Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Comptes rendusMarco Borea (éd.), Titus Maccius ...

Comptes rendus

Marco Borea (éd.), Titus Maccius Plautus Pseudolus. Introduzione, testo con scansione metrica completa e commento a cura di Marco Borea

Antoine Foucher
p. 227-231
Référence(s) :

Marco Borea, Titus Maccius Plautus Pseudolus. Introduzione, testo con scansione metrica completa e commento a cura di Marco Borea, Hildesheim, Olms (Spudasmata ; 193), 2022, 285 p.

Texte intégral

1Puisque Marco Borea (désormais MB) dédie son livre à J. Soubiran et qu’il revendique dans son avant-propos d’avoir pris pour modèle le commentaire métrique du Miles gloriosus (Prosodie et métrique du Miles gloriosus de Plaute. Introduction et commentaire, Peeters, 1995), il n’est peut-être pas inutile, pour commencer ce compte rendu, de rappeler avec quelles intentions J. Soubiran lui-même avait réalisé son commentaire. La première était didactique et reste pleinement d’actualité : à l’heure où l’enseignement de la métrique latine a complètement disparu de l’enseignement en France, force est malheureusement de réaffirmer, avec le même pessimisme que J. Soubiran, que la scansion des comiques latins, et notamment de Plaute, devient une épreuve insurmontable pour les étudiants, mais aussi pour nombre de leurs professeurs. Des ouvrages comme ceux de J. Soubiran ou de MB n’en deviennent que plus indispensables encore. L’autre intention exprimée par J. Soubiran était d’associer son commentaire au volumineux Essai sur la versification dramatique des Romains (CNRS, 1988) pour y vérifier le bien-fondé de ses thèses.

  • 8 Il paraît indispensable de dire, par souci déontologique, que l’auteur de ce compte rendu a été le (...)

2Bien sûr, l’ambition de MB n’est pas celle-là, même si le commentaire du Pseudolus lui permet d’intégrer certaines des analyses qu’il a développées dans sa thèse sur la clausule du trimètre et du sénaire (La clausule dans les trimètres et sénaires ïambiques grecs et latins, Université de Caen Normandie, 2017, 2 vol.8). Cependant, la complexité du travail mené par MB s’est trouvée augmentée par le choix même du Pseudolus : alors que le Miles gloriosus ne contient aucune partie en cantica mutatis modis, le Pseudolus en présente un pourcentage non négligeable (24,79 % selon les calculs de MB), ce qui, à n’en pas douter, constitue une difficulté puisque les cantica constituent un des éléments les plus complexes de la métrique plautinienne. J. Soubiran justifiait son choix du Miles gloriosus pour cette raison même : il n’était pas, à la différence de C. Questa, le spécialiste des cantica.

3L’ouvrage de J. Soubiran offrait une introduction d’environ 80 pages, aérée ; celle de MB tient en 48 pages, denses. Elle commence (p. 13-18) par un examen général de la métrique de Plaute dans le Pseudolus : pourcentages des différentes parties constitutives d’une pièce antique (diuerbia, cantica, cantica mutatis modis) et rapports de celles-ci avec la structure dramatique de la pièce. Elle aborde aussi, avant que l’auteur n’y revienne dans le commentaire, les variantes textuelles que MB retient et qui s’écartent du texte suivi par ailleurs, celui de C. Questa et A. Torino (2017), soit six vers (61, 62, 495, 982, 1090 et 1101).

4Le développement suivant de l’introduction (p. 18-33) est consacré, comme dans l’introduction de J. Soubiran, à la prosodie : dans un ordre légèrement différent de l’ouvrage de J. Soubiran, MB aborde tous les points importants et spécifiques de la langue plautinienne : longueur des consonnes finales, des voyelles finales, problèmes liés à certaines consonnes ou voyelles internes (par exemple groupes muta cum liquida), syncope, aphérèse. Deux autres développements obligés de cette introduction sont consacrés à deux problèmes majeurs de la métrique plautinienne, la synizèse et l’abrègement ïambique. Suivent les questions de l’abrègement par enclise et de l’hiatus. De façon un peu étonnante, alors que J. Soubiran consacre une partie de son introduction à l’élision, rien n’est dit à ce sujet dans l’introduction de MB. On retrouve ensuite, comme dans l’introduction de J. Soubiran, un court développement sur les particularités morphologiques (p. 31-33).

5La dernière partie de l’introduction de MB est consacrée à la métrique proprement dite (p. 33-60), avec deux sous-parties : tout d’abord (p. 34-43) une présentation de toutes les normes établies par la philologie allemande, celles que l’on trouve aussi exposées dans le manuel de S. Boldrini (La prosodia e la metrica dei Romani, La nuova Italia scientifica, 1992, voir notamment les pages 76-85 de l’édition allemande de cet ouvrage, Teubner, 1999), et qui concernent surtout la versification ïambo-trochaïque (J. Soubiran, sans doute par souci didactique, ne recourt pas aussi systématiquement aux dénominations allemandes de ces normes). Ces lois sont en tout cas d’une importance capitale car elles permettent de vérifier le bien-fondé d’une leçon ou d’une conjecture, et plus précisément encore, la construction verbale d’un vers.

6Enfin sont abordés (p. 43-60) les différents mètres présents dans les cantica du Pseudolus : les vers anapestiques (il n’y a pas de renvoi au développement de J. Soubiran sur les septénaires anapestiques dans son introduction), les vers ïambo-trochaïques (autres que le sénaire ïambique et le septénaire trochaïque), les vers crétiques et bacchiaques, les vers de Reiz, éoliens et ioniques.

7Bref, l’introduction de MB est très complète, bien plus complète en tout cas que celle de D. Christenson dans son édition (Cambridge University Press, 2020, p. 53-63), mais en raison de sa technicité, elle s’adresse plutôt à des lecteurs déjà rompus à la métrique plautinienne, et le rappel de toutes les normes allemandes pourra peut-être décourager le lecteur néophyte français.

8En revanche la grande nouveauté par rapport au travail de J. Soubiran consiste dans la scansion complète du texte du Pseudolus. Puisque le principal mérite d’un tel ouvrage est de fournir aux non-spécialistes un accès aisé à la métrique de Plaute, notons avec plaisir que la scansion indique avec soin certains des phénomènes évoqués dans l’introduction et qui viennent souvent gêner la scansion de ces non-spécialistes. Ainsi les élisions, les hiatus, les synizèses et même les lieux de l’interlocution sont-ils soigneusement indiqués. On pourrait juste regretter que ce souci de clarté n’ait pas été porté jusqu’à son terme pour que l’indication des pieds, y compris dans les vers les plus répandus, rende encore plus facile la lecture que la multiplication des brèves peut par exemple contrarier. Cependant, même ainsi présentée, la scansion est beaucoup plus facile à appréhender que le système choisi par D. Christenson dans son édition (p. 57).

9Le commentaire proprement dit occupe les pages 107 à 272 du volume. Par sa nature même, un véritable commentaire métrique, il est beaucoup plus riche que les quelques indications qui sont présentes dans l’édition commentée de D. Christenson et qui concernent toutes les mêmes faits (abrègement ïambique, hiatus pour l’essentiel). Même s’il établit peut-être moins systématiquement le rapport avec les variantes de la tradition textuelle que le commentaire de J. Soubiran, celui de MB apporte les éclaircissements nécessaires à la compréhension de la métrique du Pseudolus, ce que ne fait pas l’édition de D. Christenson quand elle relève la violation de telle ou telle règle. Parfois même le commentaire de MB s’étend bien au-delà du seul Pseudolus. Ainsi, à propos du vers 1020 et de la scansion de la préposition erga, c’est tout le corpus plautinien qui est examiné pour fournir les éléments de comparaison nécessaires.

10Deux autres éléments sont particulièrement appréciables dans le commentaire de MB : c’est, paradoxalement, qu’il arrive à sortir d’une métrique trop « clinique », d’une part en portant son attention aux phénomènes sonores qui viennent soutenir le discours comique, d’autre part, en faisant précéder chaque unité dramatique ou métrique d’un commentaire qui prend en compte l’économie de la pièce, la dramaturgie, l’identité des personnages qui parlent, de sorte que les faits métriques commentés sont contextualisés et qu’ils ne sont pas en quelque sorte désincarnés.

11Le commentaire est suivi par un index siglorum (p. 273) et par un appendix (p. 275-277). Dans ce dernier on trouve recensées toutes les particularités métriques de la pièce et notamment les vers concernés par les violations des différentes lois de la versification ïambo-trochaïque mentionnées dans l’introduction. De façon plus étonnante, on y trouve aussi la mention des passages en sénaires ïambiques et en septénaires trochaïques, et seulement de ces deux mètres. Cela ne saurait toutefois remplacer un conspectus metrorum, qui aurait pu, d’emblée, fournir une vue d’ensemble des mètres utilisés dans la pièce.

12Une bibliographie vient clore l’ouvrage (p. 279-285). On peut y relever quelques oublis, non par méconnaissance mais par mégarde : tout d’abord MB ne cite pas sa thèse, qu’il a consacrée à la clausule du trimètre et du sénaire, alors qu’il l’utilise à de nombreuses reprises dans son commentaire. Il oublie ensuite de citer l’ouvrage d’A. Thierfelder (De rationibus interpolationum Plautinarum, Teubner, 1929), qu’il utilise également dans le commentaire (avec une malheureuse coquille sur le titre latin abrégé). Enfin, il n’aurait pas été non plus inutile de citer, comme le fait J. Soubiran, les grandes éditions allemandes de la fin du XIXe siècle, et surtout celle de Leo, qui sont aussi utilisées dans le commentaire. Signalons pour finir que la facture matérielle de l’ouvrage est quasiment irréprochable.

13Quelles que soient les qualités, nombreuses, de ce commentaire, toutes les difficultés de scansion, on peut s’en douter dans le cas d’une comédie de Plaute, n’ont pas été entièrement levées, tant l’établissement du texte est discuté, tant les désaccords entre les métriciens spécialistes de Plaute demeurent sur certains points comme la synisèze, le s caduc ou l’abrègement ïambique, qui apparaissent souvent comme des solutions concurrentes. Il arrive aussi, comme c’est le cas pour le vers 479, que la scansion donnée ne corresponde pas au commentaire qui en est fait : ais est effectivement scandé comme iambe (sans doute la bonne solution) alors que la forme verbale est donnée comme pyrrhique dans le commentaire. C’est que précisément ce vers est un bon exemple de ces difficultés de scansion : la solution retenue par D. Christenson pour si quid uis (anapeste avec abrègement par enclise et abrègement iambique) me semble préférable parce que d’une part elle maintient un rogo iambe au pied IV, en écho du roga final, et que de l’autre, elle offre une scansion inversée de deux groupes qui se font également écho : sed quid a/is (dactyle) vs si quid uis (anapeste), tout en faisant bien correspondre les phénomènes d’abrègement avec un débit rapide et un début de membre syntaxique. C’est fort justement aussi que l’on trouve dans l’appendix une entrée « loci desperati » (même si on s’étonne de la présence dans cette rubrique du vers 14, qui n’est d’ailleurs pas commenté).

14Il est en tout cas certain que cet ouvrage rendra de nombreux services, en offrant une scansion complète d’une pièce de Plaute avec un commentaire métrique (c’est, sauf erreur de ma part, une première) ; il servira désormais aussi à celui qui entreprendra un commentaire littéraire de la pièce.

Haut de page

Notes

8 Il paraît indispensable de dire, par souci déontologique, que l’auteur de ce compte rendu a été le directeur de thèse de Marco Borea.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Foucher, « Marco Borea (éd.), Titus Maccius Plautus Pseudolus. Introduzione, testo con scansione metrica completa e commento a cura di Marco Borea »Kentron, 38 | 2023, 227-231.

Référence électronique

Antoine Foucher, « Marco Borea (éd.), Titus Maccius Plautus Pseudolus. Introduzione, testo con scansione metrica completa e commento a cura di Marco Borea »Kentron [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 22 décembre 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/kentron/6978 ; DOI : https://doi.org/10.4000/kentron.6978

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search