Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Travaux du groupe de recherche My...Avant-propos

Travaux du groupe de recherche Mythe et Psychè : « La démesure »

Avant-propos

Bernard Deforge
p. 13

Texte intégral

1Ce numéro 20 de Kentron inaugure la publication des travaux du groupe Mythe et Psychè du Cerlam (ea 966) consacrés à « La démesure », thème de recherche retenu pour la période quadriennale 2004-2007.

2La richesse des réflexions que suscite ce thème est inscrite d’emblée dans le problème préliminaire de l’identification du mot grec Hybris et du français « Démesure ». Les Anglo-Américains résolvent d’une certaine façon ce problème en usant du mot hybris dans leur vocabulaire courant, par exemple en géopolitique, mais ce faisant ils connotent ce mot de la valeur conceptuelle que nous donnons nous-mêmes au mot « Démesure ». La question est donc entière : que signifie pleinement hybris ? Mais puisque cette question est d’abord grecque, il est légitime de l’enrichir d’une autre question : par quels mots les Grecs exprimaient-ils la démesure ? Mais après tout, quel est ce mot français : « Démesure », que signifie-t-il ? Quelle est son histoire ? Et psychiquement, qu’est-ce que la démesure ? Ces quelques lignes montrent que cette recherche n’a de sens et d’intérêt que si elle est menée pluridisciplinairement. C’est dans cet esprit que nous l’avons entreprise : hellénistes, linguistes, historiens, philosophes, psychologues, anthropologues, spécialistes des diverses sociétés modernes et anciennes, y ont leur place.

3Si nous écoutons le vieux poète Hésiode, nous comprenons que la destinée des « races » humaines successives est liée à leur capacité à s’abstenir d’hybris. Aucune trace d’hybris dans la race d’or. Par contre, la fureur de Zeus ensevelit les hommes de la race d’argent qui ne savaient pas se dispenser entre eux d’une folle « hybris » (Travaux et Jours, v. 134-135). À la race de bronze qui n’a en tête que des œuvres d’hybris (v. 146) s’opposent les guerriers justes de la race des héros, qui ignorent hybris. Quant à la race de fer, la nôtre, elle honore, dit Hésiode, l’homme-hybris, ὕβριν ἀνέρα (v. 191-192). Nous en savons quelque chose.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Deforge, « Avant-propos »Kentron, 20 | 2004, 13.

Référence électronique

Bernard Deforge, « Avant-propos »Kentron [En ligne], 20 | 2004, mis en ligne le 09 avril 2018, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/kentron/1819 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kentron.1819

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search