Navigation – Plan du site
Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

« Je ne sais pas ce que c’est, la coutume » : la coutume kanak par-delà tradition et modernité

“I do not know exactly what the word custom refers to”: Kanak custom beyond tradition and modernity
Dominik Bretteville
p. 473-486

Résumés

Le référendum néo-calédonien oppose la culture occidentale, communément associée à la modernité, et le monde kanak assimilé à la coutume. Héritage colonial, cette représentation des relations avec les sociétés dites traditionnelles traduit une perspective eurocentrée qui manque à comprendre les sociétés dans leurs propres termes. Le présent article montre que la notion française de coutume entend rendre compte d’une configuration de catégories de pensée et de valeurs qui, dans les langues kanak, ne se réduisent pas aux oppositions occidentales tradition/modernité ou nature/culture. Alors que la crise environnementale planétaire conduit à reconsidérer ces deux oppositions, les cultures kanak – qui n’ont pas attendu le « progrès » ou « l’économie de marché » pour se perpétuer – empruntent à la modernité avant tout pour maintenir la cohérence de leurs organisations et la vitalité de leur vie sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Que désigne le terme coutume ?
Les échanges coutumiers
Les sapins, les cailloux […] la rivière connaissaient nos noms
Une société xénophile
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Je ne sais pas ce que c’est, la coutume. Je connais des rites précis qui ont des noms précis. La coutume, je l’ai dit, c’est le nom un peu méprisant que les non-Kanak donnent à ce que font les Kanak. » (Tjibaou, 1996 [1985] : 202)

Le référendum sur la Nouvelle-Calédonie, en proposant aux électeurs de se prononcer pour ou contre la souveraineté du pays, se résume à un choix de société entre deux prédominances culturelles, l’une kanak et l’autre française. En cela, rien de bien nouveau depuis les années 1980. En revanche, est nouveau ce que signifie cette alternative en regard de la crise planétaire de l’environnement. Car opposer les cultures océaniennes et occidentales comme, d’un côté, une « tradition » associée aux sociétés colonisées et, de l’autre, une « modernité » revendiquée par l’Occident, est devenu injustifiable – si tant est que cela le fut un jour. L’évolutionnisme culturel qui a informé cette perspective binaire, consacré l’entreprise coloniale et servi de faire-valoir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominik Bretteville, « « Je ne sais pas ce que c’est, la coutume » : la coutume kanak par-delà tradition et modernité », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 473-486.

Référence électronique

Dominik Bretteville, « « Je ne sais pas ce que c’est, la coutume » : la coutume kanak par-delà tradition et modernité », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/jso/9502 ; DOI : 10.4000/jso.9502

Haut de page

Auteur

Dominik Bretteville

Chargé de cours à l’Université Catholique de l’Ouest, Angers ; auteur d’une thèse sur la société Paimboa de Nouvelle-Calédonie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page