Navigation – Plan du site
Inédit

Vita Petri Artedi de Carl von Linné – texte original latin et sa traduction française

Emmanuelle Fève-Pinault
p. 163-179

Texte intégral

Texte original

Stat sua cuique dies, breve et irreparabile tempus
Omnibus est positum : famam extollere factis,
Hoc virtutis opus.
[…]
(VERG., Aen. 10, 467-469).

Vita Petri Artedi descripta a Carolo Linnaeo

1[1] Petrus Artedi nascitur in provincia septentrionalis Sueciae Angermannia, ad templum Anundsiö, aerae Christianae anno 1705, februarii 22, julianeo calculo.

2[2] Patrem venerabatur Olaum Arctaedium, qui tum temporis ad templum Anundsiö verbi divini minister, demum pastor Normalingensium, matrem Helenam Sideniam. Avus ipsi paternus erat Petrus Arctaedius, pastor Normalingensium, cui nupta erat Anna Grubb, avus vero maternus Petrus Sidenius, philosophiae magister et concionator aulicus Holmiae, cui uxor Maria Mört.

3[3] Ex quintuplici prole hic noster secundus erat. Decessere dudum duo, superstitibus vero adhuc sororibus prima et ultima, quarum illa, Anna Maria Artaedia, dudum nupta mercatori Umensium, spectatissimo viro Petro Biur, haec vero, Elisabetha Artaedia, concionatori urbis Umensis publico et ordinario, plurimum reverendo Domino Jonae Liungberg.

4[4] Natus pusio consecratur sacris, avita scilicet ut premeret vestigia. Felici gaudet memoria et ingenio : studiis initiatur. Excrescit Normalingae, ubi pater sacro munere fungebatur. Rapitur latente animi inclinatione, qua jam ferebatur ad optimas artes, ad maris Bothnici affluentia proxima littora : Neptuni greges videre, palpitare, nosse avet ; Florae sequitur delicias, viresque plantarum homini salubres, qui aeger non erat, nosse cupit.

5[5] Missus tandem anno 1716 in scholam Hernoesandensem humanioribus litteris instruendus. Adplaudentibus docentibus admittitur et dimittitur. Horas quibus ab ordinariis vacant lectionibus, ut ludendo animos reficiant tenellos, juniores, consumit in investigatione piscium et collectione florum. Ad classes superiores scandens, condiscipulorum nulli inferior. Cum linguam latinam intelligere vix incepisset, alchemistarum prodigiosos libros legendo percurrere animo flagrabat. Tandem in gymnasium Hernoesandense delatus rebusque suis egregie defunctus, summa cum laude dimittitur ad Academias quae ingenium perficerent magis ac conceptam de nostro spem omnino implerent.

6[6] Proficiscitur itaque anno 1724 ad celebrem Sueciae academiam Upsaliam, ut solida philosophiae et theologiae avidum imbueret animum cognition. At aliis sensim sensimque allectus blanditiis captusque historiae naturalis dulcedine, sese fere totum huic studio tradit et, dum alchemiae mysteria ipsi in dies magis magisque clara et aperta visa essent, chemica solus fere inter studiosos adit, frequentat. Sic tandem impar qui hisce resisteret amoribus, licet saepius fugere tentaret suasu parentum hasce sirenes, indoli sollicitanti victas dat manus, nobile ingenium felici conatu secutus. Facultatem itaque adit medicam, se medicae artis amare sacra aperte declarat ; fervore mox summo in abditos penetrat medicinae recessus. Studiosorum nulli secundus, stipendio regio excitatur, qui indefesso labore omnibus sese probaverat.

  • 1 primos 1738.
  • 2 post videret dist. 1738.
  • 3 significare 1738.

7[7] Ego anno 1728 ex academia Lundinensi Gothorum Upsaliensem accedens medicinae navaturus operam, inquirebam quisnam inter studiosos prae reliquis excelleret. Quaerenti mihi communi adsensu veniebat Petrus Artedi, et doctrinae et curiositatis laude apud omnes praeclarus. Summo itaque flagrabam desiderio ineundi cum juvene felicis adeo ingenii amicitiam. At vero hic meus, brevi ante accessum meum, accepto tristi nuntio de lethali parentis sui morbo, patrios lares, trajecto mari Bothnico, petierat, ut qua posset alacritate ultimis moribundi patris satisfaceret desideriis. Hisce quae patri praestare poterat officiis peractis, redit Upsaliam. Vix vero de ejus adventu ad me perveniebat nuntium, quin statim die sequenti eum adirem. Quem videbam statura proceriori, corpore macilento, crinibus longis nigris, facie Joanni Rajo sat (ex pictura) simili, animo subjectissimo, at judicio licet non praecipiti, promto tamen, firmo simul et maturo, antiqua virtute et fide. Colloquia nostra illico directa ad lapides, plantas et animalia laetabar. Ego, captus tot ejus observatis curiosis quae vel prima vice mecum communicare non dubitabat, ejus amicitiam desiderabam ; quam nec recusavit, sed mutua officia promisit, praestitit. Colimus hanc tum sancitam amicitiam per septem integros Upsaliae annos, eadem semper fide, sed fervore in dies semper aucto. Fuit ille mihi intimus, quem habui, amicus, fui et ego ipsi. Quanta saepius mutuaque animi oblectatione primas1 nostrae amicitiae propullulantes gemmas admirabamur ! quam gratam animorum nostrorum laetabamur conjunctionem ! Immo et ea quae inter nos intercedebat inclinationis diversitas excitabat conceptam animo ad res nostras propensionem. Ille animo magis demisso, magis severo et attentiori, ad observationes et omnia lentior, sed accuratior erat. Me laudare promtius in rebus peragendis consilium, illum impetu ad quaevis delatum, sed ad pristinas iterum curas redeuntem, quod mente exciderant, amicum ridere dum saepius contigit, non poterat non oriri inde nobilis quaedam invidiae soboles aemulationis nostrae comes. Hinc cum in alchemicis me tantam, ad quam ille jam pervenerat, cognitionem consecuturum desperabam, totus ab ea destiti ; ille botanicen, quam ego quotidie colebam, mutato quasi consilio, non eodem ut olim studio curabat. Incepimus ambo varias excolere in scientia naturali partes, donec alter ab altero se videret victum in eo studio ; tum ab eodem mox destitit alter alterumque in eo magistrum agnoscebat. Certabat uterque nostrum de victoria obtinenda in ichthyologicis, donec post diuturnos labores ei victas deberem dare manus : totum hinc studium hoc ipsi commisi, ut et amphibiorum notitiam. Contra vero in avium et insectorum notitia ille libens mihi cedebat primas. In lithologia et historia quadrupedum, aequis passibus emetiti latentissimum campum, idem nobis et par mansit ad labores ardor. Quae primo alteri innotescebat observatio alterius mox excitabat invidiam. Quisque sua sibi servabat arcana, ast non reticenda diu : diem vix ferre poterat amicitia nostra quin alter sua alteri referens laetam et, dum quisque ignota hactenus videret2 sibi, novitate perculsam amico mentem significaret3. Et sic invida intercedens nostros nisus aemulatio excitabat mutuam industriam, novos addens ad labores stimulos. Nec vergebat dies quin alter alterum adiret, licet longinquitas viarum quae domus nostras distinguebat et nos a mutuo nostro complexu removere saepius posse videretur. Alter sua adversa vel secunda fata, quaeque acciderant, alteri sincere denunciabat ; sic solamen utrique erat socium habuisse fatorum. Fata quaevis et secunda et adversa aequis dividere animis jucunda sors ! En testimonium amicitiae : discessurus ego in remotam Lapponiam ipsum per testamentum, si supremum mihi diem decrevissent fata, constituebam haeredem omnium meorum manuscriptorum et collectionum in historia naturali ; testabatur ille se, quodsi perirem, quae digna censerentur in publicum missurum esse. Ille post haec, relicta Upsalia, petens Angliam, quos libros commode colligere non potuerat reliquit Upsaliae et ad me, per Dalekarliam sub auspiciis illustrissimi gubernatoris Liberi Baronis Nicolai Reuterholm errantem, scripsit ut relictorum librorum gererem curam, retinerem, si fata reditum ipsi denegarent. Erat demum noster in humanioribus et linguis europaeis exercitatissimus, in philosophicis doctus, in medicis solidus ; noverat de omnibus, judicio acuto et doctrina profunda instructus, facere sermones blandissimos, adeo ut nemo discesserit ex ejus societate ipsum qui non sua dignum judicasset existimatione.

8[8] Magnates haud pauci academiae Upsaliensis cives bearunt stipendiis eo fine ut concederentur pauperioris sortis studiosis, sed judicio et doctrina praecellentioribus, quo, jactis Upsaliae doctrinae fundamentis, hisce adjuti quam praeclare incepissent perficerent operam. Impendimus ambo Upsaliae quam potuimus diligentiam, ut eis beneficiis nos redderemus dignos. Tandem spe exhausti, ne et nos anni exhaurirent, de discessu deliberavimus, licet subsidiis sufficientibus destituti. Doluit hic meus se integros decem annos in eadem academia consumsisse, studio qui erat addictus cujus objecta per totum orbem essent dispersa ; doluit sibi vix amplius sufficientes superesse pecunias quibus exteras adire posset academias.

9[9] Petit itaque media in aestate anni 1734 Holmiam, ubi agit cum affine suo, spectatissimo Domino Biur, ipsi ut de nummis prospiceret cum altero affine, reverendissimo Domino Liungberg, ad iter quod meditabatur maxime necessariis. Quae possunt abiturienti fratri lubenter suppeditant omnia. Ascendit itaque sub initio septembris navem ; discedit Holmia Londinum Anglorum.

10[10] Visis a me Dalekarlia, Alpibus norvegicis, Norvegia, inferiore Suecia, Dania, Germania, Lugdunum Batavorum in media aestate 1735 visito, plane ignarus ubinam tum commoraretur desideratissimus amicus, cum nostra commercia ob mutata toties loca interrupta fuissent.

  • 4 egregios 1738.

11[11] En vix aliquot hebdomadas Leydae constitutus, ad me accedentem, qui a Londino Lugdunum versus solverat, video amicum. Nil magis acceptum contingere utrique poterat, et quae animi nostri gaudia experti lachrymae testabantur. Retuli ipsi mea fata, ille sua mihi ; qua usus fuerit Londini vivendi ratione ; quot egregias4 in ichthyologicis habuerit observationes ; quomodo usus favore variorum doctorum, et praesertim illustrissimi Sloane, a quo tanta humanitate tantaque benevolentia sese decoratum pia mente depraedicabat ; quot ibi musea visitasset. Hinc propensus ipsi in anglicam terram gentemque sedebat amor summaque existimatio. Jam desiderio tenebatur ut in medicina consequi posset doctorales honores ; sed exhaustus fere per factas in itinere expensas et unde victum sibi ac amictum variosque ad rem suam facientes libros conquireret cura agitatus, suum ad patrios lares meditabatur reditum. Tum nova sese ipsi in Hollandia offerebat sors.

12[12] Divus senex Albertus Seba, pharmacopaeus Amstelaedamensis, clarus ex thesauro rerum naturalium, celebris ob collectionem summam et museum in historia animalium, cui par non exstitit, largioris fortunae dotibus usus, absolverat et ediderat duo priora sua volumina de quadrupedibus et serpentibus. In tertio – de piscibus – tomo perficiendo operam meam paulo ante postulaverat, ut, premente senectute, ipsi auxilia praestarem circa exspectatum a curiosis opus. Sed aliis tum adfixus negotiis, spartam a me relictam jam conferre cogitabam amico, ipsi persuadens ut Amstelaedamum mecum adiret ad Sebae opus promovendum, unde digna labore praemia exspectanda ipsi essent.

13[13] Sudabat tum temporis Lugduni Systema meum per tria naturae regna. Ad quod ornandum ille mecum suam de piscibus naturalem methodum cum eorum characteribus genericis communicabat. Nec silui in eodem opere nostri circa umbelliferarum plantarum distributionem ab involucro desumtum proponere inventum : hic enim in animo habebat, absolutis piscibus, solummodo umbelliferas plantas excolere, ni praevenissent fata.

  • 5 amicum 1738.

14[14] Absolutis hisce, adeo cum amico Amstelaedamum, Sebamque locuti. Convertit in se curiosi viri amicus5 animum, laboribusque susceptis, absolvit descriptiones et synonyma et genera et species, exceptis paucissimis, qui restabant, piscibus.

15[15] Quam primum Fundamenta mea botanica edita erant, Amstelaedamum peto, eaque cum amico communico. Ostendebat mihi tum suam Philosophiam ichthyologiae, quam coram me perlegebat totam ultima manu descriptam ; nec dimittebat me, aliis negotiis tum maxime distractum, antequam omnia ejus opera ichthyologica examinassem, ut audiret in quibus ab eo dissentirem circa leges systematicas ; ubi contra paucas meas objectationes sua strenue defendebat. Dixit se prius sua editurum, antequam patriam peteret, idque quam primum volente Deo opus Sebae esset absolutum, ut omnia posset ultimo digerere, describere, polire. Valedico amico, qui tum ostendebat mihi omnes suas observationes, omnia manuscripta, quae antea licet amicissimus vidi numquam. Qui tum me nimis diu detinuerat et ultra patientiam contra solitam inter nos methodum. Hos autem si ultimos scivissem sermones, longe ampliores desiderassem.

16[16] Paucis abhinc diebus, die vigesima septima septembris 1735, vocatur ex hospitio suo, ut cum Seba coenam sumeret. Confabulantur amici plures in seram noctem. Tandem laetus et contentus valedicit. Domum tendens per tenebricosas minusque ipsi cognitas plateas Amstelaedamenses, dum infelici passu fossam intrat, decidit, clamat, frustra opem petit, submergitur, perit. Sic occidit, corpore adhuc sano, in florentissima aetate nationis suae decus et ornamentum ! Defloruit sic praecoci fato ingenium hoc seculare ! Sic in aquis destruitur ichthyologorum longe princeps, in aquis qui suas per vitam quaesiverat delicias ! Invident sic orbi erudito ichthyologum quem a condito orbe videre mortales summum fata adversa !

  • 6 nullos 1738.
  • 7 On attendrait la forme adiens. Sur cette forme de nominatif recomposée d’après les form (...)

17[17] Altero abhinc die reperitur demortuus ; in nosocomium Amstelaedamense portatur. Et ego, tertio die per conterraneum meum Claes Sohlberg de amici inopinata morte tristissimum accipiens nuntium, ab horto Hartecampensi Amstelaedamum peto. Hospes interim qui antea fuerat ipsi accersere ad se jussit funus ; quod dein, privilegio obtento a magistratu, terrae mandandum curat, nullis6 ad pompam sumptibus parcens. Sebam adeuns7 utque aliquid ad demortui sepulturam conferret, qui ei tamdiu tanta fide inservierit eoque tempore propriis impensis vixerit, rogans, quinquaginta florenos virum offerentem video, dignum sane tanto labore tantaque doctrina praemium.

  • 8 lachrynas 1738.

18[18] Cum adspicerem exanime rigidumque corpus, livida ejus, spumantia et pallida labia, cum jacturam optimi per tot annos amici considerarem, cum recordarer quot insomnes noctes, quot laboriosas horas, quot itinera, quot lucubrationes confecisset studio jam exanimis, antequam consecutus esset eam qua cum omnibus de palma certare poterat doctrinam, in lachrymas8 solvebar. Cum omnem hanc doctrinam, quae ipsi immortalem, quae genti suae aeternam conciliaret gloriam, quae orbi erudito summum praestaret usum, cum authoris sui casu ruituram praeviderem, jam postulabat, quae haud exciderat mente, erga amicum pietas ut solverem mutuo datam, quod superstes alteri alterius observata ederet, fidem. Hinc manuscripta cum dare recusaret hospes, scripsi ad affines in remotissima Lapponibusque proxima habitantes terra, ut eorum pleno consensu manuscripta ejus mihi vindicare possem, vindictam Summi advocans ultricem, si particulam subtraherem. Responsorias accepi quae votis annuebant, ea tamen conditione, ut publici ea facerem juris. Adeo his stipatus hospitem, qui, subducto calculo, rationes sepulturae reddens pecunias haud mediocres solvendas desiderat, antequam vel miculam redderet. Componebam cum hospite res, restante modo dimidia nummorum parte, quam, exhaustus expensis in itinere per tot regiones, in peregrina terra constitutus, ubi nulli amico notus, solvere non poteram. Oblata hospiti levissima ejus omnia, exceptis manuscriptis, quae secum huc ducere potuerat pro viginti florenis : recusabat ille. Adeo ergo Sebam, ut demortuo ultima charitatis christianae praestaret officia solosque hos nummos solveret, ad se interim sumeret omnia relicta cum papyris, ne ea distraherentur ab hospite per auctionem quam minabatur publicam omni momento, usque dum pecuniae ex patria ad me pervenire possent. Sed modeste se subtraxit beatus vir ; sarcinas colligens nec se negotiis amplius ullis immiscens suadebat potius ut distraheretur auctione, seque certo certius obtenturum omnia, cum nullus Amstelaedami esset qui has curaret observatiunculas, easque dein sese libenter mecum communicaturum. Sed erat mihi hoc consilium utrinque cornutum, anceps et periculosum. Adeo itaque unicum tum meum maecenatem, cui nuper innotueram, illustrissimum Georgium Clifford, ut is pro summo quo in doctas et curiosas res ferebatur amore et favore in his constituto angustiis mihi succurreret manesque defuncti amici mei vindicaret. Qui serena fronte pecunias numerat, solvit, manuscripta accipit, in proprium usum transcribi curat, mihi transcripta generose reddit.

  • 9 post aeterna dist. 1738.

19[19] Inveni inter haec Philosophiam solam absolutam, Synonymiologiam, immensi laboris opus, completissimam sed mire congestam, Descriptiones bonas, Bibliothecam adhuc imperfectam, Systema vero sat elaboratum ab authore qui nec sic dimissurum sese sua crediderat. Meis incumbebant humeris varia suscepta et incepta opera. Horas quas poteram, heu mihi pretiosissimas, demortui amici operibus impendo ; quae enodare vix alius poterat ullus quam qui arte scribendi authoris, ejus methodo et ideis ac studiis erat adsuetissimus. Absolutis quae absolvi a me possent meis et illius, dimidium annum in Belgio commoror, primario ad promovendum amici opus. Laetus ero, si dignus vixero amico amicus, ut, quem praecox submersit mors, post fata superstes vindicet aeterna9 meritis ejus debita laus. Laetus ero quod potuerim ab interitu eripere opus cui nullum in isto studiorum genere par exstiterit in publici communem usum. Partem hanc scientiae naturalis, ab omni aevo intricatam et difficillimam, reddidit auctor omnium facillimam. Utinam plures exstarent Artedi qui reliquas regni animalis classes aeque felici omine absolverent. Hisce finio, meque manibus beati amici satisfecisse spero.

Dabam Lugduni Batavorum 1738, mart. 10.

Traduction française

  • 1 La leçon généralement retenue pour ce passage de l’Énéide est la suivante : « S (...)

Chacun se voit fixer son heure dernière. Pour tous, bref et irrévocable, le temps de la vie est scellé ; mais rehausser la renommée par de belles actions, voilà l’œuvre de la vertu.
(Virgile, Aen. 10, 467-4691)

Vie de Peter Artedi par Carl von Linné

  • 2 C’est-à-dire le 5 mars, d’après le calendrier grégorien, que la Suède n’a adopté (...)

20[1] Peter Artedi est né dans une province du nord de la Suède, l’Ångermanland, dans la paroisse d’Anundsjö, le 22 février 1705 de l’ère chrétienne, d’après le calendrier julien2.

21[2] Il eut pour père respecté Olaus Artedi, à cette époque ministre du Verbe divin dans la paroisse d’Anundsjö, et enfin pasteur de Nordmadling, et pour mère Helena Sidenia. Son grand-père paternel était Peter Artedi, pasteur de Nordmadling, qui avait épousé Anna Grubb ; son grand-père maternel, Peter Sidenius, maître de philosophie et prédicateur de la cour à Stockholm, marié à Maria Mört.

  • 3 Les deux enfants qui sont morts devaient se situer au milieu de la fratrie, comme le la (...)

22[3] Des cinq enfants de la famille celui qui fut notre ami était le second. Deux d’entre eux sont morts il y a longtemps, et il reste encore deux sœurs, l’aînée et la benjamine3 : la première, Anna Maria Artedi, a épousé il y a un certain temps un marchand d’Umea, un homme très estimé, Peter Biur ; et l’autre, Elisabeth Artedi, a épousé le prédicateur officiel et ordinaire de la ville d’Umea, un homme éminemment respectable, Maître Jonas Liungberg.

  • 4 Les biographes de Linné ont souligné la similarité des milieux familiaux d’ (...)
  • 5 Palpitare est ici le fréquentatif de palpare ; tel que le décrit Linné, Art (...)

23[4] Dès sa naissance, le petit garçon est voué au service du culte4, bien évidemment pour perpétuer la tradition familiale. Il est heureusement doué sous le rapport de la mémoire et de l’intelligence. Il est initié aux études et grandit à Nordmadling, où son père exerçait son ministère sacré. Mais l’inclination secrète de son âme, qui déjà le portait vers les plus nobles des sciences, l’entraîne vers les rivages, tout proches, que baigne la mer de Botnie : il est avide de contempler, toucher5, connaître les troupeaux de Neptune ; il s’attache aux délices de Flore ; et lui qui n’était pas malade, il désire connaître les propriétés des plantes favorables à la santé humaine.

24[5] Finalement, il est envoyé en 1716 à l’école d’Härnösand pour y être instruit dans les humanités ; il y est admis et il en sort sous les applaudissements de ses maîtres. Les heures que les leçons ordinaires laissent aux plus jeunes élèves pour qu’ils recréent par le jeu leurs tendres esprits, il les consacre à examiner les poissons et recueillir des fleurs. Passant dans les classes supérieures, il dominait tous ses condisciples. Alors qu’il commençait à peine à comprendre le latin, il brûlait de lire tout au long les prodigieux ouvrages des alchimistes. Enfin, après être allé au lycée d’Härnösand et y avoir achevé son parcours scolaire de manière remarquable, il en sort avec les félicitations pour entrer dans les universités propres plutôt à parfaire la formation de son intelligence et concrétiser entièrement les espoirs que notre ami avait fait naître.

  • 6 À l’époque, les naturalistes étaient titulaires en règle générale d’un diplôme de (...)

25[6] C’est pourquoi il part en 1724 pour la célèbre université suédoise d’Uppsala, afin de nourrir de solides connaissances en philosophie et en théologie son esprit avide. Mais attiré peu à peu par d’autres charmes et séduit par les attraits de l’histoire naturelle, il se livre presque exclusivement à l’étude de cette science, et, alors que les mystères de l’alchimie lui apparaissaient avec chaque jour plus de clarté et d’évidence, seul presque parmi les étudiants, il aborde la chimie, s’y adonne avec assiduité. C’est ainsi que pour finir, incapable de résister à de telles passions, encore qu’il essayât à plusieurs reprises, sur les conseils de ses parents, de se détourner de telles sirènes, il s’abandonne, pieds et poings liés, aux sollicitations de ses dispositions naturelles, suivant son noble génie par une heureuse impulsion. Aussi entre-t-il à la faculté de médecine6, déclare tout net son inclination pour les mystères de l’art médical. Bientôt, animé de la plus grande ardeur, il pénètre dans le secret des arcanes de la médecine. Étant sans rival parmi tous les étudiants, il est encouragé par une bourse royale, son labeur infatigable ayant mérité une approbation unanime.

  • 7 John Ray (29 novembre 1627 – 17 janvier 1705) est un naturaliste, philosoph (...)
  • 8 Il s’agit du voyage exploratoire que Linné fit en Laponie de mai à octobre 1732 pour le (...)
  • 9 La Dalécarlie (Dalarna, « les vallées », en suédois) est un comté de Suède, (...)
  • 10 L’adjectif liberi est la traduction littérale du titre de noblesse suédois friherre (...)
  • 11 Nils Esbjörnsson von Reuterholm fut gouverneur du comté de Dalécarlie de 1739 à 1756. D (...)
  • 12 Cet éloge vibrant fait bien sûr allusion aux sentiments éprouvés par Linné lors de leur (...)

26[7] Pour moi, passant en 1728 de l’université de Lund à celle d’Uppsala pour me consacrer à la médecine, je cherchais à découvrir parmi les étudiants celui qui surpassait tous les autres. Au cours de cette enquête me revenait unanimement le nom de Peter Artedi, à qui l’estime due à la connaissance et à l’appétit de savoir donnait sur tous un prestige considérable. C’est pourquoi je brûlais du plus vif désir de me lier d’amitié avec un jeune homme si heureusement doué. Seulement ce cher homme, peu de temps avant mon arrivée, ayant reçu la triste nouvelle que son père était atteint d’une maladie mortelle, avait traversé le golfe de Botnie et regagné le foyer paternel, afin de répondre aussi vite qu’il pouvait aux dernières volontés de son père à l’agonie. Une fois remplis les devoirs qu’il était à même de lui rendre, il revint à Uppsala. À peine la nouvelle de son arrivée me parvenait-elle que je lui rendis visite le jour suivant. Je vis alors un homme d’assez haute taille, maigre, avec de longs cheveux noirs, une physionomie fort semblable à celle de John Ray7 (d’après le portrait qu’on a de lui) ; d’une grande modestie, et pourtant le jugement prompt sans être précipité, empreint d’autant de maturité que de fermeté ; une moralité et une loyauté à l’ancienne mode. À ma vive satisfaction, nos entretiens s’orientèrent immédiatement vers les minéraux, les plantes et les animaux. Pour moi, saisi par le nombre et la méticulosité de ses observations, qu’il n’hésitait pas, dès notre première rencontre, à mettre en commun avec moi, je désirais son amitié ; il ne me la refusa pas, mais il proposa un échange de bons offices, et il tint sa parole. Sept années durant, nous entretenons cette amitié contractée ce jour-là à Uppsala, avec sans cesse la même confiance, mais avec une chaleur croissant sans cesse de jour en jour. Il fut mon ami intime, je fus moi aussi le sien. Avec quel plaisir partagé nous admirions souvent les premières gemmes fécondes de notre amitié ! Comme nous nous réjouissions de la précieuse harmonie qui régnait entre nos esprits ! Bien mieux, la différence de caractère qui existait entre nous renforçait aussi l’inclination intellectuelle qui nous portait à nos objets d’étude. Lui, plus effacé, plus sérieux et appliqué, était plus lent dans ses observations comme en tout, mais aussi plus soigneux. Comme il nous arriva assez souvent, moi de louer la rapidité de décision dans la réalisation, lui de se moquer d’un ami qui s’était laissé emporter par sa fougue vers le premier objet venu, mais revenait pour la seconde fois à ce qui avait été précédemment l’objet de ses soins, parce que cela lui était sorti de l’esprit, il était inévitable que sortît de là une espèce de produit supérieur de la critique, compagnon de notre rivalité. Ainsi, désespérant d’atteindre en alchimie le haut niveau de connaissance auquel il était déjà parvenu, je renonçai complètement de ce côté-là ; lui, comme s’il avait modifié ses objectifs, il ne s’occupait pas avec la même application qu’auparavant de la botanique, dont je cultivais l’étude chaque jour. Nous nous sommes mis, tous deux ensemble, à étudier différentes branches des sciences naturelles jusqu’à ce que l’un de nous se vît vaincu par l’autre dans un domaine. Alors on y renonçait aussitôt et on reconnaissait l’autre pour un maître dans ce domaine. Nous luttions l’un et l’autre pour remporter la victoire en ichtyologie, jusqu’à ce qu’enfin je dusse, après d’interminables labeurs, m’avouer vaincu, rendre les armes : dès ce moment, je lui abandonnai totalement ce domaine, de même aussi que l’étude des amphibiens. Et inversement, en ce qui concerne l’étude des oiseaux et des insectes, il me cédait volontiers le premier rang. Pour la lithologie et l’histoire des quadrupèdes, ayant parcouru au même rythme un champ qui nous était complètement inconnu, nous conservâmes tous les deux une pareille ardeur au travail. Toute observation que l’un de nous était amené à faire excitait aussitôt la jalousie de l’autre. Chacun gardait ses secrets par-devers soi, mais il n’en faisait pas un mystère longtemps : notre amitié pouvait laisser à peine passer un jour sans que chacun, en rendant compte à l’autre de ses travaux, lui manifestât son entrain et, en voyant des choses qu’il ignorait encore, son trouble devant la nouveauté. Et ainsi, la rivalité critique qui nous opposait dans nos travaux stimulait notre zèle à tous deux, nous incitant aux efforts par de nouveaux aiguillons ; et le jour ne déclinait pas sans que l’un allât trouver l’autre, bien que la longueur du trajet qui séparait nos deux habitations semblât souvent de nature à nous empêcher même d’aller nous serrer l’un l’autre dans nos bras. Chacun faisait connaître à l’autre sans détour tout ce qui lui était arrivé, ses échecs comme ses réussites. Ainsi nous avions tous deux pour consolation d’avoir en l’autre quelqu’un qui prenait sa part de ce qui nous arrivait. Sort bien agréable que celui de partager entre deux cœurs bienveillants les arrêts de la destinée, quels qu’ils soient, les mauvais comme les bons ! Voici une preuve de notre amitié : sur le point de partir vers les confins de la Laponie8, je l’instituai par testament légataire de tous mes manuscrits et de toutes mes collections d’histoire naturelle, au cas où le destin aurait prononcé mon heure dernière ; lui me donna l’assurance qu’il publierait, si je venais à périr, celles de mes œuvres qui le mériteraient. Après quoi, quand il quitta Uppsala pour se rendre en Angleterre, il laissa à Uppsala les livres qu’il n’avait pu réunir commodément, et il m’écrivit, alors que je parcourais la Dalécarlie9 sous les auspices de son très illustre gouverneur10, le baron Nils Reuterholm11, de prendre soin des livres qu’il avait laissés, de les conserver, si le destin lui refusait de revenir. Enfin, notre ami était particulièrement versé dans les langues classiques et les langues européennes, savant en philosophie, solide en médecine. Grâce à l’acuité de son jugement et à l’étendue de ses connaissances, il savait sur tout sujet tenir des conversations délicieuses, si bien que nul ne quittait sa compagnie12 sans le juger digne de son estime.

27[8] Bon nombre de notables gratifiaient de subventions des membres de l’université d’Uppsala, afin qu’elles fussent reversées à des étudiants de condition modeste, mais que signalaient tout particulièrement leur jugement et leur savoir : ainsi, après avoir reçu à Uppsala leur formation fondamentale, ils étaient à même, grâce à ces subsides, de mener à terme des études qu’ils avaient commencées brillamment. À Uppsala, nous avons l’un et l’autre mis nos soins, autant qu’il nous a été possible, à nous rendre dignes de ces bienfaits. À la fin, désespérant de les obtenir, ne voulant pas que les années ne viennent à nous perdre nous aussi, nous avons résolu de partir, même si nous ne disposions pas des ressources suffisantes. Mon ami déplorait d’avoir passé dix années entières dans la même université, lui qui s’était voué à une science dont les objets d’étude étaient dispersés dans le monde entier ; il déplorait qu’il ne lui restât guère assez d’argent pour pouvoir entrer dans les universités étrangères.

  • 13 Peter Biur est le mari d’Anna Maria, la sœur d’Artedi, marchand à Umea (voir supra, (...)
  • 14 Jonas Liungberg, mari d’Elisabeth Artedi, est le prédicateur royal officiel (...)

28[9] C’est pourquoi, au milieu de l’été 1734, il se rend à Stockholm, où il demande à son parent, le très estimé Maître Biur13, de le pourvoir, avec le concours de son autre parent, le Révérend Liungberg14, des subsides absolument nécessaires au voyage qu’il projetait. Ils mettent volontiers tout ce qu’ils peuvent à la disposition de leur beau-frère sur le départ. C’est ainsi que celui-ci s’embarque au début de septembre, quittant Stockholm pour Londres en Angleterre.

29[10] De mon côté, après avoir vu la Dalécarlie, les Alpes norvégiennes, la Norvège, le sud de la Suède, le Danemark, l’Allemagne, je m’installe au milieu de l’été 1735 à Leyde, sans du tout savoir où pouvait bien alors résider l’ami tant regretté, vu que nos échanges de lettres avaient été interrompus à la suite de nos changements répétés de résidence.

  • 15 De fait, d’après W. Blunt, Linné…, p. 125, « l’inventaire de ses biens, dre (...)

30[11] Or, à peine me trouvais-je à Leyde depuis quelques semaines que je vois venir à ma rencontre mon ami, qui avait quitté Londres pour Leyde. Rien de plus heureux ne pouvait nous arriver à l’un et l’autre, et nos larmes prouvaient quelle joie intérieure nous éprouvions. Je lui racontai les vicissitudes de mon existence, il me raconta les siennes ; quel genre de vie il avait connu à Londres ; combien d’observations de tout premier ordre il avait faites en ichtyologie ; comment il avait joui de la faveur de différents savants, et en particulier du très illustre Sloane, par qui, professait-il avec reconnaissance, il avait été entouré de la plus grande gentillesse et la plus grande bienveillance ; combien de cabinets il avait visités là-bas. Il en avait conçu un amour profond pour la terre et le peuple anglais, qu’il tenait en très haute considération. Un désir ardent le hantait désormais : comment pourrait-il accéder aux honneurs du doctorat en médecine ? Seulement étant presque à court d’argent à cause des dépenses occasionnées par ses voyages et taraudé par le souci de savoir comment il se procurerait de quoi se vêtir, se nourrir et les différents livres nécessaires à son projet15, il envisageait de rentrer au foyer paternel. Une nouvelle fortune alors se présenta à lui en Hollande.

31[12] Le vénérable vieillard Albert Seba, apothicaire d’Amsterdam, renommé pour son Thesaurus d’histoire naturelle, célèbre pour sa très riche collection et son cabinet d’histoire des animaux, unique en son genre, avait usé des ressources de son immense fortune pour composer et faire paraître ses deux premiers livres, sur les quadrupèdes et les serpents. Il m’avait demandé mon aide un peu auparavant pour l’achèvement d’un troisième tome, sur les poissons : je devais, le grand âge l’affaiblissant, lui prêter mon secours sur un ouvrage attendu des connaisseurs. Mais étant très tenu à ce moment-là par d’autres occupations, je songeais à faire accepter alors à mon ami cette tâche à laquelle j’avais renoncé, le pressant de se rendre avec moi à Amsterdam pour faire avancer l’ouvrage de Seba, dont il aurait à attendre des récompenses à la hauteur de son travail.

32[13] À cette époque, mon Systema Naturae en trois règnes me donnait fort à faire à Leyde, et, pour lui donner plus d’éclat, Artedi partageait avec moi sa méthode de classification naturelle appliquée aux poissons, avec leurs caractéristiques de genres. Et je n’ai pas manqué dans cet ouvrage de faire état de la découverte de mon ami touchant la classification des plantes ombellifères, qu’il m’avait dévoilée. En effet il avait l’intention, après en avoir terminé avec les poissons, de se consacrer exclusivement aux ombellifères, si le destin n’avait pris les devants.

33[14] En ayant terminé avec ce qui m’occupait, je me rends à Amsterdam avec mon ami, et nous parlons à Seba. Mon ami attira sur lui l’attention de cet homme curieux et, se mettant au travail, il vient à bout des descriptions, synonymes, genres et espèces, exception faite d’un tout petit nombre de poissons, qui restaient à traiter.

34[15] Dès que mes Fundamenta botanica eurent été édités, je pars pour Amsterdam, et je les remets à mon ami. Il me montra alors sa Philosophia ichtyologiae, qu’il lut devant moi en entier, fixée dans son dernier état, et il ne me laissa pas partir, bien que je fusse alors tiraillé entre diverses autres occupations, avant de m’avoir fait examiner tous ses travaux ichtyologiques : il voulait entendre en quoi mon avis différait du sien à propos des lois de son système ; sur tous ces points, il défendait avec énergie ses vues contre les quelques objections que j’avais pu faire. Il me dit qu’il allait éditer ses œuvres avant de rentrer au pays, et cela sitôt que l’ouvrage de Seba aurait été achevé, selon la volonté de Dieu, pour pouvoir enfin les classer toutes, les transcrire, y mettre la dernière façon. Je dis au revoir à mon ami, qui m’avait montré ce jour-là toutes ses observations, tous ses manuscrits, que je n’avais jamais vus auparavant, bien que je fusse son meilleur ami. Ce jour-là, il m’avait retenu très longtemps et en ayant mis ma patience à bout, contrairement à notre habitude à tous les deux. Et si j’avais su que cette discussion dût être la dernière, j’aurais désiré qu’elle fût beaucoup plus longue.

  • 16 Abhinc est ici – comme en [17] altero abhinc die – construit avec la valeur de abinde. (...)

35[16] Quelques jours après16, le 27 septembre 1735, il quitte son logement pour se rendre à une invitation à dîner chez Seba. On parle à plusieurs entre amis jusque tard dans la nuit. Finalement, il prend congé, d’humeur enjouée et satisfait. Alors qu’il rentrait chez lui par des rues d’Amsterdam plongées dans les ténèbres et mal connues de lui, il tombe dans un canal, s’y étant engagé à la suite d’un malheureux faux pas, crie, appelle à l’aide en vain, coule et se noie. Ainsi périt, encore en pleine santé, dans la fleur de l’âge, l’honneur et l’ornement de sa nation ! Ainsi s’éteignit ce génie séculaire, <emporté> par une mort précoce ! Ainsi finit dans les eaux le premier de loin des ichtyologues, qui, sa vie durant, avait cherché ses joies dans les eaux ! C’est ainsi que le monde savant se voit privé par les Destins contraires du plus grand ichtyologue que les hommes aient connu depuis la création du monde !

  • 17 Il s’agit du jardin botanique de George Clifford, financier anglo-hollandais (...)

36[17] Le lendemain, on le trouve mort ; on le porte à l’hôpital d’Amsterdam. Et lorsque, le surlendemain, me fut apportée par mon compatriote Claes Sohlberg l’affreuse nouvelle de la mort inattendue de mon ami, je quitte le jardin d’Hartekamp17 pour me rendre à Amsterdam. Dans l’intervalle, celui qui avait été auparavant son logeur avait fait transporter chez lui le corps, qu’il se chargea, après en avoir obtenu l’autorisation formelle d’un magistrat, de faire mettre en terre, ne regardant pas à la dépense pour le cortège funèbre. Étant allé trouver Seba et lui ayant demandé de verser une contribution aux frais de la sépulture du défunt, lequel l’avait servi si longtemps avec une si grande loyauté et avait vécu à ce moment-là à sa charge, je le vois qui me remet cinquante florins, don que méritaient absolument tout le travail et toute l’érudition de mon ami !

  • 18 W. Blunt, Linné…, p. 132, précise dans une note qu’il « est absolument impossible qu’un (...)

37[18] En apercevant le corps sans vie et raide, les lèvres blêmes, livides, couvertes d’écume, en considérant la perte de celui qui avait été un excellent ami durant tant d’années, en me remémorant toutes les nuits sans sommeil, toutes les heures laborieuses, tous les voyages, tous les travaux nocturnes qu’il avait, lui désormais sans vie, consacrés à l’étude, avant d’avoir acquis les connaissances qui lui auraient permis de disputer la palme à n’importe qui, je fondais en larmes. Alors que je pressentais que toute cette érudition, qui devait lui assurer l’immortalité et à son pays une gloire éternelle, se révéler du plus haut intérêt pour le monde savant, était appelée à disparaître avec la mort de son auteur, l’attachement que je vouais à mon ami, indéfectible, me commandait désormais de tenir la parole que nous nous étions donnée mutuellement : celui de nous deux qui survivrait à l’autre devait publier ses observations. Alors, son logeur refusant de me remettre ses manuscrits, j’écrivis à des parents à lui qui habitaient une contrée très reculée, à la frontière de la Laponie, afin de pouvoir revendiquer les manuscrits avec leur plein accord, appelant sur moi la punition vengeresse du Très-Haut, si j’en soustrayais la moindre partie. Je reçus d’eux des réponses qui s’accordaient à mes vœux18 ; ils mettaient néanmoins cette condition : je devais publier ces manuscrits. Muni de ces réponses, je vais trouver son logeur qui, ses calculs faits, <me> rend compte des frais funéraires, exigeant, avant de restituer ne fût-ce qu’une miette <de ce qu’il détenait>, qu’on lui remboursât des sommes importantes. Je trouvais un accord avec le logeur, et il restait seulement à régler la moitié du total, qu’il m’était impossible d’acquitter, étant sans le sou à cause des dépenses occasionnées par mes voyages dans tant de régions, me trouvant dans un pays étranger, où je n’étais connu de personne qui fût un ami. J’offrais au logeur, contre vingt florins, tous les biens de moindre valeur que mon ami avait pu emporter avec lui à Amsterdam, à l’exception des manuscrits : il refusait l’offre. Je vais donc trouver Seba pour l’inviter à rendre au défunt les derniers devoirs de la charité chrétienne et à payer seulement le reliquat, à prendre chez lui, avec les papiers, tout ce que le défunt avait laissé, pour qu’ils ne fussent pas dispersés par le logeur dans les enchères publiques qu’il menaçait de faire à tout instant, <à les garder> le temps nécessaire pour permettre aux fonds en provenance de mon pays de me parvenir. Mais ce bienheureux homme, sur la réserve, se déroba ; étant en train de plier bagage et ne se mêlant plus aux affaires, il me conseillait plutôt de laisser faire la vente aux enchères : il était sûr et certain d’emporter le tout, attendu qu’il ne se trouverait personne à Amsterdam pour se préoccuper de ces menues observations ; et ensuite il les mettrait volontiers à ma disposition. Mais sur ces deux points, ce calcul était à mes yeux captieux, incertain et dangereux. Aussi vais-je trouver mon incomparable mécène, dont j’avais fait la connaissance depuis peu, le très illustre George Clifford, afin qu’il me prêtât son assistance dans les difficultés où je me trouvais et qu’il défendît les mânes de feu mon ami, en raison de la vive passion et du vif intérêt qui le portaient vers les sujets savants et curieux. Et lui, l’air serein, compte l’argent, paie, reçoit les manuscrits, les fait transcrire à son usage personnel et, faisant acte de générosité, me les remet après leur transcription.

38[19] Je trouvai dans le nombre une Philosophia seule achevée, une Synonymiologia – ouvrage d’un labeur prodigieux – très complète mais incroyablement touffue, d’utiles Descriptiones, une Bibliotheca non encore achevée et un Systema que son auteur, qui était loin de penser qu’il laisserait ses œuvres dans cet état, avait bien avancé. Sur mes épaules pesaient différents travaux entrepris et restés à l’état d’ébauche. Je consacre aux travaux de feu mon ami les heures – hélas pour moi sans prix ! – que je pouvais. Et nul autre n’aurait guère pu s’y reconnaître que celui qui avait acquis une très grande familiarité avec la manière d’écrire de l’auteur, sa méthode et ses idées, ainsi que ses sujets d’étude. Ayant achevé ce qui, de ses œuvres et des miennes, pouvait l’être par moi, je m’arrête six mois en Belgique, principalement pour faire connaître l’œuvre de mon ami. Je me réjouirai si l’ami que j’étais se conduit dans la vie d’une manière digne de son ami, en obtenant que la gloire éternelle due à ses mérites, survivant à sa fin tragique, sauve de l’oubli celui qu’une mort précoce a englouti. Je me réjouirai d’avoir arraché à l’anéantissement, pour la mettre à la disposition du public, une œuvre dont il n’existait pas d’équivalent dans ce domaine de recherche. Cette partie de la science naturelle, depuis toujours embrouillée et des plus difficiles, l’auteur l’a rendue facile entre toutes. Si seulement il existait plusieurs Artedi pour achever avec un égal bonheur le reste de la classification du règne animal ! Je finis sur ces mots, et j’espère avoir satisfait aux mânes de mon bienheureux ami.

Leyde, le 10 mars 1738

Haut de page

Notes

1 primos 1738.

2 post videret dist. 1738.

3 significare 1738.

4 egregios 1738.

5 amicum 1738.

6 nullos 1738.

7 On attendrait la forme adiens. Sur cette forme de nominatif recomposée d’après les formes obliques, cf. P. Stotz, Handbuch zur lateinischen Sprache des Mittelalters, IV Band : Formenlehre, Syntax und Stilistik, Munich, C.H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung (Handbuch der Altertumswissenschaft, II.5.4), 1998, p. 217, § 124.1.

8 lachrynas 1738.

9 post aeterna dist. 1738.

Haut de page

Note de fin

1 La leçon généralement retenue pour ce passage de l’Énéide est la suivante : « Stat sua cuique dies, breue et irreparabile tempus / Omnibus est uitae : sed famam extendere factis, / hoc uirtutis opus ». Dans l’Énéide, Jupiter adresse ces paroles à Hercule, pour le consoler de la mort précoce du jeune Pallas, dont les exploits vont prolonger (extendere) la renommée et, par là-même, la vie, puisque les actes survivent à leur auteur. La leçon extollere, à laquelle Linné a visiblement eu accès, valorise l’œuvre du poète en même temps que les oeuvres du héros. Ainsi, « l’œuvre de vertu » peut désigner aussi bien le travail de recherche mené par le jeune savant disparu trop tôt que le travail d’édition et de publication qui va permettre « d’exalter sa renommée ».

2 C’est-à-dire le 5 mars, d’après le calendrier grégorien, que la Suède n’a adopté qu’en 1753.

3 Les deux enfants qui sont morts devaient se situer au milieu de la fratrie, comme le laisse penser l’emploi de « ultima ».

4 Les biographes de Linné ont souligné la similarité des milieux familiaux d’Artedi et de Linné : tous deux sont issus de lignées sacerdotales et destinés par leurs familles à suivre cette voie : voir, par exemple, W. Blunt, Linné. Le prince des botanistes, Paris, Belin (Un savant, une époque), 1986 (trad. de The Compleat Naturalist. A Life of Linnaeus, Londres, Collins, 1971). Cependant, comme Linné le souligne à plusieurs reprises, Artedi est originaire d’une région beaucoup plus reculée, sise aux confins de la Laponie (voir les cartes en annexes, infra).

5 Palpitare est ici le fréquentatif de palpare ; tel que le décrit Linné, Artedi est déjà dans une démarche scientifique.

6 À l’époque, les naturalistes étaient titulaires en règle générale d’un diplôme de médecine.

7 John Ray (29 novembre 1627 – 17 janvier 1705) est un naturaliste, philosophe et théologien anglais, considéré comme le fondateur de l’histoire naturelle britannique. Linné, dans ses travaux, le cite à plusieurs reprises.

8 Il s’agit du voyage exploratoire que Linné fit en Laponie de mai à octobre 1732 pour le compte de la Société royale des sciences (cf. W. Blunt, Linné…, chap. 4 et 5).

9 La Dalécarlie (Dalarna, « les vallées », en suédois) est un comté de Suède, créé en 1634 et correspondant à la province historique de Dalécarlie. Sa capitale est Falun. Voir les cartes en annexes.

10 L’adjectif liberi est la traduction littérale du titre de noblesse suédois friherre (correspondant à Freiherr dans les pays germaniques). Dans la mesure où il semble que ce titre, héritage de la société féodale, soit équivalent à celui de baron, je ne l’ai pas traduit ici.

11 Nils Esbjörnsson von Reuterholm fut gouverneur du comté de Dalécarlie de 1739 à 1756. D’après W. Blunt, Linné…, p. 100 : « Reuterholm […] avait été impressionné par le récit [du voyage de Linné] en Laponie et envisageait […] la possibilité d’une expédition semblable dans sa province […] ». Finalement cette expédition exploratoire, financée en grande partie par Reuterholm, quitta Falun le 3 juin 1734 pour revenir le 18 août. Elle portait le nom de Societas Itineraria Reuterholmina (Société de voyage Reuterholm).

12 Cet éloge vibrant fait bien sûr allusion aux sentiments éprouvés par Linné lors de leur séparation, mais il ressemble aussi à un éloge funèbre : de fait, les deux amis ne se reverront que très peu, en Hollande, avant la mort d’Artedi.

13 Peter Biur est le mari d’Anna Maria, la sœur d’Artedi, marchand à Umea (voir supra, § 3).

14 Jonas Liungberg, mari d’Elisabeth Artedi, est le prédicateur royal officiel de Stockholm (voir supra, § 3).

15 De fait, d’après W. Blunt, Linné…, p. 125, « l’inventaire de ses biens, dressé après sa mort […], révèle à quel point il était démuni de vêtements et d’argent ».

16 Abhinc est ici – comme en [17] altero abhinc die – construit avec la valeur de abinde. En latin classique, abhinc ne s’emploie pas avec pauci, qui n’admet que ante (paucos ante dies) ou his (his paucis diebus) pour signifier « il y a quelques jours ».

17 Il s’agit du jardin botanique de George Clifford, financier anglo-hollandais immensément riche, qui fut le mécène de Linné en Hollande à partir de 1735 : pour un salaire de mille florins par an, Linné devait en effet être le médecin attitré de Clifford et entretenir ce fameux jardin, situé dans le domaine du Hartekamp, près de Haarlem.

18 W. Blunt, Linné…, p. 132, précise dans une note qu’il « est absolument impossible qu’une lettre envoyée en Suède ait pu parvenir à son destinataire, et la réponse de celui-ci arriver en Hollande, en un laps de temps aussi bref ». N’oublions pas, par ailleurs, que la famille d’Artedi habite très au nord d’Uppsala, en Botnie occidentale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Fève-Pinault, « Vita Petri Artedi de Carl von Linné – texte original latin et sa traduction française », Kentron, 30 | 2014, 163-179.

Référence électronique

Emmanuelle Fève-Pinault, « Vita Petri Artedi de Carl von Linné – texte original latin et sa traduction française », Kentron [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 13 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/kentron/580 ; DOI : 10.4000/kentron.580

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Fève-Pinault

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals