Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

La città inquieta. Selinunte tra lex sacra e defixiones

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 345-346
Référence(s) :

Alessandro Iannucci, Federicomaria Muccioli, Matteo Zaccarini (a cura di), La città inquieta. Selinunte tra lex sacra e defixiones, Milan, Mimesis Edizioni, 2015. 1 vol. 14 × 21 cm, 351 p. (Diádema, 2). ISBN : 978–88–5753–449–7.

Texte intégral

  • 1 Le sommaire du volume se trouve intégralement repris dans Kernos 29 (2016), p. 484, et ne sera donc (...)

1La cité de Sélinonte a été particulièrement mise en pleine lumière voici quelque vingt-cinq ans par la publication de ladite lex sacra qui continue de faire couler quantité d’encre tant son interprétation est difficile. Par ailleurs, des tablettes de défixion contemporaines de la lex sacra proviennent également de la cité et cet ensemble documentaire justifie, selon les éditeurs, le titre de « Cité inquiète » qu’ils ont choisi pour désigner cet ouvrage collectif. Les treize articles qui composent le volume1 sont assortis de deux appendices qui livrent le texte de la lex sacra, une traduction en italien de ses deux faces et une traduction anglaise de sa face A (certains articles proposent eux aussi des traductions), ainsi que des photographies peu utilisables sur un plan épigraphique. On regrettera vivement l’absence d’indices qui auraient facilité la consultation du livre.

2Ceci étant dit, il s’agit d’une mise en contexte bienvenue de documents exceptionnels, tant par leur nature que par leur date et leur concentration dans une même cité. Ce riche volume livre en effet des réflexions sur le contexte colonial de la cité, sur ses rapports avec Carthage et ses autres voisins siciliens, sur l’aristocratie et les familles de la cité à la fin de la période archaïque, sur le paysage sacré formé par les sanctuaires près du fleuve Modion, notamment celui de la Malophoros et le fameux Campo delle stele associé à Zeus Meilichios. S’y ajoutent des analyses davantages formelles, paléographiques, épigraphiques et dialectologiques de la lex sacra et des defixiones, ansi que des réflexions sur les implications religieuses de ces textes dans le cadre socio-politique qui les a vus naître. La grande difficulté à laquelle se heurte toute analyse de ce type est l’indigence de la documentation écrite non épigraphique sur la cité archaïque, qui ouvre la porte à une surdétermination des inscriptions mises au jour. La tentation est grande de leur faire dire davantage que ce qu’elles offrent effectivement. Nombre de questions reviennent ainsi de manière récurrente dans plusieurs articles et reçoivent des réponses différentes selon les auteurs.

3La première série de questions tourne autour de « l’inquiétude » qui aurait particulièrement saisi la cité en cette période. Peut-on inscrire dans une relation de cause à effet les defixiones et la lex sacra ? En clair, les démarches malveillantes de malédiction dont témoignent les defixiones sont-elle la cause des procédures de la lex sacra qui visent à libérer des personnes de l’emprise d’entités du type elasteroi ? Par ailleurs, faut-il intégrer à la réflexion sur la « purification » la tradition rapportée par Diogène Laërce (VIII, 70) selon laquelle Empédocle aurait procédé à des travaux hydrauliques visant à assainir le fleuve local ? Peut-on associer l’épisode de la mise à mort sacrilège du tyran Euryléon à l’autel de Zeus Agoraios (Hdt., V, 46) à cette « inquiétude » supposée et à la nécessité de purification dont témoigne la lex sacra ?

4Une autre série de questions touche à la structure de la lex sacra et à son statut. La structure tout d’abord : y a-t-il une relation entre ces mêmes purifications et la face A de la tablette où la seule trace de cette problématique apparaît en liaison avec les Tritopatores « purs » et « impurs » ? Le statut ensuite : s’agit-il d’un document qui concerne les familles ou la cité elle-même ? Autant la nature « privée » des defixiones est limpide, autant le registre dans lequel s’inscrit la lex sacra reste discuté.

5En conséquence, toute étude de ces documents exceptionnels et toute réflexion sur la cité de Sélinonte à la fin de la période archaïque ne pourront plus se dispenser des discussions et des hypothèses très riches et contrastées que rassemble cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Le sommaire du volume se trouve intégralement repris dans Kernos 29 (2016), p. 484, et ne sera donc pas détaillé ici.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne-Delforge, « La città inquieta. Selinunte tra lex sacra e defixiones », Kernos, 30 | 2017, 345-346.

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « La città inquieta. Selinunte tra lex sacra e defixiones », Kernos [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/kernos/2531

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS — Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals