Navigation – Plan du site
Article

Ghostly Desires in Edith Wharton’s “Miss Mary Pask”

Thomas Legendre
p. 87-98

Résumé

« Miss Mary Pask » d’Edith Wharton est une histoire de fantômes qui ne correspond pas aux attentes du lecteur — ce n’est pas véritablement une histoire de fantômes. La nouvelle invite à la lecture d’une confluence de perspectives féministes, psychanalytiques et biographiques. Le personnage éponyme occupe le seuil entre la vie et la mort, mélangeant diverses oppositions tout en illustrant ce que Jane Gallop appelle la « réceptivité juteuse qui rend la pénétration indolore et en fait un échange fluide ». Cela provoque la peur du narrateur et, surtout, son incapacité à parler en présence de Mary. La matrice biographique établie par Cynthia Griffin Wolf permet de mieux comprendre l’histoire comme la reconnexion thérapeutique de Wharton avec les émotions que sa société — et sa mère — lui avaient appris à nier, en commençant par associer ces émotions enfouies à la capacité de communiquer. Wharton a commencé à comprendre « les mots, même "le son des mots en dehors de leur signification" comme une "promesse d’échapper à la solitude et à l’impuissance" ». Bien que la profusion de mots de Miss Mary Pask — sa profusion d’émotions — pousse le narrateur dans ses retranchements, il finit par accepter son échec à rencontrer Mary selon ses propres termes en la tenant à la distance confortable qu’offre son apparente mort. Ce n’est que lorsqu’il découvre qu’elle est en vie, qu’il confesse qu’il ne s’intéressera plus jamais à elle, ni à quoi que ce soit qui la concerne. Wharton négocie un seuil fantomatique entre l’articulation et la répression du désir féminin, en s’écrivant elle-même dans le processus.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Aperçu du texte

...it is in the warm darkness of the prenatal fluid far below our conscious reason that the faculty dwells with which we apprehend the ghosts we may not be endowed with the gift of seeing.
Wharton, Preface to
Ghosts

Men say that there are two unrepresentable things: death and the feminine sex. That’s because they need femininity to be associated with death; it’s the jitters that gives them a hard-on! for themselves! They need to be afraid of us.
Cixous, “The Laugh of the Medusa”

In her Preface to Ghosts, Edith Wharton not only dismisses the question “Do you believe in ghosts?” as “pointless” (875) but also subverts it entirely in her story “Miss Mary Pask.” As a tale of the (para)normal, a ghost story that isn’t a ghost story, “Miss Mary Pask” has received little attention within a niche of Wharton’s work which itself has been treated largely as a collection of New Critical artefacts. Cynthia Griffin Wolff, for example, devotes scarce commentary to Wharton’s ghost stories except to note...

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Legendre, « Ghostly Desires in Edith Wharton’s “Miss Mary Pask” », Journal of the Short Story in English, 70 | 2018, 87-98.

Référence électronique

Thomas Legendre, « Ghostly Desires in Edith Wharton’s “Miss Mary Pask” », Journal of the Short Story in English [En ligne], 70 | Spring 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/jsse/2031

Auteur

Thomas Legendre

Thomas Legendre is a Lecturer in Creative Writing at the University of Nottingham. He is the author of The Burning (a novel), multiple short stories, and some critical and creative essays. He has also written Half Life, a play performed as part of NVA’s art installation in conjunction with The National Theatre of Scotland, and a radio drama entitled ‘Dream Repair’, broadcast on BBC 4.

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • OpenEdition Journals