Navigation – Plan du site

AccueilNuméros75General SectionHorreur et dérision dans quelques...

General Section

Horreur et dérision dans quelques textes de jeunesse de Stephen Crane

Yves Carlet
p. 263-273

Résumé

Most of the critical work inspired by Stephen Crane focuses on Maggie: A Girl of the Streets (1893) and The Red Badge of Courage (1895). This article means to show that the narrative strategies which are at work in these masterpieces were already present, in embryo, in his earliest attempts at fiction: The Sullivan County sketches. All fourteen texts are studies in fear which offer a very original treatment of classic Gothic themes, by relying first on overstatement, then on debunking. Thus, “Four Men in a Cave” describes how the panic of four foolhardy young men in a stressful environment (a cave) reaches a climax in their confrontation with a “fiery-eyed” hermit who is, in fact, a poor devil crouching in the cave. In “The Octopush,” the same “heroes” hover on a Poesque marsh before meeting a “sepulchral” figure who turns out to be a mentally deranged drunkard. In “A Ghoul’s Accountant,” a terrifying character compels the protagonist to follow him… to ask him about the price of potatoes. The nocturnal landscape of “The Black Dog” is soon associated with death, but the dog which seems to be the source of the rampant terror is merely… a dog. Finally, “Killing His Bear” makes fun of the “little man” whose apparent feat is only a show of self-aggrandizement. The apparent simplicity of the plots conceals an experimental approach to fiction which succeeds in creating in the reader a number of automatic responses that are simultaneously invalidated by perversely complex narrative strategies.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs étudiés :

Stephen Crane
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en décembre 2022.

Aperçu du texte

La réputation de Stephen Crane repose presque exclusivement sur deux romans et quelques brefs récits de guerre. Je voudrais tenter ici de montrer que la thématique des œuvres majeures apparaît déjà dans des textes de jeunesse, généralement négligés par la critique, qui offrent une anatomie de la peur, de l’angoisse, ou de l’épouvante, mais qui le font en traitant avec une certaine désinvolture les motifs gothiques.

Il s’agit de neuf récits publiés en 1892, un an avant la parution de Maggie: A Girl of the Streets. Leur cadre est le comté de Sullivan, que Crane connaissait fort bien, ce qui leur donne un caractère semi-autobiographique. Je n’en retiendrai que cinq. La région avait conservé son caractère sauvage, ce qui permet à l’auteur d’évoquer une wilderness hostile et fascinante. Le texte introductif, qui s’intitule « The Last of the Mohicans », peut être lu comme un avertissement au lecteur trop enclin à chercher ici des échos de James Fenimore Cooper : le personnage désigné par l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Carlet, « Horreur et dérision dans quelques textes de jeunesse de Stephen Crane »Journal of the Short Story in English, 75 | 2020, 263-273.

Référence électronique

Yves Carlet, « Horreur et dérision dans quelques textes de jeunesse de Stephen Crane »Journal of the Short Story in English [En ligne], 75 | Autumn 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsse/3374

Haut de page

Auteur

Yves Carlet

Yves Carlet is emeritus professor at Paul-Valery University (Montpellier 3) where he taught American literature and American film until October, 2004. His fields of research are nineteenth-century American literature (more specifically American Transcendentalism and Stephen Crane), and “classic” American cinema (more specifically the films of Frank Capra and Elia Kazan).

Haut de page

Droits d’auteur

© All rights reserved

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search