Navigation – Plan du site
Article

Am I my Brother’s Keeper?” or “The Kingdom of Hell is Within Us”: A Spiritual Haunting in Charles Williams’ “Et in Sempiternum Pereant”

Suzanne Bray
p. 99-110

Résumé

Charles Williams (1883-1945) n’a écrit qu’une nouvelle, « Et in Sempiternum Pereant » (1935), qui raconte la mystérieuse rencontre que fait le jeune retraité Lord Arglay dans une maison hantée hors du temps. Comme l’affirme Charles Franklyn Beach, les lecteurs de cette nouvelle ont souvent « du mal à comprendre exactement ce qui se passe » dans la maison. Même si la nouvelle est devenue très connue grâce à sa place dans l’Oxford Book of English Ghost Stories (1986), plusieurs critiques nient que le personnage décharné qui hante le protagoniste est réellement un fantôme. En revanche, ils ne sont pas du tout d’accord sur sa véritable identité. Même les experts les plus éminents de l’œuvre de Williams n’arrivent pas à s’accorder sur les événements des deux derniers paragraphes du récit et un universitaire a publiquement changé d’avis à ce sujet. Bien que tout le monde accepte que Williams ait subi l’influence de Dante et de Bunyan, la nature précise de sa dette envers eux reste floue. Afin de résoudre ces énigmes, il est essentiel de comprendre « Et in Sempiternum Pereant » à la fois comme un postscript au roman de suspens spirituel Many Dimensions (1931) et comme une conte théologique où l’ambiance de crainte vient de la possibilité de perdition éternelle, où la hantise est provoquée par la réalité d’une haine inassouvie et où l’horreur de la compréhension que le royaume de l’enfer n’est peut-être pas seulement à l’autre bout de la rue mais aussi en nous.

Entrées d’index

Studied authors :

Charles Williams

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2020.

Aperçu du texte

Charles Williams (1883-1945) wrote only one short story, “Et in Sempiternum Pereant” (1935), which, in English, is a curse meaning “And May They Perish Everlastingly.” It recounts the retired Lord Arglay’s mysterious encounter with an “emaciated, self-consuming grotesque” (Boyer and Zahorski 166) in a haunted house where time stands still. As Charles Franklyn Beach has accurately noted, readers are frequently “puzzled about what actually takes place” (459) in the house. Although the story became well-known on account of its inclusion in The Oxford Book of English Ghost Stories (1986), several critics deny that the emaciated figure which haunts the protagonist actually is a ghost, but they do not agree as to what it represents. Even the most eminent Williams scholars disagree about what happens in the final two paragraphs of the story and one expert, Professor Glen Cavaliero, has publicly changed his mind on the issue.

In order to resolve these questions, it is essential to see “Et i...

Pour citer cet article

Référence papier

Suzanne Bray, « Am I my Brother’s Keeper?” or “The Kingdom of Hell is Within Us”: A Spiritual Haunting in Charles Williams’ “Et in Sempiternum Pereant” », Journal of the Short Story in English, 70 | 2018, 99-110.

Référence électronique

Suzanne Bray, « Am I my Brother’s Keeper?” or “The Kingdom of Hell is Within Us”: A Spiritual Haunting in Charles Williams’ “Et in Sempiternum Pereant” », Journal of the Short Story in English [En ligne], 70 | Spring 2018, mis en ligne le 01 juin 2020, consulté le 18 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/jsse/2046

Auteur

Suzanne Bray

Suzanne Bray is professor of British Literature and Civilisation at Lille Catholic University in the north of France. She specialises in the history of religious ideas in 20th-century Britain and the interaction between theology, literature and popular culture. She has published extensively in English and French on C.S. Lewis, Charles Williams, Dorothy L. Sayers, G.K. Chesterton and several other bestselling Christian literary figures.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • OpenEdition Journals