Navigation – Plan du site

AccueilNuméros72Scholarly EssaysElizabeth Spencer’s “Owl”: Buildi...

Article
Scholarly Essays

Elizabeth Spencer’s “Owl”: Building Psychological Tension through Ominous Portents Tanya Tromble

Tanya Tromble
p. 189-201

Résumé

La nouvelle “Owl” d’Elizabeth Spencer prend comme point de départ le mythe largement accepté de la nature inquiétante de l’appel du hibou puis construit habilement la tension, non pas par le biais de l’action, mais par le recours à l’allusion, à la juxtaposition et à des références au domaine émotionnel du personnage. Pour comparer ce qui est culturel à ce qui est original dans l’œuvre de Spencer, cet article lit la nouvelle en la comparant à trois autres œuvres : I Heard the Owl Call My Name de Margaret Craven, “The Corpse Bird” de Ron Rash et “Owl Eyes” de Joyce Carol Oates. Chacun de ces textes associe la notion de mort au cri du hibou qui se produit par séquences de trois. Parmi les quatre œuvres en question, Spencer réalise le plus grand effet gothique de la manière la plus économique, en appliquant apparemment à la lettre les conseils énoncés par Oates dans son essai “Building Tension in the Short Story”. Spencer utilise divers artifices pour évoquer la présence obsédante du rapace. Le chiffre trois régit la structure de l’œuvre de plusieurs manières, intégrant ainsi la fréquence du cri du hibou dans la structure même de l’histoire. Le personnage principal, Ginia, s’efforce de séparer les vérités rationnelles des superstitions, en interprétant les événements de sa vie quotidienne à travers le prisme de la légende du chant du hibou qu’elle a apprise étant enfant. L’idée de perte est continuellement évoquée jusqu’à ce que la répétition de cette notion lui donne un effet de permanence. Ces caractéristiques et d’autres encore contribuent à faire de “Owl” un bel exemple de l’effet gothique.

Entrées d’index

Studied authors :

Elizabeth Spencer

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2021.

Plan

Owl Calls as Ominous Portents
“Building Tension in the Short Story”
Gothic Mode: Creating Psychological Tension

Aperçu du texte

Elizabeth Spencer’s three-page short story “Owl” is structured around an owl sighting that the protagonist, Ginia, understands in terms of a legend she has heard from childhood that “[o]wl calls meant death” (458). This idea haunts her throughout the following three days during which she constantly expects trouble to turn to tragedy. By the end of the story, no such tragedy has manifested itself; however, the melancholy tone cast over Ginia’s final plea to her nighttime visitor leaves the reader feeling that Ginia may have been right when earlier, “she thought: Maybe it meant me” (459). This article will show how the Gothic mode allows Spencer to build psychological tension in a story in which little action takes place, making it an exemplary model of the technique outlined by Joyce Carol Oates—who, incidentally, first published the story—in her early essay “Building Tension in the Short Story.” Spencer’s technique will be highlighted through comparison to other fictional works that...

Pour citer cet article

Référence papier

Tanya Tromble, « Elizabeth Spencer’s “Owl”: Building Psychological Tension through Ominous Portents Tanya Tromble », Journal of the Short Story in English, 72 | 2019, 189-201.

Référence électronique

Tanya Tromble, « Elizabeth Spencer’s “Owl”: Building Psychological Tension through Ominous Portents Tanya Tromble », Journal of the Short Story in English [En ligne], 72 | Spring 2019, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 28 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/jsse/2548

Auteur

Tanya Tromble

Tanya Tromble teaches at Aix-Marseille University. She defended a doctoral dissertation entitled “Interminable Enigma: Joyce Carol Oates’s Reimagining of Detective Fiction” at the University of Provence in 2010. She has studied various aspects of Oates’s fiction including crime fiction, the epistolary form, violence, the gothic, religion, and 9/11. She co-directed a volume on Oates for the Paris publisher Herne in 2017. She is a member of the editorial boards of several journals: Bearing Witness: Joyce Carol Oates Studies, Résonances and Journal of the Short Story in English.

Articles du même auteur

Droits d’auteur

© All rights reserved

  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search