Navigation – Plan du site

AccueilNuméros74Reconciling Literacy and Loss in ...

Reconciling Literacy and Loss in Ron Rash’s Nothing Gold Can Stay

Erin M. Presley
p. 189-201

Résumé

Dans tous les recueils de nouvelles de Rash, nombreux sont les personnages qui doivent faire face à des conflits, réels ou imaginaires, entre la tradition, l’éducation formelle et la communauté. Mais c’est un aspect particulièrement présent dans Nothing Gold Can Stay. Cet article examine les relations souvent tendues entre communautés appalachiennes et représentants du savoir dans une sélection de cinq nouvelles : “Twenty-Six Days”, “Those Who Are Dead Are Only Now Forgiven”, “The Magic Bus”, “The Dowry” et “Night Hawks.” Dans chacun de ces textes, des personnages sont confrontés aux opportunités que leur offre l’école aux dépens des valeurs des communautés dont ils sont issus et de leur sentiment d’appartenance communautaire. Ces dernières années, plusieurs ouvrages se sont intéressés aux tensions opposant l’éducation formelle à la perte du sentiment communautaire dans les Appalaches : c’est notamment le cas de Rereading Appalachia: Literacy, Place, and Cultural Resistance (2015) et d’un numéro spécial du Community Literacy Journal (2007) consacré à l’éducation dans les Appalaches. Mais aucun ouvrage n’a abordé la manière dont Rash traite cette tension dans ses nouvelles. Cet article examine la manière dont Rash utilise, avec prudence, l’histoire complexe des Appalachiens et des étrangers qui ont introduit les livres dans les montagnes pour explorer l’angoisse, éprouvée par de nombreux Appalachiens, que génère le sentiment de perte d’identité communautaire.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs étudiés :

Ron Rash
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2022.

Aperçu du texte

Throughout each of Ron Rash’s short story collections, many characters must confront conflict—both real and imagined—between formal education and community. This reckoning, however, is especially noticeable in Nothing Gold Can Stay (2013), particularly in Parts Two and Three. The often uneasy relationship between Appalachian communities, academics and outsiders appears most prominently in five stories: “Twenty-Six Days,” “Those Who Are Dead Are Only Now Forgiven,” “The Magic Bus,” “The Dowry,” and “Night Hawks,” several of which also appear in the curated collection of Rash’s best short fiction, Something Rich and Strange (2014). This tension is at the heart of both “Twenty-Six Days” and “Those Who Are Dead Are Only Now Forgiven,” whose characters must contend with the opportunity that school can afford but often at the expense of the lore of their home communities as well as their sense of belonging. In these depictions, Rash simultaneously uses and critiques common stereotypes abo...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erin M. Presley, « Reconciling Literacy and Loss in Ron Rash’s Nothing Gold Can Stay »Journal of the Short Story in English, 74 | 2020, 189-201.

Référence électronique

Erin M. Presley, « Reconciling Literacy and Loss in Ron Rash’s Nothing Gold Can Stay »Journal of the Short Story in English [En ligne], 74 | Spring 2020, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 27 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsse/3122

Haut de page

Auteur

Erin M. Presley

Erin M. Presley is an Associate Professor of English at Eastern Kentucky University, where she teaches courses in writing, literature, and Appalachian Studies. She has published on Shakespeare and popular culture, information literacy, and writing studies. She is currently finishing a book manuscript on Horace Kephart’s influence on contemporary Appalachian writers including Ron Rash and Robert Morgan.

Haut de page

Droits d’auteur

© All rights reserved

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search