Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76RevisionsA. S. Byatt’s “On the Day that E....

Revisions

A. S. Byatt’s “On the Day that E. M. Forster Died” and the Ambivalence of Connection

Peter D. Mathews
p. 203-220

Résumés

Dans sa nouvelle “On the Day that E. M. Forster Died”, publiée pour la première fois en 1983 et incluse dans son recueil de 1987 Sugar and Other Stories, A. S. Byatt utilise sa narratrice, Mrs Smith, pour examiner les limites de la célèbre exhortation de Forster “only connect”. Les réserves de Byatt remontent à ses débuts en tant qu’écrivaine, du scepticisme qu’elle exprime à propos des restrictions formelles du roman moderniste dans son introduction de 1991 à The Shadow of the Sun à ses réflexions sur sa lutte de longue date avec les hypothèses de la critique leavisite qui ont d’abord façonné son état d’esprit en tant qu’érudit littéraire. Ce qui est particulièrement gênant pour elle dans cette philosophie, c’est qu’elle impose au lecteur (surtout à la lectrice) un impératif de connexion qui ne laisse aucune liberté de déconnecter, de choisir ou de développer un espace qui lui serait propre. En utilisant la nouvelle de Byatt comme point de départ, cet article examine comment l’écrivaine développe un contraste sans équivoque entre ce qui relève selon elle des impératifs conjonctifs de Forster et D. H. Lawrence, et, d’autre part, de l’espace de liberté et de déconnexion ouvert par George Eliot et Iris Murdoch.

Haut de page

Entrées d’index

Auteurs étudiés :

Antonia Susan Byatt
Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juin 2023.

Plan

The Eliot/Lawrence Dichotomy
The Emerging Importance of Forster
Degrees of Freedom
The Freedom to Disconnect

Aperçu du texte

Originally published in 1983, A. S. Byatt’s “On the Day that E. M. Forster Died” is a work of metafiction that typifies her unorthodox approach to narrative fiction. There is no great depth of character on display, for instance, as signalled by the protagonist’s unimaginative name, Mrs Smith, and her hackneyed vocation as a writer, a cliché heightened by the fact that she is a thinly-veiled stand-in for Byatt herself. The story’s plot similarly veers strangely from a lack of action in the first half of the narrative—the narrator dwells at length on Mrs Smith’s literary preferences and how they frame her decision to write a long novel—to a burst of drama in its latter parts. This shift occurs with the introduction of the antagonist Conrad, his role in the story calling to mind Joseph Conrad’s spy novels The Secret Agent (1907) and Under Western Eyes (1911). Conrad draws Mrs Smith into a “plot of deathly music-machines and lethal umbrellas” (Byatt, Sugar 145), threatening to transform...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Peter D. Mathews, « A. S. Byatt’s “On the Day that E. M. Forster Died” and the Ambivalence of Connection »Journal of the Short Story in English, 76 | 2021, 203-220.

Référence électronique

Peter D. Mathews, « A. S. Byatt’s “On the Day that E. M. Forster Died” and the Ambivalence of Connection »Journal of the Short Story in English [En ligne], 76 | Spring 2021, mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 06 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/jsse/3540

Haut de page

Auteur

Peter D. Mathews

Peter D. Mathews is a Professor of English Literature at Hanyang University in Seoul, South Korea. He is also the Director of the Hanyang Australia/New Zealand Studies (HANZS) Center and an honorary Research Fellow at the Global Center for Advanced Studies (GCAS) in Dublin. His publications include Lacan the Charlatan (2020), English Magic and Imperial Madness (2021), and From Poet to Novelist: The Orphic Journey of John A. Scott (2022).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search