Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursAppel à contribution (n° 37, 2022...

Appel à contribution (n° 37, 2022)
Dossier thématique : Violences de masse et violences extrêmes dans l’Antiquité

Date limite de réception des articles : 30 mars 2022

Pour ce dossier thématique, la revue Kentron s’associe à l’ANR Parabainô (https://www.parabaino.com) qui organise, à l’Université de Caen Normandie, une Table ronde les 8 et 9 mars 2022. Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans l’un des trois axes constitutifs du programme de recherche sur le thème général des violences extrêmes et des violences de masse en temps de guerre dans l’Antiquité :

– Contextes, formes et enjeux : le premier axe cherche non seulement à déterminer les facteurs déclencheurs – politiques, économiques, sociaux, militaires, religieux – des massacres et des violences extrêmes (Quelles sont les dynamiques, les mécanismes de passage à l’acte ? Quelles sont les temporalités propres aux transgressions ? Comment ce processus mène-t-il à des formes paroxystiques ?), mais aussi à caractériser les conflits et affrontements où prennent place des massacres et violences extrêmes (guerre sacrée, guerre de conquête, guerre de colonisation, guerre civile / guerre de siège, guérilla, marches, actions en marge ou à l’issue d’une bataille rangée), si possible en dressant une typologie des modes opératoires dans leurs aspects pratiques et symboliques. L’étude des acteurs des massacres et violences extrêmes (ceux qui décident, incitent, agissent directement, autorisent ou au contraire interdisent) fait aussi partie de cet axe, tout comme l’analyse, dans une perspective comparée, du traitement réservé aux combattants, aux populations désarmées et non armées.

– Dire et représenter : transgression et justification : les massacres posent la question des limites, des seuils de tolérance, mais aussi des qualifications d’ordre juridique et moral qui leur sont donnés. Le deuxième axe vise donc à considérer les massacres et les violences extrêmes dans leurs rapports aux normes : déterminer ce qui relève de la transgression, de la violation de règles fondamentales ou du non-respect des usages ; analyser les processus de légitimation, de justification ou de déni (les discours) ; étudier la place des institutions et de l’opinion publique dans la dénonciation des faits, la détermination des coupables, les jugements et les condamnations (d’ordre judiciaire ou éthique).

– Représentations et processus de résilience : dans ce troisième axe, il s’agit de s’interroger sur la place des violences de masse dans l’imaginaire des peuples, sur les traces laissées par ces actes dans les sociétés anciennes ; de questionner la mise en récit des événements (circulation, transmission et traitement de l’information) et de considérer la mémoire des massacres et des violences extrêmes dans l’Antiquité à la lumière de diverses productions (normes, discours, récits, formes artistiques, rituels), ainsi que la transmission de certaines figures et images sur le temps long. Il conviendra donc de s’interroger sur la manière dont les sociétés anciennes conservaient la mémoire des violences (tueries, asservissement) et sur les interprétations qu’elles pouvaient en proposer.

Les propositions d’article pour les deux rubriques « Dossier thématique » et « Varia », ainsi que les comptes rendus, sont à adresser, avant le 30 mars 2022, à l’adresse suivante :

Typhaine Haziza, co-directrice de la revue Kentron
Université de Caen Normandie, Campus 1, Bâtiment N, bureau SB 030
Esplanade de la Paix, 14032 Caen cedex

ou à

Caroline Blonce, co-directrice de la revue Kentron
Université de Caen Normandie, Campus 1, Bâtiment N, bureau SB 029
Esplanade de la Paix, 14032 Caen cedex

et en version électronique à typhaine.haziza[at]unicaen.fr et caroline.blonce[at]unicaen.fr, sous deux formats, PDF et .odt ou .doc.

Voir la rubrique « Recommandations aux auteurs ».

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search