Navigation – Plan du site
Article
Articles

De la divergence culturelle à la confluence transculturelle : rencontres de l’altérité dans The Thing Around Your Neck de Chimamanda Ngozi Adichie

Julia Siccardi
p. 181-194

Entrées d’index

Studied authors :

Chimamanda Ngozi Adichie

Texte intégral

  • 1 Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales. CNRTL. Web. 15/04/2016.

1Le mot “confluence”, fréquemment employé de manière métaphorique dans le langage des sciences humaines, renvoie à plusieurs champs sémantiques et son sens est double. Il s’agit en effet de la “jonction des cours d’eau et des glaciers”, mais aussi du “lieu où se produit cette jonction.”1 Dès la définition du mot se dessine une forme de divergence, de duplicité : d’une part, on évoque le mouvement fluide de l’eau, de deux ou plusieurs courants qui se mêlent ; de l’autre, le lieu, fixe, de cette rencontre. Le recueil de nouvelles partage cette duplicité avec la notion de confluence, en ce qu’il se caractérise par une forme de fragmentation : les nouvelles forment un ensemble, en partie discontinu, réuni au cœur d’un même objet, le livre. La recherche d’une confluence dans un recueil de nouvelles est souvent une pierre d’achoppement sur laquelle butent lecteurs et critiques. Dans Des Textes à l’œuvre, René Audet se penche sur cet écueil et va jusqu’à évoquer un “malaise” qui “s’explique par la tension entre la discontinuité du texte du recueil et la totalité du livre” (27). Le recueil de nouvelles remet ainsi en question le sens traditionnel du livre parce qu’il est, toujours selon Audet, la “matérialisation d’un régime de polytextualité, où les textes sont contraints à cohabiter” (23), ce qui rend parfois problématique l’unité du recueil, sa confluence.

2Si l’on cherche, malgré tout, à dégager une unité dans un recueil de nouvelles, on risque de se heurter à un autre écueil, identifié lui aussi par René Audet : comment, en effet, déterminer “la hiérarchie des procédés unifiants” (9) ? Faut-il chercher une unité thématique ? Stylistique ? La cohérence se trouve-t-elle dans la voix narrative, le ton, “les univers partagés” (9) ? Si tel était le cas, alors, il n’y aurait pas de confluence dans The Thing Around Your Neck (2009) de l’écrivaine nigériane Chimamanda Ngozi Adichie, dont chacune des nouvelles introduit un univers et un contexte différents de ceux de la précédente. Point de confluence non plus dans la voix narrative, qui mute à chaque nouvelle, de la première à la troisième personne, passant même par la deuxième personne du singulier. Dans cet ensemble de nouvelles qui ont, entre autres thèmes récurrents, la migration, la séparation et la perte, la confluence se crée paradoxalement autour de motifs évoquant l’éclatement et la divergence. C’est sur cette confluence paradoxale que nous souhaiterions nous pencher, afin de clarifier comment confluences et divergences se nourrissent l’une l’autre, et comment ces nouvelles, plongeant au cœur de l’individu, esquissent l’idée d’une convergence transculturelle qui s’ancrerait dans la reconnaissance bienveillante d’autrui.

3Cette analyse portera tout d’abord sur la notion de confluence, qui est ici paradoxale dans la mesure où elle découle des motifs récurrents de l’éclatement et de la perte, eux-mêmes provoqués par des moments de crise. La crise résultant souvent d’une migration, on analysera ensuite en quoi migrer revient à faire l’expérience de la divergence. L’évolution de la divergence culturelle vers une possible confluence transculturelle formera le dernier point d’analyse de cette réflexion.

Une confluence paradoxale : les motifs de l’éclatement
et de la perte

4Alors que la notion de confluence est synonyme d’union et de jonction, c’est paradoxalement l’éclatement, la dispersion et la perte qui forment le point de confluence entre les différentes nouvelles du recueil. Nombreux sont les récits qui relatent des rencontres, mais des rencontres qui s’accompagnent d’une perte : dans “A Private Experience”, Chika rencontre une femme musulmane qui lui sauve la vie lors d’une émeute, mais elle perd sa sœur ; dans “On Monday of Last Week”, une jeune femme tombe sous le charme de la mère du petit garçon qu’elle garde, ce qui l’éloigne de son mari ; dans la nouvelle éponyme, Akunna, qui a émigré aux États-Unis et vit des moments très difficiles, fait une rencontre amoureuse, mais il lui faut plusieurs mois pour oser écrire à sa famille et lorsqu’elle y parvient, c’est pour apprendre le décès de son père, survenu cinq mois auparavant. Presque toutes les nouvelles du recueil reposent ainsi sur la présence simultanée de la rencontre et de la perte, du lien et du déchirement.

5Ces motifs, dans le recueil d’Adichie, surviennent dans des moments de crise. Les nouvelles de The Thing Around Your Neck abordent en effet des crises identitaires, tantôt violentes, tantôt intérieures et discrètes, subies par des personnes qui ont en commun, pour la plupart, d’avoir migré aux États-Unis. Ces personnages sont souvent des femmes qui ont suivi leur mari, et dont le quotidien n’est que dépaysement, désœuvrement et solitude, ce qui les amène à remettre en question leurs choix de vie. Kamara, la protagoniste de “On Monday of Last Week”, voit ainsi ses certitudes éclater lorsqu’elle rencontre la mère de Josh, le petit garçon dont elle s’occupe, une artiste lunatique qui la séduit, mais simplement pour le plaisir de séduire, comme on le comprend à la fin de la nouvelle. Ébranlée par sa récente arrivée aux États-Unis, avec le lot de désillusions qu’elle a entraînées, Kamara, jeune femme diplômée n’ayant pas trouvé d’autre emploi que baby-sitter, remet en question son couple, ses ambitions et jusqu’à son identité sexuelle. La nouvelle s’achève brutalement lorsque la mère rencontre et charme la professeure de français de son fils. Kamara comprend alors que l’intérêt qu’elle lui a manifesté plus tôt n’était pas sincère et cette prise de conscience lui fait perdre contenance : “She sat down next to Josh and took a cookie from his plate” (94). Le mouvement descendant sur lequel se clôt le récit symbolise l’effondrement intérieur de Kamara. Incapable de se tenir droite face à la déception et au choc, elle s’assoit et, dans un geste qui contribue à lui conférer un statut d’enfant et non plus de femme, elle grignote un biscuit de Josh. La mère n’a fait irruption dans la vie de Kamara que pour faire éclater ses certitudes intérieures sur son identité, et laisse la jeune Nigériane littéralement effondrée par la crise intérieure et secrète qu’elle vient de traverser.

6Un autre motif récurrent est celui de l’éclatement, qui est particulièrement travaillé dans la nouvelle “The American Embassy”, dans laquelle une femme patiente pour entrer à l’ambassade américaine de Lagos afin d’y déposer une demande d’asile. Quatre jours auparavant, son mari, un journaliste dissident, a dû s’enfuir clandestinement vers les États-Unis, juste avant que des hommes du gouvernement fassent irruption chez eux et assassinent leur fils, Ugonna. Dans la file d’attente, la mère d’Ugonna, en état de choc, se remémore ces événements traumatisants. Un élément revient régulièrement dans ses souvenirs, et ce n’est qu’à sa troisième occurrence que le lecteur peut en comprendre la symbolique : il s’agit de l’huile de palme, très courante en Afrique où on l’utilise non traitée, ce qui signifie qu’elle est de couleur rouge orangé. L’huile, dans cette nouvelle, agit ainsi comme métaphore et litote du sang qui a taché le vêtement d’Ugonna. Ainsi, elle apparaît paradoxalement comme un motif servant à symboliser la fragmentation, comme en atteste l’extrait suivant, dans lequel la couleur rouge sert à marquer poétiquement la transition entre le souvenir et le moment présent, ainsi qu’à représenter la poitrine du petit garçon qui vient d’éclater sous le coup de feu :

Ugonna was screaming now; he never screamed when he cried, he was not that kind of child. Then the gun went off and the palm oil splash appeared on Ugonna’s chest.
“See oranges here”, the man in line behind her said […].
(132)

7Le passage brutal du souvenir à la réalité s’accomplit par l’intermédiaire de la couleur, du rouge sang à l’orange. La mère est subitement ramenée à la réalité par l’interpellation de l’homme qui attire son attention sur les fruits : la couleur s’est atténuée, comme si la réalité pouvait n’être plus que fade après la mort d’Ugonna, mais elle établit un lien visuel qui perpétue le sentiment d’horreur. L’huile de palme a donc une double fonction. En faisant le lien entre le sang et l’huile et entre le passé et le présent, la métaphore forme un point de confluence dans le récit. De plus, sa récurrence crée du “liant” narratif et apporte de la cohésion au texte en renforçant sa symbolique. Mais sa répétition symbolise également l’éclatement et la dispersion : l’éclatement de la poitrine d’Ugonna sous les balles ; l’éclatement narratif, puisque la nouvelle est traversée par les souvenirs qui divisent le récit de la longue attente devant l’ambassade, avec des transitions brusques entre mémoire et réalité (dans l’exemple précédent, l’élément opérant la transition est celui-là même qui crée la division) ; et enfin l’éclatement de la cellule familiale dont les membres sont dispersés géographiquement : le père est aux États-Unis, la mère décide finalement de rester au Nigéria, et, ultime séparation, leur fils est mort.

8Ces crises des personnages s’inscrivent en parallèle à celles que peut ressentir le lecteur qui, à chaque texte, est transporté d’un univers à un autre, d’une voix à une autre, d’un pays à un autre. Pour Pierre Tibi,

ce choix procède aussi du harcèlement : il y a quelque chose de terriblement efficace dans cette incessante modification des modes, des points de vue, des narrateurs, que la multiplication des récits brefs autorise. […] On peut trouver déroutante, et quasiment vertigineuse, cette remise en question du confort, du monolithisme de la lecture. (44)

9Le lecteur est donc lui aussi, dans une certaine mesure, en crise, car il partage avec les personnages l’expérience de l’instabilité et du décentrement. À chaque début de nouvelle, il lui faut interpréter les signes et les indices afin de savoir si l’histoire se déroule aux États-Unis ou au Nigéria. Il devient ainsi attentif à des détails significatifs tels que les prénoms des personnages, les descriptions de lieux, la façon de parler des personnages (la présence ou non de mots igbo, la référence à des dieux, l’emploi de proverbes). Les incipits, toujours in medias res, sont impitoyables : aucune explication littérale ne vient aider le lecteur à se situer. Si cette désorientation est assez caractéristique aux recueils qui ne sont pas organisés en cycles de nouvelles, elle prend ici une dimension symbolique très significative. En effet, le lecteur se retrouve dans une position similaire à celle du migrant qui apprend à reconnaître les signes et les codes dans une langue et une culture qu’il ne maîtrise pas—ce qui peut être le cas pour des lecteurs occidentaux vis-à-vis du Nigéria et vice-versa. Dans un recueil de nouvelles qui, par définition, est déjà composé d’une variété de textes, le lecteur recoupe les plus petits éléments, à l’intérieur même de ces textes, pour en faire émerger le sens : cet éclatement du “monolithisme de la lecture” qu’évoque Tibi est donc démultiplié, de la multiplicité des nouvelles à celles des indices textuels.

10Le choix du recueil de nouvelles est donc particulièrement adapté ici, car la forme dit l’éclatement tout autant que les thèmes principaux tels que la perte, la mort ou la migration : forme et fond confluent pour signifier la divergence. Ces thèmes, particulièrement celui de la migration, mettent en lumière la question de la frontière. Par sa forme même, le recueil est traversé de frontières : les blancs typographiques qui séparent les nouvelles invitent le lecteur à se déplacer mentalement d’un espace à un autre, à l’image des personnages migrants. L’expérience du lecteur devient représentative, toutes proportions gardées, de celle des personnages.

La migration : une expérience de la divergence

11Dans son analyse du recueil de nouvelles, René Audet évoque “l’indétermination des frontières et du statut textuel du recueil qui se compromettent réciproquement” (68). Le recueil est en effet un objet fragmenté, traversé par des frontières internes qui séparent les différentes nouvelles, ce qui amène à se demander si “le recueil est un texte ou un ensemble de textes” (69). Audet propose, pour sortir de cette contradiction interne, de considérer le recueil comme “une double strate textuelle, à la fois texte global et ensemble de textes” (69). Le recueil serait donc un objet double. Cette oscillation est d’autant plus sensible dans The Thing Around Your Neck que le recueil aborde le thème de la migration, et donc des frontières et de leur passage. Dans son article sur la nouvelle, Pierre Tibi définit la frontière comme une

[…] zone indécise et ambiguë entre deux polarités opposées, que contradictoirement elle unit et sépare. C’est un lieu où l’appartenance de l’individu à son groupe ethnique, culturel ou social tend à se problématiser—un “non-lieu”, en fait, où s’opèrent d’insolites et instables transactions entre le connu et l’inconnu, le familier et l’étrange. (37)

12Ces transactions entre le connu et l’inconnu, le familier et l’étrange, attestent du fait que migrer revient à vivre une expérience de divergence plutôt que de confluence. Dans “The Arrangers of Marriage”, Adichie met en évidence une divergence linguistique. Le jeune couple nigérian, issu d’un mariage arrangé, vient d’arriver aux États-Unis. Le mari de Chinaza veut ardemment s’intégrer et gommer son origine et son identité nigérianes. Il a abandonné son prénom nigérian au profit du très commun et très américain “Dave”, et impose à sa femme d’employer un vocabulaire spécifiquement américain. Ainsi la reprend-il, au supermarché :

“Can we buy those biscuits?” I asked. […]
“Cookies. Americans call them cookies”, he said.
I reached out for the biscuits (cookies).
(174)

13Le mari ne répond pas à la question, n’y voyant que “l’erreur” de vocabulaire ; il se contente de corriger son épouse sur ce point, en répétant le mot “cookies.” Chinaza répète également le signifié, mais emploie les deux signifiants, dans une hésitation mimétique de l’oral qui ne trompe personne : le mot “cookies” entre parenthèses trahit l’indécision et l’inconfort de Chinaza. Ce petit jeu linguistique se répète à plusieurs reprises dans la nouvelle, Dave reprenant son épouse sur de nombreuses spécificités du vocabulaire américain. Après avoir traversé des frontières géographiques, la jeune femme se heurte donc à une frontière linguistique, subtile et inattendue, matérialisée dans le texte par les parenthèses qui séparent les deux mots dont le sens converge, et qui indiquent un refus—ou une incapacité—de la protagoniste de se les approprier complètement. La migration est donc vécue par Chinaza comme une forte expérience de la divergence, qui s’opère tant dans le langage que dans son couple.

14Pierre Tibi évoque également la frontière comme un “non-lieu” et c’est effectivement dans un non-lieu, induit par sa solitude et son anonymat, que réside Akunna, personnage principal de “The Thing Around Your Neck”, dans les premières semaines de son arrivée aux États-Unis. Sans ressources, Akunna est employée illégalement comme serveuse dans un restaurant et pendant de longues semaines, sa vie ne consiste qu’à travailler et dormir, dans la plus grande solitude. Elle n’ose écrire à sa famille et ses amis et sombre peu à peu dans un sentiment d’inexistence qui l’étouffe littéralement—c’est “cette chose autour de son cou.” La nouvelle est écrite à la deuxième personne du singulier : la voix narrative, non identifiée, s’adresse à un “you” qui représente non pas le lecteur, comme on pourrait s’y attendre, mais la protagoniste. Il se peut qu’Akunna, ne parvenant pas à s’ancrer dans sa nouvelle réalité, s’adresse à elle-même, dans un dédoublement rimbaldien. Dans cet environnement nouveau et essentiellement hostile, il lui est impossible de trouver un espace où dire “je” ; alors “je” devient un autre, et Akunna, déconnectée d’elle-même, vivant une forme de divergence au cœur même de son individualité, s’observe de l’extérieur et se sent devenir invisible. Le pronom “you” opère un double mouvement contradictoire. D’une part, le dédoublement du “je” au “tu” ouvre la possibilité d’une identification plus facile pour le lecteur : le personnage ne serait pas seul dans cette situation difficile et ce “you” pourrait s’adresser à un lecteur dans une situation similaire à celle d’Akunna. D’autre part, le choix du pronom “you” met la jeune femme à distance, renforçant un isolement que son incapacité à écrire à sa famille intensifie. Il semble ainsi faire exister Akunna dans un “non-lieu”, un à-côté, un vide existentiel.

…so you wrote nobody.
Nobody knew where you were, because you told no one. Sometimes you felt invisible and tried to walk through your room wall into the hallway, and when you bumped into the wall, it left bruises on your arms. (119)

15La répétition de “nobody” et de sa variante, “no one”, rend la solitude palpable. De même le positionnement des deux mots, à chaque extrémité de la deuxième phrase, encadrant le pronom “you” dans une figure chiasmique, semble enfermer la jeune femme dans sa solitude. Le choix du pronom personnel “you” au lieu du “je” efface d’autant plus l’identité du personnage, qui n’a même plus la possibilité d’affirmer son identité. La sensation d’invisibilité de la protagoniste achève de la déplacer, métaphoriquement, dans un “non-lieu”, qui est peut-être l’espace du migrant.

16Cette expérience de migrant est la thématique la plus prégnante dans le recueil. Au-delà de la multiplicité des voix narratives, des histoires, des contextes, le même malaise naît chez les personnages lorsque ceux-ci comprennent que la frontière n’est pas seulement une ligne géographique qui sépare les pays ; le franchissement de cette bordure spatiale et politique, qui n’implique qu’un déplacement physique, n’est qu’une étape de la migration. D’autres frontières, plus subtiles, plus mouvantes, plus complexes, se manifestent ensuite, dans les différences de codes sociaux et culturels. Les personnages rencontrent en effet quelques difficultés à s’adapter à des logiques et des codes culturels méconnaissables. The Thing Around Your Neck s’attache donc plutôt à souligner les divergences (culturelles, linguistiques, sociales) que les personnages affrontent en traversant les frontières. La frontière n’est plus conçue ou ressentie comme une ligne géographique qui sépare deux pays, mais comme une “zone indécise et ambiguë”, une zone grise, dont les limites ne peuvent être franchies qu’avec l’acclimatation du migrant à son pays d’accueil. Ainsi, plutôt qu’un lieu fixe ancré dans un espace géographique, la frontière devient quelque chose que le migrant porte avec lui. Une telle conception se rapproche de ce que Edward S. Casey, cité par John J. Su dans Ethics and Nostalgia in the Contemporary Novel, a défini comme “a primal place”, un lieu primitif. Réfléchissant au lien entre éthique et lieu, John J. Su évoque cette notion que Casey décrit comme “an exemplar against which all subsequent places are implicitly to be measured”, un lieu où l’individu intègre des “moyens d’orientation”, grâce au “modèle de réseau social qui [le] guide” (Casey in Su 29). Toutefois, contrairement à Aristote, pour qui, comme le rappelle John J. Su, le “lieu primitif” définit le caractère et les habitudes de l’individu, Casey considère, de manière plus optimiste et certainement plus moderne, que l’on peut s’identifier à plusieurs “lieux primitifs”, dans la mesure où les réseaux sociaux peuvent être “étendus ou reproduits” (Casey in Su 29). Ces propos semblent aller dans le sens de ce qu’écrit l’anthropologue Hans-Rudolf Wicker dans un article intitulé “From Complex Culture to Cultural Complexity” : l’auteur refuse l’idée d’une culture “monolinéaire”, arguant qu’il n’existe pas de culture en tant “qu’ensemble complexe.” Ce qui existe, et qui est observable par la science, ce sont des “pratiques culturelles.” Dès lors,

Integration can no longer be described as the change from one cultural system to another. Instead, integration becomes a social field of interaction in itself, wherein processes of creolisation occur with increasing frequency to produce culture in the form of new habits. (40)

17Les personnages d’Adichie, arrachés, pour des raisons diverses, à leur “lieu primitif”, ne sont condamnés à rester dans la zone grise que tant qu’ils ne peuvent profiter d’interactions sociales, et même alors, il leur est difficile de s’adapter à d’autres modèles. La raison pour laquelle, d’après Wicker, un tel processus de “créolisation” est lent à se mettre en place tient au “staying power of habit” (41). Chinaza peine à adopter le vocabulaire américain, Akunna trouve difficile de s’intégrer socialement bien qu’elle ait un visa et un petit ami américain, Kamara n’a de contacts qu’avec le petit garçon qu’elle garde et son père : tous ces personnages sont enfermés dans des habitudes qui les emprisonnent en limitant leurs interactions sociales, quand bien même cet isolement se fait en dépit de leur volonté. Ainsi, le malaise persistant des personnages migrants vient peut-être moins du fait d’avoir migré que de l’isolement dans lequel ils se trouvent une fois dans leur pays d’accueil. Cet isolement, souvent plus social que physique, s’explique par le fait que les modèles d’interaction sociale qu’ils connaissent ne fonctionnent plus tout à fait. Le cas de Chinaza, dans “The Arrangers of Marriage”, est exemplaire : lorsqu’au premier matin leur voisine américaine vient se présenter, Chinaza croit s’adresser poliment à cette femme plus âgée, mais sa réponse, en réalité, est incongrue : “‘I’m Shirley from 3A. Nice to meet you, she said, shaking my hand. […]You are welcome,’ I said. Shirley paused, as though surprised” (171). Tout lecteur anglophone a la même réaction de surprise, ne comprenant pas cette réponse décalée ; il est évident que Chinaza désire être polie, mais la formule qu’elle utilise ici ne convient pas et pourrait même paraître insolente. Ainsi, si les interactions sociales constituent un moyen d’intégration, elles révèlent aussi aux personnages leur dissonance avec leur nouvel environnement, d’où ce malaise persistant qu’ils ressentent, car ils ne se sentent plus en phase avec la société qui les entoure. Vues sous cet angle, les frontières sont d’autant plus difficiles à dépasser qu’elles sont internes : les modèles de comportement et les codes sociaux qui permettent l’intégration dans le pays d’origine, ou le “lieu primitif”, deviennent un obstacle à cette insertion dans le pays d’accueil, du fait des incompréhensions et malentendus qu’ils peuvent provoquer.

18La diaspora nigériane pourrait ainsi être qualifiée de divergence confluente, une multitude dispersée qui se rejoint dans un vécu perturbant. De la même manière que les figures de l’éclatement et de la perte créent une forme de confluence au sein du recueil, la diversité de ces histoires de migrations converge dans le récit d’expériences similaires : ici encore, la divergence nourrit la convergence. Ce besoin d’interaction avec autrui pour mieux s’intégrer montre à quel point “l’autre” est indispensable à l’équilibre social et personnel. De la nécessité de ces interactions naît alors une réflexion sur l’éthique de l’altérité, dans la mesure où celle-ci interroge le cœur de la rencontre. Il s’agit donc de se demander ce qui rend possible la rencontre, lorsque cette dernière, comme c’est le cas dans The Thing Around Your Neck, est transculturelle.

De la divergence culturelle à la confluence transculturelle

19Jusqu’à ce point, la confluence n’a été envisagée que dans la divergence (que ce soit celle des motifs de l’éclatement et de la perte, ou de la migration), ce qui invite à se demander si l’on peut trouver dans The Thing Around Your Neck une confluence peut-être moins équivoque. Réfléchissant sur la notion de diaspora, Daria Tunca écrit dans un article consacré aux nouvelles d’Adichie :

Migration from Africa—and the ensuing proliferation of hyphenated denominations—may have become an integral part of Nigerian identity, taken in its widest sense. […] Indeed, culture clashes in all their guises have long been an essential constituent of the nation’s fiction. (293)

20Tunca évoque ici une nation dont l’identité se construit sur la multiplicité ; si elle n’emploie pas le terme “transculture”, le terme “cross-culture”, défini comme “une réelle fusion entre les cultures” (293) s’en rapproche de manière substantielle. Or, qu’est-ce que la confluence, sinon la fusion de deux éléments auparavant distincts, tels les deux fleuves qui se rejoignent pour n’en former plus qu’un ? Si les “chocs” entre les cultures constituent l’histoire de la nation, c’est bien que la confluence culturelle l’emporte sur les divergences culturelles, les réunissant dans un mouvement transversal et fédérateur. Chez Adichie, la confluence se forme donc, non seulement dans la culture, mais également dans la transculture, telle que définie ici par le théoricien littéraire Mikhaïl Epstein :

At its higher levels, transculture integrates many cultural traditions and sign systems and embraces a universal symbolic palette, from which individuals can freely choose and mix colours in order to paint their self-portraits. (343)

21Certains personnages retiennent ainsi l’attention, en ce qu’ils semblent incarner l’espoir d’une confluence transculturelle. C’est le cas de Josh, le petit garçon métis, dans “On Monday of Last Week.” Son père est juif, sa mère afro-américaine et l’enfant est éduqué dans le respect de ces deux cultures. Il offre ainsi une carte de Shabbat à sa baby-sitter nigériane, sur laquelle il a écrit : “Kamara, I’m glad we are family. Shabbat shalom” (90). Il agit avec une spontanéité qui est peut-être propre à son âge, mais qui est également représentative de la transculture. Il choisit librement parmi ses origines les éléments avec lesquels il se sent le mieux, sans se laisser limiter par les conventions sociales ou religieuses. Il incarne donc une forme de fusion libre des cultures, dans laquelle l’individu se libère de ces “caractéristiques culturelles neutralisées et rigides” (Epstein 344). L’espoir d’une confluence transculturelle, qui invite à sortir de la conception d’une altérité radicale, s’incarnerait alors peut-être dans la jeunesse.

22Derek Attridge, réfléchissant sur la notion d’altérité, ou ‘otherness’, dans The Singularity of Literature, développe l’idée selon laquelle il n’existe pas d’autre absolu ou d’altérité absolue, car, écrit-il : “si l’autre est toujours et seulement autre par rapport à moi (et donc par rapport à ma culture, […]), je suis toujours dans une sorte de relation à lui” (29) ; or pour qu’il y ait relation, il faut qu’il y ait “un cadre général, même minimal” (29). Chaque relation s’inscrit donc dans le trans-, dans une forme de confluence, si infime soit-elle. C’est ce qu’expérimente Chika, Igbo et chrétienne, dans “A Private Experience” : la jeune femme est en vacances à Kano, une grande ville située au nord du Nigéria, lorsque des émeutes sanglantes éclatent sur le marché. Dans la panique, Chika trouve refuge dans une boutique déserte où se trouve déjà une femme, Hausa et musulmane, parlant un anglais sommaire. Toutes deux passent la nuit là, partageant une intimité forcée, se réconfortant et se rassurant tant bien que mal. Lorsqu’elle lira plus tard le récit des événements dans la presse, Chika ne pourra faire le lien entre ce qu’elle a vécu, “son expérience privée”, et l’histoire officielle. En effet, les journaux présentent froidement une réalité marquée par un étiquetage partial et plein de préjugés, comme l’illustre le choix du mot “reactionary” dans le passage suivant :

Later, Chika will read in The Guardian that ‘the reactionary Hausa-speaking Muslims in the North have a history of violence against non-Muslims,’ and in the middle of her grief, she will stop to remember that she […] experienced the gentleness of a woman who is Hausa and Muslim. (55)

23Le style journalistique, dans la citation entre guillemets, instaure une opposition absolue et apparemment irréductible entre deux populations qui, pourtant, sont réunies par un “cadre général”, celui de l’appartenance ou non à la religion musulmane. Mais Chika, après avoir passé plusieurs heures avec une Musulmane, ne parvient pas à souscrire à cette interprétation ni à voir cette femme comme une ennemie : l’histoire qui les lie à présent exclut les dissensions politiques. La situation de crise les a amenées à un point de confluence, où l’altérité sociale et religieuse de l’autre n’est plus invincible car une relation transculturelle s’est tissée entre les deux femmes : alors qu’elles craignent pour leur vie et celle de leurs proches, les différences culturelles sont de moindre importance. Pour Attridge, reconnaître l’altérité de l’autre revient à “rencontrer les limites de mon propre pouvoir à penser et juger” (33) et je ne reconnais l’autre comme autre que lorsque j’échoue à “sortir de mes modes de pensées et d’évaluation” (33). Dire d’autrui qu’il est autre souligne une incapacité à répondre de manière créative et à s’adapter à la nouveauté qu’il apporte. C’est précisément ce que ne fait pas Chika, qui vit pleinement l’expérience de la rencontre en reconnaissant, “l’unicité de l’autre personne, et donc l’impossibilité de trouver des règles générales ou des schémas qui expliqueraient entièrement cette personne” (33). La confluence se logerait ainsi dans la relation elle-même, dans une ouverture à l’autre qui soit éthique et authentique, et non dans une réaction de repli vers soi ou dans une réduction stéréotypée de l’identité de l’autre.

  • 2 Frank O’Connor, dans The Lonely Voice : a Study of the Short Story, évoque une “intense awareness o (...)

24Cette ouverture à l’autre, qui survient dans des moments de crise, est intimement liée à la condition de vulnérabilité2 des personnages, condition que Jean-Michel Ganteau et Christine Reynier, dans l’introduction à Ethics of Alterity, Confrontation and Responsibility in 19th-to 21st- Century British Literature, définissent comme essentielle au sujet moderne, “dénominateur commun” (17) aux individus du monde globalisé, et peut-être aux personnages du recueil. De ce fait, selon Ganteau et Reynier, la vulnérabilité installerait la relation dans “la dépendance et l’attention” à l’autre (17). Chika et la femme musulmane avec qui elle se réfugie illustrent parfaitement cette double relation, dans l’attention qu’elles vont se porter, et la dépendance qui s’installe entre elles, le temps de la rencontre—rencontre qui survient dans un moment où toutes les deux sont extrêmement vulnérables. L’éthique de l’altérité implique une ouverture, donc une convergence vers autrui, au cœur même de la vulnérabilité, et cette éthique aurait donc en commun avec le transculturalisme de “dissoudre la solidité de notre identité naturelle et de partager l’expérience d’autrui” (Epstein 340).

***

  • 3 Voir à ce propos le discours prononcé par Chimamanda Ngozi Adichie lors d’une conférence Ted en jui (...)

25Ainsi, l’espoir d’une confluence transculturelle est bel et bien présent dans le recueil, mais c’est un espoir timide, en butte à une réalité encore très divergente. Ce que ces nouvelles ont en commun, c’est leur éparpillement. Éparpillement narratif, d’abord, en tant qu’elles sont des récits distincts les uns des autres ; éparpillement comme motif ensuite, chaque texte abordant les questions de la perte, de la rencontre (souvent difficile), de la migration, de la dispersion. Le point de confluence de ces récits semble se trouver dans une ouverture à l’autre, fût-elle imposée par les circonstances. Le propos d’Adichie n’est pas d’en revenir au truisme selon lequel “nous sommes tous des êtres humains” mais plutôt de sortir des visions stéréotypées, des “histoires uniques”,3 en racontant des histoires individuelles, celles de rencontres transculturelles entre des personnages marqués par une vulnérabilité existentielle : avec elles, le lecteur découvre en lui ce que Epstein nomme un “non-moi”, et il “apprend de l’expérience des autres” (341). La lecture, de même que la rencontre de l’altérité, permet de sortir des “oppositions et des identités abstraites” (349) et de s’appuyer sur les différences de chacun pour construire une communauté transculturelle. Aussi pourrait-on conclure en suggérant que The Thing Around Your Neck, parce qu’il ne résout pas les crises identitaires qu’il raconte mais leur donne une visibilité sensible, est une invitation à rencontrer l’autre par la culture. Le lieu de confluence serait finalement le lecteur, le créateur, soi-même, dès lors que, pour reprendre les mots d’Arianna Dagnino, qui elle-même cite Mikhaïl Epstein, “à travers un processus historique et créatif de ‘désorigination et de libération’, la culture fait de nous, êtres humains, ‘une rivière et non un barrage’” (134).

Bibliographie

Adichie, Chimamanda Ngozi. “The Danger of a Single Story.” Conference paper. July 2009. Web. 28/04/16.

---. The Thing Around Your Neck. London: Fourth Estate, 2009. Print.

Attridge, Derek. The Singularity of Literature. London: Routledge, 2004. Print.

Audet, René. Des Textes à l’Œuvre, la lecture du recueil de nouvelles. Québec: Nota Bene, 2000. Print.

Casey, Edward S. Getting Back into Place: Towards a Renewed Understanding of the Place World. Bloomington: Indiana UP, 1993. Print.

Dagnino, Arianna. Global Mobility, Transcultural Literature, and Multiple Modes of Modernity. Transcultural Studies [Online], 0.2 (2013): 130-60. Web. 28/04/16.

Epstein, Mikhail. “Transculture: A Broad Way Between Globalism and Multiculturalism. The American Journal of Economics and Sociology, 68.1 (2009): 327-52. Web. 5/11/15.

O’Connor, Frank. The Lonely Voice: A Study of the Short Story. Cleveland: World Publishing, 1962. Print.

Reynier, Christine and Jean-Michel Ganteau, Eds. Ethics of Alterity, Confrontation and Responsibility in 19th- to 21st- century British Literature. Montpellier: PU de la Méditerranée, 2013. Print.

Su, John J. Ethics and Nostalgia in the Contemporary Novel. Cambridge: Cambridge UP, 2005. Print.

Tibi, Pierre. “La nouvelle, essai de compréhension d’un genre.” Aspect de la nouvelle (II). Cahiers de l’Université de Perpignan n°18. Ed. Paul Carmignani. Perpignan: Presses Universitaires de Perpignan, 1995. Print.

Tunca, Daria. “Of French Fries and Cookies: Chimamanda Ngozi Adichie's Diasporic Short Fiction.” The African Presence in Europe and Beyond / Présence africaine en Europe et au-delà. Kathleen Gyssels & Bénédicte Ledent. Paris : L’Harmattan, 2010. Print.

Wicker, Hans-Rudolf. From Complex Culture to Cultural Complexity. Debating Cultural Hybridity. Multi-cultural Identities and the Politics of Anti-Racism. Werbner Pina et Tariq Moodood. London & New Jersey: Zed Books, 1997. Print.

Notes

1 Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales. CNRTL. Web. 15/04/2016.

2 Frank O’Connor, dans The Lonely Voice : a Study of the Short Story, évoque une “intense awareness of human loneliness” (18), qui se rapproche de cette notion de vulnérabilité.

3 Voir à ce propos le discours prononcé par Chimamanda Ngozi Adichie lors d’une conférence Ted en juillet 2009, “The Danger of a Single Story.”
Lien URL : http://www.ted.com/talks/chimamanda_adichie_the_danger_of_a_single_story?language=fr (page consultée le 11 avril 2017)

Pour citer cet article

Référence papier

Julia Siccardi, « De la divergence culturelle à la confluence transculturelle : rencontres de l’altérité dans The Thing Around Your Neck de Chimamanda Ngozi Adichie », Journal of the Short Story in English, 69 | 2017, 181-194.

Référence électronique

Julia Siccardi, « De la divergence culturelle à la confluence transculturelle : rencontres de l’altérité dans The Thing Around Your Neck de Chimamanda Ngozi Adichie », Journal of the Short Story in English [En ligne], 69 | Autumn 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 25 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/jsse/1873

Auteur

Julia Siccardi

Julia Siccardi is holder of the agrégation and a doctoral student at the École Normale Supérieure de Lyon, working under the supervision of Professor Vanessa Guignery. The tentative title of her thesis is “Voices and Transculturalism in the works of Chimamanda Ngozi Adichie, Zadie Smith and Jhumpa Lahiri.” Her field of research focuses on such concepts as transculturalism, hybridity, world literature and literary genres, particularly the novel and the short story.

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • OpenEdition Journals