à partir de 2009 inclut des catégories « métis » et « autres communautés » avec la possibilité de préciser celles-ci, permettant ainsi de se déclarer « calédonien.ne ». Cependant, depuis 2009, l’information sur les communautés a surtout été utilisée pour la répartition de la population par sexe et âge (isee, 2015), mais les données socioéconomiques ne font pas l’objet d’une analyse systématique ni approfondie selon la communauté, particulièrement pour les niveaux de diplôme. Le logement et l’emploi sont analysés plus en détail et les publications qui leur sont dédiées (Rivoilan et Broustet, 2011 ; Broustet, 2016a) mentionnent la situation des Kanak et des autres natifs vis-à-vis des taux d’emploi, de chômage, de la profession et de la qualification. Le lien entre le diplôme, d’une part, et l’accession à l’emploi et la profession, d’autre part, est bien mis en évidence :

« L’obtention d’un diplôme conditionne largement l’insertion professionnelle des jeunes. » (isee, 2016 : 104)

  • 10 Ainsi, on ne dispose pas de l’âge et du sexe croisés avec la communauté et on ne connaît pas le tau (...)

21Cependant, une connaissance complète et approfondie des niveaux de qualification, de l’emploi par secteur de production, public, privé, permanent, temporaire, précaire, est nécessaire pour connaître les écarts et permettre de définir les programmes et les priorités pour les réduire. Mais ces analyses ne sont pas systématiquement disponibles pour les différentes communautés10. Les années 2000 sont aussi celles où fut prise une décision de politique « budgétaire » de publier des études courtes : des « quatre-pages », qui ne permettent pas des analyses complètes et détaillées. Cependant, des indices sophistiqués apparaissent sporadiquement dans les publications (cf. ci-dessus et ci-dessous). Donc, loin d’incriminer l’isee, c’est vers les groupes de pression politiques et la mauvaise gouvernance qu’il faut se tourner, avec les pratiques d’empiétements sur l’autonomie des instituts de statistiques et le manque d’intégrité dans la diffusion des données statistiques, problème fréquent dans les pays insulaires du Pacifique.

22Concernant la préférence pour « l'emploi local », mis en avant dans le texte de l’accord de Nouméa de 1998, s’il n’est pas possible de priver les citoyens français du droit de migrer vers un territoire de la République, on peut mettre en place des conditions restrictives à leur accès à l’emploi. Mais, il a fallu attendre :

  • 2002 pour que soient créés des organismes de prise en charge du placement des demandeurs d'emploi, ce qui a été dévolu aux provinces, limitant l’efficacité de cette mesure alors que le principal bassin d’emploi se situe en province Sud ;

  • 2006 pour qu'un Établissement public, l'Institut pour le développement des compétences, soit créé ;

  • et 2010 pour qu'une loi de pays favorise « l'emploi local » en accordant, à qualification égale, une priorité à ceux ayant la citoyenneté calédonienne, mais celle-ci a souvent été attribuée aux migrants récents hors des conditions requises (cf. ci-dessous).

23Ainsi, le retrait de la question ethnique en 2003 a ouvertement manifesté une remise en cause du rééquilibrage et lui a porté un coup durable, en faisant le sujet « à éviter » ou « tabou ». C’est un pan majeur du processus des accords de Matignon qui fut mis au second plan – ou plutôt abandonné – sous cette apparence de « politique d’opérette ». Les stratégies dans l’éducation (cf. ci-dessous), le remplacement du programme « 400 cadres » par le programme « Cadres Avenir » et les retards à mettre en œuvre la préférence pour l’emploi local, liés à la citoyenneté, traduisent bien une volonté délibérée de ne plus chercher à « corriger les déséquilibres » intercommunautaires de sorte que les Kanak ne soient pas en mesure de gérer l’indépendance par eux-mêmes. Ceci va clairement à l’encontre des accords de Matignon :

« La communauté mélanésienne, originaire du Territoire de Nouvelle-Calédonie, première victime des déséquilibres issus de la colonisation doit être le principal bénéficiaire des mesures mises en œuvre pour redonner au Territoire une plus grande cohésion… »

24Malgré les changements de gouvernements, la situation de ce point de vue n’a guère évolué, notamment en ce qui concerne l’éducation. La classe politique se contente des modestes progrès de l’emploi, en partie liés à l’émigration des tribus, et se préoccupe peu d’agir sur les causes profondes pour accélérer le changement.

Éducation

Figure 1. – Proportions (%) de diplômés par communautés, population de 15-64 ans, 2014

Figure 1. – Proportions (%) de diplômés par communautés, population de 15-64 ans, 2014
  • 11 On rencontre souvent le chiffre de 25 % ou « un sur quatre » (parfois cité comme « un sur cinq ») q (...)
  • 12 Pour les natifs européens, ces chiffres sont de 13,5 %, 9,7 %, 12,5 % et 11,5 %.

25En 2014, les Kanak âgés de 15-64 ans restent au bas des communautés pour le niveau de diplôme, près d’un tiers (32,3 %)11 étant encore sans diplôme. Il y a eu une réduction importante : à partir de 64 % en 1996, mais celle-ci s’est effectuée dans le cadre de diplômes inférieurs au bac : cep, bepc et cap qui recouvrent près des trois quarts des diplômés kanak. Aux niveaux bac et supérieur, les résultats sont simplement décevants : 5,9 % ont un bac général, 7,7 % un bac technologique, 2,9 % un diplôme de premier cycle universitaire et 1,7 % un diplôme de second ou troisième cycle (figure 1 et tableau 1) ; pour les autres natifs, ces chiffres sont respectivement de 11,6 %, 10,4 %, 9,4 % et 7,5 %12 et, pour les non-natifs, de 11,0 %, 8,0 %, 17,3 % et 24,9 %. Les écarts au niveau universitaire restent très importants, aussi bien en termes relatifs qu’en points de pourcentage, même avec les « autres natifs » et ce, malgré la présence d’une université à Nouméa. Les Kanak sont aussi en retrait des Wallisiens et Futuniens nés en Nouvelle-Calédonie qui comptent 8,7 % et 11,2 % de diplômés de bacs général ou technologique et 4,2 % et 1,6 % de diplômés des premier et second ou troisième cycles. Ils sont loin derrière les Indonésiens, dont 11,4 % et 9,1 % ont un bac général ou technologique, 8,6 % un diplôme de premier cycle universitaire et 4,4 % un diplôme de second ou troisième cycle. En 2014, un Indonésien sur trois, un Wallisien-Futunien sur quatre et à peine un Kanak sur cinq (précisément, 18,2 % ou 1/5,5) ont le bac ou un diplôme supérieur.

26Globalement, si les écarts relatifs diminuent de 1989 à 2014, les écarts absolus, en points de pourcentage, s’accroissent très nettement, notamment pour les diplômes universitaires (figures 2a et 2b). Sur la période récente, entre 2009 et 2014, les écarts relatifs avec les Wallisiens et Futuniens natifs se sont sensiblement réduits au niveau du bac technologique, mais ils sont restés pratiquement identiques pour les diplômes du supérieur et les écarts absolus, en points de pourcentage, se sont encore légèrement creusés. Les évolutions sont cependant peu importantes, les Kanak passant de 3,2 % à 4,6 % de diplômés de l’université et les Wallisiens et Futuniens de 4,1 % à 5,8 %. Elles sont plus importantes pour les Indonésiens et les « autres natifs » qui passent respectivement de 9,0 % à 13,1 % et de 13,4 % à 16,9 %, et les écarts relatifs et absolus se creusent encore nettement au niveau des diplômes universitaires (fig. 2b), – ils se tassent légèrement au niveau bac (fig. 2a) en partie parce que les autres communautés accèdent plus souvent aux niveaux supérieurs. Les Indonésiens (et aussi les « autres natifs ») ont maintenant beaucoup plus de chances d’accéder aux emplois hautement qualifiés, alors qu’en 1989, les chances des Kanak et des Indonésiens étaient pratiquement égales. Le désavantage des Kanak sur le marché très concurrentiel de l’emploi s’accentue aux hauts niveaux de qualification.

Figure 2a. – Évolution des proportions (%) de diplômés du bac (général ou technologique) de 1989 à 2014 pour différentes communautés de natifs

Figure 2a. – Évolution des proportions (%) de diplômés du bac (général ou technologique) de 1989 à 2014 pour différentes communautés de natifs

Recensements de 1989 et 1996 : population totale de 15 ans et plus ; recensements de 2009 et 2014 : natifs de 15-64 ans.

Figure 2b. – Évolution des proportions (%) de diplômés de l’université de 1989 à 2014 pour différentes communautés de natifs

Figure 2b. – Évolution des proportions (%) de diplômés de l’université de 1989 à 2014 pour différentes communautés de natifs

Recensements de 1989 et 1996 : population totale de 15 ans et plus ; recensements de 2009 et 2014 : natifs de 15-64 ans.

  • 13 Dans le sens démographique de « année de naissance ».

27En onze ou douze ans, on peut passer de l’entrée dans le secondaire aux premier et second cycles de l’université, c'est-à-dire que, de 1988 à 2014, quatorze générations13 de Kanak avaient le temps de faire l’ensemble de leur scolarité du secondaire jusqu’au bac et, éventuellement, l’université, en bénéficiant de conditions plus favorables dans le cadre des accords. Dans les faits, une très faible proportion de ces jeunes ont obtenu un diplôme de premier cycle ou de second/troisième cycle universitaire (2,9 % et 1,7 %), parce qu’on a peu fait pour réduire les carences du système éducatif :

  • faible qualité de l’enseignement primaire – en partie privé – qui se traduit par des retards et difficultés à intégrer et compléter les études secondaires,

  • nombres insuffisants et mauvaise sélection des boursiers,

  • octrois mal ciblés de dérogations autorisant les redoublements aux niveaux secondaire et surtout supérieur,

  • et orientation biaisée des élèves selon leur communauté d’origine – par exemple, à notes égales, on orientera un.e Asiatique ou un.e Européen.ne vers le bac général ou vers des études d’infirmier.ère et un.e Kanak vers le bac technologique ou aide-soignant.e – ce qui est une méthode éprouvée en métropole vis-à-vis des élèves issus de la migration.

28Ces pratiques s’inscrivent dans la droite ligne des principes de l’éducation définis dès 1863 : l’enseignement général pour les enfants de colons et les formations aux métiers manuels pour les Kanak. Cependant, l’outre-mer et la métropole apparaissent une fois encore marcher en sens inverses : les Kanak sont traités comme le sont les migrants en métropole. Mais plutôt qu’un processus ethnicisé, comme dans les pays européens, il s’agit ici d’un héritage de la colonisation (cf. ci-dessous), traduisant la volonté de conserver les positions dans la hiérarchie sociale, avec leurs avantages économiques et politiques sans partager – ou le moins possible – les postes décisionnels.

29Parmi les causes profondes, historiques, de la faiblesse de l’enseignement, on peut citer l’origine de l’école dans le cadre de la christianisation, commune à tous les pays insulaires du Pacifique. Les missionnaires apprenaient aux enfants à lire et à écrire dans la Bible, le but de l’éducation étant d’abord la propagation de la foi, et ils y ajoutaient quelques bases d’arithmétique. Les résultats purement « scolaires » étaient faibles en raison de l’absence de formation à l’enseignement des personnels des missions. De plus, la connaissance était considérée comme suspecte ou dangereuse, les élèves mieux formés risquant de s’orienter vers les emplois en ville où régnaient les perversions de la société coloniale. Les choix de l’éducation publique en 1863, puis sous le système de l’Indigénat (Pineau-Salaün, 2000) ont poursuivi et renforcé les clivages communautaires de l’enseignement et des fonctions socioéconomiques, ou de production, dans le cadre de la colonisation.

30Les accords ont concédé un semblant d’égalité culturelle avec l’enseignement des langues vernaculaires, dont la conservation est certes importante pour la transmission intergénérationnelle des savoirs coutumiers, mais cela ne doit pas faire oublier les fondamentaux que sont les mathématiques et l’expression et la rédaction en français pour l’intégration sur le marché du travail. Quel sens cela a-t-il de préserver la culture en privant une partie de la population des connaissances nécessaires à l’égalité des chances d’insertion socioéconomique (Minville, dans ce numéro) ? Plus encore, l’utilisation en Nouvelle-Calédonie des mêmes stratégies qu’en métropole pour conserver le statu quo des hiérarchies sociales révèle leurs incohérences, aboutissant dans le second cas à accroître les clivages sociaux et à repousser les défavorisés vers le communautarisme culturel et religieux qu’on voudrait mettre au second plan derrière la laïcité. En Nouvelle-Calédonie aussi, ces pratiques ne peuvent que prolonger et accentuer les clivages socioculturels.

  • 14 Selon l’unesco (educational attainment, population by completed level of education : data.uis.unesc (...)

31Il aurait été possible d’amener au bac et à l’université de plus grandes proportions des générations « post-accords ». Les Wallisiens et Futuniens, et les Indonésiens ont fait mieux sans bénéficier d’aides particulières. Une politique volontariste, comme en ont connu certains pays en développement, aurait pu élever plus rapidement le niveau de qualification de la population kanak. Les pays d’Asie ayant vers 1980 des proportions de diplômés du second cycle du supérieur autour de 1 % ont atteint, en environ trente ans, des taux compris entre 6 % et 14 %14 avec des moyens bien inférieurs, mais c’était post-indépendances. De tels écarts de performance entre des pays en développement et la Nouvelle-Calédonie attestent, avec la situation de l’illettrisme (cf. ci-dessous), l’existence de dysfonctionnements importants et d’irrégularités fréquentes dans son système d’éducation. Le gouvernement français ne s’est pas préoccupé non plus de la situation après avoir transféré, dès 2000, les compétences dans l’enseignement primaire qui conditionne pour beaucoup la suite des études en cas de retards de scolarité et de formation insuffisante, particulièrement en mathématiques (Hadj et al., 2012). Le transfert de l’enseignement du second degré a été demandé et octroyé en 2010 : le gouvernement local contrôle ainsi l’accès à l’université, sur laquelle la France garde un regard « distant », mais néanmoins régulièrement classée dans les dernières des universités françaises. Facteur-clé du rééquilibrage, l’éducation, passée aux mains du gouvernement local, n’a pas connu les changements nécessaires pour y parvenir, allant à l’encontre du but initial des accords de Matignon qui devaient pourtant conditionner l’avenir de la Nouvelle-Calédonie et de son statut. Loin d’être la base de la décolonisation, l’éducation est devenue un instrument de maintien de la colonisation.

Tableau 1. – Indicateurs socioéconomiques (%), population de 15-64 ans, en 2014 (Source : Recensement de 2014, isee)

Tableau 1. – Indicateurs socioéconomiques (%), population de 15-64 ans, en 2014 (Source : Recensement de 2014, isee)

(a) Total natifs et nés hors de Nouvelle Calédonie ;
(b) pour les natifs : 60 % ;
(c) pour les natifs : 8,7 %, 11,2 %, 4,2 % et 1,6 %.

Emploi

32Le recensement de 2009 et les suivants conservent la définition de l’emploi de 1996. En 2009, le taux d’emploi des Kanak a augmenté de plus de 10 points par rapport à 1996, avec 45,4 % contre 34,7 %, dépassant légèrement le niveau de 1989 : 42,7 %. Le taux des Kanak hors tribu atteint 54,2 % (contre 48,1% en 1989) et celui des Kanak en tribu retrouve presque le niveau de 1989 : 37,4 %, contre 39,4 %, ceux-ci s’engageant de plus en plus souvent dans la vente d’une partie de leur production agricole. Ces tendances sont une conséquence des accords avec, à partir de 1988, de nombreux départs des tribus vers la ville et les emplois salariés, notamment pour les femmes ; cette migration et l’accès des femmes à l’emploi sont des facteurs importants de l’augmentation des taux d’emploi.

33Cependant, en 2014, les Kanak ont toujours, et de beaucoup, le plus faible taux d'emploi : 49 %, contre 63 % pour les autres natifs, 71 % pour les autres communautés et 76 % pour les non-natifs (Broustet, 2016a), et le plus fort taux de chômage : 27 % contre 10 %, 8 % et 5 % (tableau 1), soit un taux respectivement 2,7, 3,6 et 5,4 fois plus élevé (tableau 1 et figure 3). De plus, les proportions de « personnes au foyer » et « autres inactifs » de 15-64 ans, restent les plus élevées chez les Kanak : avec 6 % et 7 % pour les hommes et 18 % et 4 % pour les femmes (contre respectivement 1 % et 4 % ; et 10 % et 2 % pour les autres natifs), soit près du double pour les femmes et plus du double pour les hommes. Ceci traduit le fait que de nombreux Kanak, notamment des hommes, ne remplissent pas les conditions de recherche d’emploi pour être considérés comme « chômeurs » ou ont uniquement une activité d’agriculture de subsistance, de pêche ou de chasse non marchandes qui ne permet pas de les considérer comme « actifs ».

Figure 3. – Taux (%) d’emploi, chômage et inactivité selon la communauté et le sexe, 2014

Figure 3. – Taux (%) d’emploi, chômage et inactivité selon la communauté et le sexe, 2014

34La situation d’emploi des Kanak est encore en partie liée à ce que la moitié de la population en âge de travailler réside en tribus, où il y a peu d'emplois et qui sont éloignées des centres économiques. Ainsi, le taux d'emploi n'y est que de 41 % contre 57 % hors tribu, et le taux de chômage de 36 % contre 19 %. Néanmoins, les Kanak, même hors tribu, sont encore bien en-dessous des autres natifs pour l’emploi (63 %) – un peu en-deçà des Wallisiens (59 %) – et si l’écart s’est réduit de 8,5 points en 2009 à 6,5 en 2014, leur taux reste inférieur de 10 % à celui des autres natifs, contre 13,6 % en 2009. Leur taux de chômage reste, quant à lui, près du double de celui des autres natifs.

  • 15 Composée de la migration nette et de l’arrivée de générations plus nombreuses à 15-19 ans, moins le (...)

35Les données de 2009 et 2014 pour les Kanak en tribu et hors tribu montrent les mécanismes derrière les évolutions de l’emploi et du chômage. Les effectifs âgés de 15-64 ans ont augmenté de 4,3 % en tribu et de 12,6 % hors tribu, la différence étant principalement due à la migration hors tribu. Les effectifs d’actifs en emploi ont augmenté plus vite que l’accroissement démographique, notamment en tribu : avec respectivement 13 % et 18 %, mais les effectifs de chômeurs ont aussi augmenté : de 13 % et 33 %, au même rythme que l’emploi en tribu, mais beaucoup plus rapidement hors tribu. La population de 15-64 ans hors tribu a connu une augmentation nette15 de 4 000 personnes, dont 3 100 actifs en emploi et 1 200 chômeurs, compte tenu d’une baisse du nombre d’étudiants de 300 personnes. Ainsi, l’augmentation du taux d’emploi des Kanak entre ces dates (de 45,4 % à 48,6 %) est le reflet de l’augmentation de l’emploi en tribu (+ 1 700) et hors tribu (+ 3 100, représentant 65 % de l’accroissement total). Ce dernier est en partie seulement lié à la migration hors tribu (car des passages entre emploi et chômage et vice-versa ont aussi affecté les personnes déjà hors tribu en 2009), mais celle-ci a aussi contribué en partie à l’augmentation du taux de chômage hors tribu (de 17,3 % à 19,2 %) et global (de 26,4% à 27,1%), compte tenu d’une augmentation de 900 chômeurs en tribu. Ainsi, une bonne part de la croissance de l’emploi est liée à la migration hors tribu qui entretient aussi le chômage dans le cadre d’un déficit de qualification et de difficultés d’insertion sur le marché du travail.

36Dans toutes les communautés, le chômage est très lié aux niveaux de diplôme, avec un taux de 35 % pour les non diplômés, 19 % pour les diplômés du secondaire et 5 % pour les diplômés de l’université (isee, 2016). Le faible niveau de diplôme des Kanak : 4,6 % ont un diplôme du supérieur (contre 17 % des autres natifs et 42 % des non-natifs, soit des proportions 3,5 et près de 10 fois plus faibles), est donc une cause importante de leur difficulté d'accès à l'emploi. Or, il est préoccupant que, chez les jeunes en emploi :

« […] le déficit de natifs accédant aux formations supérieures ne se réduit pas parmi les jeunes générations : 56% des non-natifs âgés de 25 à 34 ans ont un diplôme du supérieur contre 21% des natifs. » (Broustet, 2016a : 3)

37Pour les adultes de 15-64 ans en emploi, ces proportions sont de 49 % et 15 %, soit des écarts de 35 points et 34 points.

Figure 4. – Taux (%) d’emploi selon le diplôme et la communauté, 2014

Figure 4. – Taux (%) d’emploi selon le diplôme et la communauté, 2014

Un marché de l’emploi toujours dualiste

38Cependant, les faibles niveaux de diplôme des Kanak ne sont pas la seule raison de leurs difficultés à accéder à l’emploi. Les taux d’emploi par diplôme montrent une inégalité des chances entre les communautés sur le marché du travail. Notons d’abord que ce sont les détenteurs du seul bepc qui ont les taux d’emploi les plus faibles, suivis pas les personnes sans diplôme et celles n’ayant que le cep, puis celles ayant un cap (figure 4 et tableau 2). À tous les niveaux de diplôme, les Kanak ont les taux d’emploi les plus bas de toutes les communautés et, si on observe une progression assez régulière du bac général aux second et troisième cycles d’université, ce n’est pas le cas pour les Kanak, notamment en tribu, qui présentent des taux plus faibles au niveau des bacs professionnels. Ainsi, à diplôme égal, les Kanak, même hors tribus, apparaissent défavorisés par rapport aux autres natifs avec un écart de près de 10 points, soit un taux d’emploi 13 % inférieur, au niveau des bacs professionnels et des écarts d’environ 3,5 points, soit des taux 4 % inférieurs, au niveau des diplômes universitaires. Des écarts semblables mais moins importants apparaissent avec les Wallisiens-Futuniens nés en Nouvelle-Calédonie dès le bac général et également aux niveaux de diplômes inférieurs. Les non-natifs présentent des taux d’emploi supérieurs de 7 % à 8 % à ceux des Kanak hors tribus aux niveaux bac général et universitaire, et de 22 % au niveau des bacs professionnels et presque aussi importants au niveau cap. Ainsi, le désavantage des Kanak est le plus important au niveau des bacs professionnels, niveau où il concerne aussi les Wallisiens-Futuniens par rapport aux autres natifs. Il est notable qu’on oriente plutôt les Océaniens vers les cap et les bacs professionnels que vers le bac général, alors que c’est avec ces diplômes qu’ils sont le plus défavorisés sur le marché du travail. Cette situation résulte aussi de l’important retard à légiférer dans le domaine de l’emploi local, permettant à la préférence d’un marché du travail dualiste pour les migrants de se poursuivre.

Tableau 2. – Taux d’emploi (%) selon le niveau de diplôme et la communauté en 2014 (Source : Recensement de 2014, isee)

Tableau 2. – Taux d’emploi (%) selon le niveau de diplôme et la communauté en 2014 (Source : Recensement de 2014, isee)
  • 16 77% de ceux travaillant hors tribu (Broustet, 2016a).

39En 2014, les Kanak sont rarement cadres ou dans les professions libérales : 2,7 % (1,8 % pour les Wallisiens et Futuniens) contre 7 % pour les autres natifs et 19 % pour les non-natifs ; 15 % travaillent dans les professions intermédiaires (à égalité avec les Wallisiens, Futuniens et Tahitiens), contre 24 % pour les autres natifs et 30 % pour les non-natifs. Malgré diverses aides à la création d’entreprises et de micro-entreprises (Leblic, 1993), seulement 4 % sont artisans, commerçants ou chefs d’entreprise, contre 10 % pour les autres natifs et 15 % pour les non-natifs. Ainsi, 72 %16 sont employés ou ouvriers, comme les Tahitiens et, en incluant les agriculteurs, 79 % sont dans les professions peu ou non-qualifiées, comme les Wallisiens et Futuniens (78 %) ; mais c’est seulement le cas de 58 % des autres natifs et de 36 % des non-natifs qui accèdent bien plus souvent aux professions élevées. Faute de données croisant le diplôme et la profession, on ne peut pas caractériser l’évolution des tensions sur le marché du travail qui poussent les diplômés à accepter des emplois inférieurs à leur niveau de qualification ni mesurer la sur- ou sous-qualification qui en résulte selon les professions, comme nous l’avions fait avec les données de 1996. Pour résumer les conséquences sur l’emploi du contexte politique visant à cacher les écarts entre communautés et à se détourner du rééquilibrage qui a suivi l’accord de Nouméa, les Kanak d’âge actif (15-64 ans) ont des taux d’inactivité (« inactifs » et « personnes au foyer ») et des taux de chômage plusieurs fois supérieurs à ceux des autres natifs ; en conséquence, leur taux d’emploi est bien inférieur et, lorsqu’ils y accèdent, près des trois-quarts sont ouvriers ou employés. Ils restent très en retard sur les autres communautés, y compris par rapport aux Indonésiens, et pratiquement à égalité, ou même légèrement en retrait, des Wallisiens et Futuniens. La cause de ces déséquilibres est leur faible niveau de diplôme, mais on s’est peu préoccupé d’améliorer le système éducatif.

Illettrisme et pauvreté

40Les situations de l’éducation et de l’emploi ont des conséquences importantes : l’illettrisme reste assez fréquent et la pauvreté, assez élevée, baisse très lentement.

41Les résultats de l’enquête ivq (Information et vie quotidienne) de 2012-2013, publiés par « région », ne présentent pas la situation des natifs ni des diverses communautés. L’illettrisme concerne 18 % des personnes âgées de 16-65 ans en Nouvelle-Calédonie en 2013 (Benoit et Denis, 2013). Il est le plus élevé dans les îles et dans l’Est (environ 28 %), contre 18 % dans l’Ouest et 16 % en « urbain ». Les capacités dans le domaine de la numératie (calcul de base) sont le point faible de la Nouvelle-Calédonie dans l’outre-mer français, avec 40 % de résultats médiocres, et les jeunes générations ne sont pas plus performantes que leurs aînées, posant la question de la place des mathématiques dans l’enseignement. Les îles Loyauté sont les plus défavorisées, avec 48 % des adultes en difficultés fortes ou graves pour la numératie et 26 % pour la compréhension orale d’un texte simple, suivies par l’Est (41 % et 20 %) et l’Ouest (37 % et 14 %) ; l’« urbain » est pratiquement identique à l’Ouest pour la numératie et n’a qu’un très faible avantage pour la compréhension orale. La situation des îles est en partie due à l’absence d’établissements d’enseignement de niveau élevé et à l’importante émigration qui touche les plus qualifiés, phénomène qui affecte aussi, mais moindrement, l’Est. Chez les jeunes de 16-24 ans, on compte 4 000 illettrés, soit un taux d’environ 10 %, sans information sur sa répartition géographique.

  • 17 Les enquêtes de la Banque mondiale dans les pays en développement utilisent deux indicateurs basés (...)
  • 18 Même si les soins de santé et l’enseignement primaire et secondaire sont gratuits, les coûts de tra (...)

42Le taux de pauvreté mesuré par l’enquête bcm (Budget, consommation des ménages) de 200817 est de 17 %, pratiquement le même qu’en 1991 : 16 % (Hadj, 2012). Il a légèrement baissé dans les îles de 54 % à 52 % et, dans le Nord de 38 % à 35 %, mais il a augmenté dans le Sud de 7 % à 9 %. Malgré la progression générale du niveau de vie, la pauvreté a peu baissé en Nouvelle-Calédonie et elle s’est intensifiée en milieu urbain, passant de 4 % à 7 % dans le Grand Nouméa. La pauvreté ne recouvre pas partout les mêmes réalités : en brousse, on arrive à peu près à se nourrir grâce à l’agriculture de subsistance ; mais, en zone urbaine, la pauvreté sévère s’accompagne plus souvent de malnutrition ou de sous-alimentation. Si les besoins vitaux d’alimentation sont plus facilement satisfaits en milieu rural, en grande partie grâce aux systèmes d’entraide, de solidarité et d’échanges coutumiers, le manque de ressources financières n’empêche pas moins de se soigner, de donner une éducation de qualité18 et des chances égales à ses enfants, de vivre dans un logement décent, équipé des commodités de base. Ainsi, parle-t-on de « pauvreté d’opportunité » mais celle-ci risque souvent de basculer dans la pauvreté sévère, notamment avec l’exode des tribus et la rupture des solidarités qui l’accompagne. Les facteurs de pauvreté sont : le faible niveau d’éducation, l’absence d’emploi (ou l’emploi peu qualifié, temporaire ou à temps partiel), la taille du ménage (familles nombreuses ou ménages complexes), la monoparentalité et le fait de vivre seul (ménage d’une personne). Cependant, ces deux dernières catégories sont moins exposées en Nouvelle-Calédonie qu’en métropole, notamment parce que les personnes âgées et, dans une certaine mesure, les mères sans conjoint, vivent souvent en ménages complexes dans le cadre de la famille étendue. Les jeunes sont plus exposés à la pauvreté qui touche 24 % des moins de 30 ans, incluant les enfants.

Habitat

  • 19 Raccordement du logement à l’électricité, eau courante, présence de wc et d’installation sanitaire.

43L’isee a défini un « confort élémentaire » du logement19. En 2014, la proportion de logements sans l’une des commodités de base est de 44 % aux îles Loyauté, 23 % en province Nord et 5 % en province Sud (contre respectivement 87 %, 58 % et 7 % en 1989) (Broustet, 2016b). En tribu, un tiers des logements ne disposent pas de tous les éléments de confort minimum, contre 5 % hors tribu ; cependant, 87 % ont l’eau courante et une même proportion l’électricité, contre 67 % et 45 % en 1989. La sur-occupation des logements a aussi diminué, mais elle reste fréquente en tribu, touchant près d’un logement sur trois, en raison d’un mode d’habitat culturel particulier : ménages complexes dans le cadre de la famille étendue. Ainsi, la population des tribus reste très défavorisée avec des conditions d’habitat souvent précaires. La population des squats a diminué de 30 % passant de 6 000 en 2004 à 4 200 ; 12 % des logements en squat n'ont pas toutes les commodités de base.

La santé

44En 1988-1990, l’espérance de vie était de 66,7 ans pour les hommes (63,2 ans aux îles Loyauté, 64,8 ans dans le Nord et 68,0 ans dans le Sud) et de 72,8 ans pour les femmes (soit, par province, 72,3, 69,2 et 74,1 ans). Elle a connu une forte croissance jusqu’en 1998-2000, avec un gain de près de cinq années pour chaque sexe, assez également réparti par provinces, suivie d’une croissance plus faible (moins de trois années) jusqu’en 2010, notamment dans les îles. Depuis 2010, on observe une stagnation à des niveaux certes élevés avec, en 2015, des espérances de vie masculine de 74,5 ans (soit par province : 70,1, 71,9 et 75,3 ans) et féminine de 80,2 ans (soit par province : 78,3, 80,0 et 80,6 ans) – en métropole, l’espérance de vie atteint 79,3 ans pour les hommes et 85,3 ans pour les femmes en 2016. Cependant, les écarts entre le Sud, qui connaît les niveaux les plus élevés, et les autres provinces, sont restés assez stables entre 1988-1990 et 2015 avec, pour les îles, un peu plus de cinq ans pour les hommes et autour de deux ans pour les femmes et, pour la province Nord, un peu plus de trois ans pour les hommes, mais il s’est fortement réduit pour les femmes passant de cinq ans à moins d’un an. L’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes reste plus important dans le Nord et les Îles que dans le Sud : huit ans contre cinq ans.

45C’est dans le domaine de la fécondité qu’on observe les plus grands rapprochements entre communautés, suite à une baisse significative, particulièrement chez les adolescentes et chez les femmes de 20-24 ans. L’indice synthétique de fécondité est passé de 3,0 naissances par femme en 1989 à 2,1 en 2015, ce qui correspond au taux de remplacement des générations, et l’accroissement naturel s’est réduit de 1,9 % en 1989-1996 à 1,1 % en 2009-2014. La baisse de la fécondité est de 4,3 naissances par femme à 2,4 dans les Îles, de 4,0 à 2,2 en province Nord et de 2,7 à 2,0 en province Sud.

46Pour résumer le changement opéré depuis 1989, on constate des progrès très substantiels dans l’habitat (plus modérés en tribu), liés au développement des infrastructures, et dans la santé. Pour autant, la situation socioéconomique des Kanak reste très défavorisée, les écarts relatifs se réduisant très peu ou se creusant en termes de points de pourcentage dans le domaine de l’éducation ; les progrès dans l’emploi sont pour beaucoup liés à la migration hors tribu, avec aussi une baisse minime de la pauvreté dans les provinces où ils constituent la majeure partie de la population et une augmentation en zone urbaine liée à l’afflux de migrants. On ne peut malheureusement tirer de cette évolution de long terme qu’une seule conclusion : les Kanak sont restés au bas de la société de Nouvelle-Calédonie avec les autres Océaniens, très en-dessous des « autres natifs », y compris les Indonésiens. Et les choses ne vont pas changer rapidement, vu le travail qui reste à faire pour parvenir à une réduction significative des déséquilibres et la lenteur des progrès observés jusqu’à présent.

47En fait, un changement fondamental d’attitude qui n’a pas encore eu lieu, ou a rapidement connu des retours en arrière, est nécessaire. La cause fondamentale de la perpétuation des déséquilibres entre communautés réside dans le fait qu’on n’a jamais vraiment imaginé ni, plus tard, cherché à décoloniser. Au point de départ, se situe la décision de faire de la Nouvelle-Calédonie une colonie de peuplement en mettant l’ensemble des terres sous propriété de l’État français ; les révoltes que cela suscite en 1878 sont suivies de la mise en réserve de la population, renforcée en 1918 après une nouvelle révolte suite à la disparition de nombreux combattants kanak dans la Première Guerre mondiale. Le confinement dure jusqu’en 1946, avec pour seule exception les contrats de travail pour les colons européens. Dans les années 1960, le territoire fait figure de « dernières colonies », celles, avec les dom, qu’on pense – ou veut – conserver. Elle voit, à ce titre, l’arrivée de nombreux rapatriés d’Algérie. La sortie de la population des réserves est lente et encore principalement orientée vers le travail pour les Européens, propriétaires des terres hors-réserves, ou vers les quartiers informels autour de Nouméa. Elle ne prend de l’ampleur qu’après les accords de Matignon, avec le retour progressif d’une partie des terres peu ou non exploitées par les Européens. Cependant, on a mis tous les obstacles à l’émancipation des natifs, les Kanak, sachant bien que c’était la cause de l’indépendance des colonies d’Afrique et d’Asie. Il n’y a pas eu localement, ni de la part de l’État français – pour des raisons économiques : garder le nickel et la zee – une volonté réelle de décoloniser. La discrimination qui s’opère sur le territoire est fondamentalement différente de la discrimination ethnique qui existe actuellement dans les pays européens. Elle est historiquement orientée à l’encontre de la population native, les autres ethnies ne sont pas discriminées et reléguées de la même manière au bas de la société ; mais il existe une certaine méfiance envers les autres Océaniens attachés aux mêmes principes, communs au Pacifique insulaire, sur le droit traditionnel du sol. Les Asiatiques et les Domiens sont bien accueillis, sur le modèle anglais qui faisait venir des Indiens dans ses colonies africaines. Ce sont des intermédiaires sociaux, économiques et politiques, entre la population originelle et le colonisateur. Cependant, la Nouvelle-Calédonie n’est pas exempte de la discrimination globale apparue récemment et de manière inconsidérée contre les musulmans et les Africains. Les pratiques de discrimination sont d’ailleurs les mêmes, simples – simplistes – et incohérentes, basées sur la responsabilité collective qui a eu partout des effets désastreux sur les relations entre colonisés et colonisateurs et n’aboutit qu’à la formation de blocs opposés. La situation entre les deux groupes majoritaires en Nouvelle-Calédonie présente d’abord les traits de la colonisation, fondée sur un rapport dominants-dominés, qu’on s’efforce de faire durer. Ainsi, avec la représentation minoritaire des Kanak dans les postes de décision des administrations – et beaucoup n’y conservent leur place qu’à la condition de leur docilité –, l’autonomie apparaît comme une forme d’indépendance partielle, mais progressive, conférée aux Européens, principaux interlocuteurs de l’État français, et passant au-dessus des Kanak.

L’heure des choix

48L’accord de Nouméa a évité le recours en 1998 à un referendum habilement qualifié de « couperet » par le rcpr dès le début des années 1990, repoussant l’échéance d’une éventuelle « émancipation totale » entre 2014 et 2018 en concédant aux indépendantistes un corps électoral restreint. L’issue d’un scrutin à une échéance aussi lointaine comportait de nombreuses incertitudes : en relation à des niveaux de fécondité assez différents selon les communautés et aussi à la migration, comme l’avait montré la vague qui suivit les accords de Matignon.

Les facteurs démographiques

49En 1989, le facteur démographique le plus important susceptible de modifier la répartition de la population est encore la fécondité. Mais, son rapprochement entre provinces et communautés fait que la croissance naturelle a perdu beaucoup de son poids. Du fait de cette baisse, la structure de la population selon l’âge a vieilli : les moins de 20 ans passant de 43 % à 33 %, les personnes âgées de 60 ans ou plus de 7 % à 12 %, le poids des adultes augmentant fortement, de 49 % à 55 %, contribuant à la croissance économique (isee, 2015). Cependant, la population kanak reste légèrement plus jeune avec 35 % de moins de 20 ans et 10 % de personnes âgées, contre 24 % et 18 % pour les Européens, la migration de métropole accroissant le poids des adultes.

50Le second facteur qui peut devenir important dans une petite population insulaire est la migration nette dont le poids relatif dans la croissance démographique peut s’accroître du fait de la baisse de la fécondité. Alors que les années 1982-1988 connurent une migration nette négligeable, de quelques dizaines de personnes annuellement, en raison des Événements, une nouvelle vague, d’ampleur comparable à celle du « boum du nickel », suit les accords de Matignon, avec 7 700 entrées nettes en 1989-1996 (d’après les données du Bilan démographique 2016 de l’isee). Le mouvement se poursuit en 1997-2004 avec près de 6 000 entrées nettes, mais s’essouffle en 2004-2009 : 2 600 entrées nettes. Il reprend en 2009-2014 avec 8 000 entrées nettes, représentant le tiers de la croissance démographique.

51Depuis 1996, les Kanak sont passés de 44 % à 39 % de la population totale et les Européens de 34 % à 27 %. Cependant, une grande partie de ce changement est dû à l’introduction en 2009 d’une catégorie « métis » et à ceux qui se déclarent « calédonien.ne ». Cette catégorie ne connaît qu’un faible succès, ne recouvrant que 5 % de la population en 2009 et 7,4 % en 2014, avec près de 20 000 personnes. En incluant les « métis », les Kanak sont passés de 45 % en 1996 à 43 % en 2014 (isee, 2016 et les Européens de 34 % à 31 %, les Wallisiens augmentant de 9 % à 10 %. Les îles Loyauté restent en très forte majorité kanak (94 % de la population, contre 98 % en 1989). Le Nord a vu une recomposition plus importante de sa population, les Kanak passant de 78,7 % en 1989 à 70,5 % (86 % sur la côte Est et 53 % sur la côte Ouest). Dans le Sud, la part des Kanak est pratiquement stable à 26 %.

  • 20 En 2014, 51 % des métis et 32 % des « autres communautés » avaient moins de 20 ans.

52En 2014, les Kanak représentent 37,3 % des personnes de 20 ans et plus, les Européens 30,4 % et les Wallisiens et Futuniens 7,9 %. En incluant une estimation approximative des métis20, ces chiffres deviennent 40,2%, 33,1 % et 9,2 %.

53Cependant, les accords incluent la définition d’un corps électoral spécifique pour les consultations sur l’avenir statutaire de la Nouvelle-Calédonie, comprenant les personnes remplissant les conditions pour être inscrites sur les listes pour participer au scrutin du 8 novembre 1998 (article 188a). Pour les migrants récents entrés entre 1988 et 1998 s’ajoute une condition de dix ans de résidence ininterrompue (article 188b). Les personnes, nées en Nouvelle-Calédonie ou non, qui atteignent la majorité après 1998 (article 188c) sont aussi soumises à des conditions particulières en relation à leur filiation et leur durée de résidence (Graff, 2017). Bien que les concepts juridiques d’un corps électoral spécifique soient applicables sans porter atteinte à la libre circulation des personnes, diverses tergiversations ont ensuite modifié l’interprétation et la mise en œuvre de cette définition, conduisant à une fraude (Chauchat, 2014). Inversement, plusieurs milliers de Kanak ne sont pas inscrits sur les listes électorales pour diverses raisons administratives.

  • 21 Faute de données pour les 18 ans ou plus, nous utilisons les 20 ans ou plus.
  • 22 Les tableaux de migration sont disponibles par périodes décennales et il n’est pas possible d’estim (...)
  • 23 En 2014, 2,7 % de la population n’étaient pas Français de naissance ; 1,1 % l’étaient par acquisiti (...)

54Les données de recensement ne permettent pas d’estimer le corps électoral pour le référendum. Cela nécessiterait, dans certains cas, une analyse de dossiers au cas par cas. Pour donner des ordres de grandeurs, on a recensé en 2014, 105 000 Kanak, pratiquement tous nés en Nouvelle-Calédonie et 73 200 Européens dont seuls 30 500 sont nés en Nouvelle-Calédonie. La population native de 20 ans ou plus21 en 2014 peut être estimée à 68 200 Kanak, 21 000 Européens, 10 000 Wallisiens et Futuniens, 2 100 Tahitiens et 34 000 personnes d’autres communautés dont 9 800 métis et 15 900 « autres communautés », une part importante des premiers partageant une origine Kanak et une part des seconds incluant aussi des Kanak, ce qui devrait porter les Kanak autour de 73 000 voire plus et les autres natifs autour de 62 000. Parmi les migrants, 16 200 sont entrés avant 1990, dont 8 300 Européens, 2 800 Wallisiens et Futuniens, 1 000 Tahitiens et 4 000 personnes d’autres communautés, dont 800 métis et 1 600 « autres communautés » ; et 7 800 sont entrés en 1990-199922, dont 5 300 Européens, 700 Wallisiens et Futuniens, 200 Tahitiens et 1 600 personnes d’autres communautés dont 300 métis et 700 « autres communautés ». Mais tous les migrants ne font pas partie du corps électoral restreint : certains n’ont pas la nationalité française23 et, parmi ceux qui l’ont, tous ne remplissent pas les conditions requises. Le vote n’étant pas uniquement « communautaire », une majorité peut se dessiner parmi les populations les plus défavorisées.

Les aspects socioéconomiques

55Depuis 1989, le poids démographique des provinces a changé (isee, 2016) en liaison avec la migration économique. Les îles Loyauté représentent seulement 7 % de la population en 2014 contre 11 % en 1989, l’émigration vers Nouméa et la baisse de la fécondité se conjuguant pour donner une population quasi stable. Le Nord est passé de 21 % en 1989 à 18 % en 2009, mais a ensuite connu une légère progression, avec 19 % en 2014, liée aux activités dans la mine et la métallurgie, particulièrement dans les communes de Pouembout, Kone, Voh et Koumac. Mais cette migration est en partie temporaire, en relation à la construction des infrastructures minières. La côte Est, dans son ensemble, connaît toujours une migration nette négative. Le Sud a continué sa progression : de 68 % à 74 %, parce qu’il reçoit l’essentiel de la migration externe et aussi de la migration interne dont le moteur est l’emploi. Les taux de chômage sont beaucoup plus élevés dans les Îles (35 %) et le Nord (24 %) que dans le Sud (11 %), en partie en raison de la structure économique des provinces, des déséquilibres entre offre et demande de qualification et aussi de la taille et de l'éloignement des bassins d'emploi. Le Sud exerce ainsi une attraction sur les populations des provinces moins riches qui viennent y chercher les emplois qui manquent près de chez elles.

56Ainsi, les provinces Nord (notamment la côte Est) et Îles tendent à s’intégrer indirectement (par la migration et les transferts monétaires des migrants) dans une économie centrée sur la région de Nouméa. Cette insertion s’accompagne d’une intense circulation entre les communes du Grand Nouméa, dans le cadre d'emplois souvent temporaires, non ou peu qualifiés, ou même informels. Pendant ce temps, le développement économique a été impressionnant, avec une croissance du pib réel (hors inflation) à un taux annuel moyen de 3,6 % en 2000-2011, qui s’est beaucoup ralentie en 2012-2015 (1,7 % annuellement) mais reste très supérieure à celle de la métropole. La croissance de la population étant inférieure à celle de l’économie, le pib par habitant a crû plus vite, au rythme annuel moyen de 4,6 %, et a été multiplié par 1,6 entre 2000 et 2011 (isee, 2016 : 122). Mais tout le monde n’en a pas profité de façon égale. C’est notamment le cas des populations les plus défavorisées, en premier lieu les Kanak, dont la grande majorité n’accède pas aux emplois les mieux rémunérés ou est confinée dans le chômage ou l’inactivité. Un progrès plus rapide des niveaux de diplôme aurait permis une répartition plus égalitaire des bénéfices de la croissance. Mais, dans la situation actuelle, la majorité des Kanak n’a guère d’autre choix que de s’intégrer au bas de la société – au mieux, en « seconde zone » – pour ramasser les miettes de la croissance. Certes, des Kanak occupent des fonctions de décision au niveau politique, mais ils n’ont pas assez de cadres pour faire fonctionner les administrations. – Cependant, ils peuvent toujours recourir à l’international pour les aspects techniques et de conseil. La Nouvelle-Calédonie a la chance d’avoir le Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (cps). – Ce substitut à une économie locale dynamique hors du Grand Nouméa et à une insertion socioéconomique égalitaire suffira-t-il à satisfaire les attentes de la population Kanak qui durent depuis quarante ans ou plus ?

Pour quel avenir ?

57La question qui se pose maintenant est de savoir comment va réagir l’électorat des communautés les plus défavorisées. Est-ce que l’amélioration générale du mode de vie, pour certains principalement par les emplois informels et la « débrouille », va rendre supportable les inégalités présentes et faire accepter que le progrès économique se poursuive à des rythmes différents pour les diverses communautés, ou bien est-ce que le fossé entre les communautés, comme entre les élus kanak, qui ont souvent fait preuve d’aveuglement dans les prises de décisions avec l’État français ou le gouvernement local, et les « laissés-pour-compte », déjà abondamment constaté et commenté dans les années qui suivirent les accords, s’est encore creusé au point d’orienter les votes vers l’indépendance ? Mais avant cela, que représente ce referendum et ses listes électorales non conformes à l’accord de Nouméa et où, de plus, des Kanaks ne sont pas enregistrés, ce dont l’État français semble se désintéresser, sinon cautionner ? Quelle est, pour la population originaire, l’image d’une France qui transfère les compétences sans contrôle, abandonne la population kanak à son sort face à la fraude électorale et fait alliance avec l’Australie sous prétexte de contenir l’avancée chinoise dans le Pacifique, mais cherche en fait à conserver les gains futurs de la zee, alors qu’il est plus que probable que son exploitation, encore lointaine, se fera par des entreprises en partie au moins sous capitaux chinois ? Comment imaginer que, dans ces conditions de déséquilibre socio-économique et d’abandon, apparaissent la conscience et la volonté d’un destin commun ?

Conclusion

58Les principes d’une décolonisation réussie affichés par les accords de Matignon et repris, dans les mots, par l’accord de Nouméa ont été détournés – ou abandonnés – au niveau de leur mise en œuvre, à partir des années 2000, avec le retour à une conception de la Nouvelle-Calédonie comme devant rester une colonie de peuplement. Des décisions « politiques » ont fait que le rééquilibrage – qui était pourtant la base du raisonnement qui devait, au final, faire apparaître le recours à l’indépendance comme ayant perdu sa justification, la disparition des clivages les plus importants permettant de cohabiter, de « vivre ensemble » – a été malmené avec le retrait, de 2003 à 2009, de la question ethnique des statistiques et l’objectif de décolonisation abandonné avec le programme « Cadres avenir » et « l’emploi local », basés sur la citoyenneté – avec ses attributions irrégulières – et bénéficiant ainsi principalement aux communautés les plus diplômées.

59Force est de constater que les résultats dans ce domaine de base des accords de Matignon sont pour le moins décevants. Les pratiques de sélection dans l’éducation et sur un marché du travail dualiste ont résulté dans une progression très lente de la qualification des Kanak et de leur représentation dans les professions hautement qualifiées, permettant à ceux qui tenaient des positions administratives-clés, notamment dans l’enseignement – et particulièrement l’enseignement supérieur –, de garder les commandes et de retirer aux Kanak leurs chances de pouvoir gérer l’indépendance seuls ou même d’y participer sur un pied d’égalité. – Il leur reste cependant le recours aux organisations internationales et régionales.

60Élément-clé de la décolonisation, l’enseignement a continué d’être un outil de colonisation aux mains des administrations locales créées par l’État français qui a sa part de responsabilité avec les transferts rapides – prématurés – et sans condition, de secteurs importants de la politique sociale. De plus, des failles semblables s’observent dans la constitution des listes électorales spécifiques aux scrutins sur l’avenir du territoire. Dans ces conditions, l’autonomie apparaît comme la mise en place anticipée d’un état associé – très inégalitaire – dirigé par les Européens et où les Kanak n’ont – et n’auront sans doute pour longtemps encore – qu’un strapontin.

61Pendant ce temps, l’économie de la Nouvelle-Calédonie a progressé, le niveau de vie global s’est amélioré, mais tous n’en ont pas profité de la même manière. On s’est enraciné dans des déséquilibres importants, la pauvreté stagne et les laissés pour compte sont nombreux dans plusieurs communautés, notamment océaniennes. Ce ne sont pas les 1 370 artisans, commerçants et chefs d’entreprise (le plus souvent de petite taille), les 940 cadres, ni même les 5 200 « professions intermédiaires » kanak qui suffiront à maintenir la Nouvelle-Calédonie dans la République. Il ne peut y avoir de développement socioéconomique de la population kanak dans les conditions politiques actuelles, mais ces inégalités freinent aussi le développement global de la Nouvelle-Calédonie. Il y a près de quarante ans, le Vanuatu, avec des ressources naturelles bien moins importantes, rejetait les promesses d’une minorité de colons français – promesses qui ne s’accompagnaient que d’une seule certitude : la continuation du passé – et choisissait l’indépendance. Qu’en sera-t-il pour la Nouvelle-Calédonie ?

Haut de page

Bibliographie

Baudchon Gérard et Jean-Louis Rallu, 1999. Changement démographique et social en Nouvelle-Calédonie après les accords de Matignon, Population 54 (3), pp. 391-425.

Benoit Jacques et Thomas Denis, 2013. 18 % des adultes en situation d’illettrisme, isee, Synthèse 29.

Broustet David et Pascal Rivoilan, 2015 (novembre). Recensement de la population en Nouvelle-Calédonie en 2014 : une démographie toujours dynamique, Insee Première 1572.

Broustet David, 2016a. Emploi - Recensement de la population 2014 - Nouvelle-Calédonie, isee, Synthèse 37.

Broustet David, 2016b. Logement - Recensement de la population 2014 - Nouvelle-Calédonie, isee, Synthèse 36.

Chauchat Mathias, 2014 (décembre). La fraude à la sincérité du corps électoral en Nouvelle-Calédonie, Jus Politicum 13. 

Graff Stéphanie, 2017. Colonisation de peuplement et autochotonie : réflexions autour des questions d’autodétermination, de décolonisation et de droit de vote en Nouvelle-Calédonie, Mouvements 91, pp. 24-34.

Hadj Laure, 2012. 53 000 personnes sous le seuil de pauvreté, isee, Synthèse 23.

Hadj Laure, Gaël Lagadec, Gérard Lavigne et Catherine Ris, 2012. Vingt ans de politiques de rééquilibrage en Nouvelle-Calédonie, Formation emploi 120, pp. 100-125.

isee, 2015, Une démographie toujours dynamique, isee, Synthèse 35.

isee, 2016. Tableaux de l’économie calédonienne (tec) 2016.

Leblic Isabelle, 1993. Les Kanak face au développement. La voie étroite, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Marie Claude-Valentin et Jean-Louis Rallu, 2004. Migrations croisées entre doms et métropole : l’emploi comme moteur de la migration, Espace, Populations, Sociétés 2, numéro spécial : Regards vers l'outre-mer français à l'aube du 21ème siècle, pp. 237-252.

Pineau-Salaün Marie, 2000. Histoire et mémoire d’une institution coloniale, la scolarisation des Kanak au temps de l’indigénat, in A. Bensa et I. Leblic (éds), En pays kanak, Ethnologie, linguistique, archéologie, histoire de la Nouvelle-Calédonie, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, pp. 253-269.

Rivoilan Pascal et David Broustet, 2011. Vingt ans de mutation de l’emploi, isee, Synthèse 2.

Haut de page

Notes

1 Cette question n’est pas nouvelle. Comme l’a déjà noté Isabelle Leblic en 1993 : « Chaque statut qu’a connu la Nouvelle-Calédonie depuis la fin du régime de l’Indigénat comporte son volet de mesures pour favoriser le développement économique et social du territoire, et notamment de sa population la plus défavorisée, les Kanak. Comment se fait-il que ce problème ne soit toujours pas résolu ? » (Leblic, 1993 : 8)

2 Les communautés en 1989 et 1996 incluent : Européens, Indonésiens, Mélanésiens, Ni-Vanuatu, Tahitiens, Vietnamiens, Wallisiens et Futuniens, « autres asiatiques » et « autres ».

3 Il faut noter que le niveau d'instruction élevé des Européens est principalement dû aux migrants de métropole. Seulement 8 % des Européens de 20-29 ans nés sur le territoire ont un diplôme universitaire et 10 % un baccalauréat général ou technologique ; 52 % ont un diplôme inférieur au bac et 30 % aucun diplôme.

4 Lorsqu’on part de très bas niveaux, les écarts de croissance ne signifient pas grand-chose, ceux qui ont le plus bas niveau sont avantagés : passer de 0,5 % à 2 % représente une augmentation de 300 %, mais passer de 1 % à 3 % une augmentation de 200 % et l’écart relatif qui est le double (1 % contre 0,5 %) se réduit à 50 % (3 % contre 2%), mais l’écart en points de pourcentage s’est accru, passant de 0,5 point à 1 point, malgré la croissance plus rapide des plus désavantagés. Ainsi, à croissance égale, les écarts absolus (en points) se creusent.

5 Nous n’avons pas fait une nouvelle exploitation des données de 1989 et ne pouvons pas mesurer l’évolution chez les jeunes.

6 Ce changement de définition de l’emploi rend plus difficile le suivi des évolutions sur un des sujets les plus importants des accords. Mais cette décision n’est pas opportuniste, allant à l’opposé de présenter l’évolution dans un sens favorable. C’est une nécessité pour mieux connaître et mesurer l’activité des personnes, notamment en tribu.

7 Ou inégalitaire, terme issu de l’expression populaire « deux poids, deux mesures ».

8 Instituteurs, professeurs des lycées, infirmiers, contremaîtres, etc.

9 Supprimer un indicateur nécessaire à l’évaluation régulière d’un projet conduit les organisations internationales, régionales et les donneurs à suspendre le projet et les versements de fonds. Le risque est que les objectifs soient abandonnés par le gouvernement bénéficiaire et les administrations qui en ont la charge et les fonds détournés.

10 Ainsi, on ne dispose pas de l’âge et du sexe croisés avec la communauté et on ne connaît pas le taux de chômage des jeunes hommes et femmes kanak, seulement celui de l’ensemble des jeunes toutes communautés confondues ; de même, l’emploi temporaire ou précaire n’est pas connu par communauté.

11 On rencontre souvent le chiffre de 25 % ou « un sur quatre » (parfois cité comme « un sur cinq ») qui concerne uniquement les Kanak « en emploi » : chiffre plus favorable, car les non diplômés sont souvent « inactifs » ou au chômage.

12 Pour les natifs européens, ces chiffres sont de 13,5 %, 9,7 %, 12,5 % et 11,5 %.

13 Dans le sens démographique de « année de naissance ».

14 Selon l’unesco (educational attainment, population by completed level of education : data.uis.unesco.org), parmi les pays d’Asie partant d’un bas niveau, autour de 1 % des 25 ans et plus diplômés d’un ba (isced 6, second cycle universitaire), l’Indonésie est passée de 0,8 % en 1980 à 7,5 % en 2009 ; le Népal de 0,3 % en 1971 à 6,7 % (2011) ; la Thaïlande de 1,1 % (1970) à 12,9 % (2004) ; le Sri Lanka de 1,1 % (1981) à 14,1 % (2009) ; le Pakistan de 1,9 % (1981) à 6,3 % (2006).

15 Composée de la migration nette et de l’arrivée de générations plus nombreuses à 15-19 ans, moins les décès – cependant la mortalité est faible à ces âges.

16 77% de ceux travaillant hors tribu (Broustet, 2016a).

17 Les enquêtes de la Banque mondiale dans les pays en développement utilisent deux indicateurs basés sur un « panier » de biens de consommation nécessaires : basic needs poverty line et food poverty line lequel traduit la pauvreté extrême. L’enquête bcm 2008 a utilisé la méthodologie de l’ue qui définit le seuil de pauvreté à 60 % de la médiane des ressources de la population, mais a abaissé ce seuil à 50 %, soit 72 000 fcfp (603 €) contre 86 000 fcfp (721 €). Le niveau retenu est probablement intermédiaire entre les deux indicateurs de la Banque Mondiale. Avec un seuil à 60 %, le taux de pauvreté en Nouvelle Calédonie aurait été de 22 %, et dans les provinces Îles Loyauté, Nord et Sud, de 62 %, 44 % et 14 %.

18 Même si les soins de santé et l’enseignement primaire et secondaire sont gratuits, les coûts de transport, de cantine et d’internat peuvent faire hésiter à aller se soigner et à envoyer ses enfants à l’école au-delà de l’âge où la scolarisation est obligatoire.

19 Raccordement du logement à l’électricité, eau courante, présence de wc et d’installation sanitaire.

20 En 2014, 51 % des métis et 32 % des « autres communautés » avaient moins de 20 ans.

21 Faute de données pour les 18 ans ou plus, nous utilisons les 20 ans ou plus.

22 Les tableaux de migration sont disponibles par périodes décennales et il n’est pas possible d’estimer les entrées jusqu’en 1998.

23 En 2014, 2,7 % de la population n’étaient pas Français de naissance ; 1,1 % l’étaient par acquisition et 1,6 % (4 200 personnes de tous âges) étaient étrangers.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. – Proportions (%) de diplômés par communautés, population de 15-64 ans, 2014
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Figure 2a. – Évolution des proportions (%) de diplômés du bac (général ou technologique) de 1989 à 2014 pour différentes communautés de natifs
Légende Recensements de 1989 et 1996 : population totale de 15 ans et plus ; recensements de 2009 et 2014 : natifs de 15-64 ans.
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2b. – Évolution des proportions (%) de diplômés de l’université de 1989 à 2014 pour différentes communautés de natifs
Légende Recensements de 1989 et 1996 : population totale de 15 ans et plus ; recensements de 2009 et 2014 : natifs de 15-64 ans.
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Tableau 1. – Indicateurs socioéconomiques (%), population de 15-64 ans, en 2014 (Source : Recensement de 2014, isee)
Légende (a) Total natifs et nés hors de Nouvelle Calédonie ; (b) pour les natifs : 60 % ; (c) pour les natifs : 8,7 %, 11,2 %, 4,2 % et 1,6 %.
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Figure 3. – Taux (%) d’emploi, chômage et inactivité selon la communauté et le sexe, 2014
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9314/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Figure 4. – Taux (%) d’emploi selon le diplôme et la communauté, 2014
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9314/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Tableau 2. – Taux d’emploi (%) selon le niveau de diplôme et la communauté en 2014 (Source : Recensement de 2014, isee)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9314/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Rallu, « Retour sur les notions de « rééquilibrage » et « décolonisation » », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 397-412.

Référence électronique

Jean-Louis Rallu, « Retour sur les notions de « rééquilibrage » et « décolonisation » », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 03 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/9314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.9314

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search