Navigation – Plan du site
Philologies
Notes égyptiennes

Une épidémie supposée

Bernard Boyaval
p. 212-213

Résumés

Remarques sur l’hypothèse d’une épidémie à Kom Abou Billou.

Haut de page

Texte intégral

1Wagner 1978, 248 sq. et 255 sq., a publié, parmi d’autres du même village, quatre épitaphes grecques de Kom Abou Billou / Térénouthis, dont il a souligné quelques traits communs. Ce sont les nos 30, 31, 34 et 53. Ces stèles sont au nom d’Hèraklas, 40 ans (30), Evangélos, 30 ans (31), un anonyme au nom mutilé (34), enfin Epiktètos et sa fille Hèliodôra, 40 et 4 ans (53). Les stèles 30, 31 et 53 sont d’un an 12 ; 30 est du 3 Athyr, 31 du 3 Phaophi, 53 du 13 Choiak. Dans son commentaire sur 31, Wagner écrivait : « Evangélos est mort un mois jour pour jour avant Hèraklas et un mois avant Epiktètos. Ces trois stèles, qui sont de la même main, datent toutes trois de l’an 12 et successivement des mois de Phaophi, d’Athyr et de Choiak. Nul doute qu’il ne se soit agi d’une épidémie ».

  • 1 Cf. Mitteis & Wilcken 1963, I.1, LVI.

2L’ordre de succession de ces trois mois égyptiens qui, après la réforme augustéenne du calendrier, correspondent pour nous à la période du 28 septembre au 26 décembre1, impose une première remarque. Les décès s’étant succédé ainsi,

no 31, 3     Phaophi    Evangélos
no 30, 3     Athyr        Hèraklas
no 53, 13   Choiak      Epiktètos et Hèliodôra,

Evangélos est bien mort, comme l’a dit Wagner, « un mois jour pour jour avant Hèraklas », mais deux mois et dix jours avant Epiktètos et Hèliodôra.

  • 2 De toutes ces similitudes, la moins convaincante est la graphie eupsychi. Elle est (...)

3Les stèles 30, 31 et 53 présentent des traits communs qui font effectivement penser qu’elles sont « de la même main » (v. planches 77 et 84), traits qu’elles partagent avec 34, postérieur de deux ans (Athyr d’un an 14) et malheureusement très mutilé. Toutes les quatre, en effet, appartiennent à la série des « gisants » de Kom Abou Billou ; elles présentent la même cacographie eupsychi pour eupsychei (30, 31 53), des traces de réglage identiques pour guider la main des graveurs (30, 53), le même souci d’une décoration fine et peinte des lits sculptés sous les corps des défunts (30, 34), des lettres peintes enfin (30, 34)2. Faut-il pour autant faire sans hésitation (« nul doute que etc. ») une preuve d’atteinte épidémique, dans ce village, d’une succession de stèles ayant en commun quelques similitudes ? Il faudrait supposer une épidémie « longue » (ans 12 à 14) et seule la stèle 53 pourrait fournir l’indice d’une telle crise par la présence de ses deux décès simultanés qui suggèrent une contagion. Les brefs intervalles de temps entre ces rares témoins font penser aussi que plusieurs familles auraient pu recourir, en quelques mois, au même atelier de village, adepte de techniques identiques de gravure. C’est une interprétation moins tragique des données chiffrées, mais plus vraisemblable peut-être.

Haut de page

Bibliographie

Mitteis L., Wilcken U. (1963), Grundzüge und Chrestomathie der Papyruskunde, Leipzig, Teubner, I. Hist. Teil : 1. Grundzüge ; 2. Chrestomathie – II. Jurist. Teil : 1. Grundzüge ; 2. Chrestomathie (1re éd. : 1912).

Wagner G. (1978) = El-Nassery S. A. A., Wagner G., avec la collaboration d’Abdul-Al A. H., « Nouvelles stèles de Kom Abu Bellou », BIAO, 78, p. 231-258.

Wagner G. (1985) = Abd El-Al A., Grenier J.-C., Wagner G., Stèles funéraires de Kom Abu Bellou, Paris, Recherche sur les civilisations.

Wagner G. (1996), « Nouvelles inscriptions funéraires grecques de Kom Abu Bellou », ZPE, 114, p. 115-140.

Haut de page

Notes

1 Cf. Mitteis & Wilcken 1963, I.1, LVI.

2 De toutes ces similitudes, la moins convaincante est la graphie eupsychi. Elle est quasiment universelle à Kom Abou Billou, témoins Wagner 1978, 1985 et 1996. Notons au passage que, d’une contribution à l’autre, Wagner modifie curieusement la traduction de cet impératif : à la traduction « aie bon courage » (Wagner 1978, passim), qui est aussi celle du dictionnaire Bailly par exemple, il substitue « puisses-tu respirer bien » (Wagner 1996 passim), sans donner la moindre explication sur ce changement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Boyaval, « Une épidémie supposée », Kentron, 22 | 2006, 212-213.

Référence électronique

Bernard Boyaval, « Une épidémie supposée », Kentron [En ligne], 22 | 2006, mis en ligne le 21 mars 2018, consulté le 10 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/kentron/1784

Haut de page

Auteur

Bernard Boyaval

Université Charles de Gaulle, Lille III

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals