Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédo...Vous avez dit « rééquilibrage » e...

Dossier La Kanaky Nouvelle-Calédonie a rendez-vous avec l'histoire

Vous avez dit « rééquilibrage » et décolonisation ? Retour sur 40 ans de va-et-vient institutionnels sur souveraineté et colonialisme en Nouvelle-Calédonie (1980-2018)

What about “Balancing” and Decolonization? Return over 40 years of institutional comings and goings versus Colonialism and Sovereignty
Isabelle Leblic
p. pagination

Résumés

Faire de l’anthropologie en contexte colonial quand on est citoyen de la métropole coloniale, ne peut pas être neutre, surtout quand on est, en tant que citoyen, anti-colonialiste. Depuis la fin de l’Indigénat, les Kanak sont entrés dans le monde politique pour y revendiquer petit à petit leurs droits en tant que citoyens français à part entière, la reconnaissance de leur identité, puis l’indépendance de leur pays en tant que peuple autochtone. Une part de la revendication est l’effectivité du rééquilibrage, surtout en cette veille de référendum d’autodétermination. Le retour fait ici sur 40 ans de vie institutionnelle sur ce territoire au regard de l’objectif d’indépendance, en prenant en compte la campagne électorale pour le référendum et les diverses forces en présence, permet de mettre en avant que, ce que d’aucuns appelle « décolonisation dans la république », peut être parfois perçu comme une recolonisation. Cet article revient aussi sur les termes indépendance versus souveraineté qui sont au cœur du débat calédonien.

Haut de page

Texte intégral

1Je poursuis des recherches anthropologiques sur les sociétés kanak de Nouvelle-Calédonie depuis 1982. Je suis arrivée pour la première fois à Nouméa le 13 juillet 1983 et j’ai été frappée, en cette veille de fête nationale française, par la ségrégation qui existait alors à Nouméa, marque indéniable du contexte colonial du pays. Et, faire de l’ethnologie en contexte colonial, quand on appartient à la métropole colonisatrice, cela induit des relations particulières avec le terrain. Comme le rappelait Georges Balandier en son temps (1951 : 76), l’anthropologue doit tenir compte du fait que la société qu’il étudie doit être resituée dans la société globale à laquelle elle appartient, et pour ce qui me concerne, en raison de l’histoire coloniale de la France dans la Pacifique, les sociétés kanak ne peuvent être déconnectées de leurs rapports avec cette histoire coloniale et donc avec la métropole coloniale (Leblic, 1999 : 1-2 ; 2010 : 340). Faire de l’ethnologie en situation coloniale implique forcément une prise de position quant à la situation politique, sociale et économique des gens que l’on étudie. Michel Leiris ne disait-il pas :

« […] travaillant en pays colonisés, nous ethnographes qui sommes non seulement des métropolitains mais des mandataires de la métropole puisque c’est de l’État que nous tenons nos missions, nous sommes fondés moins que quiconque à nous laver les mains de la politique poursuivie par l’État et par ses représentants à l’égard de ces sociétés choisies par nous comme champ d’étude et auxquelles […] nous n’avons pas manqué de témoigner, quand nous les avons abordées, cette sympathie et cette ouverture d’esprit que l’expérience montre indispensables à la bonne marche des recherches » (Leiris, 1972 : 86, éd. or. 1950).

2Leiris (1972 : 87, éd. or. 1950) insistait également sur le devoir des ethnologues de défendre les sociétés sur lesquelles ils « travaillent ».

3Étant moi-même de sensibilité anticolonialiste, cette rencontre violente a influencé ma pratique militante et a orienté aussi une partie de mes recherches sur l’identité kanak, le développement économique et, depuis l’accord de Nouméa (1998), la citoyenneté et le « destin commun ».

  • 1 Ce texte a été écrit avant le référendum du 4 novembre 2018. Je reviendrai dans un prochain texte s (...)
  • 2 Comme nous l’avons écrit à l’époque : « La notion même de développement en tant que produit de la s (...)

4Il me semble que l’étude des transformations sociales et de la revendication identitaire, au cœur aussi bien des interrogations que se posent les Kanak eux-mêmes quant à leur avenir, que de l’évolution prochaine de ce territoire, peut apporter un regard nouveau sur les sociétés kanak et leur devenir, notamment en liaison avec la définition d’une nouvelle citoyenneté calédonienne. Par exemple, à la veille du référendum de 20181, on peut légitiment se demander où en est la question de la souveraineté, dans le contexte particulier du Pacifique francophone. On peut aussi se demander si les choses ont évolué en plus de trente ans et, si oui, dans quelle direction. En effet, pour moi, l’idée de rééquilibrage préexiste aux accords politiques de Matignon-Oudinot et de Nouméa. Dans ce contexte, je veux revenir ici sur le fait que les notions de développement et son corollaire, le rééquilibrage, peuvent être vues comme un éternel recommencement et comme le nouvel alibi de l’entreprise coloniale2. Comme je l’ai écrit en 1993, elle était déjà présente dans le plan Dijoud de 1978 et on peut même la considérer comme plus ancienne si on repense à l’idée d’usine du Nord de nickel du général de Gaulle dans les années 1960. Donc, force est de constater que, au regard de l’ancienneté de ces propositions, le rééquilibrage ne se fait pas comme il le devrait et que, comme nous allons le voir, les inégalités demeurent trop nombreuses.

5De fait, l’argument principal que je souhaite développer dans ce texte est que la Nouvelle-Calédonie est toujours en situation coloniale, même dans le cadre de l’accord de Nouméa et de « décolonisation dans la république » tant mise en avant, et que la « valse des statuts » n’a abouti pour l’instant qu’à un statut « dérogatoire et provisoire » et seul le « oui » au référendum permettra de sortir de cette situation coloniale.

6Pour ce faire, je vais d’abord présenter quelques réflexions sur indépendance versus souveraineté en revenant sur les définitions des termes et sur la question de la souveraineté dans l’histoire française. Ce qui amènera à la question posée lors du référendum avec l’analyse des sondages et de la campagne électorale. Puis, en deuxième partie, je reviendrai rapidement sur ce que j’ai longuement développé par ailleurs, l’histoire du pays de Nainville-les Roches à l’accord de Nouméa avec la sempiternelle/continuelle question du rééquilibrage marquée par une économie sous perfusion et une nouvelle citoyenneté en construction. Des questions restent présentes : les accords de Matignon (1988) étaient-ils de bons accords ? Que penser de l’importance encore vive de la langue française et de la France par rapport à l’écriture de l’histoire ? Kanak et caldoches se sont-ils rapprochés et sont-ils en mesure d’écrire ce « destin commun » mis en avant par l’accord de Nouméa (1998) ? Pour finir, dans la troisième partie, en reprenant les différents statuts de la Nouvelle-Calédonie depuis 1946, je montrerai que nous sommes toujours en situation coloniale et que l’accord de Nouméa et les évolutions récentes n’ont amené ni à une voie originale de décolonisation ni à une « situation postcoloniale ». Mais l’avenir reste à écrire et le référendum du 4 novembre en est la première étape.

Indépendance versus souveraineté

7D’après le Trésor de la langue française informatisé (http://www.atilf.fr/​tlfi), l’indépendance est :

« [la] situation d’un pays, d’un État, d’une nation qui n’est soumis à aucun pouvoir extérieur »

alors que la souveraineté est définie comme :

« [la] qualité propre à l’État qui possède le pouvoir suprême impliquant l’exclusivité de la compétence sur le territoire national (souveraineté interne) et sur le plan international, l’indépendance vis-à-vis des puissances étrangères (limitée par les conventions ou par le droit international) ainsi que la plénitude des compétences internationales (souveraineté externe) ; pouvoir politique suprême dont jouit l’État. » 

Le Larousse, quant à lui, définit l’indépendance comme :

« [l’]autonomie politique, [la] souveraineté nationale. —> Proclamer l’indépendance d’une nation »

et la souveraineté comme :

« [le] pouvoir suprême reconnu à l’État, qui implique l’exclusivité de sa compétence sur le territoire national et son indépendance internationale, où il n’est limité que par ses propres engagements. »

8Donc, « Être souverain, cela signifie se gouverner soi-même » (http://andreracicot.ca/​independance-et-souverainete/​). Ou, pour le dire autrement, la souveraineté et l’indépendance sont censées aller de pair. Mais, dans le monde actuel, nombre de pays dit indépendants ne sont pas forcément souverains dans les faits, notamment les ex-colonies qui restent dépendantes de l’ancienne métropole coloniale dans bien des domaines : le français comme langue véhiculaire dans les territoires ayant été sous tutelle française par exemple, la dépendance économique avec les subsides provenant des anciennes tutelles, etc. Jean-Marie Tjibaou, qui ne se faisait aucune illusion sur la future souveraineté de Kanaky, ne disait-il pas : 

« La souveraineté, c’est le droit et le pouvoir de choisir les partenaires ; l’indépendance, c’est le pouvoir de gérer la totalité des besoins créés par la colonisation, par le système en place. Pour nous, il y a une situation statique qui est la restitution de la souveraineté du peuple kanak sur son pays – souveraineté sur les hommes, sur la terre, le sous-sol, l’espace aérien, la mer, etc. […] C’est la souveraineté qui nous donne le droit et le pouvoir de négocier les interdépendances. Pour un petit pays comme le nôtre, l’indépendance, c’est de bien calculer les interdépendances. » (Tjibaou, mars 1985 : 1593)

9Il ne faut pas oublier que, dans le monde actuel, la souveraineté des États versus souveraineté des Kanak en tant que peuple autochtone sont deux notions complètement entrelacées dans la vie quotidienne, ce qui influe aussi sur ce que l’on entend par le terme souveraineté, comme ici « le droit de choisir ses partenaires ». En cela, J.-M. Tjibaou est très proche de ce qu’avait écrit Stewart Firth en 1989 : 

« For economic reasons, the sovereignty of sovereign states has delivered less complete independance than might have been expected. » (1989 : 93)

  • 3 Rappelons que ce texte a été écrit avant le référendum du 4 novembre 2018.

10Un point est central, quand on s’intéresse à l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie : la question de la souveraineté versus l’indépendance. Qu’en est-il, en cette veille de référendum3, d’une accession à la souveraineté, telle que prévue dans les accords politiques de ces trente dernières années, dans le cadre du « destin commun » défini dans le préambule de l’accord de Nouméa du 5 mai 1998 dans les paragraphes 3 et 4 :

« Il convient de faire mémoire de ces moments difficiles, de reconnaître les fautes, de restituer au peuple kanak son identité confisquée, ce qui équivaut pour lui à une reconnaissance de sa souveraineté, préalable à la fondation d’une nouvelle souveraineté, partagée dans un destin commun. » (§ 3)

« Il est aujourd’hui nécessaire de poser les bases d’une citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie, permettant au peuple d’origine de constituer avec les hommes et les femmes qui y vivent une communauté humaine affirmant son destin commun. […] Le passé a été le temps de la colonisation. Le présent est le temps du partage, par le rééquilibrage. L’avenir doit être le temps de l’identité, dans un destin commun. » (§ 4)

  • 4 Pour les élections au conseil général du 8 février 1953. Ce slogan fut repris par l’uc aux élection (...)

11Mais comme en matière de rééquilibrage, ici encore, on a l’impression que l’histoire se répète. Historiquement, c’est l’Union calédonienne qui, à sa manière et en d’autres termes, avec son slogan « Deux couleurs, un seul peuple »4, fut la première à parler de « destin commun ». Déjà, en 1953, l’uc écrivait :

« Colons et autochtones, unissez-vous ; l’année du Centenaire sera l’année de la libération. » (Lenormand, 1953 : 287 ; voir aussi Leblic, 2007 : 272)

  • 5 Il n’en a rien été pour l’instant au moment où nous mettons sous presse fin novembre. Juste quelque (...)
  • 6 Voir Umberto Cugola dans ce volume et ce qu’en a dit Tate Lefevre lors de la table ronde de février (...)

12Aujourd’hui, malgré les discours sur le « destin commun », ne peut-on pas dire que Kanak et Caldoches – ou en termes plus exacts, indépendantistes et non-indépendantistes, même si cela peut paraître un raccourci simpliste – demeurent sur des lignes ou trajectoires parallèles dont le propre est de ne jamais se croiser ? Les choses restent malheureusement très tranchées et, avec l’approche du résultat du référendum, le risque est grand que l’on se retrouve dans une cristallisation proche de celle des années 19805. Cela est d’autant plus vrai que les générations d’aujourd’hui, notamment celles qui sont nées post-accords6, ne sont pas forcément sur les mêmes positions politiques que leurs aînés qui ont vécu « les Événements » et qui, depuis, se sont impliqués dans la gestion des institutions.

  • 7 Mokaddem, dans ce volume, parle aussi à sa façon de recolonisation et, comme lui, je pense que : «  (...)

13À tout cela se rajoute l’éternelle question de l’immigration (pierre angulaire des colonisations de peuplement). Bien qu’il n’existe pas de statistiques fiables en la matière (voir Rallu dans ce volume), je pense que l’on peut parler de « recolonisation7 perpétuelle » qui, d’ailleurs, ne se manifeste pas seulement en terme démographique mais dans bien d’autres domaines aussi, comme par exemple dans le domaine coutumier :

« L’introduction des opc [officiers publics coutumiers] et l’élargissement en 2011 de leurs fonctions ne revient donc pas à un simple changement d’intermédiaire mais à une réforme structurelle qui a réussi à percer le bouclier du monde coutumier généralement rétif [aux] nouveautés introduites de l’extérieur. […] Pour le gouvernement calédonien, les opc sont un moyen d’étendre son pouvoir à l’intérieur des réserves tribales. » (Lindenmann, 2018)

  • 8 Le texte de Lindenmann dont je fais état ici était dans un manuscrit que la SdO devait publier et q (...)

14Cette intrusion du gouvernement calédonien dans les affaires coutumières – qui n’est pas sans rappeler les intrusions plus anciennes, mais du gouvernement français, avec l’invention coloniale des clans, tribus, districts, chefs, etc.,– peut être vue comme une recolonisation car ces réformes, tout compte fait, viennent de l’État colonisateur et reposent, comme toujours, sur une méconnaissance et une mauvaise interprétation de la société kanak, en rajoutant « un niveau administratif supplémentaire ». Comme Lindenmann8 le dit, sans en tirer les mêmes conclusions :

« L’État français s’est retiré et a placé un élément clef, la mise en œuvre du contrôle des décisions dans le monde coutumier dans les mains des autorités calédoniennes. » (Lindenmann, 2018)

15En ce sens, on pourrait être tenté de faire un rapprochement avec les réactions qui se manifestent souvent sur le terrain contre des coutumiers. Cependant, est-ce que ces oppositions dans le monde kanak signifient qu’aucun changement ne doive intervenir dans la société kanak ? Je dirais plutôt qu’il est important que ceux-ci viennent de l’intérieur de la société et s’exercent down-up et non pas de l’extérieur et up-down. On pourrait même dire que l’on assiste là à la même chose que ce que j’ai étudié entre 1983 et 1993 en matière de développement économique (Leblic, 1993). Cette question de la recolonisation est en effet importante à prendre en compte dans le cadre de l’exercice d’une future souveraineté.

16À ce propos, en matière de souveraineté, les îles du Pacifique contemporain peuvent être regroupées, d’après Stewart Firth (1989 : 75), selon deux formes principales de statuts : ceux qui permettent la souveraineté et ceux qui ne le permettent pas :

« The variety of constitutional arrangements that define political status in the Pacific Islands may be reduced, in essence, to two main forms: those that permit sovereignty and those that do not. » (Firth, 1989 :75)

  • 9 Pour une analyse de l’accord de Nouméa, voir Mokaddem (2012) et le compte-rendu qui en est fait dan (...)

17Parmi celles qui ne sont pas souveraines, on distingue encore entre « effective incorporation by a metropolitan state and semi-autonomy ». Aujourd’hui, depuis l’accord de Nouméa9 et la rétrocession progressive au territoire de toutes les compétences non régaliennes, on peut donc dire que la Nouvelle-Calédonie est, d’après la typologie de Stewart Firth, semi-autonome. L’avenir proche nous dira si elle deviendra Kanaky-Nouvelle-Calédonie et complètement autonome lors du référendum du 4 novembre 2018. Nous y reviendrons. Mais avant, reprenons les termes indépendance et souveraineté et la façon dont ils sont utilisés aujourd’hui en Nouvelle-Calédonie (voir aussi Al Wardi et Mokaddem dans ce volume).

18En fait, tout cela est pris en compte dans le projet de société de l’uni-flnks intitulé Kanaky-Nouvelle-Calédonie, un État souverain en Océanie qui expose les grandes orientations que l’uni propose pour l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté :

« La déclaration de l’onu du 27 novembre 1953 énumère les critères à partir desquels le caractère d’indépendance d’un pays est jugé. On constate ainsi que la situation de knc [Kanaky-Nouvelle-Calédonie] remplit quatre des six critères requis puisqu’en matière de compétence pour nouer des relations avec des États et des institutions internationales et la pleine responsabilité internationale, knc n’a pas encore la pleine responsabilité mais elle en exerce une partie comme prévu par l’accord de Nouméa, comme l’attestent :
- ses relations avec le fip, le gflm, l’unesco, le proe, la cps, etc. ;
- ses relations avec l’onu pour le suivi de l’application de l’accord de Nouméa et la préparation de la consultation de sortie en 2018 ;
- ses relations avec l’ue par le Traité d’association liant l’ue et les ptom ;
- les accords bilatéraux signés entre la Nouvelle-Calédonie et les États de la région Pacifique, etc. » (uni, 2018 : 89-90)

19D’après ce projet politique, en concordance avec l’accord de Nouméa, la pleine souveraineté n’est possible que lorsque, par voie de référendum, les cinq compétences régaliennes (la justice, la défense, l’ordre public, la monnaie, les relations extérieures) seront transmises à Kanaky-Nouvelle-Calédonie avec « l’accès au statut international et la transformation de la citoyenneté en nationalité » (uni, 2018 : 79).

20Une fois cela posé, revenons quelque peu en arrière avec quelques données historiques nécessaires à la compréhension de la situation actuelle.

La souveraineté dans la constitution française et la Nouvelle-Calédonie

21L’article 3 alinéa 1 de la constitution de la ve république (4 octobre 1958) indique que :

« La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. »

Et l’alinéa 2 du préambule de la même constitution précise que :

« En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d’Outremer qui manifestent la volonté d’y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique. »

  • 10 La Polynésie française, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Côte française des Somalis et les Comores, com (...)

22À cette époque, l’Union calédonienne, alors majoritaire dans le corps électoral calédonien (Leblic, 1993 : 30), fait le choix de rester français. L’Assemblée territoriale opte donc pour le statut de tom avec une autonomie « associant les deux communautés » de la Nouvelle-Calédonie, au moment où, grâce à cette loi-cadre, toutes les anciennes colonies françaises d’Afrique choisissent l’autonomie puis l’indépendance. En effet, au référendum constitutionnel10, sur la base de promesses faites par Paris, l’uc appuie le « oui » et, lors de son troisième congrès :

« déclare solennellement ne jamais demander l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie et exclure du groupement toute personne qui la demanderait. »

23Le Rassemblement calédonien (rc) est alors créé par Henri Lafleur. De nombreux Caldoches quittent l’uc pour le rejoindre. Aux élections de décembre, le rc obtient 37 % des voix, laissant l’uc toujours majoritaire. Rock Pidjot, le successeur de Maurice Lenormand à la vice-présidence du Conseil de gouvernement, est le premier Kanak à ce poste.

24Le 2 décembre 1986, l’Assemblée générale des Nations unies – les trois cinquièmes de ses États membres –, lors de sa 92e séance plénière, adopte la résolution 41/41A affirmant :

« le droit inaliénable du peuple de la Nouvelle-Calédonie à l’autodétermination et à l’indépendance »,

25inscrivant ainsi la Nouvelle-Calédonie sur la liste des territoires non autonomes selon l’onu (89 voix pour, 24 contre et 34 abstentions). C’est la deuxième inscription de la Nouvelle-Calédonie sur cette liste, après celle de 1946 qui ne dura qu’un an, suite aux pressions faites par la France pour la retirer en 1947.

En 1998, le préambule de l’accord de Nouméa précise que :

« Au terme d’une période de vingt années, le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l’accès à un statut international de pleine responsabilité et l’organisation de la citoyenneté en nationalité seront proposés au vote des populations intéressées. Leur approbation équivaudrait à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie. »

26En 2007, la France signe la déclaration des droits des peuples autochtones, reconnaissant par là même que le peuple kanak est le peuple autochtone et colonisé qui devrait, selon le droit international et l’onu, être le seul à se prononcer sur son autodétermination. Mais les accords ont formulé les choses autrement bien avant cette date. Du coup, il paraît difficile de revenir sur le corps électoral amené à se prononcer pour le référendum de fin d’accord de Nouméa.

27Déjà la table ronde de Nainville-les-Roches réunie du 8 au 12 juillet 1983, dans la déclaration finale, avait reconnu au peuple kanak sa légitimité en tant que :

« premier occupant du territoire [et son] droit inné et actif à l’indépendance dont l’exercice doit se faire dans le cadre de l’autodétermination prévue et définie par la constitution de la république française […] »

28Rappelons que l’élection de François Mitterrand en mai 1981 à la présidence de la république en France avait suscité des espoirs chez les indépendantistes. Les ordonnances de 1982 furent un premier pas. Et l’alliance de gouvernement entre la Fédération pour une nouvelle société calédonienne (fnsc) et le Front indépendantiste (fi) qui mena Jean-Marie Tjibaou à la vice-présidence du gouvernement de Nouvelle-Calédonie en 1982 fut aussi une grande avancée vers un « destin commun », même si le gouvernement de l’époque n’y était pas favorable (voir Barbançon, 2008 et le compte rendu que j’en ai fait dans ce volume). Quoi qu’il en soit, pour essayer d’aller dans le sens d’une ouverture vers les indépendantistes, le gouvernement a réuni à Nainville-les-Roches, autour de Georges Lemoine :

« des conseillers territoriaux (cinq rpcr, deux fnsc et cinq fi), les deux députés de Nouvelle-Calédonie Jacques Lafleur (rpcr) et Rock Pidjot (uc) et son sénateur Lionel Cherrier ; Jean-Marie Tjibaou (uc), vice président du conseil de gouvernement, et Jena-Pierre Aïfa, président de l’assemblée territoriale, ainsi que le conseiller économique et social – M. Caillard –, un représentant du conseil des grands chefs – Hilarion Vendégou – et son secrétaire – Franck Wahuzue. » (Leblic, 1993 : 58)

  • 11 Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sont toujours les Kanak indépendantistes qui ont tendu (...)
  • 12 « Relire aujourd’hui la déclaration de Nainville, c’est y retrouver, avec quinze ans d’avance, tous (...)

29Et, dans un but de conciliation11, les représentants du fi ont ouvert cette future consultation sur l’avenir institutionnel du pays aux « victimes de l’histoire », c’est-à-dire aux personnes nées sur le territoire dont l’un des parents y est né également (Leblic, 1993 : 58). Ainsi, d’une certaine façon, Nainville comportait déjà une partie importante des avancées de l’accord de Nouméa12 : un vote par référendum et un corps électoral restreint. Mais, à cette époque, Lafleur et les siens n’étaient pas alors en faveur de la main tendue aux Kanak. Ce fut donc une occasion manquée qui aurait évité bien des drames dans les années qui suivirent pour mener aux accords (et même après).

Le référendum du 4 novembre 2018 ?

30À la veille du référendum prévu par l’accord de Nouméa qui se tiendra le 4 novembre 2018, revenons sur la question posée ; son contenu a été fixé après moult débats par le dernier comité des signataires réuni à Matignon le 27 mars 2018. Tout se joue autour des nuances que les uns ou les autres mettent sous les termes « indépendance » ou « souveraineté » :

« Quel type de question formulée avec une réponse ouverte ou fermée ? Faut-il mentionner les mots “indépendance” ou “pleine souveraineté” ? Autant dire que le sujet fait débat et divise. Les indépendantistes du flnks souhaitent s’en remettre strictement au vocabulaire employé par l’accord de Nouméa. “Le libellé est simple pour nous. Le mot ‘pleine souveraineté’ figure bien dans l’accord et c’est le seul mot. Je défie quiconque de me dire où se trouve le mot ‘indépendance’”, explique Louis Mapou, chef du groupe uni-flnks au Congrès. En revanche, Sonia Backès, chef de file de Les Républicains calédoniens [lr], réclame des bulletins de vote où le mot “France” figurera en toute lettres, tandis que le sénateur Pierre Frogier, leader du Rassemblement-lr, refuse “que l’on demande aux Calédoniens s’ils veulent que la Nouvelle-Calédonie accède ou non à la souveraineté”. Pour Calédonie ensemble, “les deux termes ‘pleine souveraineté’ et ‘indépendance’ sont possibles. Ce dernier, préfère privilégier le dialogue, “seul moyen d’éviter une aggravation des tensions ethniques et politiques jusqu’au référendum”. » (http://outremers360.com/​)

Au final, la question posée lors du référendum du 4 novembre 2018 a donc été :

« Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? »

bien que, selon Le Monde du 28 mars 2018 :

« Les indépendantistes du Front de libération nationale kanak et socialiste (flnks) souhaitaient que la question fasse référence à la “pleine souveraineté” et pas à l’indépendance, mais une partie de la droite loyaliste souhaitait que les choix soient posés entre “indépendance” et “maintien dans la France”. Le principal parti loyaliste, Calédonie ensemble, était ouvert à une référence soit à la pleine souveraineté soit à l’indépendance. »

31Le débat ainsi posé, c’est comme si le mot « indépendance », utilisé par les uns comme repoussoir et repoussé par les autres pour ne pas effrayer les électeurs, faisait plus peur que celui de « pleine souveraineté ».

32Pourtant, comme le rappelle Louisa Tchaounyane (63 ans, de la tribu d’Oundjo), interrogée par Carine Fouteau, la donnée première est la reconnaissance de la souveraineté kanak :

« Il faudrait qu’on reconnaisse notre souveraineté, la souveraineté kanak, tout en restant en lien avec la France »,

  • 13 Mis en place par le Premier ministre (5/12/2017), il est chargé de veiller à ce que la campagne éle (...)

33ce qui correspond, comme le note la journaliste également, à l’indépendance-association formulée par Edgard Pisani en janvier 1985 à Nouméa – qui est une vieille idée gaulliste ; d’ailleurs Pisani avait été ministre du gouvernement de Gaulle avant de passer au ps (Carine Fouteau, 21 février 2018, médiapart.fr). Selon Jean-Pierre Aïfa, nommé aux côtés d’Élie Poigoune et de Marie-Claude Tjibaou par le Premier ministre Jean-Pierre Philippe au « comité des sages13 » :

« ma crainte, c’est que le “non” soit trop fort. Ça voudrait dire que l’élite indépendantiste prend un gros revers. Il existerait un risque de radicalisation de groupuscules, en raison, d’une part, de la déception côté kanak, et d’autre part, d’un sentiment de toute puissance côté européen […] Une victoire trop nette pourrait donner de mauvaises idées à nos petits fachos […] Au moindre problème, on verra de nouveau circuler dans les rues des milices, comme on en a vu pendant les “événements” […] S’il y avait de nouveaux “événements”, ils auraient lieu à Nouméa, c’est là que ça brûlerait”. » (Carine Fouteau, 5 mars 2018, médiapart.fr)

D’ailleurs, pour le député Calédonie ensemble (ce) Philippe Gomès, sur la chaîne de télévision nc1ère :

« la question n’est pas si on va rester dans la France, tous les sondages et les équilibres politiques des dernières élections montrent que cela va être le cas. La question est : est-ce que l’on va rester en paix ? Pour le leader de Calédonie ensemble, les chances d’arriver à un compromis ce mardi sont faibles, car les Républicains calédoniens et le Rassemblement ont décidé d’“instrumentaliser de façon politicienne” le débat sur la question du référendum, a-t-il déclaré à l’afp. »

34Et en matière d’instrumentalisation, on peut se poser la question des sondages réalisés depuis plus d’un an en Nouvelle-Calédonie.

Sondages : information ou manipulation ?

35Depuis 2017, les sondages sur le résultat du référendum se multiplient, avant même de savoir quelle sera la question posée lors de cette consultation puisqu’elle ne fut annoncée que courant 2018.

  • 14 Trois listes électorales existent en Nouvelle-Calédonie : générale (lg), spéciale (ls) pour les pro (...)

36Il convient ici de faire une parenthèse sur le corps électoral amené à voter : celui-ci correspond à la liste de consultation du référendum telle que définie par l’article 218 de la loi organique. De façon générale, toute personne de statut civil coutumier, inscrite sur la liste générale14, ou toute personne ayant été électeur en 1988 doit être inscrite automatiquement sur cette liste pour le référendum. De même, toute personne née en Nouvelle-Calédonie et présente sur la liste spéciale provinciale est inscrite d’office. Selon le haut commissariat, 174 154 électeurs sont inscrits sur la liste électorale spéciale (lesc) pour le scrutin référendaire qui a été arrêtée définitivement le 31 août 2018. À propos du nombre d’inscrits kanak, le haut commissariat a apporté des précisions quand au nombre d’électeurs de statut civil coutumier inscrits sur la liste spéciale. « Si 80 120 électeurs ont été annoncés, le haussariat précise que ce nombre inclut les personnes qui, aujourd’hui, ont le statut civil coutumier et celles qui ont eu le statut civil coutumier dans le passé, mais qui ont opté depuis pour le statut civil de droit commun. Pour l’État, cela représente 46 % du corps électoral pour la consultation du 4 novembre. » (ladepeche.nc, 01/10/2018)

37Revenons à présent à la question des sondages. L’an passé, l’institut I-Scope a réalisé un sondage pour la chaîne tv Caledonia sur les intentions de vote des Calédoniens appelés à voter lors de la consultation référendaire :

« […] rendu public ce vendredi 12 mai [2017], un sondage montre que 54,2 % des Calédoniens sont contre l’accession à la pleine souveraineté de la Nouvelle-Calédonie si la consultation avait eu lieu dans une semaine. Ils seraient donc 54,2 % des Calédoniens inscrits sur les listes électorales spéciales, à rejeter l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie si le référendum avait eu lieu demain. Sur cette première option, la marge d’erreur est comprise entre 47,9 % et 60,5 %. Au contraire, 24,4 % seraient pour l’accession à la pleine souveraineté (19 % – 29,8 %) et 21,4 % restent indécis (16,2 % – 26,6 %). » (http://outremers360.com/​politique/​referendum-2018-en-nouvelle-caledonie-une-majorite-de-caledoniens-contre-la-souverainete-selon-un-sondage-exclusif-de-caledonia/​)

Illustration 1. – Intention de vote en mai 2017 pour le référendum de 2018 (Interactive pour France télévision). Le commentaire en encadré est de mon fait.

Illustration 1. – Intention de vote en mai 2017 pour le référendum de 2018 (Interactive pour France télévision). Le commentaire en encadré est de mon fait.

À la lecture des résultats du référendum, seul le pourcentage de contre était proche de la réalité puisque nous avons eu le 4 novembre 2018 : une participation de 80,63 % (soit 141 099 sur 174 999 inscrits), avec 43,6 % de « oui » (60 573 voix) et 56,4 % de « non » (78 360 voix), soit un écart de 17 787 voix largement rattrapable pour le second référendum de 2020, d’autant plus que de nouveaux jeunes ayant 18 ans d’ici 2020 seront inscrits sur la liste spéciale référendum.

  • 15 L’institut quid novi (franchise de kantar tns) est une société d’études qui réalise régulièrement d (...)
  • 16 Selon la « méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégo (...)
  • 17 « Certaines questions ont été posées en miroir à un échantillon de 1 018 personnes, représentatif d (...)

38L’institut quid novi15 a réalisé un nouveau sondage en interrogeant 2 677 personnes (au cours de trois vagues successives selon la méthode des quotas entre juin et août 2018), à propos de leurs intentions de vote pour la consultation référendaire sur l’indépendance du territoire dont les résultats sont publiés en ligne par La dépêche de Nouvelle-Calédonie (https://ladepeche.nc/​2018/​08/​31/​sondage-tns-quid-novi-sur-le-referendum-69-a-75-des-caledoniens-pour-le-non/​). Le dernier sondage est celui de Harris Interactive pour France télévisions réalisé par téléphone, auprès de 1038 personnes représentatives de personnes inscrites sur la lesc16, entre le 12 et 28 septembre 2018. Par rapport aux précédents sondages, celui-ci interroge aussi des métropolitains quant à l’avenir de la Nouvelle-Calédonie17. Cette fois, les résultats présentés donnent 34 % de « oui » et 66 % de « non » en % d’intentions de vote exprimées. 15 % des électeurs déclarent ne pas être sûrs de leur choix, ce qui laisse encore une possibilité pour les uns ou les autres de faire basculer pendant la campagne des indécis. 75 % des sondés en métropole pensent que ce référendum est une bonne chose et 65 % des mêmes sondés pensent que « le principe de la pleine souveraineté et de l’indépendance » est une bonne chose.

Illustration 2. – Sondage auprès des métropolitains dans l’hexagone par Harris interactive (septembre 2018)

Illustration 2. – Sondage auprès des métropolitains dans l’hexagone par Harris interactive (septembre 2018)
  • 18 Il est vrai qu’à la lecture des résultats, on ne peut que noter le grand écart entre les prévisions (...)

39Mais le flnks-uni accuse ces sondages de campagne de désinformation (voir tract ci-contre) car la représentativité des sondés est critiquable18.

Illustration 3. – Tract du flnks sur la manipulation des sondages d’opinion

Illustration 3. – Tract du flnks sur la manipulation des sondages d’opinion

40On peut en effet se poser des questions car si, d’après quid novi, les « échantillons représentatifs de la population des 18 ans et plus [a été sélectionné] selon la méthode des quotas » avec une « stratification de l’échantillon par zone » et des « quotas au sein de chaque zone : âge, genre », quand on pousse plus avant, on s’aperçoit que le découpage de l’échantillon selon les zones n’est pas très précis et ne peut donc pas refléter les caractéristiques des différentes communes de la Grande Terre et des îles :

Illustration 4. – Répartition des sondés dans les trois vagues quid novi de 2018

  • 19 Ce qui dénote une très forte participation. À titre de comparaison, « au Québec, 93,52 % des électe (...)

41Dans ce sondage, 69 % à 75 % des personnes interrogées déclarent vouloir voter « non » à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie avec un taux de participation est estimé à 86 %19 : c’est le pourcentage de personnes interrogées ayant répondu « oui » à la question « Avez-vous l’intention d’aller voter pour le référendum du 4 novembre prochain ? ». Mais ce pronostic est à nuancer selon les âges et les lieux d’habitation :

« 85 % des habitants du Grand Nouméa qui précisent qu’ils iront bien voter lors du référendum, un habitant sur quatre aux îles Loyauté (24 %) déclare ne pas vouloir se rendre dans son bureau de vote le 4 novembre. De plus, si les personnes de + de 60 ans déclarent qu’elles iront voter à plus de 91 %, chez les jeunes âgés entre 18 à 24 ans la participation serait pour l’heure comprise entre seulement 74 % à 77 %. »

  • 20 Rappelons que, pour Quid Novi, on avait de 69 à 75 % susceptibles de voter « Non », que, pour I-Sco (...)

42Dans le dernier sondage paru, celui de Harris interactive pour nc1ère France télévision, les tendances des deux derniers sondages semblent se confirmer : 66 % de non et 34 % de « oui »20.

43Dans le détail, Lacito Lacito2018-12-04T16:11:00LLce sondage montre des différences selon les provinces :

« […] en province Sud, dans le Grand Nouméa et dans le sud rural, 63 % des électeurs rejettent l’accession à la pleine souveraineté, contre 18 % pour et 19 % d’indécis. En province Nord, plus nuancée, 42 % sont pour l’accession à la pleine souveraineté, 34 % sont contre et le reste est indécis. Dans le nord-est, la majorité des électeurs sont pour la souveraineté (53 %), contre 25 % qui la rejettent. Le vote contre la souveraineté reprend l’ascendant dans le nord-ouest (47 %). Enfin, dans les îles Loyauté, l’électorat serait à 44 % pour l’accession à la pleine souveraineté. » (Carine Fouteau, 5 mars 2018, médiapart.fr)

44Les diagrammes qui suivent sont extraits de la même source. Ils nous permettent d’analyser les intentions de vote kanak :

  • le Nord-est de la province Nord, à grande majorité kanak, se déclare à 53 % pour l’indépendance avec quand même 22 % d’indécis, ce qui n’est pas rien ; idem pour les îles Loyauté avec 44 % pour l’indépendance et 38 % d’indécis, soit plus d’un tiers de l’électorat de îles qui est quasi exclusivement composé de Kanak ;

  • pour les habitants des tribus, soit des Kanak, 48 % sont indépendantistes et 32 % restent indécis, ce qui pourrait être interprété comme l’érosion du poids des indépendantistes aux îles ;

  • si la province Sud est également à 18 % pour l’indépendance, 19 % sont encore indécis, ce qui laisse une marge de manœuvres aux indépendantistes ; et cela marque sans conteste une progression indépendantiste dans le grand Nouméa et plus largement dans la province Sud.

Illustration 5. – Sondage de mai 2017, diagrammes 2-5 indiquant les intentions de vote pour le référendum de 2018 détaillé par zone, par type d’habitat, par âge, par genre et par catégorie socioprofessionnelle

Illustration 5. – Sondage de mai 2017, diagrammes 2-5 indiquant les intentions de vote pour le référendum de 2018 détaillé par zone, par type d’habitat, par âge, par genre et par catégorie socioprofessionnelle

45Ces diagrammes montrent que, là où les Kanak sont majoritaires, le vote pour l’indépendance l’est également. Même s’il est difficile d’extrapoler à partir d’un tel sondage mené sur un effectif très réduit, cela n’est pas sans nous rappeler les résultats des indépendantistes dans les diverses consultations locales par le passé.

Tableau 1. – Comparaison des abstentions, votes ou intentions de vote indépendantistes (flnks) avec les résultats du 4 novembre 2018 : le vote pour l’indépendance montre une progression certaine

Résultats du « oui » au référendum du 4/11/2018

Sondage
mai 2017 vote « oui »

Abstentions au référendum Pons
du 13/09/1987

Votes flnks du
29/09/1985

(total indépendantistes)

abstentions du 18/11/1984

Province-région Îles

82,2 %

44,0%

75,09 %

52,13 %

Province-région Nord

75,8 %

42,0 %

67,27 %

59,61%

Région Centre

54,68 %

45,47 %

Province/Région Sud

26,3 %

18,0 %

18,97 %

7,48 %

Total

43,6 %

24,4 %

40,89 %

28,76 %
(38,43 %)

54,44 %

46Si l’on reprend les données par commune en croisant la part de la population kanak, le vote indépendantiste de 1985 et le taux d’abstention au référendum Pons de 1987, on voit ce qu’on pourrait appeler les « votes kanak » (voir graphiques 1 à 3). En effet, le 18 novembre 1984, lors du boycott des élections régionales du statut Lemoine, on avait déjà les résultats suivants, qui donnent une bonne image du poids des indépendantistes :

  • 21 « Aux élections régionales de 1985 auxquelles l’ensemble des groupes de pression indépendantistes o (...)

« La consigne du boycott actif de ce scrutin se traduit par un très fort taux d’abstention (50,44 %) […]. Si on considère qu’il y a dans toute consultation environ 20 % d’abstentionnistes21, on peut estimer à au moins 30 % des inscrits les électeurs ayant suivi la consigne de boycott du flnks. » (Leblic, 1993 : 62-63)

47Le 29 septembre 1985, pour les élections régionales du statut Fabius-Pisani (le sixième statut depuis 1946) qui, contrairement au précédent, avait reçu l’aval du flnks, 80 % des inscrits se sont rendus aux urnes.

Graphique 1. – Vote kanak pour la région Nord (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons) (© I. Leblic)

Graphique 1. – Vote kanak pour la région Nord (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons) (© I. Leblic)

Graphique 2. – Vote kanak pour la région Centre (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons)

Graphique 2. – Vote kanak pour la région Centre (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons)

(© I. Leblic)

Graphique 3. – Vote kanak pour la région îles Loyauté (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons)

Graphique 3. – Vote kanak pour la région îles Loyauté (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons)

(© I. Leblic)

48L’importance des indécis du premier sondage montre qu’il reste encore une possibilité d’évolution dans les intentions de vote et c’est le pari que font les responsables politiques kanak : arriver à convaincre les indécis de voter pour le oui, si ce n’est pour le premier référendum de novembre 2018, du moins pour les suivants qui auront lieu en 2020 et, si besoin, en 2022. Puisque l’accord de Nouméa prévoit qu’en cas de résultat négatif, une deuxième consultation peut avoir lieu dans les deux années qui suivent à condition que le tiers des membres du congrès le réclame, encore une fois si le résultat est toujours négatif (dans les mêmes conditions).

49Aujourd’hui, à la veille de la campagne électorale, il est donc intéressant de voir les arguments des uns et des autres.

La campagne électorale

  • 22 Ces formations représentent 38 des 54 élus au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, soit 70 %.

50Avant le démarrage de la campagne officielle, deux documents ont été signés par le flnks-uni, l’uc, le mpc et par ce22. Il s’agit de la charte des valeurs calédoniennes rédigée par le groupe de travail « sur le chemin de l’avenir », ou g8. Cette charte, en un document de 7 pages, réaffirme « ce qui rassemble et unit les Calédoniens dans leur diversité […] dans le prolongement de la poignée de main entre Jacques Lafleur et Jean-Marie Tjibaou » (p. 1). Mais cela n’a pas été du goût de tout le mendé et Les Républicains dénonce un coup de force. Sonia Backès refuse « que ce projet de charte soit étudié par le comité des signataires », en raison du fait que ce comité, qu’elle et Thierry Santa avaient quitté :

« n’a pas vocation à adopter une quelconque charte ou déclaration préparée en catimini par les membres du g8 qui viendrait imposer des orientations statutaires dans le dos des Calédoniens. » (https://la1ere.francetvinfo.fr/​nouvellecaledonie/​groupe-travail-avenir-finalise-charte-valeurs-caledoniennes-572155.html)

51Le sénat coutumier refuse également cette charte au prétexte qu’elle n’a aucune utilité puisqu’il y existe déjà la charte des valeurs du peuple kanak qui « a été rédigée de manière à ce que toute le monde se l’approprie, quelque soit notre appartenance ethnique ou nos croyances » (Pascal Sihazé, 30/06/2018).

52La campagne électorale officielle pour le référendum s’est déroulée du 22 octobre au 2 novembre à minuit. Les cinq formations politiques habilitées à mener cette campagne officielle sont : côté anti-indépendantiste, Les Républicains calédoniens, le groupement des Républicains, Rassemblement et Mouvement populaire calédonien, Calédonie ensemble ; côté indépendantiste, l’uni, uc-flnks et nationalistes (cf. site internet vie publique.fr).

Illustration 6. – Tract de campagne du flnks-uni (recto)

Illustration 6. – Tract de campagne du flnks-uni (recto)

Illustration 7. – Tract de campagne du flnks-uni (verso)

Illustration 7. – Tract de campagne du flnks-uni (verso)

53Côté indépendantiste, pendant longtemps, l’un des objectifs a été le rétablissement d’un certain équilibre économique et social sur le territoire. Ce fut donc l’un des axes importants des accords passés : le « rééquilibrage ». Voyons, à la lumière de ce rappel historique sur la notion de souveraineté et d’indépendance vue par les Kanak et Calédoniens (voir aussi Mokaddem et Al Wardi dans ce dossier), ce qu’il en est à la veille du référendum de 2018.

De Nainville-les Roches à l’accord de Nouméa : la sempiternelle/continuelle question du rééquilibrage…

Rééquilibrage, développement... le nouvel alibi de la politique coloniale ?

54À partir de novembre 1984, la Nouvelle-Calédonie a fait « la Une » de l’actualité de façon épisodique, au rythme des événements dramatiques qui y sont survenus. Et, pour beaucoup de Français de la métropole coloniale, c’était la première fois qu’ils entendaient parler de ce territoire du bout du monde. Plusieurs années après, au début des années 1990, que savaient-ils de ce pays et de ses habitants ? Que pouvaient-ils en connaître, en n’ayant accès qu’à des informations purement événementielles ? Le plus souvent, ils ne comprenaient pas ce qui se passait en Nouvelle-Calédonie et quelles étaient les revendications des Kanak. Chaque statut qu’a connu la Nouvelle-Calédonie depuis la fin du régime de l’Indigénat (1946) comportait son volet de mesures pour favoriser le développement économique et social de ce territoire et, notamment, de sa population la plus défavorisée, constituée par les Kanak. Je me demandais alors pourquoi ce problème n’était toujours pas résolu, malgré des moyens financiers importants. C’est à partir d’une longue pratique d’enquête de terrain en Nouvelle-Calédonie (plus de deux ans entre 1985 et 1991, fin de la rédaction) que j’ai pu traiter ce sujet. Une réponse peut être trouvée dans l’inadéquation entre les différents plans et la réalité socioculturelle des Kanak ainsi que dans toute la cohorte de préjugés à leur encontre et à la méconnaissance de leur organisation sociale. C’était là le propos de mon livre Les Kanak face au développement. La voie étroite (1993), qui, à partir des études faites sur les sociétés de pêcheurs kanak, a élargi la problématique du passage d’une pêche traditionnelle à une pêche commerciale à celle d’une étude plus générale du développement économique tel qu’il est appliqué depuis longtemps dans cette société coloniale.

55Une partie importante de l’ouvrage est consacrée à l’analyse des politiques de développement et à leur insertion dans les évolutions statutaires et politique de la Nouvelle-Calédonie de la seconde moitié du xxe siècle. J’ai repris de façon critique les différentes théories de développement en posant la question : la Nouvelle-Calédonie est-elle sous-développée ? La réponse dépend bien entendu de l’acception que l’on donne au mot développement et à son corollaire, le sous-développement. Je retrace aussi les différentes politiques de développement menées en Nouvelle-Calédonie depuis la loi-cadre, à travers ce que j’ai appelé la valse des statuts, soit l’évolution des statuts successifs. Il est frappant de constater que l’ensemble de ces politiques, qu’elles soient menées par des gouvernements de droite ou de gauche, reprennent toujours les mêmes discours et proposent toutes des mesures équivalentes : on parle d’intégration des Kanak à l’économie marchande, de promotion mélanésienne, etc. mais toujours en partant du présupposé que cela constituera un mieux pour les Kanak, une évolution positive les faisant passer de l’état de « sauvage » à celui de « civilisé » ; le développement devient alors le nouvel alibi de l’entreprise coloniale. Ensuite, l’ouvrage expose comment les Kanak comprennent l’insertion de leurs activités dans l’économie de marché, ce qu’ils entendent par « développement » et quels développements ils souhaitent pour leur pays. Après une présentation rapide de l’économie traditionnelle kanak, je montre ce que les Kanak de cette fin de xxe siècle entendent par rentabilité économique, quels sont leurs comportements économiques… à travers, d’une part, les discours des acteurs engagés dans des opérations de développement et, d’autre part, les différents projets de développement réalisés par les responsables kanak dans le cadre des régions Pisani-Fabius et des provinces issues des accords, et les quelques écrits kanak sur le sujet.

56En effet, ce développement a été au cœur des accords de Matignon sur la Nouvelle-Calédonie signés en 1988 par l’État français, le rpcr de Jacques Lafleur et les indépendantistes kanak. Mais de quel développement s’agit-il ? Et pour qui ? Les différents signataires, on l’imagine aisément, étaient loin de partager les mêmes idées sur la question. Le développement est-il le principal levier du processus de rééquilibrage économique qui doit mener à la réconciliation de la société calédonienne divisée, une concession nécessaire pour garantir la paix sociale en attendant une partition possible du territoire ou une étape obligatoire dans la construction de l’indépendance nationale kanak ? Telles étaient les questions que je posais à l’époque.

57Tout cela a permis de voir comment deux rationalités économiques radicalement différentes s’affrontent en Nouvelle-Calédonie. Mais pour ne pas rester sur le seul plan théorique, a été menée aussi l’étude concrète de quelques opérations de développement, telles que celles menées par les organismes d’État prenant en charge le développement local que sont le fadil (Fonds d’aide au développement de l’intérieur et des îles), l’odil (Office de développement de l’intérieur et des îles) et l’adraf (Agence de développement et d’aménagement foncier). Je présente également le mouvement coopératif en Nouvelle-Calédonie. Cette étude est faite, d’une part, à partir du cas d’un village de la côte Est, Ponérihouen et, d’autre part, à partir des coopératives ou groupements d’intérêt économique de pêche. Je pose les questions suivantes : La solution coopérative y est-elle la mieux adaptée pour réaliser un développement ? Les coopératives fonctionnent-elles réellement en tant que telles ? Autant d’interrogations qui permettent de mieux comprendre les échecs de nombreuses tentatives menées par les divers programmes mis en œuvre. L’analyse de quelques coopératives a permis de voir réellement les contraintes du développement proposé aux Kanak.

58En apportant une connaissance originale sur la situation de l’époque, cet ouvrage a aussi montré la société kanak des années 1990, sa dynamique traditionnelle face à ce qu’on nomme la « modernité » et en quoi la tradition n’est pas figée mais est en perpétuelle évolution, adaptation, transformation. Traité comme un révélateur sociologique, le problème du développement est ainsi étudié dans son véritable cadre, non plus celui d’une rationalité économique distincte et largement artificielle, mais celui de l’interaction des cultures, du renouvellement des rapports sociaux au sein de la communauté kanak et des enjeux politiques contemporains. Et si le regard jeté sur la réalité peut apparaître parfois critique, il n’est jamais dépourvu de cette volonté de compréhension qui caractérise au premier chef la démarche ethnologique.

59Les problèmes se posant souvent de façon comparable dans de nombreux pays dits « sous-développés », nous pouvons d’ailleurs élargir nos conclusions sur l’identité culturelle et le développement à d’autres pays, du Pacifique notamment, où l’on a beaucoup parlé du Pacific way ou du Melanesian way comme des tentatives de réaliser un autre développement. Avec Jean-Marie Tjibaou, on peut dire que :

« Le retour à la tradition, c’est un mythe ; […] aucun peuple ne l’a vécu. La recherche d’identité, le modèle, pour moi, il est devant soi, jamais en arrière. C’est une reformulation permanente. Et je dirais que notre lutte actuelle, c’est de pouvoir mettre le plus possible d’éléments appartenant à notre passé, à notre culture dans la construction du modèle d’homme et de société que nous voulons pour l’édification de la cité. […] Notre identité, elle est devant nous. » (Jean-Marie Tjibaou, 1985 : 1601)

Une économie calédonienne « sous perfusion »

60Deux ans plus tard, Jean Freyss (1995) publiait son ouvrage Économie assistée et changement social en Nouvelle-Calédonie qui, comme je l’avais fait, mais à une échelle plus macro-économique, traçait :

« un portrait pessimiste de la situation néo-calédonienne et des blocages structurels à son développement, et ce, malgré les acquis politiques institutionnalisés par les accords de Matignon-Oudinot et leurs promesses de réorientation du modèle économique global. […] Il démontrait aussi que les transferts jouaient contre la diversification économique de la Nouvelle-Calédonie et in fine maintenaient les inégalités historiques préexistant au réveil kanak. » (Bouard, Sourriseau et al. éds, 2016 : 19)

61Comme je l’avais qualifié moi-même (1993 : 40 sq.), Jean Freyss (1995) montrait que l’économie calédonienne est « sous perfusion » (titre de mon chapitre, 1993 : 40) :

« Si l’injection des transferts publics induit une richesse additionnelle, elle exerce paradoxalement un faible effet d’entraînement sur l’économie néo-calédonienne. […] La richesse de l’économie néo-calédonienne apparaît ainsi artificielle : elle est entretenue par les transferts de la France métropolitaine et compense ainsi le manque de capacité productive interne. Les transferts publics exercent donc des effets défavorables à l’accumulation du capital, en étant à l’éviction du secteur exposé [14 % du pib en 2015, sur lesquels 11 % représentent les industries du nickel] par le secteur protégé [13 % pour les btp et énergie et 73 % pour les services et commerces, d’après le cerom 2017 : 8]. » (Couharde et al., 2016 : 240-241)

62Comme je l’écrivais en 1993, l’économie calédonienne, artificielle, est en effet caractérisée par les transferts de fonds publics de l’État qui ne font marcher les activités productives qu’à la marge, comme le notait déjà J.-L. Mathieu (1989 : 57). Et :

« […] la majoration de traitement et le complément spécial font toujours plus que compenser le différentiel de prix existant entre ces territoires [dom et com] et la métropole. […] La majoration des salaires en vigueur est comprise entre 1,73 et 1,94 alors que le prix des biens est d’environ supérieur de 34 %. Cette différence ne tient pas compte toutefois de l’indemnité d’éloignement, ni de la différence de pression fiscale entre la métropole et la Nouvelle-Calédonie. Après prise en compte de ces deux effets, Jean Freyss aboutit à une sur-rémunération globale nettement supérieure, s’établissant environ à 90 % du salaire de la France métropolitaine. » (Couharde et al., 2016 : 242-243)

63D’après les données de l’isee (ill. 8), les importations avoisinent toujours le double des exportations, montrant ainsi la dépendance maintenue de ce territoire.

Illustration 8. – Rapport des importations par rapport aux exportations (isee)

Illustration 8. – Rapport des importations par rapport aux exportations (isee)

Identité kanak et destin commun : la nouvelle citoyenneté en construction

64En revisitant ici cet ouvrage Les Kanak face au développement. La voie étroite (1993), on peut mettre en perspective le fait que, pour moi, en Nouvelle-Calédonie, l’idée du développement et de son corollaire rééquilibrage, peuvent être vus comme un éternel recommencement. On peut donc légitimement se poser la question de savoir si les choses ont évolué en plus de vingt ans et dans quelles directions (voir aussi Rallu dans ce dossier). En effet, j’ai montré à l’époque que cette volonté de rééquilibrage préexistait aux accords politiques de Matignon et Nouméa, car elle est déjà présente dans le plan Dijoud de 1978 – et même plus anciennement en fait (cf. l’idée d’usine du Nord déjà annoncée par de Gaulle dans les années 1960) –, mais que, malgré tout cela, le rééquilibrage ne se faisait pas vraiment, que ce soit dans le domaine économique, scolaire, etc.

65Une idée force que je souhaite avancer est le fait que, même avec les accords (adm et an), Kanak et Caldoches étant sur des lignes ou trajectoires parallèles, on peut craindre, à la veille de la tenue du référendum de 2018, que les divergences ne s’exacerbent, en particulier au sein des nouvelles générations nées bien après les événements dramatiques de la Nouvelle-Calédonie et même après l’accord de Nouméa pour les plus jeunes. Force est de constater que ces jeunes, quelle que soit leur origine ethnique, méconnaissent grandement l’histoire récente de leur pays. Comme le montrent les interrogations du député Philippe Gomès (ci-dessus), les risques de voir le territoire replonger à nouveau dans la violence sont importants… On sait déjà que certains Caldoches se sont réarmés en prévision du résultat du référendum :

« L’usage des armes a été libéralisé depuis cinq ans, explique Sylvano Adelkader, […] maintenant en une demi-heure, avec une pièce d’identité, vous obtenez votre permis de chasse, vous garez votre pick-up devant l’armurerie et vous ressortez les bras remplis de carabines et de munitions. […] “Ça va arriver, ils vont tirer, il y aura des morts”, prévient la mairie [de Bourail].  » (Carine Fouteau, 5 mars 2018, médiapart.fr)

66Aussi voit-on d’un autre regard le fait que, depuis le 1er août 2018, le décret n° 2018-542 du 29 juin 2018, qui modifie le régime de détention des armes et leur commerce, est entré en vigueur. Désormais, toute vente entre particuliers doit être contrôlée par un professionnel. « Rien à voir, nous dit-on, avec la période actuelle en Nouvelle-Calédonie et les échéances qui approchent, “ce décret achève la transposition de la directive européenne du 17 mai 2017 sur les armes à feu, prise après les attentats de Paris”, explique le haut-commissariat en ajoutant que “l’évolution du droit européen conduit au remplacement du régime de l’enregistrement des armes à feu par un régime de déclaration en préfecture” et que “les armes neutralisées, qui étaient libres de détention, sont désormais soumises à cette obligation déclarative”. » (ladepeche.nc, 09/09/2018).

67Se pose en outre la question de l’immigration : bien qu’il n’existe pas de statistiques fiables en la matière permettant d’apprécier réellement le nombre d’arrivants en Nouvelle-Calédonie depuis la signature des accords, on peut tout à fait parler de poursuite de la colonisation de peuplement ou de « recolonisation perpétuelle ». Qu’adviendra-t-il du corps électoral bloqué pour les élections provinciales et pour le référendum en cas d’avis négatif à l’accession à la pleine souveraineté du pays ? Il ne faut pas être grand clerc pour dire que ce résultat sera forcément négatif… Dans la logique, ce corps électoral bloqué devrait rester le même jusqu’à la fin du processus prévu dans l’accord de Nouméa, soit au terme des trois référendums possibles. Et c’est en effet en ce sens qu’a tranché le conseil constitutionnel. Le 4 septembre, le Conseil d’État a rendu un avis sur les élections provinciales qui doivent se tenir d’ici neuf mois en 2019 et les suites de l’accord. Si le référendum du 4 novembre 2018 voit le « non » à l’indépendance l’emporter, le corps électoral qui y participera sera maintenu dans les conditions actuelles avec le gel du corps électoral et l’irréversibilité constitutionnellement garantie :

« tant que les consultations n’auront pas abouti à la nouvelle organisation politique proposée, l’organisation politique mise en place par l’accord de 1998 restera en vigueur, à son dernier stade d’évolution, sans possibilité de retour en arrière. » (Avis du conseil d’État, 4/9/2018)

68Mais qu’adviendra-t-il après de ce pays si le résultat reste constamment négatif ? Les mesures prises pour figer le corps électoral ne seront plus en vigueur, pas plus que les listes pour les élections provinciales sans qu’un nouvel accord n’intervienne… Et là, le rapport de force ne sera pas favorable aux indépendantistes.

69Enfin, la troisième idée de ce texte est de dire que les accords de Matignon sont, sous de nombreux aspects, de mauvais accords, ce que reconnaissait d’ailleurs Jean-Marie Tjibaou lui-même en privé et qu’il a exprimé à demi-mots lors d’une rencontre avec l’aispdk le 28 juin 1988 où, pour lui, l’élément primordial de la signature des accords consiste en l’amnistie des prisonniers kanak (Kanaky 14, 15/07/1988). Dans cette rencontre, Jean-Marie est revenu sur plusieurs points :

« Les accords passés avec le gouvernement Rocard sont un peu angoissants pour les habitants de Kanaky [car] la situation n’est […] pas favorable au dialogue. […] Il n’y a pas de trace dans le texte signé de la revendication d’indépendance kanak et socialiste. Mais l’accord devrait amorcer un processus vers l’autodétermination et, à terme, vers la souveraineté. […] Certes, le texte ne comporte pas de mesures de décolonisation explicites. Il fallait bien pouvoir le vendre à Barre et à Chirac. Mais il faut considérer cet accord comme un cadre juridique qui laisse à chacune des parties prenantes des possibilités d’interprétation. Rappelons que cet accord a pu voir le jour grâce aux prisonniers, aux morts et à l’impact national et international de nos actions sur le terrain. […] Une série de mesures de décolonisation devrait nous permettre, au terme d’une période de dix ans, d’avoir des chantiers finissants, de disposer de cadres formés ou en formation. Bref, le pays aura ainsi les moyens de son indépendance. Le sommet de Toronto est significatif : il n’est pas très gratifiant de gagner une indépendance officielle, par la grande porte, si quelques années plus tard, il faut venir mendier son indépendance réelle, en rampant, par la petite porte. […] pour que les Calédoniens en viennent à reconnaître le droit du peuple kanak à l’indépendance […] s’ils accèdent à cette idée, alors il y a de la place pour tout le monde dans le pays. […] La réussite des accords du 26 juin suppose que le gouvernement soit fidèle à ses engagements et que nous, flnks, nous soyons aussi engagés. La convention du Front le 15 juillet décidera. Quant à moi j’ai pris l’engagement de défendre les accords devant les militants. Mais pour qu’ils acceptent cette phase de transition, je demande au gouvernement quelques décisions concrètes comme l’amnistie des prisonniers […] » (Jean-Marie Tjibaou, 15/7/2018 : 1-2)

70S’ils ont eu le grand avantage de ramener la paix en Nouvelle-Calédonie et de libérer les prisonniers de l’affaire d’Ouvéa par l’amnistie qui y était contenue, les accords de Matignon n’ont fait que de repousser le problème de l’indépendance sine die. Sans compter que ces accords ont accentué certains problèmes récurrents. D’abord, le développement du territoire est basé sur la mine et le tourisme, et l’on sait que ces deux orientations sont problématiques. D’ailleurs, aujourd’hui, la chute des cours du nickel risque de mettre à mal cette option et toutes les usines du pays, sans oublier leurs nombreux sous-traitants, se trouvent en grande difficulté.

« Comme l’ont remarqué certains auteurs, J. Freyss en 1995, D. Lagadec en 2004, J.-J. Cassan en 2009, l’activité minière est “un enjeu de politique intérieure majeur” (Cassan, 2009 : 16) permettant une dépendance financière vis-à-vis de l’État (Freyss, 1995 : 228), d’après le préalable minier (discours politique) des indépendantistes contre la signature de l’accord de Nouméa, “en passant par la privatisation durable d’un vaste gisement comme moyen de contrer l’indépendance” (Lagadec, 2004, in Cassan, 2009 : 16). Cette dépendance est une réalité, tant parce que l’État et les institutions calédoniennes favorisent et contrôlent ce secteur d’activité, que par sa pratique rentière, qui comme l’indique J-J. Cassan, “limite toute autre initiative économique productive” (Cassan, 2009 : 16). Le boom des années 70 reste d’ailleurs encore pour beaucoup de Calédoniens “comme un âge d’or” (Freyss, 1995), ce qui favorise d’autant moins l’intérêt pour beaucoup de se diversifier avec d’autres secteurs pourtant prometteurs. Sans entrer dans les détails économiques depuis ce boom, que pouvons-nous néanmoins retenir de la croissance en Nouvelle-Calédonie, en mettent en relation l’activité minière et les transferts publics ? » (Bodmer, 2011 : 338)

71Il est un autre sujet d’importance dans le domaine économique : la désindexation des salaires – l’indexation est la majoration des salaires pour les fonctionnaires toutes catégories de 1,73 pour le Grand Nouméa et de 1,94 en dehors –, proposée depuis de nombreuses années par Jean Freyss comme la seule option viable pour l’économie calédonienne, est sans cesse rejetée. Cela n’est pas sans évoquer la phrase de Jean-Marie Tjibaou sur le fait que « l’indépendance, c’est de bien calculer les interdépendances » (Tjibaou, 1985 : 1593) comme nous l’avons déjà mentionné ci-dessus.

Langue, écriture de l’histoire et destin commun

72Trente années de recherche sur la Nouvelle-Calédonie sur divers thèmes et divers terrains m’ont permis d’affiner mes connaissances des sociétés kanak. Ainsi, l’étude monographique de la région paicî de Ponérihouen a été l’occasion de collecter et de comparer de multiples versions de l’histoire locale dans le but de construire une micro-histoire consensuelle. La question de l’élaboration écrite de l’histoire locale – ou plutôt des histoires locales – est une étape nécessaire pour la construction d’un destin commun basé sur une histoire globale du pays, même si le passage à l’écrit la figera ! En effet, depuis l’accord de Nouméa (mai 1998), l’élaboration d’une histoire consensuelle et la construction de la citoyenneté calédonienne sont les deux (deux des) enjeux de la Nouvelle-Calédonie de demain.

73Mais où en est-on aujourd’hui de cette appropriation par les différentes communautés de Nouvelle-Calédonie de cette nouvelle citoyenneté ? Qu’en est-il également du destin commun et de la revendication passée d’indépendance kanak et socialiste ? Comment articule-t-on, en pays kanak, coutume et politique (voir sur ce sujet Leblic 2003b) ? Suite à notre première réflexion engagée sur ce sujet, la dernière mission de terrain (mars-mai 2007) nous a permis de revenir, en divers endroits du pays kanak (Ponérihouen, Goro, île des Pins et Ouvéa…) et à Nouméa, sur les différentes perceptions qu’ont Kanak et non-Kanak de ce destin commun décrété par l’accord et de montrer que cette construction demeure souvent problématique. Cette question de l’appropriation – ou de la non-appropriation – de cette nouvelle citoyenneté et du destin commun y est envisagée en liaison avec la définition de l’autochtonie et de la notion d’intégration de l’étranger en milieu kanak.

74Si l’on regarde depuis les accords de Matignon (1988) et l’accord de Nouméa (1998), l’évolution de la situation politique de la Nouvelle-Calédonie et de sa population autochtone, les Kanak, on se retrouve face à une certaine hypocrisie. Qu’y a-t-il de réellement neuf dans la construction du destin commun ? On l’a vu, en son temps, dès 1953, l’Union calédonienne prônait « Deux couleurs, un seul peuple », slogan qui a été repris aux élections provinciales de 2004 avec en plus « un seul peuple, un destin commun » ! La chose nouvelle est la construction de la citoyenneté calédonienne. Mais est-elle réelle et efficace ? Les Kanak et les caldoches se sont-ils réellement rapprochés ou ont-ils continué pour la grande majorité d’entre eux à vivre chacun sur leurs rails respectifs, sur ces deux lignes parallèles qui jamais ne se rencontrent ? Chaque groupe ne pense-t-il pas gagner sur son adversaire de l’époque, soit flnks face au rpcr ? Nous ne savons pas si les électeurs vont se mobiliser pour aller voter. Les semaines à venir sont donc d’une importance cruciale. Ainsi, l’étude croisée de l’identité kanak, de la souveraineté, et de l’histoire des mouvements indépendantistes kanak est des plus intéressantes dans ce « nouveau ? » contexte.

  • 23 J’ai développé en 2015 et 2016 dans la session asao Chief today 2015 et 2016, organisée par Simonne (...)

75En outre, dans ce contexte colonial qu’est encore la Nouvelle-Calédonie d’aujourd’hui, la francophonie est une obligation, pas un choix, issue de l’histoire de la colonisation. Dans l’avenir, le pays devenu indépendant gardera sans doute la langue de la colonisation comme langue véhiculaire, mais en liaison à un développement constitutionnel basé sur les racines historiques et coutumières, comme cela a déjà commencé avec le sénat coutumier23 qui est une instance consultative mise en place par les accords pour prendre en compte « la coutume » dans les processus institutionnels. La comparaison qui est faite dans cet ouvrage (Leblic, 1993) au niveau des différents contextes coloniaux français dans le Pacifique permet de dégager qu’il y a eu plusieurs colonisations françaises dans cette région du monde. Ce qui est en jeu aujourd’hui est la souveraineté des États versus la souveraineté des autochtones dans tous les contextes de la vie quotidienne. Comme le disait Jean-Marie Tjibaou en 1985, très influencé par les idéologies prônées en leur temps par la Melanesian Way ou la Pacific Way, l’indépendance, c’est la possibilité de choisir ses interdépendances (voir supra).

76L’évolution des statuts depuis 1946, que j’avais nommée « la valse des statuts » (Leblic, 1993 : x) est importante aussi pour comprendre en quoi la Nouvelle-Calédonie est toujours une colonie.

Aujourd’hui et depuis 1946, nous sommes toujours en situation coloniale24

1946 et le passage au statut de tom

771946 marque le passage du statut institutionnel de « colonie » à celui de territoire d’outremer (tom), si bien que certains auteurs parlent déjà, à tort à mon sens, de situation postcoloniale. Mais colonie ou tom ne sont que des catégories de l’administration coloniale française et cela ne signifie rien quant à une supposée décolonisation. Les pays colonisés sont inscrits sur la liste des territoires non autonomes l’onu, soit une liste de pays que l’Organisation des Nations unies considère comme non décolonisés mais « dont les populations ne s’administrent pas encore complètement elles-mêmes ». Créée le 14 décembre 1946, elle est désormais régie par la Résolution 1541 (xv) de l’Assemblée générale des Nations unies du 15 décembre1960 (la Polynésie française y est inscrite depuis le 17 mai 2013 alors que la Nouvelle-Calédonie y a été réinscrite depuis en 1986 – en avait été sortie en 1947 suite à l’action du gouvernement français de l’époque). Aujourd’hui, cette liste comporte deux entités sous tutelle française, dix sous tutelle du Royaume uni et trois sous tutelle américaine, et une sous tutelle néo-zélandaise. Six se situent dans la région Pacifique (deux sous tutelle française, deux américaines, une néo-zélandaise et une britannique – voir tab. 1). Cette réinscription sur la liste des territoires non autonomes de l’onu a été un combat porté par le flnks et les indépendantistes kanak.

Tableau 1. – Territoires non autonomes (onu)

Territoires

Date d’inscription

Puissance administrante

Superficie
(km
2)*

POPULATION1

AFRIQUE

Sahara occidental

depuis 1963

**

266 000

584 000

ATLANTIQUE ET CARAIBES

Anguilla 

depuis 1946

Royaume uni

96

15 700

Bermuda 

depuis 1946

Royaume uni

53,35

61 695

Îles Vierges britanniques

depuis 1946

Royaume uni

153

28 200

Îles Cayman

depuis 1946

Royaume uni

264

60 413

Îles Falkland (Malvinas) 

depuis 1946

Royaume uni (mais en conflit avec l’Argentine)

12 173

2 500

Montserrat

depuis 1946

Royaume uni

103

5 000

Saint Hélène

depuis 1946

Royaume uni

310

5 691

Îles Turques-et-Caïques

depuis 1946

Royaume uni

948,2

37 910

Îles Vierges américaines

depuis 1946

usa

352

103 700

EUROPE

Gibraltar 

depuis 1946

Royaume uni

5.8

33 140

PACIFIQUE

Samoa américaines

depuis 1946

usa

200

60 200

Polynésie française

1946-1947 et depuis 2013

France

3 600

271 800

Guam 

depuis 1946

usa

540

159 358

Nouvelle-Calédonie

1946-1947 et depuis 1986

France

18 575

268 767

Pitcairn 

depuis 1946

Royaume uni

35.5

39

Tokelau 

depuis 1946

Nouvelle-Zélande

12.2

1 499

* Toutes les données proviennent du secrétariat des Nations unies (2017. Working Papers on Non-Self-Governing Territories (NSGTs)  and for Western Sahara  from UNdata (data.un.org)  a database by the United Nations Statistics Division of the Department of Economic and Social Affairs  United Nations
** « Le 26 février 1976, l’Espagne a informé le Secrétaire général qu’à cette date elle avait mis fin à sa présence sur le territoire du Sahara et a jugé nécessaire de constater que l’Espagne s’estimait désormais exempte de toute responsabilité de nature internationale. En ce qui concerne l’administration du territoire, compte tenu de la cessation de sa participation à l’administration temporaire établie pour le territoire. En 1990, l’Assemblée générale a réaffirmé que la question du Sahara occidental était une question de décolonisation qui restait à compléter par le peuple du Sahara occidental. » (http://www.un.org/​en/​decolonization/​nonselfgovterritories.shtml#foot3).

1998, un statut de communauté sui generis

78En mai 1998, la signature de l’accord de Nouméa est suivie par la révision constitutionnelle du 20 juillet 1998. Tout cela a induit la formule de « décolonisation dans la république » qui est tout aussi erronée à mon sens car le territoire qui est passé au statut de communauté sui generis est toujours sous tutelle même si avec une plus large autonomie. On peut renverser la proposition de Lenormand :

« Il est difficile de considérer qu’il y a décolonisation sans indépendance car, pour un peuple, être indépendant c’est être libre de toute domination exercée par un autre peuple. » (1991 : 141)

Le statut de la Nouvelle Calédonie est donc l’objet du titre xiii de la Constitution.

« Les modalités de transfert de compétences de l’État aux institutions de Nouvelle-Calédonie, les règles d’organisation et de fonctionnement de ces institutions ainsi que celles relatives à la citoyenneté, au régime électoral, à l’emploi et au statut civil coutumier sont renvoyées à une loi organique. La loi organique n°99-209 du 19 mars 1999 reconnaît la spécificité de ce territoire d’outre mer et met en place des mécanismes spécifiques pour les populations insulaires. »

  • 25 Rassemblement indépendantistes et nationalistes qui comprend le Parti travailliste, une partie de l (...)

79Quant au référendum d’autodétermination prévu par cet accord et à la liste électorale établissant qui pourra être électeur à cette consultation, une incertitude a longtemps demeuré sur le peuple votant, et son contour. Le 26 octobre 2016, une manifestation appelée par le rin25 a rassemblé plusieurs milliers de personnes pour exiger du comité des signataires

« l’inscription automatique et sans condition de tous les Kanak sur la liste de consultation en 2018 ».

80Cette « liste électorale spéciale de consultation » (pour 2018) a été publiée le 28 juillet dernier et il y manque 25 282 Kanak. D’ou vient ce hiatus : d’un « bug » informatique ou d’une vieille histoire ? Selon cette liste, 153 678 électeurs au total seront appelés à voter en 2018, et tous ne sont pas kanak. L’histoire coloniale a mêlé sur le territoire néo-calédonien des hommes de toutes origines. Aux Kanak présents avant la colonisation, se sont ajoutés les premiers colons dont les descendants sont aujourd’hui appelés caldoches ; d’autres populations, comme des prisonniers politiques déportés de France ou d’Algérie après des insurrections de 1871 notamment ; des Wallisiens ; des Vietnamiens ; enfin d’autres métropolitains dont l’État a favorisé l’installation sur place depuis les années 1970. Ainsi sur ses 153 678 votants recensés par l’État France, en juillet 2016, moins de la moitié (65 467) sont kanak quand, selon les indépendantistes, il en faudrait 25 282 de plus, soit la «  différence entre les 90 749 personnes en âge de voter, recensées par la Direction générale de la Réglementation des Affaires coutumières (dgrac) et les 65 467 personnes identifiées par l’ Institut de la statistique et des études économiques en Nouvelle-Calédonie (isee) sur la liste électorale générale de 2016 » (communiqué du rin du 26 octobre 2016). Voilà une petite différence qui pourrait faire toute la différence. Voilà aussi une riposte des indépendantistes aux non-indépendantistes, qui, depuis 1988, ne ménagent pas leurs efforts pour intégrer aux corps électoral le plus possible de derniers « arrivés »…

Une voie originale de décolonisation ou une « recolonisation » ?

81Ma participation sur ce point, en repartant des conclusions de mon ouvrage de 1993, est de voir l’évolution en près de trente années d’accords devant mener à la décolonisation. Il a souvent été dit que les accords de Matignon et de Nouméa étaient une voie originale de décolonisation dans la république française. Pour ne citer que la dernière publication qui en parle :

« cet accord visait […] la “décolonisation progressive” de l’archipel au sein de la République française sur une période de 15 à 20 ans, autour d’un triptyque institutionnel : le transfert progressif de toutes les compétences non régaliennes de la France à la Nouvelle-Calédonie ; la création d’une “citoyenneté de la Nouvelle-Calédonie” en lien avec un projet sociétal de “destin commun” ; la reconnaissance officielle de “l’identité kanak”. » (Demmer et Trépied, 2017 : 13)

82Pour moi, « décoloniser dans la République » est un non-sens [bien entendu, ou pire une mystification] et représente, d’une certaine façon, une des dénégations les plus flagrantes de cet accord. Il me semble que c’est tout le contraire qui se passe et que ces accords ont permis une recolonisation, certes différentes que par le passé, de la Nouvelle-Calédonie. Une importante migration de métropolitains s’est produite durant toutes ces années malgré le fait qu’elle devait être contrôlée. Ceci en continuité avec le passé de la « directive Messmer » qui prônait de « faire du blanc » pour noyer la revendication d’indépendance, en reprenant l’annonce faite en 1972 par Roger Laroque, alors maire de Nouméa. Nous n’en sommes pas si loin (voir Leblic, 1993a : 32).

83En effet, en 1989, la population était de 164 173 habitants dont 44,8 % de Kanak ; en 1996, 196 836 habitants. En 2009, 245 580 habitants ont été recensés, et cette croissance démographique résulte à 85 % du solde naturel et à 15 % du solde migratoire apparent.

« La différence entre les entrées en Nouvelle-Calédonie et les sorties (solde migratoire global) est estimée à 900 personnes en plus par an entre 2004 et 2009. C’est plus que la valeur moyenne de la période 1996-2004 (+ 500 personnes par an), mais moins qu’au cours des années 1989-1996 (+ 1 200 personnes par an). » (isee)

84Aujourd’hui, le dernier recensement de la population, celui de 2014 enregistre 269 000 habitants, soit une augmentation de 104 807 habitants en moins de 30 ans avec une proportion de natifs qui diminue (moins 3 points en vingt-cinq ans pour se retrouver à son niveau de 1976, soit avant les Événements de 1984). Seuls 39 % se déclarent Kanak, soit une baisse relative importante. Et ces non-natifs habitent en grande majorité le Grand Nouméa (isee). Malgré le fait que, comme le rappelle Rallu dans ce volume,

«  le facteur démographique le plus important susceptible de modifier la répartition de la population est encore la fécondité »

85et que la population kanak a un taux de croissance très dynamique, cette dernière ne cesse de perdre en poids relatif dans la structure de la population du territoire et donc possiblement dans le corps électoral.

Une « situation postcoloniale » ?

86Comme je le notais déjà en 2003, il est une autre idée reçue à combattre, assez répandue, notamment dans la littérature dite scientifique : la « situation postcoloniale » de la Nouvelle-Calédonie qui pour certains aurait commencé dès 1946 même, à la sortie du régime de l’indigénat ! Or, il n’en est rien. La Nouvelle-Calédonie demeure une colonie française. Voyons quelques exemples dans des publications parues dans les années 2000.

87Francis Affergan (2002), par exemple, parle d’« une anthropologie du postcolonialisme » à venir (2002 : 581-588) :

« [...] les sociétés ultramarines françaises ? Il convient, pour commencer, de faire observer que si l’ethnologie ne s’est pas beaucoup intéressée, jusqu’à présent, aux ‘‘dépendances’’ françaises de l’outre-mer, tout au moins dans leur aspect global, c’est en raison des particularités de l’objet. [...] l’ambition consiste à construire des instruments d’analyse qui soient qualifiés pour répondre au défi d’un objet mixte, à la frontière instable entre plusieurs domaines. [...] Nous sommes en présence de régions où la question du statut institutionnel et celle, qui lui est associée, des différentes formes, plus ou moins ambivalentes, que revêt le nationalisme, dans l’horizon duquel s’inscrivent les hypothèses de l’indépendance et de la future nation, n’ont échappé à personne, surtout si ces questions sont souvent l’objet d’une coupable dénégation. L’analyse ethnologique ne parvient donc jamais à se soustraire à une anthropologie (du) politique dont elle semble indétachable. » (2002 : 581-582).

88Dans la présentation d’un numéro d’Hermès (2002), Dominique Wolton quant à lui insiste sur la chance pour la France et l’Europe que représentent les Outre-mers. Quelques phrases pour illustrer son propos :

« En réalité les Outre-mers sont un révélateur de la plupart des questions, liées à la mondialisation, au multiculturalisme et à la recherche d’autres liens de coopération politique. » (2002 : 14)

« En un mot, il s’agit de réfléchir aux moyens de passer à une nouvelle étape de l’histoire, de dépasser la problématique de la décolonisation. Il convient de prouver que l’Histoire avec ses erreurs et ses grandeurs peut devenir une chance. Bref, que les Outre-mers ne sont pas une difficulté, mais un formidable atout pour tous. » (2002 : 15-16)

« Si l’Outre-mer a un sens par rapport à la France ce sera par l’intermédiaire de la création d’une culture politique commune ‘‘plurielle’’ où chacun sera reconnu dans sa diversité et dans sa participation à un projet politique commun transcendant les localismes. [...] Depuis un demi-siècle, l’histoire coloniale est le ‘‘cadavre dans le placard’’ des relations entre l’Outre-mer et Paris. » (2002 : 23)

89Enfin, François Audigier et Jean-Marc Régnault écrivent notamment, à propos de la Nouvelle-Calédonie post-accords de Matignon :

« Assez curieusement, la situation en Nouvelle-Calédonie s’arrange in extremis, non par la volonté commune de mettre fin aux séquelles du colonialisme, mais par la volonté de deux leaders – qui prennent conscience de la gravité des périls – de faire en sorte que toutes les communautés puissent vivre ensemble sur le Caillou, chacun faisant les concessions nécessaires. » (2002 : 566)

90Aussi, pour moi, tous ces arguments sont décalés par rapport à la réalité toujours présente de la situation coloniale, ce qui les rend non pertinents à mes yeux.

Le statut de 1999, un statut « dérogatoire et provisoire »

  • 26 Voir le titre xiii de la constitution intitulé « Dispositions transitoires relatives à la Nouvelle- (...)
  • 27 Selon Mme Brigitte Girardin, ministre de l’Outre-mer, dans un document présentant « un cadre rénové (...)
  • 28 Outre le préambule qui décrit les conséquences de la colonisation sur la population kanak et son id (...)

91Dans cette même publication de 2003, nous avons fait le point sur la situation de la Nouvelle-Calédonie en insistant sur la plus récente issue du statut de 199926, qui est particulière du fait qu’il est « dérogatoire et provisoire »27. Depuis l’accord de Nouméa et la loi organique28, la Nouvelle-Calédonie n’est plus un tom. Pour Christine Tonnelier (ms, nd), elle est devenue ce qu’elle appelle un « territoire à autonomie constitutionnelle ». Voilà donc beaucoup de change­ments que nous allons analyser de manière détaillée.

92Dans cette solution consensuelle, il est reconnu, pour la première fois, une citoyenneté de Nouvelle-Calédonie ayant vocation à devenir nationalité au terme d’une période transitoire de quinze à vingt ans. De plus, d’importants transferts de compétence de l’État sont progressivement et de façon irréversible faits au profit de la Nouvelle-Calédonie. Durant cette période intermédiaire, le territoire inaugure donc un nouveau statut original et inédit, devant déboucher sur un référendum qui déterminera le transfert à la Nouvelle-Calédonie des compétences régaliennes, l’accès à un statut de pleine responsabilité et le passage de la citoyenneté à la nationalité. La date anniversaire du 24 septembre est symbolique à plus d’un titre : célébration de la prise de possession pour certains, jour de deuil kanak depuis de nombreuses années pour d’autre !

  • 29 Vice-présidente du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, chargée de la Culture, Condition féminine et (...)

93Depuis cinq ans, l’accord de Nouméa a engagé, au moins sur le papier, un processus de reconnaissance du fait colonial en énonçant, dans son préambule, un mea culpa sans précédent (voir ci-dessous), allant bien au-delà de la reconnaissance du droit inné et actif à l’indépendance contenu dans le texte de Nainville-Les-Roches du 12 juillet 1983, alors non signé par les représentants du rpcr (pour le contexte, voir la Chronologie), car signé par les trois parties (clarifier ce qui précède). Il faut garder en tête la teneur de ce préambule pour bien saisir le contexte actuel, car c’est en effet la première fois que les trois partenaires de l’accord, c’est-à-dire l’État français, les représentants du peuple kanak (Front de libération nationale kanak socialiste - flnks) et ceux des descendants des colonisateurs (rpcr) – jadis appelés « les victimes de l’histoire » (voir la déclaration finale de Nainville-Les-Roches) –, reconnaissent au peuple kanak sa spécificité de population d’origine pour lequel « le choc de la colonisation a constitué un traumatisme durable ». D’ailleurs, Déwé Gorodé29 nous dit que :

  • 30 Depuis la table ronde de Nainvilles-les-Roches (juillet 1983), qui rassembla, dans un but de réconc (...)

« être Âji Âboro, Dö Kâmo ou être véritablement humain, c’est aussi être prêt à partager avec les autres, “victimes de l’histoire30” d’hier et citoyens de notre pays de demain. […] sur notre chemin vers la citoyenneté […], “l’avenir doit être le temps de l’identité, dans un destin commun”. » (Nouméa, Centre culturel Tjibaou, 1er décembre 2004, cité in Leblic, 2007 : 271)

94Depuis la loi organique du 19 mars 1999 qui, dans son article 99 prévoit la création de « loi de pays », la Nouvelle-Calédonie n’est plus à proprement parler un tom mais est devenue une collectivité territoriale. Quant à savoir la nature réelle de cette collectivité,

« la loi organique n’a pas en l’espèce apporté de précision, puisqu’elle parle également dans article 222 de “Nouvelle-Calédonie”. » (Tonnelier, ms, nd : 5)

95Cet accord confère en fait à la Nouvelle-Calédonie un statut unique et original. Il définit l’organisation politique et cadre les modalités du développement social et économique du territoire pour les quinze à vingt ans à venir. À partir du 1er janvier 2000, diverses compétences – le statut des Kanak (« statut civil coutumier ») et le régime des terres coutumières, les règles relatives au droit du travail et à la formation professionnelle, le travail des étrangers... – sont transférées progressivement de l’État vers la Nouvelle-Calédonie, l’État ne conservant, jusqu’au référendum d’autodétermination, que les compétences régaliennes, à savoir notamment la justice, la défense, l’ordre public et la monnaie. En effet, les électeurs résidant depuis au moins vingt ans sur l’archipel se prononceront sur l’accession de la Nouvelle-Calédonie à la pleine souveraineté. Ce partage de souveraineté issu de l’accord de Nouméa comprend trois innovations majeures. Une citoyenneté calédonienne est instituée et définit le corps électoral pour les élections provinciales.

96La Nouvelle-Calédonie peut désormais exercer une certaine forme d’action internationale dans le Pacifique. Le Congrès du territoire vote des « lois du pays » soumises au contrôle du Conseil constitutionnel. Dans ce nouveau dispositif, le haut-commissaire est toujours dépositaire des pouvoirs de la république et du gouvernement français. Un gouvernement élu par le Congrès pour une durée minimum de cinq ans constitue l’exécutif du territoire. Le Congrès de la Nouvelle-Calédonie est la réunion d’une partie des membres des trois assemblées provinciales, soit cinquante-quatre membres – trente-deux de la province Sud, quinze de la province Nord et sept de la province des îles Loyautés. Les assemblées de province comptent respectivement quarante, vingt-deux et quatorze membres élus au suffrage universel pour une durée de cinq ans. Par ailleurs, un sénat coutumier est constitué par l’assemblée des huit aires coutumières de la Nouvelle-Calédonie : Hoot ma Waap, Paici Camuki, Ajie Aro, Xaracuu, Djubéa Kaponé, Nengone, Drehu, Iaii. En outre, la Nouvelle-Calédonie est toujours représentée au Parlement français par deux députés et un sénateur. Un conseiller économique et social siège également à Paris.

Conclusion

97Comme l’a écrit Jean Freyss :

« La stratégie du gouvernement est de détourner les Kanak du rêve dangereux de l’indépendance en les mobilisant pour le développement. Pour les indépendantistes, il s’agit de détourner ce détournement » (1995 : 67)

Jean-Luc Mathieu, dans son dernier ouvrage, partage cette analyse :

«  Nous allons analyser ici une politique parée de tous les atouts de la générosité […] pour inciter une majorité de Néo-Calédoniens à se détourner de toute perspective indépendantiste et opter pour une large autonomie (affectant le moins possible la richesse des plus aisés). Les pages qui suivent entendent expliquer pour quelles raisons et par quels cheminements le référendum, prévu de longue date, en Nouvelle-Calédonie, pour l’automne 2018, ne peut aboutir qu’au rejet de la “pleine souveraineté”, c’est-à-dire de l’indépendance, parce que tout a été fait, depuis 1978, pour aboutir à ce résultat. » (2018 : 9-10)

98Ainsi, comme nous le disons depuis 1993, depuis Dijoud la France fait à peu près toujours la même politique de développement à des fins de rééquilibrage, comme Jean-Luc Mathieu le précise :

« […] pendant les quarante années qui ont suivi [date ou événement entre crochets], c’est, avec quelques variantes, la même politique qui a été poursuivie, avec les mêmes objectifs : désamorcer les revendications indépendantistes. » (2018 : 24)

Dans le même esprit, Michel Levallois, commentant l’ouvrage de Freyss, rappelle que :

« ... la conclusion de l’ouvrage vient tout naturellement. Elle est d’ailleurs exposée comme un théorème : il n’y a pas de développement sans décolonisation ; pas de décolonisation sans mutation de la société kanak ; pas de mutation de la société kanak sans innovations et sans projet. À quoi j’ajouterai que ce projet ne peut qu’être politique, et qu’il ne pourra s’élaborer qu’à partir d’une rupture juridique et institutionnelle entre le territoire et sa métropole. Aucun processus de décolonisation n’est crédible, aucune société différente de la société coloniale actuelle, dans ses aspects économiques, sociaux et culturels, ne peut être édifiée, sans ce passage, qui est d’abord hautement symbolique, et qui s’appelle l’indépendance. Ce qui n’est incompatible ni avec des délais de mise en œuvre, ni avec une aide technique et financière de la métropole. Le développement de la Nouvelle-Calédonie, c’est-à-dire la fin des transferts publics sans développement et une saine croissance des activités liées au nickel, est à ce prix. » (Levallois, 1997 : 222)

99En effet, à ce titre, il reste une question tabou : la désindexation des salaires des fonctionnaires. Vestige de la France coloniale s’il en est – n’oublions pas que « l’indexation reste au cœur de la colonie de peuplement »… –, les indices de majoration des salaires des fonctionnaires (as tu leur nombre?) ont un impact sur le pays qui a de forts effets négatifs : « hausse des inégalités, niveau trop élevé des prix et de la dépense publique, surévaluation de la monnaie, choix d’investissement dispendieux dus à l’argent “facile” » (La voix de Kanaky 9 : 7). L’auteur de l’article, « Désindexation, quel impact pour notre pays ? » dans La Voix de Kanaky indique que « La France donne beaucoup, mais mal » :

« En quinze ans, les dépenses de l’État ont doublé, même si cette part des transferts dans le pib baisse tendanciellement. »

100En résumé, un pib de 1000 milliards de fcfp (8,38 milliards d’euros avec 1 000 fcfp = 8,38 €.) ; 155,5 milliards de transferts de la France (15 % du pib) dont

« 63 % de traitements et de pensions et seulement 24 % de dotations et contrats de développement ! […] D’ailleurs, […] l’essentiel des transferts, soir 120 milliards de fcpf, repart vers la métropole : assurance-vie, cotisations retraites du secteur privé […], placements immobiliers en France et en Australie […] » (La voix de Kanaky 9 : 7)

101Aussi, face à ce bilan toujours trop négatif, la vraie chance du pays ne serait-elle pas dans l’indépendance ? C’est une question qui mérite d’être posée et un défi que certains tentent de relever.

Affergan Francis, 2002. Outre-mers : statuts, cultures, devenirs, Ethnologie française xxxii, 4, pp. 581- 687.

Audigier François et Jean-Marc Régnault, 2003. Conclusion, in J.-M. Régnault (éd.), François Mitterrand et les territoires français du Pacifique 1981-1988. Mutations, drames et recompositions. Enjeux internationaux et franco-français, Paris, Les Indes savantes, pp. 557-568.

Balandier Georges, 1951. La situation coloniale: approche théorique. Cahiers internationaux de Sociologie 11, pp. 44-79. Extraits repris par en 2001, Cahiers internationaux de sociologie 110, pp. 9-29 (DOI 10.3917/cis.110.0009).

Barbançon Louis-José, 2008. Il y a 25 ans : le gouvernement Tjibaou (18 juin 1982-18 novembre 1984), Nouméa, Centre culturel Tjibaou, Cahiers des conférences de l’adck 11.

Bouard Séverine, Jean-Michel Sourrisseau, Vincent Geronimi, Séverine Blaise et Laïsa Ro’i (éds), 2016. La Nouvelle-Calédonie face à son destin. Quel bilan à la veille de la consultation sur la pleine souverainté ?, Paris, iac – Karthala – gemdev.

Bodmer Dolores, 2011. Le littoral de la province Nord en Nouvelle-Calédonie : Quel développement durable ?, thèse de Géographie, Université Michel de Montaigne - Bordeaux iii (https://tel.archives-ouvertes.fr/​tel-00641510).

Comptes économiques rapides pour l’outre-mer (cerom), 2017. L’économie calédonienne entre résilience et recherche de nouveaux équilibres, 44 p. (http://www.cerom-outremer.fr/​IMG/​pdf/​cerom_l_economie_caledonienne_2017.pdf).

Clifford James, 2001. Indigenous Articulations, The Contemporary Pacific 13, 2, pp. 468-490.

Couharde Cécile, Vincent Geronimi et Armand Taranco, 2016. La Nouvelle-Calédonie suit-elle toujours le modèle de l’économie assistée ?, in S. Bouard et al. (éds), 2016. La Nouvelle-Calédonie face à son destin. Quel bilan à la veille de la consultation sur la pleine souverainté ?, Paris, iac – Karthala – gemdev, pp.  228-271.

Demmer Christine et Benoît Trépied (éds), 2017. La coutume kanak dans l’État. Perspectives coloniales et postcoloniales sur la Nouvelle-Calédonie, Paris, L’Harmattan, Cahiers du Pacifique sud contemporain hors série 3, 274 p.

Firth Stewart, 1989. Sovereignety and Independance in the Contemporary Pacific, The Contemporary Pacific 1, 1-2, pp. 75-96.

Freyss Jean, 1995. Économie assistée et changement social en Nouvelle-Calédonie, Paris, puf, coll. Tiers-monde-iedes, 452 p.

Fouteau Carine, 2018 (21/02). Les Kanak de la tribu d’Oundjo s’interrogent sur l’après-référendum, Médiapart : Nouvelle-Calédonie: chez les Kanak et les Caldoches 1/6, (https://www.mediapart.fr/​journal/​dossier/​france/​nouvelle-caledonie-chez-les-kanak-et-les-caldoches).

Fouteau Carine, 2018 (24/02). Élie Poigoune : En Nouvelle-Calédonie, « le scrutin approchant, la tension va monter », Médiapart : Nouvelle-Calédonie: chez les Kanak et les Caldoches 2/6, (https://www.mediapart.fr/​journal/​dossier/​france/​nouvelle-caledonie-chez-les-kanak-et-les-caldoches).

Fouteau Carine, 2018 (4/03). À Bourail, les non-indépendantistes se préparent à “défendre leurs terres”, Médiapart : Nouvelle-Calédonie: chez les Kanak et les Caldoches 3/6, (https://www.mediapart.fr/​journal/​dossier/​france/​nouvelle-caledonie-chez-les-kanak-et-les-caldoches).

Gomès Philippe, https://la1ere.francetvinfo. fr/question-du-referendum-avenir-nouvelle-caledonie-enjeu-du-xviie-comite-signataires-decryptage-573275.html.

Harris interactive, 2018 (oct.). Le référendum du 4 novembre en Nouvelle-Calédonie, 28 p. (http://harris-interactive.fr/​wp-content/​uploads/​sites/​6/​2018/​10/​Rapport-Harris-R%C3%A9f%C3%A9rendum-en-Nouvelle-Cal%C3%A9donie-France-T%C3%A9l%C3%A9visions.pdf).

Hermès, 2002. Hermès 32-33 : La France et les outre-mers. Lenjeu multiculturel.

http://www.insee.fr/​fr/​themes/​document. asp?refid=ip1338-inter3.

http://www.isee.nc/​economie-entreprises/​economie-finances/​pib-et-donnees-macro-economique.

http://www.lemonde.fr/​politique/​article/​2018/​03/​28/​nouvelle-caledonie-un-compromis-a-ete-trouve-sur-la-question-posee-lors-du-referendum-d-independance5277257823448.html#EFYKDX43wRjYy7Fx.99.

http://outremers360.com/​politique/​referendum-en-nouvelle-caledonie-le-rassemblement-les-republi­cains-propose-une-question-pour-le-referendum-et-denonce-lambiguite-de-la-position-de-letat/.

http://outremers360.com/​politique/​referendum-2018-en-nouvelle-caledonie-une-majorite-de-caledoniens-contre-la-souverainete-selon-un-sondage-exclusif-de-caledonia/​.

http://www.un.org/​en/​decolonization/​nonselfgovterritories.shtml#foot3.

http://www.vie-publique.fr/​actualite/​dossier/​nouvelle-caledonie/​nouvelle-caledonie-referendum-autodetermination

Journal de la Société des Océanistes, 1953. jso 9 : Un siècle d’acculturation en Nouvelle-Calédonie 1853-1953.

La Dépêche de nc, 2018 (31/08). https://ladepeche. nc/2018/08/31/sondage-tns-quid-novi-sur-le-referendum-69-a-75-des-caledoniens-pour-le-non/.

La Dépêche de nc, 2018 (09/09). https://ladepeche.nc/​2018/​09/​09/​ armes-et-munitions-la-reglementation-a-change/.

La Dépêche de nc, 2018 (01/10). https://ladepeche.nc/​2018/​10/​01/​liste-referendaire-le-haussariat-met-les-choses-au-clair/​.

Leblic Isabelle, 1993. Les Kanak face au développement. La voie étroite, Grenoble, pug, 412 p.

Leblic Isabelle, 1999 (juin). Ethnologie et médias : une rencontre difficile. Une expérience liée à la Nouvelle-Calédonie, Journée de l’afa (Association française des anthropologues) Anthropologie et médias à l’iresco, Paris, France (https://hal.archives-ouvertes.fr/​file/​index/​docid/​201040/​filename/​Leblic-AFAEthnomAdiasNC.pdf).

Leblic Isabelle, 2003a. « Présentation : Nouvelle-Calédonie, 150 ans après la prise de possession », Journal de la Société des Océanistes 117 : Nouvelle-Calédonie, 150 ans après la prise de possession, I. Leblic (éd.), pp. 135-145 (https://journals.openedition.org/​jso/​1251).

Leblic Isabelle, 2003b. Chronologie de la Nouvelle-Calédonie, Journal de la Société des Océanistes 117 : Nouvelle-Calédonie, 150 ans après la prise de possession, I. Leblic (éd.), pp. 299-312 (https://journals.openedition.org/​jso/​1335).

Leblic Isabelle, 2007. Kanak Identity, New Citizenship Building and Reconciliation, Journal de la Société des Océanistes 125, pp. 271-282 (http://jso.revues.org/​1004 ; DOI : 10.4000/jso.1004).

Leblic Isabelle, 2010 (20/05). Parcours en anthropologie maritime, en technologie, en anthropologie de la parenté et des rituels, de la Bretagne à la Nouvelle-Calédonie kanak : mémoire de synthèse pour la soutenance de l’Habilitation à diriger les recherches à l’ephe-Paris (https://tel.archives-ouvertes.fr/​tel-00829158/​document).

Leiris Michel, 1972 (1re édition 1951), L’ethnographie devant le colonialisme § ii de Cinq études d’ethnologie, Denoël/Gonthier, bibliothèque Médiations, pp. 83-112 (1re éd. 1950 : L’ethnographe devant le colonialisme, Les temps modernes 58, pp. 357-374).

Lenormand Maurice H., 1953. L’évolution politique des autochtones de la Nouvelle-Calédonie, Journal de la Société des Océanistes 9, pp. 245-299 (http://www.persee.fr/​doc/​jso0300-953x1953num991778).

Lenormand Maurice H., 1991. Décolonisation ratée - Indépendance avortée, Journal de la Société des Océanistes 92-93 : Une décennie de changement, pp. 141-155 (http://www.persee.fr/​doc/​jso0300-953x1991num9212906).

Levallois Michel, 1997. CR de Jean Freyss, Économie assistée et changement social en Nouvelle-Calédonie, Tiers-Monde 38, n°149 : Le Pacifique insulaire. Nations, aides, espaces, pp. 221-222 (http://www.persee.fr/​doc/​tiers1293-88821997num381495135t1022100002).

Lindenmann Peter, 2018 (ms). Un simple changement d’intermédiaire ? La mise en place des officiers publics coutumiers et les autorités coutumières en Nouvelle-Calédonie, in É. Nolet et P. Lindenmann (éds), Médiations du politique dans la Mélanésie contemporaine, Paris, soumis à la Société des Océanistes, puis retiré par les éds (07/2018).

Mathieu Jean-Luc, 2018. La Nouvelle-Calédonie sera-t-elle indépendante ? Analyse d’une politique publique, Paris, L’Harmattan, 127 p.

Mokaddem Hamid, 2012. L’accord de Nouméa pour tous, Nouméa, Institut de formation des maîtres de la Nouvelle-Calédonie, Publications des conférences de l’ifmnc.

Monnerie Denis, 2018 (ms). Repenser les études coloniales. Résilience kanak et efficience coloniale en Kanaky Nouvelle-Calédonie, in É. Nolet et P. Lindenmann (éds), Médiations du politique dans la Mélanésie contemporaine, Paris, soumis à la Société des Océanistes, puis retiré par les éds (07/2018).

Simonian-Gineste Hélène, 2014. La Polynésie française : une collectivité à l’autonomie évolutive. Acquis et perspectives, Miroirs 1, pp. 8-28.

Spencer Michael, Alan Ward et John Connell (eds), 1988. New Caledonia: Essays in Nationalism and Dependency, University of Queensland Press, Australie.

Tjibaou Jean-Marie, 1985 (mars). Entretien avec Jean-Marie-Tjibaou, Les Temps modernes 464 : Nouvelle-Calédonie : Pour l’indépendance, pp. 1587-1601.

Tonnelier Christine, ms, nd. La Nouvelle-Calédonie. Une nouvelle catégorie de territoire au sein de l’Union européenne, 12 p.

Union nationale pour l’indépendance (uni), 2018. Kanaky-Nouvelle-Calédonie. Un État souverain en Océanie. Contribution de l’uni à la détermination de l’avenir politique et institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, 108 p.

Wamytan Roch, 2003 (31 mars). La révision constitutionnelle du 17 mars 2003 au regard du droit international des peuples à disposer d’eux-mêmes. Conséquences pour la Nouvelle-Calédonie et les pays d’outre-mer. Note d’analyse de M. Roch Wamytan signataire flnks de l’accord de Nouméa, 34 p.

Haut de page

Notes

1 Ce texte a été écrit avant le référendum du 4 novembre 2018. Je reviendrai dans un prochain texte sur l’analyse des résultats du référendum ; j’ai juste ajouté quelques notes de bas de page pour en tenir compte (voir aussi l’introduction de ce volume). Il me faut préciser qu’une autre version de ce texte a été discutée lors des trois sessions asao 2015 à 2017 coordonnées par Alexander Mawyer et Pierre-Yves Le Meur, Contested Sovereignties in the French (Post)Colonial Pacific et qu’un volume collectif en anglais est en cours de publication. Je remercie mes deux collègues de m’avoir permis de publier ici une version française remaniée et les lecteurs du jso pour leurs commentaires et remarques.

2 Comme nous l’avons écrit à l’époque : « La notion même de développement en tant que produit de la société occidentale, n’est-elle pas le prolongement de la colonisation, de l’expansion des sociétés occidentales, quand elle n’est pas la justification de l’entreprise coloniale, l’Occident prétendant apporter “La Civilisation” aux peuples colonisés ? Ainsi, la colonisation, comme maintenant la volonté de développer les pays “sous-développés” procèdent-elles de la même conception unilinéaire de l’histoire et de l’évolution des sociétés, produite par l’ethnocentrisme occidental. » (Leblic, 1993 : 14).

3 Rappelons que ce texte a été écrit avant le référendum du 4 novembre 2018.

4 Pour les élections au conseil général du 8 février 1953. Ce slogan fut repris par l’uc aux élections provinciales de mai 2004 en « Deux couleurs, un seul peuple pour faire un destin commun » (voir Leblic, 2007 : 272-273).

5 Il n’en a rien été pour l’instant au moment où nous mettons sous presse fin novembre. Juste quelques voitures brûlées le soir même et quelques incendies de collèges dans les jours qui ont suivi, sans être sûr que cela soit lié au référendum.

6 Voir Umberto Cugola dans ce volume et ce qu’en a dit Tate Lefevre lors de la table ronde de février 2017 à Mānoa reproduite ici. Les résultats du référendum montrent, contre toute attente et tous les pronostics faits, que les jeunes kanak se sont mobilisés très massivement pour aller voter dans un réflexe nationaliste important. Et, les jeunes non kanak sont parmi ceux sûrement qui ont permis au « oui » d’obtenir 43,7 % des suffrages.

7 Mokaddem, dans ce volume, parle aussi à sa façon de recolonisation et, comme lui, je pense que : « recoloniser n’est pas une modernisation de coloniser qui supposerait que décoloniser soit fini » (Mokaddem, mail du 06/10/2018). Denis Monnerie (2018), quant à lui, pense qu’on ne peut re-coloniser ce qu’on a pas décolonisé. Ce que je pense également comme je l’ai indiqué plus haut. Mais cela n’empêche pas la « recolonisation » dans le sens d’une intensification de la colonisation qui a pu se produire pendant la période des accords. Aussi, pour moi, les deux positions sont compatibles.

8 Le texte de Lindenmann dont je fais état ici était dans un manuscrit que la SdO devait publier et qui a été retiré après plusieurs années de travail par les éditeurs scientifiques du volume. Je cite donc la version sur laquelle les éditions de la Sdo ont travaillé jusqu’à juin 2018. Il en va de même pour le texte de Monnerie (2018) auquel je renvoie dans la note précédente.

9 Pour une analyse de l’accord de Nouméa, voir Mokaddem (2012) et le compte-rendu qui en est fait dans ce volume.

10 La Polynésie française, Saint-Pierre-et-Miquelon, la Côte française des Somalis et les Comores, comme la Nouvelle-Calédonie, ne se saisissent pas de la possibilité qui leur est offerte de « refuser la constitution et de sortir de la république » (Simonian-Gineste, 2014 : 9).

11 Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce sont toujours les Kanak indépendantistes qui ont tendu la main et fait des gestes vers les autres communautés, sans être payés en retour par une plus grande ouverture à leurs propositions de la part de leurs opposants.

12 « Relire aujourd’hui la déclaration de Nainville, c’est y retrouver, avec quinze ans d’avance, tous les prémices de l’accord de Nouméa. » (Barbançon, 2008 : 45).

13 Mis en place par le Premier ministre (5/12/2017), il est chargé de veiller à ce que la campagne électorale et le référendum se déroulent dans le respect des uns et des autres, des règles démocratiques et des valeurs culturelles, religieuses et républicaines. Il est composé de Jean Lèques, Jean-Pierre Aïfa, Jean-Pierre Flotat, Robert Frouin (décédé depuis), Roch Apikaoua, Billy Wapotro, Octave Togna, Marie-Claude Tjibaou, Fote Trolu, Anne-Marie Mestre, Falaeo et Élie Poigoune.

14 Trois listes électorales existent en Nouvelle-Calédonie : générale (lg), spéciale (ls) pour les provinciales et de consultation pour le référendum. La lg permet de voter aux élections nationales présidentielles et législatives tout comme aux municipales et aux européennes et comprend toute personne âgée de 18 ans et plus qui habite dans une commune du territoire depuis au moins six mois. La ls ne permet de voter qu’aux élections provinciales et comprend, parmi les personnes inscrites sur la lg, toutes celles nées avant le 31 octobre 1980 ou arrivées en Nouvelle-Calédonie avant le 8 novembre 1988. À celles-ci s’ajoutent également toutes les personnes nées après le 31 octobre 1980 si l’un au moins des parents est présent sur la ls. Enfin, pour les personnes arrivées sur le territoire entre 1988 et 1998 et inscrites sur la lg, il faut justifier de dix ans de présence continue en Nouvelle-Calédonie avant 2008 pour demander à être sur la ls. Toutes les personnes inscrites du cette ls sont reconnues citoyen du pays. L’article 188 de la loi organique détermine qui peut voter pour les élections provinciales.

15 L’institut quid novi (franchise de kantar tns) est une société d’études qui réalise régulièrement des mesures d’opinion auprès de la société calédonienne. Selon l’uni, « les entreprises qui pilotent ces pseudos-sondages sont la propriété de personnes opposées à l’indépendance, proche des partis anti-indépendantistes » (Tract uni « Attention manipulations ! »).

16 Selon la « méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, communauté d’appartenance*, province d’habitation de l’interviewé(e) et vote aux élections précédentes. » (Harris interactive, 2018 : 3).

17 « Certaines questions ont été posées en miroir à un échantillon de 1 018 personnes, représentatif des habitants de métropole âgés de 18 ans et plus, interrogé par Internet du 18 au 20 septembre 2018. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région d’habitation de l’interviewé(e). » (Harris interactive, 2018 : 3).

18 Il est vrai qu’à la lecture des résultats, on ne peut que noter le grand écart entre les prévisions des sondages et les résultats effectifs.

19 Ce qui dénote une très forte participation. À titre de comparaison, « au Québec, 93,52 % des électeurs avaient participé au 1er référendum sur l’indépendance de la province canadienne […] en Écosse, ils avaient été 84,59 % des inscrits à se déplacer pour voter au sujet de l’indépendance du pays vis-à-vis du Royaume-Uni. » (La dépêche calédonienne, 31/08/2018).

20 Rappelons que, pour Quid Novi, on avait de 69 à 75 % susceptibles de voter « Non », que, pour I-Scope (sondage commandé par la télévision Calédonia), on obtenait 63 % de« Non » à l’indépendance et 28% de « Oui » et que, pour Harris interactive, nous sommes à 66 % de « non » et 34 % de « oui ».

21 « Aux élections régionales de 1985 auxquelles l’ensemble des groupes de pression indépendantistes ont présenté des candidats sur les listes flnks, l’abstention n’est que de 19,8 % des inscrits. » (Leblic, 1993 : 63, note 82).

22 Ces formations représentent 38 des 54 élus au Congrès de la Nouvelle-Calédonie, soit 70 %.

23 J’ai développé en 2015 et 2016 dans la session asao Chief today 2015 et 2016, organisée par Simonne Pauwels et Apolonia Tamata, la confrontation entre les chefferies, les élus et les sénateurs coutumiers dans les enjeux politiques actuels en Nouvelle-Calédonie en posant la question « qu’est-ce qu’un chef aujourd’hui pour les Kanak ? ».

24 Je ne suis pas la seule à le dire. Michael Spencer, Alan Ward et John Connell l’ont affirmé d’ailleurs dans leur ouvrage de 1988 ; il en va de même de Denis Monnerie, de Stéphanie Graff et d’autres encore.

25 Rassemblement indépendantistes et nationalistes qui comprend le Parti travailliste, une partie de l’Union calédonienne, des dissidents du Palika, etc.

26 Voir le titre xiii de la constitution intitulé « Dispositions transitoires relatives à la Nouvelle-Calédonie » et les articles 76 et 77 se référant à l’accord de Nouméa et à la loi organique chargée d’établir le statut de la Nouvelle-Calédonie en respect des orientations qui y sont définies.

27 Selon Mme Brigitte Girardin, ministre de l’Outre-mer, dans un document présentant « un cadre rénové, sécurisé et assoupli » qui expose « les objectifs de la révision constitutionnelle du 17 mars 2003 » et donne « la vision d’émancipation de la France » dont le véritable but serait selon certains, « le maintien des liens institutionnels entre la France et ses colonies » (cité par Roch Wamytan, 2003 : 5 et 15).

28 Outre le préambule qui décrit les conséquences de la colonisation sur la population kanak et son identité, le document d’orientation qui le suit présente six parties ainsi nommées : l’identité kanak, les institutions, les compétences, le développement économique et social, l’évolution de l’organisation politique de la Nouvelle-Calédonie et l’application de l’accord.

29 Vice-présidente du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, chargée de la Culture, Condition féminine et Citoyenneté ; extrait du discours d’ouverture du colloque corail 2004 : Lieux communs et représentations dans le Pacifique insulaire (Nouméa, 1er-3 décembre 2004).

30 Depuis la table ronde de Nainvilles-les-Roches (juillet 1983), qui rassembla, dans un but de réconciliation des communautés du territoire, des représentants notamment du rpcr, de la fnsc et du fi, le fi puis le flnks parlent des “victimes de l’histoire” pour désigner les personnes nées sur le territoire dont l’un des parents au moins y est né.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. – Intention de vote en mai 2017 pour le référendum de 2018 (Interactive pour France télévision). Le commentaire en encadré est de mon fait.
Légende À la lecture des résultats du référendum, seul le pourcentage de contre était proche de la réalité puisque nous avons eu le 4 novembre 2018 : une participation de 80,63 % (soit 141 099 sur 174 999 inscrits), avec 43,6 % de « oui » (60 573 voix) et 56,4 % de « non » (78 360 voix), soit un écart de 17 787 voix largement rattrapable pour le second référendum de 2020, d’autant plus que de nouveaux jeunes ayant 18 ans d’ici 2020 seront inscrits sur la liste spéciale référendum.
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Illustration 2. – Sondage auprès des métropolitains dans l’hexagone par Harris interactive (septembre 2018)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Illustration 3. – Tract du flnks sur la manipulation des sondages d’opinion
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Titre Illustration 5. – Sondage de mai 2017, diagrammes 2-5 indiquant les intentions de vote pour le référendum de 2018 détaillé par zone, par type d’habitat, par âge, par genre et par catégorie socioprofessionnelle
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Crédits (http://outremers360.com/​politique/​referendum-2018-en-nouvelle-caledonie-une-majorite-de-caledoniens-contre-la-souverainete-selon-un-sondage-exclusif-de-caledonia/​)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Graphique 1. – Vote kanak pour la région Nord (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons) (© I. Leblic)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-9.png
Fichier image/png, 218k
Titre Graphique 2. – Vote kanak pour la région Centre (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons)
Crédits (© I. Leblic)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-10.png
Fichier image/png, 189k
Titre Graphique 3. – Vote kanak pour la région îles Loyauté (proportion population kanak par commune, vote indépantiste par rapport aux suffrages exprimés en 1985, taux d’abstention au référendum Pons)
Crédits (© I. Leblic)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-11.png
Fichier image/png, 182k
Titre Illustration 6. – Tract de campagne du flnks-uni (recto)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Illustration 7. – Tract de campagne du flnks-uni (verso)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Illustration 8. – Rapport des importations par rapport aux exportations (isee)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9649/img-14.png
Fichier image/png, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Leblic, « Vous avez dit « rééquilibrage » et décolonisation ? Retour sur 40 ans de va-et-vient institutionnels sur souveraineté et colonialisme en Nouvelle-Calédonie (1980-2018) », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, pagination.

Référence électronique

Isabelle Leblic, « Vous avez dit « rééquilibrage » et décolonisation ? Retour sur 40 ans de va-et-vient institutionnels sur souveraineté et colonialisme en Nouvelle-Calédonie (1980-2018) », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 12 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/9649 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.9649

Haut de page

Auteur

Isabelle Leblic

Anthropologue, directrice de recherche au lacito-cnrs, isabelle.leblic@cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search