Navigation – Plan du site
Études

Quelques « kernoi » de moins ? Mise en cause de l’authenticité d’un « diadème » en or

Christina Mitsopoulou
p. 113-157

Résumés

L’objectif de cet article est la réévaluation iconographique, archéologique et historique d’une paire de bandes en or (« diadèmes »), de la Collection Hélène et Antoine Stathatos, du Musée National Archéologique d’Athènes (St-342_a–b). Publiés en 1953 et exposés depuis 1957, ils furent progressivement intégrés dans la discussion interprétative concernant les vases rituels du sanctuaire de Déméter et Korè d’Éleusis. En 2010, ils furent discutés de nouveau, dans un article de la Revue Kernos, dédié à ces vases. La scène identique qui orne les deux lames semble faire référence au rituel final des Mystères d’Éleusis, les plémochoès ; elle est pourtant sans parallèle dans l’art grec antique. La réévaluation du support comme du décor iconographique a mené progressivement à une mise en cause de leur authenticité. Il doit s’agir d’une œuvre produite aux temps modernes, vers 1915.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en octobre 2019.

Plan

Description du support
Description de la scène
Premières investigations
Premières hésitations : arguments en faveur de l’authenticité
À la recherche des éventuels faussaires (2013–2016)
Conclusion
Annexe
Publications relatives à la scène éleusinienne du « diadème Stathatos »

Aperçu du texte

Un bref article de Georgios Bakalakis, paru en 1991 dans la revue Kernos, a ouvert la voie d’une recherche archéologique de longue durée. Il concernait la catégorie des vases cultuels appelés kernoi dans le cadre des Mystères d’Éleusis, vases auxquels la revue doit son nom. Grâce à cet article, des fragments modestes de ce type de vases, provenant d’un site cycladique peu connu à l’époque, avaient pu être identifiés en 1994. Depuis lors, je n’ai de cesse de mieux comprendre cette forme de vase spécial, comme forme utilitaire, comme ustensile destiné au rite et comme symbole iconographique. Les approches adoptées sont soit méthodologiques, soit issues d’observations des realia et des données archéologiques.

En septembre 2009, les premières conclusions des investigations préliminaires sur ces vases rituels furent présentées dans le cadre d’un colloque du CIERGA. Dans les actes qui s’en sont suivis fut publié pour la première fois le dessin d’une scène figurée à sujet éleusinien (Fig. 2...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christina Mitsopoulou, « Quelques « kernoi » de moins ? Mise en cause de l’authenticité d’un « diadème » en or », Kernos, 30 | 2017, 113-157.

Référence électronique

Christina Mitsopoulou, « Quelques « kernoi » de moins ? Mise en cause de l’authenticité d’un « diadème » en or », Kernos [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2019, consulté le 26 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/kernos/2493 ; DOI : 10.4000/kernos.2493

Haut de page

Auteur

Christina Mitsopoulou

Université de Thessalie, Volos (Grèce)
Département d’Histoire, Archéologie et Anthropologie Sociale

christinamitsopoulou@yahoo.com
chmitsop@uth.gr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals