Navigation – Plan du site

AccueilNuméros147Miscellanées Spécial Kanaky Nouve...En guise de conclusion. Une Kanak...

Miscellanées Spécial Kanaky Nouvelle-Calédonie

En guise de conclusion. Une Kanaky Nouvelle-Calédonie souveraine en marche ?

By way of conclusion. A sovereign Kanaky New Caledonia on the march?
Isabelle Leblic
p. 577-588

Texte intégral

Un moment historique pour Kanaky Nouvelle-Calédonie

1« Un moment historique pour notre pays », c’est ainsi que Louis Mapou a commencé son point de presse au nom de l’uni, au soir du référendum du 4 novembre 2018. Et il poursuit :

« Le peuple kanak […] calédonien vient de faire la démonstration que c’est bien une question sur laquelle il travaille, qu’il prend au sérieux et le taux de participation de 80 % qui n’était pas du tout attendu, nous donne comme signal que notre peuple est dans l’attente de ce que nous proposons. »

2Ce référendum historique a eu lieu et ses résultats peuvent amener plusieurs lectures. Certes, l’indépendance n’est pas passée. Mais les résultats ne sont pas du tout ceux pronostiqués depuis des mois par les instituts de sondages comme par les anti-indépendantistes. 56,67 % de « Non » certes, mais 43,33 % de « Oui ». Les vainqueurs ne sont donc pas ceux que l’on croit et pas forcément ceux qui ont obtenu le meilleur score. Les soirées électorales en direct sur les chaînes télévisées calédoniennes le 4 novembre au soir n’ont pas été à l’avantage des anti-indépendantistes qui étaient littéralement assommés par le score qui se profilait. Le 4 novembre au soir pour la Calédonie et au 5 au matin en métropole, comme je l’ai écrit sur Mediapart en réaction au contenu de la presse en général, force était de constater que les politiciens loyalistes et la très grande majorité de la presse locale et nationale n’avaient pas mesuré l’ampleur de ce qui s’est passé ce dimanche (https ://blogs.mediapart.fr/aisdpk-kanaky/blog/051118/un-fort-sentiment-nationaliste-pour-une-kanaky-nouvelle-caledonie-souveraine). Mais rien n’est gagné pour autant et tout reste à faire pour 2020. En attendant, il nous semble important de revenir sur les conditions qui ont amené à ces résultats. Et, comme c’est le score pour le « Oui » qui a surpris, nous allons revenir ici sur les raisons de ce résultat, notamment sur le déroulement de la campagne qui explique sans doute en partie cette surprise.

Retour sur une campagne exemplaire pour le « Oui »

  • 1 La majorité des informations sur la campagne électorale utilisées ici ont été fournies par Wassissi (...)

3Côté indépendantiste, les deux principaux groupes, uni-palika et uc-flnks et nationalistes, ont mené une campagne1 commune avec deux directeurs de campagne, Wassissi Konyi (palika) et Gérard Régnier (uc). Des réunions régulières ont été organisées partout dans le pays depuis mai 2018, avec la mise en place, au cours des deux années précédentes, dans chacune des 341 tribus du territoire, de comités nationalistes et citoyens (cnc) dotés d’un représentant. Tous les cnc d’une commune se regroupent dans un comité nationaliste et citoyen communal (cncc) avec un responsable à sa tête et, au niveau régional, deux référents pour chacune des huit aires linguistiques et coutumières. Cette organisation n’est pas sans rappeler le réseau des comités de lutte du flnks des années 1984-1988. Mais ici, les comités locaux n’organisent pas la lutte ou le boycott des élections, comme ce fut le cas en 1984 ; ils font campagne pour que le « Oui » l’emporte lors du référendum du 4 novembre 2018. Les militants ont donc fait, en quelque sorte, du porte à porte pour discuter, présenter leur projet pour le pays indépendant et convaincre.

4En effet, le but de ces comités nationalistes et citoyens était de faire de la pédagogie, notamment auprès des jeunes pour qui l’idée d’indépendance pouvait être un peu éloignée des préoccupations quotidiennes car, au bout de trente ans de tous ces accords, il se peut que de nombreux jeunes, qui n’ont pas connu les Événements, aient décroché du mouvement nationaliste pour l’indépendance. Par exemple, dans l’aire paicî-cèmuhî, les cnc ont fait la tournée des 66 tribus de l’aire en y tenant des réunions publiques ; un grand meeting festif qui s’est tenu le samedi 20 octobre à Ponérihouen a clôturé cette campagne.

5Les militants indépendantistes ont donc sillonné le pays pendant deux ans pour obtenir le résultat que l’on connaît aujourd’hui : 43,33 % de votes « Oui ». L’idée d’indépendance a donc fait son chemin dans la tête de nombreux jeunes qui se sont emparés d’un emblème, le drapeau flnks, auquel ils se sont accrochés, qu’ils soient ou non militants du flnks d’ailleurs :

  • 2 Il y a même un site Facebook «  Affichons nos couleurs  » créé le 20 septembre 2018 où sont publiée (...)

« Partout, dans les réseaux sociaux2, on a vu le drapeau flnks qui flottait et c’est surtout cela qui a frappé la jeunesse ; dans les meetings, les jeunes sont là, ils ne posent pas de questions mais ils ont les drapeaux. » (Wassissi Konyi, Paris, 15/12/2018)

6Il faut dire que depuis les accords de Matignon, il n’est pas un commerce du centre ville de Nouméa ou un curios qui ne vende des drapeaux, tee-shirts ou autres étoffes aux couleurs du drapeau de Kanaky en provenance d’Asie. Il en est de même dans les grandes surfaces et autres commerces de l’intérieur et des îles.

7D’autres symboles ont joué un rôle durant cette campagne. Les indépendantistes ont en effet choisi de faire du 4 août, en écho à la nuit du 4 août 1789 d’abolition des privilèges, une journée ayant pour slogan « Affichons nos couleurs ! » (ill. 1). Et, tous les 4 du mois, la coalition indépendantiste a mené campagne en faveur du « Oui » par des débats thématiques diffusés sur Radio Djiido. Le premier d’entre eux a eu pour thème « les droits et les libertés dans le pays de demain » et s’est déroulé symboliquement sur la place de Mwâ Kââ où étaient réunis l’historien Louis-José Barbançon, Élie Poigoune de la Ligue des droits de l’homme de Nouvelle-Calédonie, le juriste Mathias Chauchat et les politiciens Jean-Louis d’Anglebermes, vice-président du gouvernement, Jean-Raymond Postic, président du comité local de Nouméa, Alosio Sako, président du rdo, ou encore Pierre Chanel Tutugoro, maire uc de Ponérihouen (https ://la1ere.francetvinfo.fr/nouvellecaledonie/place-du-mwa-kaa-premier-debat-radio-du-4-aout-du-flnks-614236.html). Les deux autres débats qui ont suivi les 4 septembre et 4 octobre.

Illustration 1. – Affiche de la mobilisation « Affichons nos couleurs ! » le 4 de chaque mois

Illustration 1. – Affiche de la mobilisation « Affichons nos couleurs ! » le 4 de chaque mois

Photo 1. – « Affichons nos couleurs ! » à Koumac

Photo 1. – « Affichons nos couleurs ! » à Koumac

© Facebook cap sur 2018

Photo 2. – « Affichons nos couleurs ! » à l’entrée du pont de Ponérihouen

Photo 2. – « Affichons nos couleurs ! » à l’entrée du pont de Ponérihouen

© https://www.capsur2018.nc

8Un des plus gros enjeux de la campagne était de gagner des voix en province Sud et notamment dans la ville de Nouméa où les indépendantistes sont très minoritaires. Aussi, la ville a été quadrillée par les militants indépendantistes, du nord, où résident plutôt les classes populaires, au sud qui concentre la bourgeoisie locale. En plus, des artistes, autour de Flamengo et de son tube « La caravane » (88 779 vues avec seulement 18 « je n’aime pas », https ://www.youtube.com/watch?v=uV7wgTJG_hE), ont, de leur propre initiative, mis en place, à partir d’octobre, « la caravane pour la paix » pour le « Oui » avec cinq musiciens qui, pratiquement tous les soirs à partir de 16 h, venaient jouer et chanter dans les quartiers et invitaient les militants politiques à partir de 18 h. Musique et politique conjuguées ont attiré l’attention des jeunes des quartiers populaires, jeunes qui, pour beaucoup, se sentent exclus et écartés de tout… Aujourd’hui, et c’est là aussi un enseignement de cette campagne, la jeunesse aspire à une autre société, plus égalitaire, plus respectueuse de l’environnement… bien différente du système en place actuellement, même après trente ans d’accords et de soi-disant rééquilibrage. La population calédonienne compte, au recensement de 2014, 62 589 habitants entre 15 et 29 ans dont seulement 26 054 sont des actifs (isee, ill2). Même si la population a vieilli au cours des 25 dernières années, la part des moins de 20 ans représente encore un tiers de la population calédonienne et 13 661 ont de 18 à 20 ans (isee). Il est donc important de s’adresser spécifiquement aux jeunes et d’arriver à les mobiliser ; comme ce sont des natifs pour la grande majorité d’entre eux, leur poids électoral compte d’autant plus. Le scrutin a montré qu’ils se sont mobilisés en masse pour la cause de l’indépendance. En 2020, 9 342 jeunes qui ont aujourd’hui entre 16 et 17 ans seront majeurs et une importante part d’entre eux pourra voter lors du prochain référendum ; les deux tiers des 15-18 ans (12 071 sur un effectif total de 18 118) résident dans le Grand Nouméa, dont la moitié dans Nouméa même (6 447).

9Ainsi, les jeunes – pour beaucoup inscrits d’office car Kanak – sont venus voter en masse, « en bande », avec leurs copains et non avec leurs parents. En effet, pour les jeunes urbains, leur tribu, c’est le quartier, les copains : « ce n’est pas ce que l’on vit en tribu ». Ils se sont mobilisés, nous dit Wassissi Konyi, parce que leurs parents ont payé de leur vie pour Kanaky, mais pas sur le projet du Front qu’ils n’ont sans doute pas lu, car le projet « c’est bon pour les vieux qui ont besoin de comprendre comment sera leur pays » précise-t-il. En cela, les campagnes de presse anti-indépendantistes de rfo ou autres, montrant les Événements, la violence d’avant les accords… ont eu l’effet contraire au but recherché : elles ont mobilisé encore plus les jeunes générations pour l’indépendance en découvrant ce qui s’était passé avant.

Illustration 2. – La pyramide de la population estimée de la Nouvelle-Calédonie au 1er janvier 2018

Illustration 2. – La pyramide de la population estimée de la Nouvelle-Calédonie au 1er janvier 2018

© isee

10Pour toucher les jeunes, un grand concert pour l’indépendance a été organisé dans le parc Fayard de Dumbéa le 6 octobre, avec un collectif de 21 artistes, dont les « vieux » du Kaneka, qui ont lancé un appel pour le « Oui » ; plus de 4 000 jeunes (et des moins jeunes également) y ont assisté.

  • 3 Voir par exemple 122 317 vues avec seulement 74 «  je n’aime pas  » pour KANAKY FREE ENSEMBLE POUR (...)
  • 4 D’après Les Inrockuptibles, ce mouvement est apparu depuis près de quinze ans.
  • 5 Jeff Castel était présent à Poindimié, où vivent des anciens du psk et leurs enfants qui ont répond (...)

11Face à la caravane et aux artistes de Kaneka dont les clips passent sur Facebook et Youtube et sont vus par des dizaines de milliers de personnes3, les mairies de la province Sud ont tenté d’instrumentaliser les jeunes du mouvement Hip Hop4 (danseurs, rappeurs, graffeurs…) en opposant ce mouvement au Kaneka en le caricaturant « comme [une] culture ouverte sur le monde et moderne, contre un Kaneka renfermé sur lui même » (email de Jeff Castel5, 1/01/2019). Pour ce faire, les municipalités ont embauché leurs leaders dans les structures communales telles que, à Nouméa, les maisons de quartier des quartiers populaires, le Rex, le centre culturel :

« Pour ce qui est du hip-hop, la mairie a fait fabriquer des plateaux adaptés (farés équipés d’un socle en bois) collés aux maisons de quartier d’Artigue, Rivière-Salée et Tuband. Le Rex Nouméa a son propre espace consacré au hip-hop, dans lequel des ateliers de danse moderne ont été mis en place. La danse contemporaine représente en effet un nouveau courant, à côté du hip-hop et du ragga dancehall, qui demeurent les disciplines favorites des adolescents nouméens. » (https ://www.noumea.nc/culture-et-loisirs/danse)

12Selon Les Inrockuptibles, les cours de hip hop, dans les quartiers nord de Nouméa tels que Rivière salée, sont générateurs de lien et de partage et le hip hop a même « permis de passer des barrières avec les blancs ! » précise Dexter dans l’article de cette revue (https ://www.lesinrocks.com/2018/07/26/actualite/comment-le-hip-hop-permet-la-nouvelle-caledonie-de-sortir-la-tete-de-leau-111109180/). Mais l’instrumentalisation de la mairie de Nouméa n’a pas porté les fruits escomptés.

« Ces jeunes leaders portent un discours issu de leurs expériences : le multiculturalisme, l’égalité, le métissage, mais aussi la recherche de la fusion du traditionnel et du contemporain dans leurs créations. La forme prise par la campagne pour le “Oui”, “Affichons nos couleurs”, leur a permis de prendre position et de la diffuser sans rentrer en conflit ouvert avec ceux qui les font vivre ! » (email de Jeff Castel, 1/01/2019)

Photo 3 – Jeunes faisant flotter fièrement le drapeau de Kanaky Nouvelle-Calédonie à Waa wi Luu dans la vallée de Ouakaya

Photo 3 – Jeunes faisant flotter fièrement le drapeau de Kanaky Nouvelle-Calédonie à Waa wi Luu dans la vallée de Ouakaya

© Facebook cap sur 2018, devenu cap sur 2020

13Pendant cette campagne électorale, les jeunes ont aussi profité de Facebook, qu’ils se sont approprié depuis de nombreuses années déjà pour échanger les nouvelles de la famille, pour « discuter politique ». Et les jeunes militants du flnks ont su les utiliser durant la campagne pour mobiliser et faire passer le message. « Une simple photo avec le drapeau postée sur la page Facebook a été échangée des dizaines de milliers de fois… » me précise Jeff Castel (email du 1/01/2019).

14Pendant la campagne, la fracture qui existe entre le Grand Nouméa et le reste du pays est apparue très nettement, confirmant que, hors Nouméa, Kanak et non-Kanak discutent et échangent car ils ne veulent pas revivre les Événements, ce qui ne se fait guère à Nouméa. N’oublions pas que, pendant les années 1984-1988, ce sont les habitants de la Brousse et des îles qui ont été touchés par la violence, et non ceux de Nouméa. Signe de ce changement de comportement, à Poindimié par exemple, les non-Kanak ont créé un conseil des anciens sur le modèle de la tribu, signe que le clivage d’avant n’existe plus et que la volonté d’avancer ensemble est de plus en plus forte. Le destin commun semble donc être en marche en dehors de Nouméa. On constate aussi que ceux qui perpétuent le clivage en Nouvelle-Calédonie sont souvent ceux qui sont arrivés il y a peu de temps.

15Mais la campagne ne s’est pas simplement concentrée sur les Kanak ou sur les jeunes. Un gros travail a également été fait en direction des autres communautés. Les Kanak indépendantistes sont donc allés à la rencontre des Caldoches « pure souche » en faisant le tour des propriétés caldoches de la côte ouest, dans lesquelles ils sont entrés en faisant la coutume, comme il est d’usage de faire dans la société kanak quand on arrive chez quelqu’un. Les paroles accompagnant ce geste coutumier indiquaient qu’ils venaient parler de l’indépendance avec eux et demandaient s’ils acceptaient cette discussion. Les hôtes touchaient la coutume, signe qu’ils l’acceptaient tout comme la discussion. Parmi les sujets abordés dans ces rencontres, il y eut la question des terres, de leur aménagement, etc. Ces discussions visaient à les rassurer, et non pas forcément à les amener à voter en faveur de l’indépendance. Ces rencontres ont aussi eu lieu avec les Wallisiens et Futuniens, les Javanais, les Vietnamiens, les Japonais, etc. À chaque communauté était posée cette question :

« “Considérez-vous que vous êtes des gens d’ici, que la Kanaky est votre pays… ? La France, ça fait longtemps qu’elle vous a largués. Ici, c’est votre pays et on l’a construit ensemble. Votre pays, ce n’est pas la France, vous n’y allez jamais…” Sans compter que les mélanges sont nombreux maintenant. On n’est pas dans l’exclusion, on est dans le pluriculturel et la double nationalité sera pour ceux qui la veulent. La campagne, c’est devenu psychologique, on n’est plus dans le rationnel, on est dans la peur. Il faut encore qu’on les rassure car il y a encore des gens qui ont peur. » (Wassissi Konyi, Paris, 15/12/2018)

16La communication de terrain, privilégiée par les indépendantistes, tout comme la diffusion virale de photos avec la mise en scène du drapeau kanaky sur internet via Facebook ou de clips sur Youtube ont fait que la mobilisation de tous a été payante et a permis le résultat final qui a surpris tout le monde, indépendantistes compris. Le score obtenu pour le « Oui » allait bien au-delà de leurs espérances les plus hautes. Calédonie ensemble a senti le vent tourner mais l’a minimisé, étant sans doute trop confiant dans les sondages qui étaient tous très favorables au « Non ». Le tableau 1 montre le manque de fiabilité de ces sondages car, à des dates équivalentes, les résultats, selon les sondeurs, étaient radicalement différents selon les sondeurs, notamment pour la part du « Oui » (voir lignes grisées dans le tab. 1 ci-dessous).

Tableau 1. – Rappel des différents sondages réalisés avant le référendum (du plus ancien au plus récent)

Tableau 1. – Rappel des différents sondages réalisés avant le référendum (du plus ancien au plus récent)

Une « défaite victorieuse6 »

  • 6 Expression utilisée par Jeff Castel dans un email du 5/11/2018 à propos de « quelques impressions d (...)
  • 7 Les « Femmes engagées pour le oui » qui ont fait notamment une marche à travers Nouméa le samedi 6 (...)

« Hier, dès 7 h, c’est l’affluence à la mairie [de Poindimié] pour voter, beaucoup de jeunes. Beaucoup sont arrivés samedi de Nouméa et repartiront après le vote. Partout, dans les maisons, le même enthousiasme face à cette mobilisation historique. Il y a les jeunes journalistes de Calédonia tv originaires de la commune qui couvrent l’événement. Ils sont blancs, noirs, métis. Quand ils interviewent Paul N., il y a beaucoup d’émotion. Lui n’y croyait plus trop, et c’est avec plein d’émotion qu’il répond aux jeunes. En fait, nous fêtons sereinement notre défaite, car elle annonce notre victoire future. Nous doutions de nos forces, il n’y a plus de doute. Ce matin [le 5], quelques incidents à Nouméa, le calme en Brousse. Reprendre nos activités normales, c’est la forme de mobilisation de cette journée. Montrer notre assurance dans l’avenir, tranquillement. Nul doute que ceux qui ont suivi des mots d’ordre de non-participation rejoindront le mouvement. Des dizaines de milliers de personnes ont participé à la campagne, discuté du projet de société, du projet de constitution, des relations internationales et de la monnaie. Des mouvements auto-organisés (les feoui7, les jeunes artistes...) sont apparus durant la campagne. La génération qui a porté la lutte depuis cinquante ans a vu naître, sous ses yeux, la relève. Elle est plurielle, elle vit dans les tribus ou dans la ville, a réussi socialement ou vit dans la précarité dans un squat. Elle est traversée d’expériences et de courants de pensée divers, mais hier elle a été unie dans son expression. Je n’ai jamais connu une telle assurance dans l’avenir, une telle détermination. C’est la première fois aussi que je fête une défaite victorieuse […] la victoire, elle est devant nous et nous pouvons enfin l’apercevoir. » (Jean-François Castel, email du 5/11/2018)

17Comme je l’ai déjà écrit sur Mediapart le 5 novembre au matin, les résultats du référendum montrent une progression du vote indépendantiste et peuvent être vus comme un excellent résultat compte tenu de la composition du corps électoral. Un résultat excellent et très encourageant pour l’avenir de Kanaky Nouvelle-Calédonie (https ://blogs.mediapart.fr/aisdpk-kanaky/blog/041118/vote-independantiste-en-progression-et-excellent-resultat-au-referendum).

18Le référendum du 4 novembre s’est déroulé dans le calme avec une participation imposante dépassant toutes les prédictions et espérances d’un camp ou de l’autre : 81,01 % des inscrits sur la liste électorale spéciale pour la consultation ont parfois patienté plus de deux heures pour aller déposer leur bulletin dans l’urne. Cette consultation est donc sans précédent à tous points de vue : c’est le premier référendum sur la souveraineté pleine et entière de la Nouvelle-Calédonie et son accès à l’indépendance, et c’est aussi la première mobilisation pour voter d’une telle ampleur depuis le début des Événements de 1984.

19Ces résultats peuvent amener plusieurs lectures. Certes, l’indépendance n’est pas passée. Mais les résultats ne sont pas du tout ceux annoncés depuis des mois par les anti-indépendantistes : 56,67 % de votes « Non » il est vrai, mais 43,33 % de « Oui ». Avant le vote, je pensais qu’à 40 % de « Oui », on pouvait considérer que ce serait une grande démonstration faite par les indépendantistes de leur capacité à convaincre des personnes qui n’étaient pas forcément kanak ou indépendantistes. Or, on atteint 43,33 %, alors que quelques militants du pt ou de l’ustke – dont la proportion est difficile à évaluer – ont respecté la consigne de non-participation et qu’il y a eu un cafouillage dans les procurations aux îles Loyauté. Ces résultats sont donc bien au-dessus de ce qui était annoncé, avec une progression du vote indépendantiste dans des communes qui ne l’étaient pas, une forte participation des jeunes alors qu’on nous avait claironné depuis plus d’un an qu’ils n’iraient pas voter, tout cela en dépit d’une liste électorale qui n’était pas du tout favorable aux indépendantistes et d’une campagne mensongère des anti-indépendantistes visant à effrayer les votants.

Illustration 3. – Les résultats définitifs du référendum du 4 novembre 2018

Illustration 3. – Les résultats définitifs du référendum du 4 novembre 2018

(https://www.elections-nc.fr/​referendum-2018/​les-resultats)

20Avec un écart de 18 535 voix entre le « Oui » et le « Non », et en supposant une participation équivalente et un corps électoral à l’identique, si les indépendantistes arrivent à capitaliser 10 000 voix de plus lors du référendum de 2020, c’est l’indépendance assurée au bout du chemin. En outre, d’ici là, seront également inscrits les jeunes qui auront 18 ans et qui répondent aux conditions nécessaires pour ce faire. Selon Castex (2018 : 30), compte tenu du taux d’accroissement naturel des Kanak (+ 21 % de 1996 à 2014) alors que celui des Européens n’avoisine que les 9 %, « après répartition (fort grossière : répartition au prorata) », la population kanak pourrait représenter 50 % de la population en 2020 (tableau d’évolution de la population in Castex, 2018 : 30). L’évolution démographique semble donc favorable, d’une part, aux Kanak et, d’autre part, aux jeunes, avec un taux moyen d’accroissement naturel de 9 % pour l’ensemble du territoire.

21Si l’on détaille quelque peu la socio-géographie des résultats, on s’aperçoit que 55 % des votes « Non » sont concentrés sur les 300 km2 de Nouméa-Dumbéa. D’après les informations venant du pays, il semble que les électeurs vivant dans les zones rurales aient compris et accepté le vivre ensemble, le destin commun en construction… Le plus frappant demeure le clivage entre les zones rurales (qui ont voté majoritairement « Oui ») et le Grand Nouméa (majoritairement favorable au « Non »), pour des raisons bien connues mais qui ne sont pas éternelles. Les choses peuvent encore changer d’ici 2020 ; les résultats du 4 novembre le prouvent.

22Dans ce contexte, une partie des indécis, qui n’ont pas voté, peuvent être acquis à la cause indépendantiste dans les deux années à venir. Surtout si l’on prend le temps de démonter les mensonges énoncés lors de la campagne des loyalistes qui ont dû faire peur à plus d’un électeur indécis. Tout cela laisse une marge de progression confortable aux indépendantistes. À ces données, on peut ajouter le problème des défaillances de procurations dans les îles Loyauté (lié au changement de régime des procurations), qui explique en partie le taux des abstentions. Ce problème corrigé, on pourrait facilement arriver à un résultat 46-54.

23Lors de son allocution du dimanche 4 novembre 2018 à 13 heures en métropole, le président de la République, de même que les représentants loyalistes et la grande majorité de la presse locale ou même nationale, se sont bien gardés de relever ces éléments. Il faut dire que le président avait enregistré son allocution avant les résultats, d’où le décalage probable entre ses propos et le fort pourcentage du « Oui ».

24L’étude des résultats montre que le vote indépendantiste se situe en majorité dans la province Nord et dans les Îles. Une analyse plus fine (commune par commune), montre que la grande majorité des Kanak – 80 à 90 % – a voté pour l’indépendance et qu’une part non négligeable de Calédoniens les a suivis, en faisant le « pari de l’intelligence » de Jean-Marie Tjibaou et en votant « Oui ». Bien sûr, encore trop de Calédoniens d’origine européenne sont contre l’indépendance.

Tableau 2. – Résultats du référendum du 4 novembre 2018 par commune et province rapportés à la part de la population kanak

Tableau 2. – Résultats du référendum du 4 novembre 2018 par commune et province rapportés à la part de la population kanak

On constate que le « Oui » est parfois plus large que le vote kanak. Tous les Kanak n’ayant pas voté « Oui », il apparaît que des non-Kanak ont donc aussi choisi le « Oui ». Voir aussi les illustrations 6-8 en annexe.

© I. Leblic, d’après https://www.elections-nc.fr/​referendum-2018/​les-resultats et isee

25Si je prends l’exemple de Bourail, très fortement anti-indépendantiste pendant les Événements de 1984-1988, où comme à La Foa sa voisine, des drapeaux bleu-blanc-rouge flottaient sur nombre de maisons, comme si nous avions à chaque coin de rue ou de colline des édifices officiels ou des mairies, cette commune, qui compte 33 % de population kanak, a voté « Oui » à 30,9 % avec une participation de 88,6 %, soit une progression de 10 points pour l’indépendance si l’on compare avec les résultats des régionales de 1985 (19,04 % de voix indépendantistes). C’est donc une évolution très encourageante qui repose aussi sans doute sur les jeunes générations qui ont une autre vision de l’avenir (voir par exemple Amandine Darras dans le dernier film de Mehdi Lallaoui, La métamorphose du Caillou, qui était candidate sur la liste flnks aux dernières municipales, liste qui a enregistré 506 voix, soit 17,81 %).

Photo 4. – « Pour nous, il [le drapeau] représente nos valeurs océaniennes, le combat pacifique pour la reconnaissance de l’identité kanak et du peuple calédonien. » (Amandine Darras - novembre 2018)

Photo 4. – « Pour nous, il [le drapeau] représente nos valeurs océaniennes, le combat pacifique pour la reconnaissance de l’identité kanak et du peuple calédonien. » (Amandine Darras - novembre 2018)

© Facebook cap sur 2018

26Et là, je modérerai quelque peu ce que j’écrivais avant le référendum (voir dans ce volume p. 331) : par leur mobilisation exceptionnelle et par leur engagement pour une autre société calédonienne, plus écologique, plus égalitaire, les générations post-accords, peuvent nous laisser croire que ce destin commun peut se construire (voir photo 6).

Photo 5. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018

Photo 5. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018

© Ch. Salomon

Photo 6. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018

Photo 6. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018

© Ch. Salomon

Photo 7. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018

Photo 7. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018

© Ch. Salomon

27Cela semble prouver que les partis indépendantistes ont, contre toute attente, réussi à mobiliser de façon massive leur base, et que le Parti travailliste de Louis-Kotra Uregei n’a pas su convaincre suffisamment de personnes pour que cela soit marqué par des abstentions. Ce résultat global conforte donc le projet d’indépendance et l’absence de projet ou de propositions nouvelles de la part des anti-indépendantistes.

28En votant ainsi, les gens du pays ont pris la parole pour dire massivement quelque chose comme « on veut vivre ensemble, il faut y arriver, on est prêt à construire un avenir pour notre pays ». Et une partie des Calédoniens qui n’est pas indépendantiste a voté « Oui » par solidarité avec les Kanak, pour marquer son ras-le-bol vis-à-vis de certains discours politiques passéistes et pour envoyer un message fort exprimant qu’il faut trouver une solution ensemble pour construire la case de Kanaky Nouvelle-Calédonie durablement. S’il est difficile de quantifier cette part de la population calédonienne non kanak ayant voté « Oui », il est certain qu’elle existe puisque, d’après le haut-commissariat, 46 % du corps électoral est composé de Kanak (cf. supra Leblic, p. 335) et que tous n’ont pas voté « Oui » ou se sont abstenus comme le montrent les résultats par commune (tableau 2).

29Lors de la soirée électorale à Nouméa, les élus anti-indépendantistes ainsi que leurs experts présents sur le plateau télévisé ont été surpris et étonnés, mais estimé que leur victoire était écrasante. Ce n’est en fait pas le cas : ils avaient prévu 70 % de votes « Non », à grand renfort de sondages qui se sont tous trompés sur le taux de participation, l’abstention des jeunes et le résultat final.

30Entre Calédonie ensemble, qui a un discours rôdé arguant d’une refondation politique, laquelle s’est écroulée au soir du 4 novembre au fur et à mesure que tombaient les résultats, et les ex-rpcr qui se réfugient dans la suppression de la suite du processus (les deux autres référendums prévus), le vote des jeunes génération permet à nombre de citoyens de Nouvelle-Calédonie de voir l’avenir avec espoir.

31Ainsi, les argumentaires (entre autres) de Gil Brial (président du Mouvement populaire calédonien) et de Philippe Michel (Calédonie ensemble) sur la non-nécessité d’un deuxième ou troisième référendum sous prétexte que le résultat serait le même, ne tiennent pas. D’ici deux ans, les abstentionnistes peuvent changer d’avis et de nouvelles générations auront la majorité et pourront voter. En outre, dans les îles Loyauté, il reste une grande marge de gens à convaincre et qui n’ont pas voté. Que ce soit pour suivre le mot d’ordre du pt (mais je n’y crois pas forcément et cela n’est pas démontrable de toutes les façons) ou bien parce qu’ils ont beaucoup plus cru ici qu’ailleurs aux arguments frauduleux des anti-indépendantistes visant à faire peur sur l’avenir des retraites, l’accès à la santé ou autre dans le cadre d’une indépendance… Ou encore parce que certains n’ont pas été suffisamment convaincus par le programme du pays Kanaky Nouvelle-Calédonie. Pour ne pas voter « Non », ils n’ont pas voté « Oui » non plus (car ils n’étaient pas encore prêts à le faire) et se sont donc abstenus !

32Tout cela incite à penser que le « Oui » peut grandir et passer la barre des 50 % dans les deux ou quatre ans à venir. Il faut laisser le temps au temps, pensent les indépendantistes… L’espoir est donc grand au soir du 4 novembre pour que Kanaky Nouvelle-Calédonie devienne un jour un État indépendant et souverain.

  • 8 Selon La Dépêche de Nouvelle-Calédonie (https://ladepeche.nc/2018/09/07/conseil-detat-le-corps-elec (...)

33C’est d’ailleurs pour cette raison que les demandes fusent aussi de toute part chez les anti-indépendandistes afin d’obtenir le dégel du corps électoral, ce qui noierait le vote indépendantiste/kanak. Nombreux sont ceux qui s’interrogeaient sur l’avenir du corps électoral à la sortie du référendum le 5 novembre en cas de victoire du « Non ». La logique était que celui-ci reste le même jusqu’à la fin du processus prévu dans l’accord de Nouméa (trois référendums possibles). Et c’est en effet en ce sens qu’a tranché le conseil d’État le 4 septembre dernier, à la demande du Premier ministre8. Selon cet avis, pour les élections provinciales qui doivent se tenir le 12 mai 2019 et les suites de l’accord, le corps électoral doit rester le même sur les deux listes, hormis l’inscription des jeunes répondant aux critères nécessaires et atteignant les 18 ans à la veille du scrutin. Le corps électoral qui participera aux provinciales et aux deux référendums à venir sera maintenu dans les conditions actuelles avec le gel du corps électoral et l’irréversibilité constitutionnellement garantie :

« tant que les consultations n’auront pas abouti à la nouvelle organisation politique proposée, l’organisation politique mise en place par l’accord de 1998 restera en vigueur, à son dernier stade d’évolution, sans possibilité de retour en arrière. » (Avis du conseil d’État, 4/9/2018)

34Nous partageons grandement l’avis de Wassissi Konyi sur l’importante mobilisation des jeunes générations. Louis-José Barbançon (email du 7/12/2018) nous dit comme beaucoup d’autres que c’est là sans doute le premier enseignement de ce référendum qui place la dynamique du côté indépendantiste :

« Pourquoi la dynamique est du côté indépendantiste ? Peut-être parce que la mobilisation des jeunes chez les indépendantistes a créé une vision nouvelle. […] les jeunes ont pris la parole et ont dit : “on continue le combat des Vieux”. C’est le grand enseignement. Le seul grand enseignement de ce référendum, à mon avis […]. »

35Nombreux sont aussi ceux qui ont relevé que ce ne sont pas seulement les Kanak qui ont voté « Oui ». On peut estimer à environ 8 % les votes « Oui » qui ne sont pas kanak, soit 4 à 5 000 voix selon L.-J. Barbançon, ce qui n’est pas négligeable. Les chiffres montrent en effet une progression certaine du vote indépendantiste dans certaines communes loyalistes de la côte ouest. Et c’est là un autre enseignement de ce scrutin.

  • 9 «  Néanmoins, cette analyse du clivage sur des bases économiques et sociales est à tempérer par le (...)

36À Nouméa aussi, la participation a été plus importante que pour les scrutins précédents : 80,29 % face à, par exemple, 71,6 % pour les provinciales de 2014. Olivier Fondos, qui a fait une analyse du vote pour Nouméa (email du 7/11/2018), note que, si le vote « Non » y est « largement majoritaire » (80,51 % des suffrages exprimés), « une analyse plus fine s’impose », laissant apparaître un fort clivage géographique et social sur la ville, « une ville coupée en deux, entre quartiers aisés votant « Non » à plus de 90 % et quartiers populaires où 1/3 des habitants portent à eux seuls la revendication indépendantiste9 » :

« Sur les 57 bureaux de vote au total que compte la ville de Nouméa, analysons le vote des 26 bureaux dont le pourcentage de “Oui” est au-dessus de 20 % (allant même jusqu’à 60 %), on constate qu’ils sont proches des quartiers populaires de Nouméa Centre-ville, Vallée du Tir, Montravel, Pierre Lenquette, Ducos, Kamere, Tindu, Rivière salée, 6ème km, Normandie, Tours de Magenta, Villages de Magenta, Magenta Aérodrome. »

Ces 26 bureaux de vote comptent :

« 26 987 inscrits sur 50 686 électeurs au total soit 53,24 % du corps électoral nouméen » avec une participation de « 75,2 % (soit 5 points inférieurs à la moyenne de la ville) » et un « nombre de votants dans ces 26 bureaux de vote [qui] représente la moitié des votants nouméens : 20 296 sur 40 697 soit 49,87 […] le “Oui” s’[y] exprime à 31,60 % contre 7,56 % dans les 31 autres bureaux de vote et 19,49 % sur l’ensemble de la ville. On compte 6 290 votes “Oui” dans ces bureaux, soit 80,45 % du total des “Oui” exprimés dans la ville (7 818) ».

Il conclut en notant que :

« Au final, rien de neuf sous le soleil nouméen, si ce n’est une forte mobilisation électorale d’une jeunesse que l’on pensait désintéressée de la politique et une floraison massive du drapeau de Kanaky aux quatre coins de la ville ces dernières semaines… »

37On peut constater que, dans plusieurs communes, le pourcentage de votes « Oui » est supérieur au pourcentage de la population kanak communale, ce qui démontre que ce vote n’est pas le seul fait des Kanak. Il en est ainsi, dans la province Sud, à Farino, La Foa, Mont-Dore, Païta et Thio ; dans la province Nord, cela concerne les communes de Hienghène, Kaala-Gomen, Koné, Koumac, Poindimié, Pouembout, Poya Nord, Touho et Voh. Dans la province des îles, par contre, ce n’est pas le cas, mais on constate que le vote indépendantiste y est en progression depuis 1985, à l’instar des autres provinces, signe que les indépendantistes ont gagné une partie du pari fait en signant les accords : convaincre pour l’indépendance.

Scénarios pour les deux ans à venir

38Tous les témoignages reçus attestent que la mobilisation du peuple kanak et des gens qui suivent la campagne et qui soutiennent le projet du flnks a été fantastique en Kanaky Nouvelle-Calédonie. Démentant fortement tout ce qui était annoncé depuis des mois dans la presse ou dans les sondages, les Kanak et particulièrement la jeune génération, ont pris conscience de leur force démocratique, du poids d’un bulletin « Oui » dans l’urne, ce qui promet de belles choses pour ce pays dans les années à venir. Les jeunes ont démontré qu’ils attendaient ce jour, celui du référendum, pour se manifester et s’exprimer par leur vote. Ils affichaient les couleurs partout du nord au sud, dans les quartiers de Nouméa, dans les îles (sur les routes, à l’entrée de chaque maison, sur les ponts, dans les arbres, sur la transversale Koné-Tiwaka, dans les montagnes...). Le sentiment nationaliste est donc très fort et devenu une donnée incontournable qui ne pourra plus être évacuée, quels que soient les commentaires entendus ou écrits au pays comme ici en métropole. Fort de ce succès et de ces résultats, l’uni-flnks a déjà demandé la tenue du deuxième référendum au Premier ministre lors de leur rencontre de ce jour. Dans tout le pays, les Kanak sont très satisfaits des résultats et parlent déjà du travail à faire sur le terrain afin de réduire le taux d’abstention en vue du référendum de 2020.

39Les anti-indépendantistes et les sondages ont voulu enterrer trop vite le projet d’indépendance. Celui-ci est plus que jamais d’actualité car le 4 novembre 2018 n’était qu’une étape sur le chemin de l’indépendance. Ces résultats devraient empêcher toute arrogance de la part des partis loyalistes et obliger tout le monde à continuer à travailler sur les questions à régler pour préparer en toute sérénité l’avenir, l’indépendance pour 2020.

40Aujourd’hui, chaque camp cherche à conforter sa position. Les anti-indépendantistes se sont déjà mobilisés pour essayer de revoir le gel du corps électoral ou d’annuler les deux référendums à venir sous prétexte que quatre ans d’incertitude fragiliseraient grandement l’économie calédonienne. Côté indépendantiste, l’enjeu est de rester mobilisé jusqu’en 2020, ce qui équivaut à rester deux ans en campagne. En témoigne ce message reçu de Lifou le 5 novembre au matin :

« Ici à Lifou, les amis kanak sont très satisfaits des résultats qui les ont surpris eux-mêmes. On parle déjà du travail à faire sur le terrain afin de réduire le taux d’abstention en vue du référendum du 2020. » (Anna Paini, email du 5/11/2018)

41Les jeunes, qui n’ont pas connu les Événements, ont donc voté massivement et disent avoir rendu hommage aux anciens, aux morts… Il reste maintenant à faire fructifier les acquis de cette mobilisation. Une jeune génération de Calédoniens, éduquée, sensibilisée à des problématiques environnementales, fortement ancrée à un territoire, animée par un sentiment d’appartenance au « Caillou », par des us, des coutumes, des pratiques et un « parler » qui fondent l’identité collective d’un peuple « Kalédonien », est bien représentée par Amandine Darras et se projette déjà dans l’idée d’une Kanaky Nouvelle-Calédonie souveraine émancipée de la mère patrie.

42Cette génération compte parmi la majorité peu visible de Kanak et de Calédoniens dont le point commun est de subir – symboliquement et/ou matériellement – une injustice sociale et politique (voir le texte de J.-L. Rallu) au bénéfice d’une oligarchie locale nantie par l’économie de comptoir. Les Kanak et les Calédoniens qui subissent de longue date ce système qui profite à une minorité de puissants feront front commun pour appeler une réforme qui, structurellement, ne peut pas se réaliser dans l’enceinte française. Seule une rupture négociée dans le cadre d’une indépendance paraît à même de penser et de définir une redistribution des ressources pour extraire le pays des inégalités actuelles (voir le texte d’I. Leblic). Celles-ci ne feront que se maintenir, voire se creuser, aussi longtemps que le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la République perdurera.

43Pour tous, les élections provinciales de mai 2019 constituent la prochaine étape. L’enjeu est grand : capitaliser les résultats du référendum et surtout mobiliser, notamment les jeunes, sur cette élection qui n’a pas pour eux le même sens que le référendum pour l’indépendance… Contrecarrer les arguments anti-indépendantistes est aussi une tâche essentielle pour faire diminuer la peur de certains face à l’indépendance. Il faut sans doute aussi peut-être leur laisser plus de place dans la sphère politique, pour qu’ils puissent s’y exprimer en dehors des seuls scrutins. Il y a sans doute quelque chose à inventer pour les responsables politiques actuels qui doivent trouver une future relève car nombre d’élus et de cadres politiques sont là depuis le début des événements. La construction de la case de Kanaky Nouvelle-Calédonie doit reposer sur tous.

Photo 8. – La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction

Photo 8. – La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction

La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction (© I. Leblic, Canala, 1985), reproduite dans la contribution de l’uni (2018 : 63) où les quatre illustrations filent la métaphore de la construction de la case, logo de l’uni, en suivant la formule de Jean-Marie Tjibaou : « Les hommes ont lié la paille pour n’en faire qu’un seul toit » (Kanaké, 1978). Nous y reviendrons ultérieurement

© I. Leblic, Canala, 1985

Illustration 4. – La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction reproduite dans la contribution de l’uni (2018 : 63)

Illustration 4. – La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction reproduite dans la contribution de l’uni (2018 : 63)

Illustration 5. – Logo de l’Union Nationale pour l’Indépendance (uni)

Illustration 5. – Logo de l’Union Nationale pour l’Indépendance (uni)
Haut de page

Bibliographie

Barbançon Louis-José, 2018 (7/12). Référendum, un mois après, ms, 4 p.

Castex Patrick, 2018. Kanaky Nouvelle-Calédonie indépendante ?, Paris, L’Harmattan, coll. Écrit-Tic, Économie, gestion, société.

Dautry Estelle, 2018 (27/07). Comment le hip hop permet à la Nouvelle-Calédonie de sortir la tête de l’eau, Kanaky Nouvelle-Calédonie indépendante ?, Paris, L’Harmattan, coll. Écrit-Tic, Économie, gestion, société.

Les Inrockuptibles (https ://www.lesinrocks.com/2018/07/26/actualite/comment-le-hip-hop-permet-la-nouvelle-caledonie-de-sortir-la-tete-de-leau-111109180/).

Lallaoui Mehdi, 2018. Kanaky Nouvelle-Calédonie. La métamorphose du Caillou, Argenteuil, Mémoires vives productions/Calédonie 1re, 52 min, format 9/16e.

Union nationale pour l’indépendance (uni), 2018. Kanaky Nouvelle-Calédonie. Un état souverain en Océanie. Contribution de l’uni à la détermination de l’avenir politique et institutionnel de la Nouvelle-Calédonie, Nouméa, uni.

Tjibaou Jean-Marie, Philippe Missotte, Michel Folco et Claude Rives, 1976. Kanaké. Mélanésiens de Nouvelle-Calédonie, Papeete, Éditions du Pacifique.

Haut de page

Annexe

Annexe : vote indépendantiste et population kanak

Les illustrations 6 à 7 ci-contre mettent en parallèle, pour chacune des trois provinces, la part de la population kanak par commune (1985 et 2014) avec le pourcentage de voix indépendantistes obtenues aux régionales de 1985 et de vote « Oui » lors du référendum du 4 novembre 2018 (© I. Leblic, d’après les sources https://www.elections-nc.fr/​referendum-2018/​les-resultats et isee). On peut voir que, dans certaines communes, les barres vertes (vote « Oui ») sont plus hautes que les barres violettes (pourcentage de la population kanak).

Illustration 6. – Légende des graphiques de l’illustration 7

Illustration 6. – Légende des graphiques de l’illustration 7

Illustration 7. – Graphiques mettant en parallèle, pour chacune des trois provinces, la part de la population kanak par commune (1985 et 2014) avec le pourcentage de voix indépendantistes obtenues aux régionales de 1985 et de vote « Oui » lors du référendum du 4 novembre 2018

Illustration 7. – Graphiques mettant en parallèle, pour chacune des trois provinces, la part de la population kanak par commune (1985 et 2014) avec le pourcentage de voix indépendantistes obtenues aux régionales de 1985 et de vote « Oui » lors du référendum du 4 novembre 2018
Haut de page

Notes

1 La majorité des informations sur la campagne électorale utilisées ici ont été fournies par Wassissi Konyi lors de la réunion publique organisée à Paris par l’Association information et soutien aux droits du peuple kanak (aisdpk) le 15 décembre 2018. Elles ont été complétées par des recherches dans la presse locale et sur internet.

2 Il y a même un site Facebook «  Affichons nos couleurs  » créé le 20 septembre 2018 où sont publiées des centaines de photos mettant en scène le drapeau aux quatre coins du pays mais aussi dans le monde entier (voir photos en introduction).

3 Voir par exemple 122 317 vues avec seulement 74 «  je n’aime pas  » pour KANAKY FREE ENSEMBLE POUR KANAKY, https://www.youtube.com/watch?v=YQC4IWcfL-w).

4 D’après Les Inrockuptibles, ce mouvement est apparu depuis près de quinze ans.

5 Jeff Castel était présent à Poindimié, où vivent des anciens du psk et leurs enfants qui ont répondu «  Oui  » à l’invitation du peuple kanak à construire ensemble le pays Kanaky.

6 Expression utilisée par Jeff Castel dans un email du 5/11/2018 à propos de « quelques impressions d’hier et d’aujourd’hui depuis Poindimié » et reprise ensuite par d’autres.

7 Les « Femmes engagées pour le oui » qui ont fait notamment une marche à travers Nouméa le samedi 6 octobre 2018.

8 Selon La Dépêche de Nouvelle-Calédonie (https://ladepeche.nc/2018/09/07/conseil-detat-le-corps-electoral-gele-devrait-perdurer/), Paul Néaoutyine a interpellé le Premier ministre, Édouard Philippe, sur ce qui allait advenir des dispositions de l’accord de Nouméa qui ne devait durer que vingt ans, après le référendum du 4 novembre 2018.

9 «  Néanmoins, cette analyse du clivage sur des bases économiques et sociales est à tempérer par le caractère identitaire kanak de la revendication indépendantiste. Cet élément est fondamental car il explique que le vote indépendantiste ne soit pas plus conséquent dans les quartiers populaires. En effet, certains habitants, partageant pourtant les mêmes problématiques que les Kanak, ont encore peur d’une indépendance qu’ils pensent ethnique, malgré les discours rassurants du flnks.  » (O. Fondos, email du 7/11/2018).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. – Affiche de la mobilisation « Affichons nos couleurs ! » le 4 de chaque mois
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-1.png
Fichier image/png, 205k
Titre Photo 1. – « Affichons nos couleurs ! » à Koumac
Crédits © Facebook cap sur 2018
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Photo 2. – « Affichons nos couleurs ! » à l’entrée du pont de Ponérihouen
Crédits © https://www.capsur2018.nc
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Illustration 2. – La pyramide de la population estimée de la Nouvelle-Calédonie au 1er janvier 2018
Crédits © isee
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-4.png
Fichier image/png, 123k
Titre Photo 3 – Jeunes faisant flotter fièrement le drapeau de Kanaky Nouvelle-Calédonie à Waa wi Luu dans la vallée de Ouakaya
Crédits © Facebook cap sur 2018, devenu cap sur 2020
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Tableau 1. – Rappel des différents sondages réalisés avant le référendum (du plus ancien au plus récent)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-6.png
Fichier image/png, 75k
Titre Illustration 3. – Les résultats définitifs du référendum du 4 novembre 2018
Crédits (https://www.elections-nc.fr/​referendum-2018/​les-resultats)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Tableau 2. – Résultats du référendum du 4 novembre 2018 par commune et province rapportés à la part de la population kanak
Légende On constate que le « Oui » est parfois plus large que le vote kanak. Tous les Kanak n’ayant pas voté « Oui », il apparaît que des non-Kanak ont donc aussi choisi le « Oui ». Voir aussi les illustrations 6-8 en annexe.
Crédits © I. Leblic, d’après https://www.elections-nc.fr/​referendum-2018/​les-resultats et isee
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-8.png
Fichier image/png, 373k
Titre Photo 4. – « Pour nous, il [le drapeau] représente nos valeurs océaniennes, le combat pacifique pour la reconnaissance de l’identité kanak et du peuple calédonien. » (Amandine Darras - novembre 2018)
Crédits © Facebook cap sur 2018
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photo 5. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018
Crédits © Ch. Salomon
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Titre Photo 6. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018
Crédits © Ch. Salomon
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Photo 7. – La campagne pour le « Oui » s’affiche devant les maisons à Pouembout, 8 octobre 2018
Crédits © Ch. Salomon
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Photo 8. – La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction
Légende La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction (© I. Leblic, Canala, 1985), reproduite dans la contribution de l’uni (2018 : 63) où les quatre illustrations filent la métaphore de la construction de la case, logo de l’uni, en suivant la formule de Jean-Marie Tjibaou : « Les hommes ont lié la paille pour n’en faire qu’un seul toit » (Kanaké, 1978). Nous y reviendrons ultérieurement
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Illustration 4. – La « case » de Kanaky Nouvelle-Calédonie en construction reproduite dans la contribution de l’uni (2018 : 63)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Illustration 5. – Logo de l’Union Nationale pour l’Indépendance (uni)
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-15.png
Fichier image/png, 72k
Titre Illustration 6. – Légende des graphiques de l’illustration 7
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-16.png
Fichier image/png, 12k
Titre Illustration 7. – Graphiques mettant en parallèle, pour chacune des trois provinces, la part de la population kanak par commune (1985 et 2014) avec le pourcentage de voix indépendantistes obtenues aux régionales de 1985 et de vote « Oui » lors du référendum du 4 novembre 2018
URL http://journals.openedition.org/jso/docannexe/image/9670/img-17.png
Fichier image/png, 294k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Leblic, « En guise de conclusion. Une Kanaky Nouvelle-Calédonie souveraine en marche ? », Journal de la Société des Océanistes, 147 | 2018, 577-588.

Référence électronique

Isabelle Leblic, « En guise de conclusion. Une Kanaky Nouvelle-Calédonie souveraine en marche ? », Journal de la Société des Océanistes [En ligne], 147 | 2018, mis en ligne le 15 décembre 2018, consulté le 27 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/jso/9670 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jso.9670

Haut de page

Auteur

Isabelle Leblic

Anthropologue, dr1 au lacito cnrs à Villejuif, leblic@vjf.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Journal de la société des océanistes est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search