Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Dossier thématique : Pax. Pour un...Le champ sémantique de la paix à ...

Dossier thématique : Pax. Pour un histoire de la paix romaine

Le champ sémantique de la paix à Rome

Thomas Hippler
p. 23-44

Résumés

La langue latine connaît plusieurs mots pour exprimer l’idée de paix. Outre pax, de loin le mot le mieux connu, les termes d’otium, quies, tranquillitas et concordia peuvent signifier la paix, en sus d’un certain nombre de concepts plus étroitement diplomatiques comme sponsio, pactio, societas, amicitia, foedus et indutiae. L’article vise à analyser le champ sémantique de la paix couvert par ces différents concepts à travers une analyse qualitative basée sur les co-occurrences des différents termes avec pax.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cassin 2016.

1Le titre même du présent dossier – « Pax. Pour une histoire de la paix romaine » – est traversé par une tension symptomatique, tant il semble postuler une équivalence entre le terme latin de pax et le terme français de paix. Ce postulat implicite n’est évidemment pas dénué de sens, étant donné que le mot français paix, ainsi que des mots dans d’autres langues européennes (peace en anglais, pace en italien ou paz en espagnol), sont des dérivés vernaculaires de pax. Il n’empêche que ce postulat d’équivalence est problématique, tant il est évident qu’un terme ne se laisse habituellement pas traduire sans résidu dans une autre langue, et cela évidemment d’autant moins que la distance culturelle ou chronologique est plus grande. Le cas habituel est celui d’un recoupement sémantique partiel, qui se manifeste par le fait que des dictionnaires proposent en général plusieurs traductions pour un même mot1.

  • 2 Flobert 2000, 1144.
  • 3 Ernout & Meillet 2001, 473 ; Walde & Pokorny 1973, t. 2, 2 ; Job 1989.
  • 4 Voir Täubler 1913, 418.

2Tournons-nous donc dans un premier temps vers quelques dictionnaires. Le dictionnaire latin-français le plus utilisé, « le Gaffiot », propose comme significations de pax la paix, la tranquillité, le calme (des mers, des flots, du vent, de l’âme), ainsi que, en parlant des dieux, la bienveillance, la faveur et l’assistance2. Consultant le Dictionnaire étymologie de la langue latine d’Ernout et Meillet, nous apprenons que pax est un nom d’action provenant de la racine indo-européenne pak-, « fixer par une convention, résoudre par un accord entre deux parties », ou pag-, qui désigne surtout un acte physique3. Le verbe paco, qui en dérive, signifie lier, tandis que pactum, le neutre de pactus, est entré dans la plupart des langues européennes modernes en tant que « pacte »4.

  • 5 Quicherat 1891, 976.
  • 6 Édon 2008, 1204-04.
  • 7 Goelter 1966, 433.

3Les choses deviennent plus compliquées si nous nous tournons vers les dictionnaires français-latin. Quicherat donne plusieurs sens de paix, dont premièrement la « situation tranquille d’un État, ou d’un peuple, absence de guerre » en en indiquant trois traductions possibles : pax, quies et otium. Le deuxième sens est celui, plus circonscrit, d’un traité de paix, ce qui peut se dire en latin comme pax, pactio et condicio. Troisièmement, pour signifier la concorde entre les citoyens, nous trouvons pax, concordia et otium. Le quatrième sens est celui de tranquillité dans la vie intérieure, calme et repos, ce à quoi correspondent otium et quies. Finalement, au figuré, en tant que tranquillité d’âme, on trouve pax, tranquillitas et quies5. Le dictionnaire français-latin de Georges Édon indique, outre les mots déjà relevés, également placatus, comme sens figuré de tranquillité de l’âme6. Henri Goelzer prend un autre parti, en définissant la paix comme « état de celui dont le repos n’est pas troublé » et en indiquant pax, otium, tranquillitas et quies comme possibilités de traduction7. Un rapide coup d’œil dans des dictionnaires semble donc amplement confirmer la suspicion du départ : nous sommes très loin d’une simple correspondance entre pax et paix.

  • 8 Nous laissons de côté les travaux qui entendent l’expression pax romana comme équivalent d’empire, (...)
  • 9 Weinstock 1960 ; Gruen 1985 ; Sordi 1985 ; Welwei 1989 ; Huttner 2000 ; DeBrohun 2007.
  • 10 Boyancé 1941 et surtout André 1966.
  • 11 Akar 2013 et Lobur 2008.
  • 12 Nous n’avons pas pu consulter Lana 1989.
  • 13 Vollkommer 1997 mentionne la sécurité de l’État et renvoie à l’attribut de beata.
  • 14 Quelques remarques se trouvent dans Clark 2007, 4-11, ainsi que dans la contribution de Caroline Bl (...)

4Si nous nous tournons vers les recherches existantes pour éclaircir la distance qui sépare paix et pax, nous constatons que les études consacrées au champ sémantique de la paix romaine sont remarquablement peu nombreuses et que celles qui existent se divisent grosso modo en deux catégories8. D’une part, il y a celles qui s’intéressent à l’histoire d’une notion latine en particulier, avant tout à pax9, mais les concepts d’otium10 et concordia11 n’ont pas été délaissés par la recherche12. En revanche, les termes de tranquillitas13 et de quies14 ont beaucoup moins retenu l’attention des chercheurs. Ces travaux ont la particularité de s’intéresser aux concepts « indigènes », latins en l’occurrence, et d’en dégager les significations, souvent avec une finesse admirable. En revanche, en fonction de leur approche centrée sur une notion latine, ces travaux ne peuvent nous renseigner que très partiellement sur le champ sémantique couvert par notre notion moderne de paix. La simple raison à cela, nous venons de le voir, est qu’aucune notion latine ne correspond exactement à notre notion de paix.

  • 15 Waddy 1950 ; Zampaglione 1967 ; Woolf 1992 ; Rosenstein 2007 ; Parchami 2009 ; Hinard 1993 ; Bolmar (...)
  • 16 De Souza 2008, 78. L’excellent article de Barton 2007 appartient également à cette catégorie.
  • 17 Voir avant tout Fuchs 1926 et Jal 1961, ainsi que, dans une optique plus étroitement philologique, (...)
  • 18 Engerbeaud 2017, 57-91, fait le même constat en ce qui concerne la défaite, et Barrandon 2018 pour (...)

5D’autre part, il y a les auteurs qui s’interrogent sur les façons romaines de faire et de conceptualiser la paix, et qui mènent donc leur recherche à partir de notre notion moderne de paix. Ce faisant, ils ne prêtent étonnamment souvent que très peu d’attention à la dimension lexicale15. Dans d’autres cas, ils soulèvent qu’il y a bel et bien un enjeu terminologique, en indiquant par exemple que « plusieurs mots étaient utilisés pour désigner la paix dans l’ancien latin. Outre pax, otium ou quies pouvaient être utilisés », mais ils se contentent de reléguer le problème à « la philologie »16. Pour terminer, il y a une poignée d’études qui jettent les bases d’une histoire conceptuelle de la paix romaine17 en prenant comme point de départ qu’aucun des concepts mentionnés – pax, otium, quies, concordia, tranquillitas – ne couvre exactement le champ sémantique de notre « paix »18.

  • 19 Cornwell 2017. Dans sa bibliographie, pourtant très fournie, un chapitre du politiste américain Jam (...)

6Le livre récent de Hannah Cornwell est celui qui s’en approche le plus19 et l’auteure mentionne d’emblée les termes les termes de pax, concordia, otium, quies et tranquillitas :

  • 20 Cornwell 2017, 19-20 : « within a Roman framework there were a number of different terms and perspe (...)

si ces concepts expriment tous différents aspects de la paix, ils ne doivent pas être considérés isolément, mais comme faisant partie d’un ensemble plus large d’idées fréquemment déployées ensemble pour répondre aux préoccupations de stabilité publique20.

Or, comme le titre du livre – Pax and the Politics of Peace – l’indique, l’auteure se concentre in fine sur une de ces notions, celle de pax, en en offrant une archéologie conceptuelle qui retrace la naissance de la pax augusta suite à la « politisation de la paix » pendant les dernières années de la République.

  • 21 Janssen 1975 est toujours indispensable.

7Les pages qui suivent se proposent de suivre un autre chemin et d’interroger le vocabulaire politique romain à partir du concept moderne de paix, tel qu’il s’est formé depuis le XVIIe siècle, à savoir en tant que contraire d’un conflit armé21. Nous allons ainsi passer en revue les concepts de pax, les concepts diplomatiques de sponsio, pactio, societas, amicitia, foedus et indutiae, celui d’otium, puis ceux de quies, concordia et tranquillitas.

Pax

  • 22 Tite-Live, XXI, 18, 13 : uobis bellum et pacem portamus ; utrum placet sumite. Voir aussi Aulu-Gell (...)

8Le mot pax est à la fois l’équivalent le plus évident de notre « paix » mais, nous allons le voir, sa signification peut différer grandement de notre manière de concevoir la paix. Équivalent de notre « paix », pax peut ainsi fonctionner comme antonyme de la guerre. Le meilleur exemple pour un tel emploi est certainement celui du message envoyé aux Carthaginois leur demandant, en 218 av. J.-C., de choisir entre pax, symbolisée par un caducée, et bellum, symbolisé par une lance22. Si cet épisode semble mettre les deux partis adverses sur un pied d’égalité, l’emploi habituel de pax implique un différentiel de puissance et donc une relation fondamentalement inégale.

  • 23 Sordi 1985, 147.
  • 24 Barton 2007.
  • 25 Santangelo 2011.
  • 26 Tite-Live, XXXVII, 45, 7 : expiare errorem regis, pacem ueniamque impetrare a uictoribus, passage c (...)

9Le rapport aux dieux est l’un des contextes privilégiés dans lesquels on invoque ainsi la pax, de sorte que Marta Sordi a émis l’hypothèse que la signification du concept de pax dérive du syntagme pax deorum23. Ce qui est certain, c’est que le génitif subjectif deorum souligne le fait que la pax est accordée par la partie la plus forte – les dieux – à la partie la plus faible – les humains – et que ces derniers la demandent et déploient de considérables efforts pour l’obtenir. Plus important encore, le terme est habituellement associé à celui de uenia, le pardon24. Il en résulte deux conclusions majeures pour la signification de pax. D’une part le terme désigne moins un statut fixe qu’un processus. D’autre part, ce processus s’enracine et prend son sens uniquement dans une relation agonistique25. L’expression romaine de pax deorum a donc une signification diamétralement opposée de celle de la pax deum des chrétiens. De cette manière, l’expression pax deorum fournit en effet un modèle d’intelligibilité pour la pax entre les humains. Selon Tite-Live, l’émissaire du roi Antiochos III s’adresse au consul romain en sollicitant pax et uenia et en demandant comment le roi peut expier ses fautes26. Le même réseau sémantique est utilisé pour désigner la relation entre dieux et humains et celle entre différents groupes d’humains.

  • 27 Cicéron, Pro Fonteio, XXX.
  • 28 Plaute, Mercator, 678, cité par Barton 2007, 247.
  • 29 Plaute, Amphitryon, 388.
  • 30 Cicéron, De Republica, II, 6, cité par Cornwell 2017, 32.

10Le même constat s’impose si on regarde du côté des verbes qui accompagnent habituellement pax : petere (demander, solliciter)27, dare (donner)28 ou obsecrare (supplier, conjurer)29. Dans d’autres cas, l’idée de paix peut être exprimée par le seul verbe transitif pacare, ce qui exprime encore plus clairement l’asymétrie fondamentale de la relation : la partie la plus forte pacifie, tandis que toute velléité de résistance des plus faibles se voit « pacifiée ». Le participe passé passif de pacare, pacatus, est communément employé pour désigner le statut de ceux qui n’était ni romains ni hostiles et on trouve par exemple chez Cicéron la distinction entre pacatus (pacifié) et hostis (ennemi)30.

  • 31 Ovide, Amours, I, 2, 19-21, cite par Barton 2007, 248.

11Cette idée d’un différentiel de pouvoir dans une relation agonistique peut s’appliquer à une relation belliqueuse, mais également à d’autres registres de la vie sociale. La manière dont la maîtresse nouvellement « conquise » (sic) s’adresse à Cupidon, dans les Amours d’Ovide, est ainsi tout à fait significative : « Je te tends les mains en vaincue et me mets à ta merci. Plus n’est besoin de guerre ; je demande pardon et la paix (ueniam pacemque rogamus) »31.

  • 32 Bolmarcich 2020, 25 : « What the Romans meant by peace or pax was not what we mean by peace today [ (...)
  • 33 Tacite, Agricola, XXX, 7 : auferre, trucidare, rapere falsis nominibus imperium, atque ubi solitudi (...)
  • 34 Rosenstein 2007, 227.
  • 35 Appien, Hisp., 79-80. Sur l’ensemble de cette histoire, voir Rosenstein 1986.
  • 36 Barton 2007.

12Dans le domaine des « relations internationales », il s’ensuit que pax est prioritairement employé pour désigner ce qui suit une victoire romaine32. Le différentiel de puissance est ici exprimé par le terme d’imperium, organiquement lié à celui de pax, le lien étant très clairement exprimé dans le passage classique de Tacite selon lequel « voler, massacrer, piller, c’est ce que leur langage mensonger appelle imperium, et où ils créent le désert, ils disent que c’est la paix »33. Une longue tradition dans l’historiographie romaine s’est efforcée de démontrer que les Romains n’ont jamais accepté la paix autrement que suivant leur victoire sur leurs ennemis. Appien relate des épisodes particulièrement instructifs concernant la conquête romaine de l’Espagne34 : devant l’impossibilité de vaincre militairement la ville de Numance, le commandant romain réussit, en 130 av. J.-C., à négocier un accord mais non sans insister pour que les Numantiens se soumettent au rituel d’une capitulation sans conditions, sans lequel l’accord n’a aucune chance d’être ratifié à Rome35. On pourrait multiplier les exemples de telles histoires tout au long de l’histoire romaine : une véritable paix ne peut avoir lieu que quand l’ennemi se déclare vaincu (deditio) et implore la paix (supplicatio)36. Aux caractéristiques de la relation agonistique et du différentiel de puissance, s’ajoute donc celle du rapport pacifié dans une relation contractuelle. En tant que tel, et contrairement à d’autres concepts que nous verrons par la suite, pax implique une durée a priori indéfinie.

  • 37 Voir la contribution de Matthieu Engerbeaud à ce dossier, ainsi que Engerbeaud 2017, 320 : « La con (...)
  • 38 Rüpke 1990, 140.
  • 39 Ibid., 141.

13Il est évident que ces récits posent un problème de taille dans la mesure où ils nous sont parvenus par la plume d’historiens ayant écrit souvent plusieurs siècles après les événements. On peut donc légitimement avoir la suspicion que les paix conclues ont été réinterprétées rétrospectivement par des historiens à travers un regard impérialiste, occultant ainsi les nombreuses défaites romaines37. Dans sa thèse sur la construction religieuse de la guerre à Rome, Jörg Rüpke émet l’hypothèse que la première guerre punique marque une rupture fondamentale dans la manière dont les Romains ont conceptualisé la guerre ainsi que, par implication, la paix. Jusqu’au premier tiers du IIIe siècle, les campagnes militaires suivaient un rythme annuel, tandis qu’après cette date les actions militaires sont conçues comme des guerres qui, indépendamment de leur durée, se terminaient invariablement par une victoire romaine. « L’impulsion décisive a été donnée par la première guerre punique, dont les nombreuses défaites ont pu être interprétées rétrospectivement comme des étapes vers la “victoire finale” »38. Corrélativement, c’est aussi la conception de la paix qui change : d’un phénomène saisonnier, désignant les mois du repos hivernal, la paix change de signification. « La paix dont il est question ici doit être une paix victorieuse : la paix que signale le Janus fermé est celle d’une domination mondiale qui ne rencontre plus de résistance »39.

  • 40 Cornwell 2017, 41.
  • 41 Augustin, La Cité de Dieu, Paris, Desclée de Brouwer, 1960, Livre XIX, chap. 11, p. 96-97 : Possemu (...)
  • 42 Fuchs 1958 ; Huttner 2000 ; Hinard 1993, 68.

14Pour conclure, le concept de pax articule, premièrement, la relation entre individus ou groupes dans une forme de conflit ou de rivalité ; deuxièmement, l’idée d’un différentiel de puissance entre les entités et, enfin, une relation pacifiée par un contrat à durée indéterminée40. On comprend donc facilement que, contrairement à la pax chrétienne41, celle des Romains n’est pas une valeur en soi, mais peut également être disqualifiée en tant que source de décadence politique et morale42.

Les concepts diplomatiques

  • 43 Tite-Live, IX, 11, 4-5 ; 5, 3 et 9, 9-15.
  • 44 Salluste, Jugurtha, XXIX, 3 et XL, 1 ; Cicéron, Ad fam., X, 6 ; Pro Balbo, XV, 7 ; Philippiques, XI (...)
  • 45 Bederman 2001, 192. Voir aussi Cornwell 2017, 31.
  • 46 Tite-Live, XXI, 60, 4 : nec pax modo apud eos sed societas, ainsi que I, 49, 7 ; XXI, 59 10 ; XXXI, (...)
  • 47 Baltrusch 1994, 92-188. Voir aussi Tausend 1992, Alonso 2007 et Cadiou 2008, 62.
  • 48 César, De Bello gallico, VII, 55, 4 : de pace et de amicitia concilianda, voir aussi I, 3, 2 et IV, (...)
  • 49 Plaute, Amphitryon, 395 ; Cicéron, Pro Caelio, XXXIV, 16 ; Pro Balbo, XV, 7 ; XXXVIII, 9 ; XLV, 11  (...)

15Comme tous les concepts, celui de pax ne fonctionne qu’à l’intérieur d’un faisceau de concepts associés, dont les concepts diplomatiques, comme sponsio43, pactio44, amicitia45, mais également societas, qui semble avoir une signification proche de la symmachia grecque46, à savoir le fait de lier la relation pacifiée entre les parties contractantes à un concours réciproque en cas de guerre47. Dans le même registre diplomatique et contractuel, on pourra également mentionner le syntagme conditiones pacis, qui met l’accent sur le caractère négocié de la relation contractuelle48. La même chose vaut a fortiori pour le lien entre pax et foedus49. Dans Amphitryon, Plaute met ainsi en scène un dialogue entre Mercure et l’esclave Sosie, ce dernier implorant la paix afin d’éviter une rossée :

  • 50 Plaute, Amphitryon, 388, 95, cité par Cornwell 2017, 27-28.

je ne parlerai qu’une fois la paix faite : tes poings sont trop forts … J’ai fait la paix, j’ai fait un traité. Je dis la vérité (pacem feci, foedus feci. uera dico)50.

  • 51 Voir Rich 2008.
  • 52 Dans le même passage, Mercure refuse d’abord la pax et n’offre que des indutiae : Sos : opsecro ut (...)
  • 53 Gel.1.25, Pour les co-occurrences entre pax et indutiae, voir Liv. 4.30.2, 9.9.15, 10.6.2, 10.37.4, (...)

Alors que ce passage paraît indiquer un lien logique entre pax et foedus, ce lien ne semble pourtant pas être systématique dans la pratique de la politique étrangère romaine51. Pour terminer, pax se trouve dans un voisinage conceptuel étroit avec indutiae (trêve)52 mais les deux se différencient par le fait que, contrairement à pax, les indutiae sont limitées dans le temps53.

Pax atque otium

  • 54 Ernout & Meillet 2001, 473. Dans une formulation presque identique, Milani 1985.
  • 55 Flobert 2000, 1112-1113.

16D’après le Dictionnaire étymologique de la langue latine d’Ernout et Meillet, le mot pax se différencie de « l’état de paix résultant de la pax, se disant plutôt otium »54. Ce dernier mot, otium, est plus communément connu comme équivalent latin de la scholè grecque et peut donc être traduit par repos, retraite, inaction ou bien loisir (éventuellement consacré aux études et aux lettres), mais également par désœuvrement. Une autre possibilité de traduction, par tranquillité, est plus proche du champ sémantique de la paix. Le Gaffiot donne ainsi comme significations d’otium : 1° loisir, repos ; 2° inaction, oisiveté ; 3° loisir studieux ; 4° paix, calme, tranquillité55.

  • 56 André 1966, 12. Les passages sur l’otium reposent avant tout sur cet ouvrage indispensable.
  • 57 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, XIX, 10, 12. Voir aussi Karlova 1896.
  • 58 Woolf 1992.
  • 59 Rüpke 1990, 22-28. Tite-Live, XLIV, 20, 3-4 : hiemem etiam insuper rebus gerendis interuenisse. In (...)
  • 60 André 1966, 21. Voir aussi Boyancé 1941, 189, qui insiste également sur la valeur communautaire et (...)
  • 61 Cicéron, Rep., II, 14, 26.
  • 62 Tite-Live, I, 19, 6.
  • 63 André 1966, 51 et Boyancé 1941.
  • 64 Voir les occurrences d’otium dans le troisième livre de Tite-Live : hoc iudicium et promulgata lex (...)

17L’étymologie d’otium, contrairement à celle de pax, reste largement opaque. Selon Jean-Marie André, auteur d’une thèse sur la notion d’otium, toutes les recherches étymologiques se sont in fine soldées par des échecs, mais l’étude sémantique de la notion peut néanmoins nous amener « à la conviction raisonnable que l’otium primitif est une notion militaire, qu’il désigne le silence des armes, d’où procèdent les idées de repos professionnel, de calme des Muses, d’ordre politique assuré ou de sérénité philosophique »56. Dès sa première occurrence dans la littérature latine, le terme est explicitement rattaché à la distinction entre les sphères domi, comme espace démilitarisé de l’urbs, et militiae, l’extérieur57. Or cette séparation spatiale se dédouble d’une autre, temporelle58. Le calendrier initial de Rome, celui de Romulus, ne connaît au début que dix mois de l’année, puisqu’il exclut janvier et février, mois « creux » parce qu’impropres et à l’agriculture et à la guerre : le terme d’otium désigne ainsi ce laps de temps de la trêve hivernale59. Le temps de paix étant celui où le citoyen n’est pas mobilisé, le mot otium dénote tout ce qui n’est pas réservé à l’État dans la vie d’un citoyen romain60. Ce n’est que sous le règne pacifique de Numa qui, d’après Cicéron, a inspiré aux Romains « l’amour de la tranquillité et de la paix (amor oti et pacis) »61, que les mois de janvier et février sont ajoutés au calendrier62. Le mot otium s’oppose donc à la sphère militaire (militiae) et signifie l’espace-temps de la paix dans lequel le citoyen peut librement vaquer à ses affaires. Selon Jean-Marie André, otium désigne alors « non le loisir individuel, qui paraît une conquête ultérieure, mais la tranquillité de la paix »63. Aussi l’otium s’oppose-t-il à la fois aussi bien à la guerre extérieure qu’aux désordres internes et à la guerre civile64.

  • 65 Plaute, Amphitryon, 208 : Sine ui et sine bello … pacem atque otium.
  • 66 César, De Bello gallico, VII, 63 : ad reliqui temporis pacem atque otium parum profici.
  • 67 Cicéron, Verrines, II, 4, 78 ; Pro Caecilio, 33 ; Après son retour, 21 : quoniam illi arti in bello (...)
  • 68 Pline, Pan., 56.
  • 69 Tacite, Germania, 14 : si ciuitas in qua orti sunt longa pace et otio torpeat, plerique nobilium ad (...)
  • 70 Tacite, Annales, XII, 12 : nam militares artes per otium ignotae, industriosque aut ignauos pax in (...)
  • 71 Tite-Live, III, 14, 1 : exercuit ciuitatem ; ab externis armis otium fuit ; III, 30, 1 : cum foris (...)
  • 72 Tite-Live, III, 65, 2 : otium domi ac foris, tandis que I, 19, 3 oppose l’otium aux dangers externe (...)

18Le voisinage conceptuel entre pax et otium se trouve confirmé par un nombre élevé de co-occurrences, définis ici comme des passages où les deux notions se trouvent employées dans la même phrase. La première chose qui saute alors aux yeux est le fait qu’un grand nombre de ces co-occurrences se trouvent dans des contextes clairement militaires. Plaute oppose ainsi pax et otium à la violence et à la guerre65, tandis que César fait dire à Vercingétorix qu’en dépit d’absence temporaire de l’ennemi il n’a ni pax ni otium, puisque l’ennemi reviendra66. Chez Cicéron, l’expression pax atque otium devient un véritable topos, explicitement opposé aux registres militaire et belliqueux dans de nombreux textes67. Pline associe pax et otium, en les opposant à la chose militaire68, ainsi que Tacite69 : dans ses Annales, on trouve un passage frappant qui oppose les arts militaires à l’otium, tandis que, en temps de pax, « les industrieux et les lâches » se ressemblent70. La formulation est contre-intuitive, puisqu’on aurait pu s’attendre à ce que l’indistinction entre industrieux et lâches, plutôt qu’être assimilée à la pax, soit au contraire présentée comme une caractéristique de l’otium, avec ses connotations de calme, d’oisiveté, et d’inaction : c’est dans des formulations comme celle-ci que pax et otium deviennent pratiquement interchangeables. Chez Tite-Live, on trouve plusieurs passages où l’agitation à l’intérieur est opposée à la paix (otium) à l’extérieur71, tandis que d’autres emploient le mot otium pour la paix aussi bien intérieure qu’extérieure72.

19Quel est donc le rapport entre pax et otium ? Parlant de l’aristocrate obtus Coriolan et de sa querelle avec la plèbe, Tite-Live relate l’anecdote suivante :

(Aux) ambassadeurs (de la plèbe) qui venaient traiter de la paix, Marcius fit une réponse implacable (missique de pace ad Marcium oratores atrox responsum rettulerunt) : « S’ils rendaient aux Volsques leurs territoires, on pourrait parler de paix (si Volscis ager redderetur, posse agi de pace) ; s’ils ne voulaient la paix que pour jouir de leurs prises de guerre (si praeda belli per otium frui uelint)… ».

  • 73 Tite-Live, II, 9, 10. Des remarques similaires pourraient être faites à propos de I, 32, 4 : parlan (...)

Dans ce paragraphe, le traducteur opte trois fois pour « paix », les deux premières fois pour rendre pax, la troisième pour otium. Or on voit très bien en quoi les usages des deux termes latins se différencient : Tite-Live emploie pax quand il est question de négocier un accord de paix, tandis qu’il emploie otium pour désigner un état de paix résultant de cet accord73.

  • 74 Fuchs 1926, 184-185.

20Cela correspond exactement à l’idée développée en 1926 par Harald Fuchs dans l’ouvrage issu de sa thèse sur Augustin et l’idée de paix antique. Selon lui, pax signifie une situation juridique dans laquelle des droits initialement opposés sont conciliés. La pax n’est donc pas quelque chose de donné mais la connotation juridique renvoie à une situation activement créée et reposant sur une reconnaissance bilatérale. Pax signifie donc tout d’abord la condition d’un contenu plutôt que le contenu, lui-même désigné par otium. Fuchs conclut en disant que l’expression « pax et otium signifie donc en réalité un rapport juridique établi et consolidé vis-à-vis de l’extérieur et, par conséquent, la tranquillité ainsi garantie »74.

Paix, tranquillité et quiétude

  • 75 Clark 2007, 4-11 et 54.
  • 76 De Souza 2008, 78.
  • 77 Tite-Live, I, 13 ; I, 31 ; I, 38 ; I, 42 ; II, 15 ; II, 18 ; II, 48 ; III, 32 ; III, 48 ; III, 51 ; (...)
  • 78 Avec des références : César, De Bello ciuili, III, 57, 4 ; Tite-Live, II, 15, 5 ; VI, 30, 9 ; Tacit (...)

21Le champ sémantique, déjà passablement complexe, n’est pourtant pas saturé et des termes comme quies et tranquillitas peuvent également, dans certaines circonstances, dénoter la paix. Quies signifie surtout le calme, le repos, le sommeil et, par extension, l’absence d’activité, mais aussi la paix et la tranquillité. Nous avons donc un champ sémantique assez proche de celui d’otium, mais peu de travaux ont été consacrés à la notion. On trouve quelques indications assez sommaires dans la monographie Divine Qualities d’Anna Clark75 ; Philip de Souza mentionne le fait que quies (ainsi qu’otium) peut couvrir le champ sémantique de notre paix76, et Hannah Cornwell nourrit cette intuition avec quelques références à Tite-Live77. Finalement, la contribution de Caroline Blonce à ce dossier fournit des références supplémentaires, en concluant que quies « apparaît comme un équivalent, sans être un synonyme parfait, de pax »78.

  • 79 Lucain, I, 239 : rupta quies populi, stratisque excita iuuentus / deripuit sacris adfixa penatibus (...)
  • 80 Stace, Silv., III, 5, 86 : pax secura locis et desidis otia uitae / et numquam turbata quies somniq (...)
  • 81 César, De Bello ciuili, III, 57, 4 : quietem Italiae, pacem prouinciarum salutem imperii uni omnis (...)
  • 82 Lucain, II, 650 ; voir aussi I, 250 : pax alta per omnes et tranquilla quies populos.
  • 83 Stace, Theb., III, 448 : hinc pacis tranquilla mouent, atque inde pudori / foeda quies, flectique n (...)
  • 84 Velleius Paterculus, Hist. Rom., II, 25, 1.
  • 85 Velleius Paterculus, Hist. Rom., II, 103, 5 : omnibus hominibus salutis, quietis, pacis, tranquilli (...)
  • 86 Velleius Paterculus, Hist. Rom., II, 125, 5.
  • 87 Tacite, Germania, XL, 4 : non bella ineunt, non arma sumunt ; clausum omne ferrum ; pax et quies tu (...)
  • 88 Tacite, Germania, XIV, 2 : si ciuitas in qua orti sunt longa pace et otio torpeat, plerique nobiliu (...)

22Regardant les co-occurrences entre pax et quies, on remarque que le sens de quies peut en effet se situer quelque part entre paix et sommeil. C’est le cas, par exemple, chez Lucain79 et Stace80. Dans d’autres cas, le lien avec la chose militaire est beaucoup plus évident, comme chez César81, à propos duquel Lucain écrit qu’il avait du mal à supporter pacis longaeque quietis82. Chez Stace, pax et quies sont opposés à pugna83. Velleius Paterculus relate à propos de Sylla qu’on aurait pu croire qu’il était venu en Italie, non belli uindicem, sed pacis auctorem : tanta cum quiete exercitum per Calabriam Apuliamque84, tandis que salus, quies, pax et tranquillitas résument ce à quoi aspirent les humains85. Une armée est maintenue in summa pace et quiete86. Le même emploi se trouve chez Tacite, où pax est assimilée à quies par opposition à la guerre et aux armes87 ou, encore plus explicitement, pax, otium et quies, s’opposent ensemble à uis et bellum88.

  • 89 Cicéron, Provinces consulaires, 31.

23On le voit : employé dans des contextes militaires, le terme de quies s’oppose à la guerre, aux armes et à la violence. Or force est de constater que quies ou ses dérivés peuvent également prendre des significations beaucoup plus proches de la relation de domination que nous avons décelée pour le mot pax. Dans les Provinces consulaires, Cicéron déclare ainsi qu’il ne connaît aucun ennemi (hostis) et nulla gens est quae non aut ita sublata sit ut uix exstet, aut ita domita ut quiescat, aut ita pacata ut uictoria nostra imperioque laetetur89. La formulation met ainsi en parallèle la destruction, la domination et la « paix » (pacatus) comme trois causes qui engendrent autant d’effets qui sont une existence fragilisée, la « quiétude » (quiescere qui prend ici le sens de se tenir tranquille) et la victoire.

  • 90 Tite-Live, XXX, 30, 9 : agimus ii quorum et maxime interest pacem esse, et qui quodcumque egerimus (...)

24Parmi les nombreuses occurrences chez Tite-Live, nous n’en relèverons que trois, particulièrement instructives. La première (X, 6, 2) explicite la paix extérieure (pacatae foris res) en disant que les Étrusques se tenaient tranquilles (quietum tenebat) du fait de leur échec dans la guerre (aduersae belli res) et à cause de la trêve (indutiae) qui les liait aux Romains. On voit donc que quies s’oppose ici à la guerre mais, contrairement à pax, n’implique pas de relation contractuelle durable, d’où l’emploi d’indutiae. Dans la deuxième occurrence (XXVIII, 3, 5), quies prend un sens purement militaire : la ville ennemie ne s’étant pas rendue (ou « pacifiée », ubi nihil pacati respondebatur), un siège est mis en place et l’armée romaine est divisée en trois parties, dont une attaque, tandis que les deux autres se reposaient (quietis). La troisième occurrence (XXX, 30, 9) est peut-être la plus surprenante, puisqu’il est explicitement question de paix (pax) et de la ratification d’accords de paix, en ajoutant que tout ce qu’il faut pour y parvenir est un état d’esprit qui ne soit pas opposé a quietis consiliis, une expression qui, dans ce contexte, peut difficilement être traduite autrement que par conseils de paix ou plans de paix90.

  • 91 Flobert 2000, 1616.
  • 92 Lucrèce, II, 1093 et, encore plus clairement VI, 73 ; Stace, Achilleis, I, 808 et 817 ; Cicéron, Q. (...)
  • 93 Cicéron, Ad fam., IX, 10, 3 ; Lucrèce, I, 32.

25Passons maintenant au terme de tranquillitas, dont le Gaffiot donne comme significations calme et tranquillité, en indiquant tranquillitas pacis et tranquillitas animi comme exemples d’utilisation91. Or force est de constater que le mot peut également être employé dans le sens qui nous intéresse particulièrement ici. Si on se tourne vers les co-occurrences avec pax et avec bellum, celles-ci font certes apparaître la signification d’une tranquillité d’esprit92, mais dans un certain nombre de cas celle-ci est explicitement liée à l’absence de guerre93.

  • 94 Tite-Live, XXXIV, 7, 1 : pacis et tranquillitatis publicae fructus ; Lucain, I, 131 (en adjectif en (...)
  • 95 Lucain, I, 31 ; Tite-Live, VI, 25, 11 : omnia constanti tranquilla pace ut eo uix fama belli perlat (...)
  • 96 Tite-Live, III, 40, 11 : bellis quae immineant perfectis, re publica in tranquillum redacta ; VI, 2 (...)
  • 97 Tite-Live, II, 49, 2 : populo Romano tranquillam pacem agente omnes finitimos subigi populos posse  (...)
  • 98 Tite-Live, II, 63, 3 : consules coacti extemplo ab senatu ad bellum educta ex urbe iuuentute tranqu (...)
  • 99 C’est en particulier par l’intermédiaire des Discours sur la première décade de Tite-Live de Machia (...)
  • 100 Tite-Live, III, 65, 6 : seditionibus continuere, urbano otio foris quoque omnia tranquilla esse adf (...)

26La plupart des co-occurrences renvoient néanmoins au registre politique94 et en premier lieu au registre belliqueux, où tranquillitas signifie donc le contraire de la guerre95. C’est particulièrement chez Tite-Live que cet emploi peut être constaté96. Plus intéressant encore, dans les co-occurrences avec pax (mais pas avec bellum), tranquillitas peut également être assimilée à la victoire militaire et la soumission des ennemis97, et donc être employée dans le sens proche de pax que nous avons constaté également pour le terme quies. Un dernier sens, également chez Tite-Live, oppose la tranquillité aux désordres civiles et aux séditions98, voire, thème livien par excellence99, dans un sens qui présente la guerre extérieure comme moyen de surmonter la discorde interne100. Cette antithèse entre tranquillitas et séditions internes nous amène vers un sens de paix qui se trouve au centre de notre dernière notion, concordia.

La concorde et les transformations de pax

  • 101 Cicéron, Pro Murena, I, 9.
  • 102 Platon, Lois, I, 628c.
  • 103 Alonso 2007, 225-227.
  • 104 Voir Spitzer 2012, 22-24.
  • 105 Cicéron, Rep., II, 42, 69. Pour le contexte, voir Delatte 1979.
  • 106 À la suite de Momigliano 1942, 119, qui avait déjà insisté sur le caractère socialement plus inclus (...)

27La perméabilité entre les différentes notions que nous avons passées en revue est clairement exprimée par un certain nombre de passages frappants, notamment de Cicéron qui débute son discours en faveur de Murena en priant les dieux que « votre décision vous assure, comme au peuple romain, pacem, tranquillitatem, otium concordiamque »101. Concordia, ainsi que concors, ont des connotations clairement subjectives, déjà exprimées par le radical cor, le cœur. Son emploi dans le registre politique semble surtout être redevable de l’héritage grec du terme homónoia, concept à connotation aristocratique, qui repose sur une attitude psychique nommée philophrosúne, sentiment d’amitié102 et qui renvoie à la fois à l’héritage pythagoricien de la philía et au concept diplomatique de philotès103. On est donc en face d’une métaphysique politique cohérente, fondée sur une idée d’harmonie, qui s’étend du psychique au cosmique, en passant par le politique104 : quae harmonia a musicis dicitur in cantu, ea est in ciuitate concordia105, dit Cicéron. Il n’est dès lors pas très étonnant que concordia soit devenue, à l’instar de son homologue grec homónoia, en grande partie un mot d’ordre du parti conservateur, destiné à faire taire des revendications populaires106.

  • 107 Jal 1961. Les paragraphes suivants s’appuient notamment sur cet article.
  • 108 Cornwell 2017, 21.
  • 109 Cicéron, Loi agraire, II, 4, 9, met en opposition pax externa et otium domesticum.
  • 110 Tacite, Hist., II, 37, 2, met en parallèle quies / discordia et pax / bellum.
  • 111 Tite-Live, IV, 7, 1 : quorum in magistratu concordia domi pacem etiam foris praebuit ; VII, 27, 1 : (...)
  • 112 Cornwell 2007, 47-53.

28C’est à l’époque des guerres civiles que concordia revêt une signification proche de celle de pax107 et ce changement de signification de concordia est directement lié à une évolution du sens de pax. Pax, on l’a vu, connote l’idée d’un différentiel de pouvoir dans une relation asymétrique, dans laquelle la partie la plus faible implore un règlement juridique du conflit que la partie la plus forte peu concéder ou pas. Par ces caractéristiques, il n’est pas étonnant que le mot ait surtout été appliqué à la politique étrangère108. S’agissant de conflits internes et de leurs règlements, on préfère d’autres mots, avant tout otium109, mais également quies110, ainsi que concordia111. Sans surprise, l’emploi du vocabulaire change avec les guerres civiles : le mot bellum étant maintenant utilisé pour désigner le conflit interne, tout l’éventail des antonymes, dont pax, entre également dans le champ lexical, habituellement accompagnés de l’attribut ciuilis. Ce glissement terminologique fait partie de ce que Hannah Cornwell nomme la « politisation de la pax » à l’époque des guerres civiles, consistant en une représentation de l’adversaire non pas comme un concitoyen, mais comme un ennemi et donc, potentiellement, comme un étranger à la chose commune112 :

  • 113 Ibid., 22-23.

à partir de 57 av. J.-C., Cicéron utilise otium avec plus d’insistance en tant qu’outil politique, notamment dans son Pro Sestio, 98, où il identifie otium à la préservation de l’ordre politique (cum dignitate otium). Au début des années 40, l’analyse de la situation politique interne de Cicéron se concentre sur pax, un concept également mis en avant, bien que pour des raisons différentes, dans le De bello ciuili de César113.

  • 114 Cicéron, Phil., XIV, 7, 20.
  • 115 Cicéron, Phil., II, 113 : Pax est tranquilla libertas, seruitus postremum malorum omnium, non modo (...)
  • 116 Cicéron, Phil., VII, 6, 19 ; XII, 7, 17 ; XIV, 7, 20 : sub nomine pacis bellum lateret ; XIII, 1, 1 (...)
  • 117 Cicéron, Phil., VII, 3, 9 : periculosa pax.
  • 118 Cicéron, Phil., XIV, 7, 20 : pestifera pax.

Cette « politisation de la pax » signifie concrètement que la notion est dorénavant mobilisée par différents acteurs, appartenant à des camps politiques adverses, afin de promouvoir leurs objectifs politiques respectifs. Ces derniers cherchent alors à imposer leur propre acception de la uera pax114 – par exemple comme étant nécessairement liée à la libertas115 – et à disqualifier les « fausses paix » des adversaires116 comme paix périlleuses117, voire pestiférées118.

  • 119 Selon Jal 1961, 212, « la pax reste toujours alors la pactio, l’équilibre et le contrat d’un “trait (...)
  • 120 Cicéron, Phil., VII, 8, 23.
  • 121 Jal 1961, 219-221.
  • 122 Lucrèce, I, 456 : libertas, bellum, concordia ; Cicéron, Ad Att., VII, 3, 2 ; VII, 4, 2 ; IX, 7b1 ; (...)
  • 123 Jal 1961, 220.
  • 124 Cicéron, Ad Att., IX, 9, 2 ; IX, 11a, 1-3 ; Ad fam., IV, 2, 3 ; Pour le roi Déjotarus, IV, 11 ; Sur (...)

29Or, un deuxième mouvement se joint à cette « politisation de la pax » puisque, même qualifiée de ciuilis, le terme pax reste fondamentalement imprégné de l’idée contractuelle119, de sorte que, selon Cicéron, in discordia autem pax ciuilis nullo pacto est120. C’est la raison pour laquelle un rapprochement lexical s’opère entre pax et concordia, rapprochement qui peut prendre différentes formes121. D’une part, concordia peut être employée dans les contextes de guerre externes dans lesquels on aurait plutôt pu s’attendre à pax122. D’autre part, dans des contextes de guerre civiles, on préfère pax à concordia, l’exemple extrême étant l’absence totale de concordia dans le Bellum Ciuile de César123. Enfin, on trouve de très nombreuses co-occurrences de type pax atque concordia124.

Conclusion

30Nous ne pouvons que tirer des conclusions tout à fait provisoires sur le champ sémantique de la paix dans la Rome antique. Il convient tout d’abord de souligner les limites de cette étude basée sur l’analyse qualitative d’un certain nombre de termes identifiés par la recherche existante comme appartenant à ce champ sémantique. L’emploi d’une méthodologie quantitative pourrait permettre d’identifier non seulement d’éventuelles autres notions qui n’ont pas été prises en compte ici, mais également d’inclure des expressions autres que substantivées. Compte tenu de la nature procédurale de la paix romaine, il y a lieu de penser que les expressions verbales – que nous n’avons pu prendre en compte que très superficiellement – mériteraient une attention accrue. Ensuite, notre étude se fonde avant tout sur l’analyse des co-occurrences d’un certain nombre de termes avec pax, et cette analyse devrait être complétée par une prise en compte des co-occurrences entre tous les termes et expressions, afin de pouvoir identifier plus finement le réseau sémantique de la paix romaine.

  • 125 Voir Hippler & Vec 2015.

31Compte tenu de ces limites, nous pouvons néanmoins risquer un certain nombre de conclusions provisoires. Celles-ci sont peu surprenantes en ce qui concerne les significations de pax, terme qui connote une relation contractuelle, la victoire, la domination et l’imperium, ainsi que l’idée d’une durée indéterminée. Ces caractéristiques se manifestent dans les associations fréquentes avec un certain nombre de termes juridico-diplomatiques. Or, ces significations indiquent déjà un certain nombre de limites du concept qui font qu’il devient un enjeu sémantique des luttes politiques : à partir des guerres civiles, pax devient un concept essentiellement disputé et la pax des uns est rejetée comme une usurpation sémantique par les autres125.

32Ce sont certainement ces limitations sémantiques de pax qui expliquent la tendance à devoir spécifier le contenu concret de la paix par le recours à d’autres notions et, en premier lieu, à otium, notion qui ne semble avoir acquis sa signification « individuelle » que progressivement, tandis que sa signification originelle réside dans la non-mobilisation du citoyen et dans l’état de paix qui en résulte. L’analyse confirme donc l’intuition formulée dès 1926 par Harald Fuchs, selon laquelle pax requiert dans de nombreux contextes le complément otium, pour exprimer l’idée que de la création, voire l’imposition de la paix (pax) résulte un état de paix caractérisé par le fait que le citoyen peut librement vaquer à ses affaires (otium). Tout comme pax, otium ne constitue pas une valeur comme ce sera le cas plus tard pour la paix des chrétiens. Les connotations négatives de la paix – l’oisiveté, le désœuvrement et la corruption morale en résultat – sont davantage rattachées à otium, même si, nous l’avons vu, la pax peut également être perçue comme dangereuse. Enfin, il peut y avoir une fausse pax mais pas de faux otium, puisque même en étant moralement douteux, l’état de paix reste néanmoins réel. L’idée de tranquillité qui fait partie des significations d’otium est accentuée par les concepts de quies et de tranquillitas mais les deux concepts se rapprochent plutôt de pax que d’otium en ce que la domination résultant de la victoire fait également partie de leur champ sémantique.

  • 126 Galtung 1964.
  • 127 Barton 2007.
  • 128 Jal 1961, 225 avec références à Horace, Ep., 1, 12, 19 ; Lucain, 1, 98 et Manilius, 1, 142.

33Pour reprendre la terminologie introduite par Johan Galtung, la paix romaine est clairement une « paix négative »126 en ce qu’elle se définit pour l’essentiel en tant qu’absence de conflit. La formulation laisse immédiatement entrevoir pourquoi la paix est nécessairement une idée difficile dans la culture politique romaine, pour laquelle la stabilité ne peut provenir que d’incessants équilibrages de forces divergentes127. Fondée sur une idée de réciprocité, la paix n’est certainement pas conçue comme principe immuable ou, plutôt, elle devient suspecte dès qu’elle tend à s’éterniser. Pour être une idée socialement acceptable, la paix ne doit précisément pas être celle d’une harmonie immuable, et encore moins doit-elle signifier absence de tensions et de conflits. Dans ce sens, et pour citer Kant à contre-emploi, la paix romaine est le contraire de la « paix des cimetières » et elle n’existe véritablement que dans la discordia concors ou la concordia discors128.

Haut de page

Bibliographie

Akar P. (2013), Concordia. Un idéal de la classe dominante romaine à la fin de la République, Paris, Éditions de la Sorbonne (Histoire ancienne et médiévale ; 122).

Alonso V. (2007), « Peace and International Law in Ancient Greece », in War and Peace in the Ancient World, K.A. Raaflaub (dir.), Oxford, Blackwell, p. 206-225.

André J.-M. (1966), L’otium dans la vie morale et intellectuelle romaine des origines à l’époque augustéenne, Paris, PUF (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris, série Recherches ; 30).

Arena V. (2012), Libertas and the Practice of Politics in the Late Roman Republic, Cambridge, Cambridge University Press.

Baltrusch E. (1994), Symmachie und Spondai. Untersuchungen zum griechischen Völkerrecht der archaischen und klassischen Zeit (8.-5. Jahrhundert v. Chr.), Berlin – New York, De Gruyter.

Barrandon N. (2018), Les massacres de la république romaine, Paris, Fayard.

Barton C. (2007), « The Price of Peace in Ancient Rome », in War and Peace in the Ancient World, K.A. Raaflaub (dir.), Oxford, Blackwell, p. 245-255.

Bederman D.J. (2001), International Law in Antiquity, Cambridge, Cambridge University Press.

Bolmarcich S. (2020), « Definitions of peace », in A Cultural History of peace in Antiquity, S.L. Ager (éd.), Londres, Bloomsbury, p. 19-35.

Boyancé P. (1941), « Cum dignitate otium », REA, t. XLIII, 3-4, p. 172-191.

Cadiou F. (2008), Hibera in terra miles. Les armées romaines et la conquête de l’Hispanie sous la République (218-45 av. J.-C.), Madrid, Casa de Velázquez (Bibliothèque de la Casa de Velázquez ; 38).

Cassin B. (2016), Éloge de la traduction. Compliquer l’universel, Paris, Fayard.

Clark A.J. (2007), Divine Qualities : Cult and Community in Republican Rome, Oxford, Oxford University Press.

Cornwell H. (2017), Pax and the Politics of Peace : Republic to Principate, Oxford, Oxford University Press (Oxford Classical Monographs).

De Souza P. (2008), « Parta victoriis pax : Roman emperors as peacemakers », in War and Peace in Ancient and Medieval History, P. de Souza, J. France (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, p. 76-106.

DeBrohun J.B. (2007), « The Gates of War (and Peace) : Roman Literary Perspectives », in War and Peace in the Ancient World, K.A. Raaflaub (dir.), Oxford, Blackwell, p. 256-277.

Delatte A. (1979), Essai sur la politique pythagoricienne, rééd. Genève, Slatkine Reprints.

Édon G. (2008), Dictionnaire français-latin : rédigé spécialement à l’usage des classes [1908], G. Édon (éd.), Paris, Belin.

Engerbeaud M. (2017), Rome devant la défaite (753-264 avant J.-C.), Paris, Les Belles Lettres – Ministère des Armées (Collection d’études anciennes, série latine ; 80).

Ernout A., Meillet A. (2001), Dictionnaire étymologique de la langue latine. Histoire des mots, 4e éd., J. André (éd.), Paris, Klincksieck.

Flobert P. (2000), Le grand Gaffiot. Dictionnaire latin-français, 3e éd. rev. et aug., P. Flobert (dir.), Paris, Hachette.

Fuchs H. (1926), Augustin und der antike Friedensgedanke, Berlin, Weidmann.

Fuchs H. (1958), « Der Friede als Gefahr. Zum zweiten Einsiedler Hirtengedichte », Harvard Studies in Classical Philology, t. LXIII, p. 364-385.

Galtung J. (1964), « Editorial », Journal of Peace Research, t. I, 1, p. 1-4.

Goelzer H. (1966), Dictionnaire français-latin, H. Goelzer (éd.), Paris, Flammarion.

Gruen E.S. (1985), « Augustus and the Ideology of War and Peace », in The Age of Augustus (interdisciplinary conference held at Brown University, April 30-May 2, 1982), R. Winkes (éd.), Providence – Louvain-la-Neuve, Center for Old World Archaeology and Art, Brown University – Institut supérieur d’archéologie et d’histoire de l’art, p. 51-72.

Heuss A. (1933), Amicitia. Untersuchungen zu den rechtlichen Grundlagen der römischen Außenpolitik, Gräfenhainichen, Schulze.

Hinard F. (1993), « Pax romana. Naissance et signification », in Les fondements de la paix. Des origines au début du XVIIIe siècle (Actes du colloque du Mémorial de Caen et du CRHQ, 27-28 février 1992), P. Chaunu (dir.), Paris, PUF (Histoires), p. 63-78.

Hippler T., Vec M. (2015), Paradoxes of Peace in Nineteenth-Century Europe, Oxford, Oxford University Press.

Horn H. (1930), Foederati. Untersuchungen zur Geschichte ihrer Rechtsstellung in Zeitalter der römischen Republik, Francfort, Voigt & Gleiber.

Huttner U. (2000), « Zur Zivilisationskritik in der frühen Kaiserzeit : die Diskreditierung der pax Romana », Historia : Zeitschrift für Alte Geschichte, t. XLIX, 4, p. 447-466.

Jal P. (1961), « Pax Civilis – Concordia », REL, t. XXXIX, p. 210-231.

Janssen W. (1975), « Friede », in Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, O. Brunner, W. Conze, R. Koselleck (dir.), Stuttgart, Klett-Cotta, t. 2, p. 543-591.

Job M. (1989), « “Krieg” und “Frieden” im Altertum : Historisch-vergleichende Überlegungen zur Semantik zweier Wortfeldnamen », in Krieg und Frieden im Altertum, G. Binder, B. Effe (dir.), Trèves, Wissenschaftlicher Verlag Trier, p. 27-44.

Karlowa O. (1896), Intra pomoerium und extra pomoerium. Ein Beitrag zum römischen Staatsrecht, Heidelberg, Koester.

Koselleck R. (1990), Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. fr. J. Hoock, M.-C. Hoock, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lana I. (1989), Studi sull’idea della pace nel mondo antico, Memorie dell’Accademia delle Scienze di Torino. Classe di Scienze Morali, Storiche e Filologiche, ser. V, vol. XIII, fasc. 1-2.

Lobur J.A. (2008), Consensus, Concordia and the Formation of Roman Imperial Ideology, New York – Londres, Routledge.

Milani C. (1985), « Note sulla terminologie della pace nel mondo antico », in La pace nel mondo antico, M. Sordi (dir.), Milan, Vita e Pensiero, p. 17-29.

Momigliano A. (1942), « Camillus and Concord », Classical Quarterly, t. XXXVI, p. 111-120.

Momigliano A. (1992), « Liberty and Peace in the Ancient World », in Nono contributo alla storia degli studi classici e del mondo antico, R. Di Donato (éd.), Rome, Storia e Letteratura, p. 483-501.

Parchami A. (2009), Hegemonic Peace and Empire : The Pax Romana, Britannica, and Americana, Londres, Routledge.

Pedullà G. (2018), Machiavelli in Tumult : The Discourses on Livy and the Origins of Political Conflictualism, Cambridge, Cambridge University Press.

Petit P. (1997), La paix romaine, 4e éd. aug., Paris, PUF.

Quicherat L. (1891), Dictionnaire français-latin, L. Quicherat (éd.), rév., corr. et augm. par É. Chatelain, Paris, Hachette.

Rich J.W. (2008), « Treaties, allies and the Roman conquest of Italy », in War and Peace in Ancient and Medieval History, P. de Souza, J. France (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, p. 51-75.

Rosenstein N. (1986), « Imperatores Victi. The Case of C. Hostilius Mancinus », Classical Antiquity, t. V, p. 230-252.

Rosenstein N. (2007), « War and Peace, Fear and Reconciliation at Rome », in War and Peace in the Ancient World, K.A. Raaflaub (dir.), Oxford, Blackwell, p. 226-244.

Rüpke J. (1990), Domi militiae. Die religiöse Konstruktion des Krieges in Rom, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Santangelo F. (2011), « Pax deorum and Pontiffs », in Priests and State in the Roman World, J.H. Richardson, F. Santangelo (éd.), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, p. 161-186.

Scherer R. (2001), Foederati. Von der völkerrechtlichen Kategorie zur byzantinischen Truppengattung, Vienne, Holzhausen.

Sordi M. (1985), « “Pax deorum” e libertà religiosa nella storia di Roma », in La pace nel mondo antico, M. Sordi (dir.), Milan, Vita e Pensiero, p. 146-154.

Sordi M. (dir.) (1985), La pace nel mondo antico, Milan, Vita e Pensiero.

Spitzer L. (2012), L’harmonie du monde. Idées classiques et chrétiennes de l’harmonie du monde. Prolégomènes à une interprétation du mot « Stimmung », trad. G. Firmin, Paris, Éditions de l’Éclat.

Täubler E. (1913), Imperium romanum. Studien zur Entwicklungsgeschichte des Römischen Reichs, t. 1 : Die Staatsverträge und Vertragsverhältnisse, Leipzig – Berlin, Teubner.

Tausend K. (1992), Amphiktyonie und Symmachie : Formen zwischenstaatlicher Beziehungen im archaischen Griechenland, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Vollkommer R. (1997), « Tranquillitas », Lexicon Iconographicum Mythologiae Classicae, t. VIII, Zurich – Düsseldorf, Artemis, p. 50-51.

Waddy L. (1950), Pax Romana and World Peace, Londres, Chapman & Hall.

Walde A., Pokorny J. (1973), Vergleichendes Wörterbuch der indogermanischen Sprachen, Berlin, De Gruyter.

Weinstock H. (1960), « Pax and the ‘Ara Pacis’ », The Journal of Roman Studies, 50 / 1, p. 44-58.

Welwei K.W. (1989), « Si vis pacem, para bellum – eine Maxime römischer Politik ? », in Krieg und Frieden im Altertum, G. Binder, B. Effe (dir.), Trèves, Wissenschaftlicher Verlag Trier, p. 85-109.

Woolf G. (1992), « Roman Peace », in War and Society in the Roman World, J. Rich, G. Shipley (éd.), Londres – New York, Routledge, p. 171-194.

Zampaglione G. (1967), L’idea della pace nel mondo antico, Turin, ERI.

Haut de page

Notes

1 Cassin 2016.

2 Flobert 2000, 1144.

3 Ernout & Meillet 2001, 473 ; Walde & Pokorny 1973, t. 2, 2 ; Job 1989.

4 Voir Täubler 1913, 418.

5 Quicherat 1891, 976.

6 Édon 2008, 1204-04.

7 Goelter 1966, 433.

8 Nous laissons de côté les travaux qui entendent l’expression pax romana comme équivalent d’empire, l’exemple le plus connu étant Petit 1997, qui traite des aspects économiques, religieux, politiques, etc. de l’Empire romain, sans aborder la signification de la « paix » à l’époque romaine. Pour l’expression pax romana, voir la contribution de Christophe Badel dans ce dossier.

9 Weinstock 1960 ; Gruen 1985 ; Sordi 1985 ; Welwei 1989 ; Huttner 2000 ; DeBrohun 2007.

10 Boyancé 1941 et surtout André 1966.

11 Akar 2013 et Lobur 2008.

12 Nous n’avons pas pu consulter Lana 1989.

13 Vollkommer 1997 mentionne la sécurité de l’État et renvoie à l’attribut de beata.

14 Quelques remarques se trouvent dans Clark 2007, 4-11, ainsi que dans la contribution de Caroline Blonce à ce dossier.

15 Waddy 1950 ; Zampaglione 1967 ; Woolf 1992 ; Rosenstein 2007 ; Parchami 2009 ; Hinard 1993 ; Bolmarcich 2020.

16 De Souza 2008, 78. L’excellent article de Barton 2007 appartient également à cette catégorie.

17 Voir avant tout Fuchs 1926 et Jal 1961, ainsi que, dans une optique plus étroitement philologique, Milani 1985. Nous entendons « histoire conceptuelle » dans le sens de Koselleck 1990.

18 Engerbeaud 2017, 57-91, fait le même constat en ce qui concerne la défaite, et Barrandon 2018 pour le massacre : là aussi, aucun mot latin ne correspond exactement aux notions modernes.

19 Cornwell 2017. Dans sa bibliographie, pourtant très fournie, un chapitre du politiste américain James Farr constitue la seule entrée dédiée aux concepts politiques en tant que tels.

20 Cornwell 2017, 19-20 : « within a Roman framework there were a number of different terms and perspectives on the aspects of peace : pax (“peace, pact”), concordia (“harmony, agreement”), otium (“inactivity, ease”), quies (“quiet, rest”), and tranquillitas (“tranquillity”), to name the most commonly used. Furthermore, whilst these concepts all express different aspects of peace, they should not be seen in isolation, but as part of a wider nexus of ideas that were frequently deployed together to engage with concerns of public stability ».

21 Janssen 1975 est toujours indispensable.

22 Tite-Live, XXI, 18, 13 : uobis bellum et pacem portamus ; utrum placet sumite. Voir aussi Aulu-Gelle, Nuits Attiques, X, 27 3-5 et Appien, Hisp., XIII, 49.

23 Sordi 1985, 147.

24 Barton 2007.

25 Santangelo 2011.

26 Tite-Live, XXXVII, 45, 7 : expiare errorem regis, pacem ueniamque impetrare a uictoribus, passage cité par Santangelo 2011, 163-164.

27 Cicéron, Pro Fonteio, XXX.

28 Plaute, Mercator, 678, cité par Barton 2007, 247.

29 Plaute, Amphitryon, 388.

30 Cicéron, De Republica, II, 6, cité par Cornwell 2017, 32.

31 Ovide, Amours, I, 2, 19-21, cite par Barton 2007, 248.

32 Bolmarcich 2020, 25 : « What the Romans meant by peace or pax was not what we mean by peace today […]. Rather, for them, peace came as the aftermath of military success. It was not a condition that the Romans sought for its own sake ; it was a condition they strove for to increase their own military security, might and power ». Même si la pax est présentée comme une alternative à la guerre, plutôt que la fin de celle-ci, comme dans l’épisode, commenté plus haut, où les Romains demandent aux Carthaginois de choisir entre guerre et paix, les Romains offrent cette alternative depuis une position de puissance ; voir Cornwell 2017, 31.

33 Tacite, Agricola, XXX, 7 : auferre, trucidare, rapere falsis nominibus imperium, atque ubi solitudinem faciunt, pacem appellant. Voir aussi l’expression qui pacem nostram metuebant (Tacite, Annales, XII, 33).

34 Rosenstein 2007, 227.

35 Appien, Hisp., 79-80. Sur l’ensemble de cette histoire, voir Rosenstein 1986.

36 Barton 2007.

37 Voir la contribution de Matthieu Engerbeaud à ce dossier, ainsi que Engerbeaud 2017, 320 : « La conservation de la posture de la victoire par les Romains est un mirage historiographique, constitué à une époque où Rome a établi une hégémonie incontestée sur l’Italie et sur le pourtour méditerranéen ».

38 Rüpke 1990, 140.

39 Ibid., 141.

40 Cornwell 2017, 41.

41 Augustin, La Cité de Dieu, Paris, Desclée de Brouwer, 1960, Livre XIX, chap. 11, p. 96-97 : Possemus dicere fines bonorum nostrorum esse pacem … finis … vel pax in vita aeterna vel vita aeterna in pace dicendus est.

42 Fuchs 1958 ; Huttner 2000 ; Hinard 1993, 68.

43 Tite-Live, IX, 11, 4-5 ; 5, 3 et 9, 9-15.

44 Salluste, Jugurtha, XXIX, 3 et XL, 1 ; Cicéron, Ad fam., X, 6 ; Pro Balbo, XV, 7 ; Philippiques, XII, 9 et XIII, 2.

45 Bederman 2001, 192. Voir aussi Cornwell 2017, 31.

46 Tite-Live, XXI, 60, 4 : nec pax modo apud eos sed societas, ainsi que I, 49, 7 ; XXI, 59 10 ; XXXI, 29, 3 ; Pline, Hist. Nat., XIV, 2.

47 Baltrusch 1994, 92-188. Voir aussi Tausend 1992, Alonso 2007 et Cadiou 2008, 62.

48 César, De Bello gallico, VII, 55, 4 : de pace et de amicitia concilianda, voir aussi I, 3, 2 et IV, 18, 3 ; César, De Bello ciuili, I, 26 ; I, 85 ; III, 10 ; III, 17 ; Cicéron, Verrines, II, 5, 124 ; Cicéron, Pro Murena, 78 ; Ad Att., VIII, 8, 1 ; VIII, 12, 2 ; XI, 25, 3 ; Ad fam., V, 21 ; 6, 4 ; Salluste, Jugurtha, XXXI, 24 ; Tite-Live, I, 1, 8 ; VIII, 1, 19 ; VIII, 2, 3 ; IX, 3, 10 ; IX, 45, 18 ; XXVI, 24, 12 ; XXVIII, 18, 1 ; XXX, 13, 6 ; XXXIII, 3, 5 ; XLII, 46, 6 ; Pline, Hist. Nat., XX, 1 ; Tacite, Annales, I, 10. Voir Heuss 1933, ainsi que Cornwell 2017, 17.

49 Plaute, Amphitryon, 395 ; Cicéron, Pro Caelio, XXXIV, 16 ; Pro Balbo, XV, 7 ; XXXVIII, 9 ; XLV, 11 ; Ad fam., X, 6, 1 ; Phil., IV, 14 ; Rep., I, 48 ; II, 14 ; De Leg., II, 21 ; Lucrèce, V, 1155 ; Varron, Res Rusticae, II, 5, 9 ; Virgile, Énéide, XI, 356 ; XII, 202 ; XII, 821. Tite-Live, IX, 5, 3, pointe explicitement la différence entre foedus et sponsio : itaque non, ut uolgo credunt Claudiusque etiam scribit, foedere pax Caudina sed per sponsionem facta est. Voir également Horn 1930. Scherer 2001, bien que dédié à l’Empire oriental tardif, offre également des informations intéressantes.

50 Plaute, Amphitryon, 388, 95, cité par Cornwell 2017, 27-28.

51 Voir Rich 2008.

52 Dans le même passage, Mercure refuse d’abord la pax et n’offre que des indutiae : Sos : opsecro ut per pacem liceat te alloqui, ut ne uapulem / Mer : immo indutiae parumper fiant, si quid uis loqui.

53 Gel.1.25, Pour les co-occurrences entre pax et indutiae, voir Liv. 4.30.2, 9.9.15, 10.6.2, 10.37.4, 10.46.12, 30.29.5, 34.19.8.

54 Ernout & Meillet 2001, 473. Dans une formulation presque identique, Milani 1985.

55 Flobert 2000, 1112-1113.

56 André 1966, 12. Les passages sur l’otium reposent avant tout sur cet ouvrage indispensable.

57 Aulu-Gelle, Nuits Attiques, XIX, 10, 12. Voir aussi Karlova 1896.

58 Woolf 1992.

59 Rüpke 1990, 22-28. Tite-Live, XLIV, 20, 3-4 : hiemem etiam insuper rebus gerendis interuenisse. In otio militem ali. Voir aussi V, 2, 4-7.

60 André 1966, 21. Voir aussi Boyancé 1941, 189, qui insiste également sur la valeur communautaire et non individuelle d’otium, en rattachant son emploi chez Cicéron à celui de la paix chez Aristote : πόλεμον μὲν εἰρήνης χάριν, ἀσχολίαν δὲ σχολῆς (Politique 1333a).

61 Cicéron, Rep., II, 14, 26.

62 Tite-Live, I, 19, 6.

63 André 1966, 51 et Boyancé 1941.

64 Voir les occurrences d’otium dans le troisième livre de Tite-Live : hoc iudicium et promulgata lex exercuit ciuitatem : ab externis armis otium fuit (III, 3, 14) ; cuius initio anni cum foris otium esset, domi seditiones idem tribuni, eadem lex faciebat (III, 30, 1) ; Multiplici clade foedatus annus ; ab hoste otium fuit (III, 32, 4) ; nihil magnopere ad patrum aut plebis causam inclinati, otium domi ac foris habuere (III, 65, 2).

65 Plaute, Amphitryon, 208 : Sine ui et sine bello … pacem atque otium.

66 César, De Bello gallico, VII, 63 : ad reliqui temporis pacem atque otium parum profici.

67 Cicéron, Verrines, II, 4, 78 ; Pro Caecilio, 33 ; Après son retour, 21 : quoniam illi arti in bello ac seditione locus est, huic in pace atque otio ; Contre Pison, 73 : pacis est insigne et otii toga, contra autem arma tumultus atque belli ; Provinces consulaires, 39 : sapientissimo consule et diligentissimo custode pacis atque otii ; Pro Domo sua, 12 : otii et pacis hostem et 137 : turbo ac tempestas pacis atque otii ; Brutus, I, 15 : uterque pacem metuens, inimicus otio ; Ad Att., 16b, 2 : tamen oti pacisque causa acerrime illa soleo defendere ; Sur le destin, 2 ; In Sallustium, 10 ; Brutus, 45 : pacis est comes otique socia et iam bene constitutae ciuitatis quasi alumna quaedam eloquentia ; De orat., III, 211.

68 Pline, Pan., 56.

69 Tacite, Germania, 14 : si ciuitas in qua orti sunt longa pace et otio torpeat, plerique nobilium adulescentium petunt ultro eas nationes, quae tum bellum aliquod gerunt.

70 Tacite, Annales, XII, 12 : nam militares artes per otium ignotae, industriosque aut ignauos pax in aequo tenet.

71 Tite-Live, III, 14, 1 : exercuit ciuitatem ; ab externis armis otium fuit ; III, 30, 1 : cum foris otium esset, domi seditiones ; III, 32, 4 : ab hoste otium fuit.

72 Tite-Live, III, 65, 2 : otium domi ac foris, tandis que I, 19, 3 oppose l’otium aux dangers externes et à la discipline militaire : positis externorum periculorum curis, ne luxuriarent otio animi quos metus hostium disciplinaque militaris continuerat.

73 Tite-Live, II, 9, 10. Des remarques similaires pourraient être faites à propos de I, 32, 4 : parlant du quatrième roi Ancus Marcius, Tite-Live souligne son caractère « moyen », situé entre Romulus et Numa : « il pensait que sous le règne de son grand-père la paix était plus nécessaire avec un peuple neuf et indiscipliné (et praeterquam quod aui regno magis necessariam fuisse pacem credebat cum in nouo tum feroci populo) ; mais surtout, la paix s’était offerte à Numa sans aucun mal, tandis que lui ne l’obtiendrait pas aisément (etiam quod illi contigisset otium sine iniuria id se haud facile habiturum) ; on mettait à l’épreuve sa patience, l’épreuve faite on le méprisait ; les circonstances demandaient un Tullius plutôt qu’un Numa ». Ici aussi, le traducteur opte deux fois pour paix, la première fois pour traduire pax et la seconde fois pour otium.

74 Fuchs 1926, 184-185.

75 Clark 2007, 4-11 et 54.

76 De Souza 2008, 78.

77 Tite-Live, I, 13 ; I, 31 ; I, 38 ; I, 42 ; II, 15 ; II, 18 ; II, 48 ; III, 32 ; III, 48 ; III, 51 ; IV, 12 ; V, 2. Voir Cornwell 2017, 20.

78 Avec des références : César, De Bello ciuili, III, 57, 4 ; Tite-Live, II, 15, 5 ; VI, 30, 9 ; Tacite, Hist., I, 60 ; Annales, I, 24 ; Suétone, Aug., XXV, 1 et Othon, VIII, 1.

79 Lucain, I, 239 : rupta quies populi, stratisque excita iuuentus / deripuit sacris adfixa penatibus arma / quae pax longa dabat et VI, 283 : accendit pax ipsa loci, mouitque furorem / Pompeiana quies et uicto Caesare somnus.

80 Stace, Silv., III, 5, 86 : pax secura locis et desidis otia uitae / et numquam turbata quies somnique peracti ; Theb., XII, 7 : […] quamuis tunc otia tandem / et primus post bella sopor, tamen aegra quietem / pax fugat et saeui meminit uictoria belli.

81 César, De Bello ciuili, III, 57, 4 : quietem Italiae, pacem prouinciarum salutem imperii uni omnis acceptam relaturos.

82 Lucain, II, 650 ; voir aussi I, 250 : pax alta per omnes et tranquilla quies populos.

83 Stace, Theb., III, 448 : hinc pacis tranquilla mouent, atque inde pudori / foeda quies, flectique noua dulcedine pugnae / difficiles populi.

84 Velleius Paterculus, Hist. Rom., II, 25, 1.

85 Velleius Paterculus, Hist. Rom., II, 103, 5 : omnibus hominibus salutis, quietis, pacis, tranquillitatis, adeo ut nec plus sperari potuerit.

86 Velleius Paterculus, Hist. Rom., II, 125, 5.

87 Tacite, Germania, XL, 4 : non bella ineunt, non arma sumunt ; clausum omne ferrum ; pax et quies tunc tantum nota, tunc tantum amata.

88 Tacite, Germania, XIV, 2 : si ciuitas in qua orti sunt longa pace et otio torpeat, plerique nobilium adulescentium petunt ultro eas nationes, quae tum bellum aliquod gerunt, quia et ingrata genti quies et facilius inter ancipitia clarescunt magnumque comitatum non nisi ui belloque tueare.

89 Cicéron, Provinces consulaires, 31.

90 Tite-Live, XXX, 30, 9 : agimus ii quorum et maxime interest pacem esse, et qui quodcumque egerimus ratum ciuitates nostrae habiturae sunt : animo tantum nobis opus est non abhorrente a quietis consiliis.

91 Flobert 2000, 1616.

92 Lucrèce, II, 1093 et, encore plus clairement VI, 73 ; Stace, Achilleis, I, 808 et 817 ; Cicéron, Q. fr., I, 1, 5. Voir également la référence déjà citée de Velleius Paterculus, Hist. Rom., II, 103, 5 : omnibus hominibus salutis, quietis, pacis, tranquillitatis, adeo ut nec plus sperari potuerit nec spei responderi felicius.

93 Cicéron, Ad fam., IX, 10, 3 ; Lucrèce, I, 32.

94 Tite-Live, XXXIV, 7, 1 : pacis et tranquillitatis publicae fructus ; Lucain, I, 131 (en adjectif en lien avec toga et pax) ; I, 249 : […] pax alta per omnes / et tranquilla quies populos.

95 Lucain, I, 31 ; Tite-Live, VI, 25, 11 : omnia constanti tranquilla pace ut eo uix fama belli perlata uideri posset ; Lucain, I, 171 : non erat is populus quem pax tranquilla iuuaret, / quem sua libertas inmotis pasceret armis ; Stace, Theb., III, 447 (voir supra) ; Salluste, Catilina, XVI, 5 : Cn. Pompeius in extremis terris bellum gerebat tutae tranquillaeque res omnes.

96 Tite-Live, III, 40, 11 : bellis quae immineant perfectis, re publica in tranquillum redacta ; VI, 25, 11 ; VIII, 17, 6 ; IX, 41, 8 ; XXVIII, 5, 7 ; XXVIII, 8, 14 ; XXIX, 1, 16.

97 Tite-Live, II, 49, 2 : populo Romano tranquillam pacem agente omnes finitimos subigi populos posse ; Sénèque, Oct., 279 : edat partu pignora pacis, qua tranquillus gaudeat orbis seruetque decus Roma aeternum ; Pline, Pan., XVI, 3 : imperatorem ueram ac solidam gloriam reportantem, pacem tranquillitatem et tam confessa hostium obsequia, ut uincendus nemo fuerit.

98 Tite-Live, II, 63, 3 : consules coacti extemplo ab senatu ad bellum educta ex urbe iuuentute tranquilliorem ceteram plebem fecerunt ; IV, 43, 3 : in urbe ex tranquillo necopinata moles discordiarum ; VI, 34, 1 : bellis tranquilla omnia foris erant.

99 C’est en particulier par l’intermédiaire des Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel que ce thème est connu : « La cagione della disunione delle repubbliche il più delle volte è l’ozio e la pace ; la cagione della unione è la paura e la guerra » (Discorsi II, 25). Noter l’emploi machiavélien de « ozio e pace », à l’évidence un calque de otium et pax. Voir à ce propos Pedullà 2018.

100 Tite-Live, III, 65, 6 : seditionibus continuere, urbano otio foris quoque omnia tranquilla esse adfirmantes ; II, 64, 2 : seditiosa initia, bello deinde externo tranquilla. Chez Tacite, Annales, I, 3, on trouve aussi l’opposition entre tranquillitas et guerre civile : domi res tranquillae … iuniores post Actiacam uictoriam, etiam senes plerique inter bella ciuium nati.

101 Cicéron, Pro Murena, I, 9.

102 Platon, Lois, I, 628c.

103 Alonso 2007, 225-227.

104 Voir Spitzer 2012, 22-24.

105 Cicéron, Rep., II, 42, 69. Pour le contexte, voir Delatte 1979.

106 À la suite de Momigliano 1942, 119, qui avait déjà insisté sur le caractère socialement plus inclusif de la concordia, l’ouvrage très complet d’Akar 2013 apporte des nuances très utiles, en montrant que la concordia vise certes à la base – et de manière prédominante – la cohérence de la classe dominante afin « d’empêcher les revendications violentes de la part du peuple » et de rendre « inutile l’action des tribuns » (448) mais cela n’empêche que la notion a également pu être mobilisée, surtout à partir de l’époque des Gracques, pour revendiquer une prise en compte des intérêts populaires (449).

107 Jal 1961. Les paragraphes suivants s’appuient notamment sur cet article.

108 Cornwell 2017, 21.

109 Cicéron, Loi agraire, II, 4, 9, met en opposition pax externa et otium domesticum.

110 Tacite, Hist., II, 37, 2, met en parallèle quies / discordia et pax / bellum.

111 Tite-Live, IV, 7, 1 : quorum in magistratu concordia domi pacem etiam foris praebuit ; VII, 27, 1 : exercitibus dimissis, cum et foris pax et domi concordia ordinum otium esset.

112 Cornwell 2007, 47-53.

113 Ibid., 22-23.

114 Cicéron, Phil., XIV, 7, 20.

115 Cicéron, Phil., II, 113 : Pax est tranquilla libertas, seruitus postremum malorum omnium, non modo bello sed morte etiam repellendum ; II, 44, 133 ; Ad Brut., II, 5, 1 ; Lucrèce, I, 456. Sur libertas, voir l’ouvrage incontournable d’Arena 2012, et sur le lien entre paix et liberté, l’article classique de Momigliano 1992.

116 Cicéron, Phil., VII, 6, 19 ; XII, 7, 17 ; XIV, 7, 20 : sub nomine pacis bellum lateret ; XIII, 1, 1 : condicio indiciosa pacis ; Salluste, Hist., I, 55, M.25 : quae si uobis pax est composita intelleguntur, maxuma turbamenta reipublicae probate … accipite otium com seruitio.

117 Cicéron, Phil., VII, 3, 9 : periculosa pax.

118 Cicéron, Phil., XIV, 7, 20 : pestifera pax.

119 Selon Jal 1961, 212, « la pax reste toujours alors la pactio, l’équilibre et le contrat d’un “traité” de paix entre les belligérants ; les jeux de mots auxquels se livrent à cet égard Cicéron ou Florus sont trop révélateurs et trop fréquents pour qu’on soit autorisé à les négliger ». Voir Cicéron, Phil., 12, 4, 9 ; 12, 6, 14 ; 13, 1, 2 ; Ad. fam., 10, 6, 1 : uictoria pax, non pactione parienda est ; Florus, 2, 34, 64 : aut pax aut pactio.

120 Cicéron, Phil., VII, 8, 23.

121 Jal 1961, 219-221.

122 Lucrèce, I, 456 : libertas, bellum, concordia ; Cicéron, Ad Att., VII, 3, 2 ; VII, 4, 2 ; IX, 7b1 ; Ad fam., XI, 3, 3 ; Salluste, Hist., 1, 77, M.15 ; Tacite, Hist., I, 74, 5.

123 Jal 1961, 220.

124 Cicéron, Ad Att., IX, 9, 2 ; IX, 11a, 1-3 ; Ad fam., IV, 2, 3 ; Pour le roi Déjotarus, IV, 11 ; Sur le destin, I, 2 ; Phil., V, 15, 40-41 ; X, 4, 8 ; II, 10, 24 ; IV, 6, 1 ; Salluste, Ep. ad Caes., I, 6, 5 ; Hist., I, 55, M.24 ; 1, 77, M.5 ; Tite-Live, IV, 10, 8 ; IX, 19, 17 ; Quinte-Curce, X, 8, 23 ; Tacite, Hist., I, 56, 6.

125 Voir Hippler & Vec 2015.

126 Galtung 1964.

127 Barton 2007.

128 Jal 1961, 225 avec références à Horace, Ep., 1, 12, 19 ; Lucain, 1, 98 et Manilius, 1, 142.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Hippler, « Le champ sémantique de la paix à Rome »Kentron, 38 | 2023, 23-44.

Référence électronique

Thomas Hippler, « Le champ sémantique de la paix à Rome »Kentron [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/kentron/6616 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kentron.6616

Haut de page

Auteur

Thomas Hippler

Université de Caen Normandie, HisTeMé (UR 7455)
Institut pour la paix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search