Navigation – Plan du site

AccueilNuméros30Comptes rendusChristophe Cusset, Cyclopodie. Éd...

Comptes rendus

Christophe Cusset, Cyclopodie. Édition critique et commentée de l’Idylle VI de Théocrite

Nicole Guilleux
p. 193-196
Référence(s) :

Christophe Cusset, Cyclopodie. Édition critique et commentée de l’Idylle VI de Théocrite, Lyon, Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Jean Pouilloux (Maison de l’Orient et de la Méditerranée ; 46, série littéraire et philosophique ; 15), 2011, 222 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Christophe Cusset (CC) s’inscrit dans le renouveau des études françaises consacrées à la poésie hellénistique, auquel l’auteur a personnellement beaucoup contribué. En effet, il a publié notamment une Muse dans la Bibliothèque (Paris, CNRS Éditions, 1999) et un commentaire des Bacchantes de Théocrite (Paris, L’Harmattan, 2001). Il a coédité une traduction de l’Alexandra de Lycophron (Paris, L’Harmattan, 2008) et des poèmes d’Euphorion (Paris, Belles Lettres, 2012). On lui doit aussi l’organisation de plusieurs colloques ayant conduit à des Actes, parmi lesquels un Lycophron : Éclats d’obscurité (Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2009) et un Homère revisité (Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2011). La présente Cyclopodie, « chant consacré au Cyclope », nous offre l’Idylle VI de Théocrite, avec, outre le texte et son apparat critique, une traduction et un commentaire approfondi.

2Dans l’introduction (p. 9-53), CC pose avec pertinence « le cadre poétique » de l’œuvre : rapports de Théocrite avec l’alexandrinisme, définition de l’idylle, place du poème dans le recueil. L’éditeur évoque également « le substrat mythologique » de la figure « en évolution » du Cyclope, d’Homère aux Alexandrins, en passant par la tragédie et la comédie classiques. Cette seconde partie de l’introduction est capitale dans le projet de CC, qui met à juste titre au centre de ses préoccupations la réécriture et l’intertextualité. Vient ensuite la structure de l’Idylle (garante de son unité), ainsi que les particularités métriques du poème : la mise au point de CC est importante, car elle sert de cadre au commentaire détaillé du poème. De « brèves remarques sur la transmission du texte » terminent cette partie : sont repris ici, à de rares exceptions près, les choix d’A.S.F. Gow (Theocritus, Cambridge, Cambridge University Press, 1952). Suivent (p. 55-59) le texte et sa traduction, qu’il aurait sans doute été plus commode pour le lecteur de disposer en vis-à-vis. Un long commentaire vers à vers du poème (p. 61-191) constitue le cœur de l’ouvrage, où CC cherche à éclairer la polysémie de l’Idylle dans toutes ses nuances. Dans le cadre structurel défini en introduction, il est particulièrement sensible aux choix lexicaux, aux jeux phoniques, aux effets rythmiques, aux échos précis de la tradition antérieure. Le commentaire, aux angles d’attaque croisés, en ressort beaucoup plus riche et plus profond. Pour finir, le volume se complète d’une bibliographie éclectique (p. 193-203) et de quatre index très utiles (p. 205-222 : noms – de personnes et de divinités –, lieux, thèmes, passages cités).

3On peut toutefois regretter que l’auteur n’ait pas fourni une brève synthèse sur la langue de cette idylle ou, à tout le moins, renvoyé à la présentation de Pierre Monteil (Théocrite, Idylles (II, V, VII, XI, XV), Paris, PUF, 1968, p. 23-48), laquelle est plus détaillée que celle de Richard Hunter (Theocritus, A Selection : Idylls 1, 3, 4, 6, 7, 10, 11 and 13, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 22‑26). Certains faits de langue sont évoqués au fil du commentaire, et c’est utile, mais d’autres sont passés sous silence, comme les deux occurrences de l’imparfait du verbe « être » ἦς (3e pers. du sing.), qui ont pourtant de quoi déconcerter le non-spécialiste. On attendrait que soient présentés et mis en perspective les faits de langue les plus saillants de l’Idylle VI. Si le poète y use d’une langue à dominante dorienne (avec, notamment, ses ā correspondant à certains des ē notés η de l’attique, avec ses futurs contractes et ses formations en -ξ- de futur et d’aoriste des verbes en -ζω), d’autres traits dialectaux, hérités d’une tradition épique ou bucolique, y apparaissent. On a donc affaire à une langue composite, hautement artificielle. Cela explique, par exemple, la double scansion du neutre καλά au vers 19 :

4En effet, la scansion longue du ā initial trouve son origine dans la langue épique, qui suit sur ce point l’usage de l’ionien oriental : la disparition d’un wau dans un groupe hétérosyllabique /lw/, /nw/ ou /rw/ y est compensée par l’allongement de la voyelle précédente. Ce qu’illustrent aussi des formes homériques comme ξεῖνος, μοῦνος ou κούρη. Le même traitement est connu en dorien « oriental », qui a ξῆνος, μῶνος ou κώρα (cf. κώρα « pupille », v. 36). La scansion de καλός avec ă initial est, quant à elle, une innovation empruntée aux dialectes où les groupes liquide ou nasale + wau étaient tautosyllabiques. Le traitement sans allongement, qui apparaît déjà sporadiquement chez Hésiode, devient progressivement usuel dans la poésie hexamétrique ultérieure : ainsi, la scansion – ̆ de καλός est devenue minoritaire chez Théocrite (à peine 12 % des emplois). En outre, ce qui était à l’origine une forme dialectale motivée finit par relever des conventions métriques. La différence de scansion du vers 19 s’explique donc comme un artifice métrique, dans un état de langue où coexistent des variantes.

5L’information sur l’anthroponymie aurait pu également s’appuyer sur les données épigraphiques, car l’usage géographique de certains noms propres ne peut se définir par le seul recours aux sources littéraires. La consultation des volumes déjà parus du Lexicon of Greek Personal Names de P.M. Fraser et E. Matthews (Oxford, Clerendon Press, 1987-) aurait ainsi permis de nuancer les remarques (p. 63-64), reprises à A.S.F. Gow et R. Hunter, sur la « couleur thessalienne » du nom Δαμοίτας. En effet, si celui-ci se rencontre bien dans les inscriptions thessaliennes, il est également courant en Sicile, tandis que Δάφνις est fréquent dans tout le domaine grec. On notera aussi que Ἱπποκίων (v. 41, commentaire : p. 180), si tant est qu’il s’agisse bien d’un anthroponyme, n’est pas un hypocoristique : il apparaît plutôt comme le dérivé patronymique en -ίων d’un hypocoristique, lequel ne peut être que *Ἵπποκος, forme abréviative de Ἱπποκόων (Ἱπποκλῆς abrégé aurait donné Ἵπποκλος, attesté à Athènes, SEG 38 : 114, III 137, tout comme Πατροκλῆς aboutit à Πάτροκλος).

6Le Dictionnaire étymologique de Pierre Chantraine (Paris, désormais 20093) est souvent mis à contribution pour l’étymologie, ce qui se révèle bienvenu, mais on apportera une correction à la page 127 (ligne 6 du bas), où il faut lire « racine *okw» (et non *op-, radical qui n’a d’existence qu’en synchronie du grec ancien). On peut aussi regretter la place restreinte que tiennent les études linguistiques dans le commentaire. CC, sensible aux jeux sonores, aurait pu tirer profit de J.‑L. Perpillou, Recherches lexicales en grec ancien (Louvain – Paris, Peeters, 1996), p. 7-39 et particulièrement p. 34-35, de N. Maurice, « Sonorisation et expressivité en grec ancien », BSL, 82 / 1, 1987, p. 189-225, à propos du verbe καχλάζω (v. 12, commentaire : p. 100-102), de F. Skoda, Le redoublement expressif : un universal linguistique. Analyse du procédé en grec ancien et en d’autres langues (Paris, SELAF, 1982), p. 112-113, sur παπταίνοισα (v. 28, commentaire : p. 141), de J.-L. Perpillou, Recherches lexicales…, p. 92-112, pour le sens spécifique du verbe πτύω (v. 39, commentaire : p. 174-175) par opposition à χρεμετίζω, et ibid., p. 44-47, pour enrichir le commentaire sur κνίζω (v. 25, commentaire : p. 134-135).

7Ces quelques observations ne doivent pas masquer l’intérêt de l’étude due à CC, où une remarquable érudition s’allie à une grande finesse d’analyse. L’orientation intertextuelle du commentaire est assurément très fructueuse, puisqu’elle permet au lecteur moderne de saisir ce qui fondait l’esthétique de la poésie bucolique à l’époque hellénistique et l’inscrivait dans la postérité des œuvres archaïques et classiques.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/kentron/docannexe/image/589/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Guilleux, « Christophe Cusset, Cyclopodie. Édition critique et commentée de l’Idylle VI de Théocrite »Kentron, 30 | 2014, 193-196.

Référence électronique

Nicole Guilleux, « Christophe Cusset, Cyclopodie. Édition critique et commentée de l’Idylle VI de Théocrite »Kentron [En ligne], 30 | 2014, mis en ligne le 19 décembre 2016, consulté le 19 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/kentron/589 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kentron.589

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search