Navigation – Plan du site
Chronique des activités scientifiques
Revue des livres
Comptes rendus et notices bibliographiques

Concours de beauté et beautés du corps en Grèce ancienne. Discours et pratiques

Vinciane Pirenne-Delforge
p. 354-356
Référence(s) :

Florence Gherchanoc, Concours de beauté et beautés du corps en Grèce ancienne. Discours et pratiques, Bordeaux, Ausonius, 2016. 1 vol. 17 × 24 cm, 228 p. (Scripta Antiqua, 81). ISBN : 978–2–35613–148–5.

Texte intégral

1Les critères de la beauté sont des productions culturelles dont les œuvres d’art attestent les déterminations variées. L’évaluation de la beauté dépasse largement le strict point de vue esthétique et convoque des normes sociales, politiques et religieuses que le présent ouvrage explore dans le cadre de la Grèce ancienne. Il s’agit dès lors « de mettre en relief les valeurs par lesquelles [les sociétés grecques anciennes] définissent les individus et leur place dans l’ordre du monde » (p. 10). Pour ce faire, l’étude s’organise en trois temps : la première partie revient sur le fameux jugement de Pâris qui reste le plus célèbre des concours de beauté dans l’imaginaire occidental, la deuxième partie se penche sur les concours de beauté féminine, tandis que la troisième et dernière partie s’interroge sur la beauté masculine au sein des cités, tant les concours organisés pour les hommes que les idéaux politiques que mobilisent les notions d’euandria et d’euexia.

2Les « Variations autour du jugment de Pâris » offrent une intéressante analyse de cet épisode mythique où la beauté finit par être un élément relativement accessoire au vu des enjeux bien plus larges du choix que le jeune Troyen doit effectuer entre Aphrodite, Héra et Athéna. Le dialogue entre les textes et les images qu’opère l’A. est particulièrement fécond et met en relief les spécificités de chacun de ces langages, tout en identifiant leurs entrecroisements. La querelle porte finalement davantage sur les timai de chacune des déesses que sur une « beauté » qui est de toute façon divine avant tout : s’affrontent dès lors « la royauté, l’érotique ou le mariage, et la guerre » (p. 47). Faut-il pour autant voir dans ce récit — en textes et en images — une confirmation des attributions des trois déesses (leur timê) « en matière de puissance et de beauté » et affirmer que « l’éris de beauté réinstaure l’ordre » ? Je serais sans doute plus prudente à cet égard, pour la simple raison qu’aucun « ordre » n’a été perturbé à l’entame de cet agôn (sauf à considérer l’eris elle-même comme une perturbation de l’ordre — mais quel ordre ?) et que je résiste à concevoir ce « jugement » comme une manière pour Zeus de réaffirmer « son ordre, sa volonté, par la répartition des timai » (ibid.). Mais ce qui est particulièrement clair et très bien mis en évidence par l’A. est la difficulté du choix de Pâris, ce qui explique qu’une série de vases le montre en train de s’enfuir…

3Les concours de beauté féminine concernent aussi bien les jeunes filles en âge de se marier que les épouses et, de manière plus anecdotique, les courtisanes. Le traitement de ces trois catégories de participantes se décline dès lors en trois chapitres. Les concours officiels sont toutefois peu nombreux et, concernant les parthenoi, l’A. élargit le propos en convoquant aussi les concours mythiques dont le prix est une numphê (Hippodamie, Atalante), les récits prétendument historiques de mariages spartiates, ou encore — et c’est peut-être plus étonnant puisqu’il ne s’agit pas d’un concours — l’exaltation de la beauté des jeunes filles du chœur imaginaire que Philostrate met en scène dans ses Tableaux pour célébrer la naissance d’Aphrodite. L’A. analyse les relations étroites entre « beauté active » des jeunes femmes mûres pour le mariage et la nécessité de canaliser la charge érotique puissante qu’elles représentent dans le cadre matrimonial (qui n’est pas forcément « rituel »). Quant aux épouses, des concours qui les mettent en scène sont attestés pour Déméter à Basilis en Arcadie, et pour Héra à Ténédos et à Lesbos. Le concours arcadien est censé remonter à l’origine de la cité puisque la première à le remporter fut l’épouse du fondateur, ce qui confère, selon l’A., une dimension politique à l’agôn. La figure de Déméter apparaît ici comme la déesse Kalligeneia, « celle qui donne de beaux enfants ». Quant à l’Héra de Ténédos et de Lesbos, on ne sait rien d’autre des concours qu’elle patronait que leur existence même. Selon l’A., ces concours d’épouses « réinstaur[ai]ent l’ordre social, politique et religieux tout en canalisant la beauté des épouses au profit de la communauté » (p. 102). L’émulation entre les courtisanes est, pour sa part, essentiellement mise en scène dans une lettre d’Alciphron et des épigrammes érotiques tardives : le jeu est alors surtout érotique et littéraire.

4Les hommes ne sont pas en reste dans cette affaire et des concours sont attestés pour les enfants, les jeunes gens, les adultes et les vieillards. L’éventail des valeurs que la cité grecque attribue à la beauté aux différents âges de la vie est ample : elles sont autant érotiques que religieuses, militaires et politiques. Concours de beauté (kallisteia, kallous agôn), épreuves de virilité (euandriai, ainsi chez Athénée) et concours de prestance (évaluation de l’euexia) sont autant d’occasions que l’A. scrute minutieusement et qui mettent en jeu la reproduction du corps civique et l’image que la cité donne et se donne d’elle-même. Dans le cadre d’une revue centrée sur la religion grecque, j’épinglerai tout particulièrement les développements sur la beauté des prêtres comme critère d’élection pour servir les dieux : il s’agit là d’un des éléments qui donnent à penser à la fois l’anthropomorphisme des dieux et l’origine potentiellement divine de la beauté humaine.

5Je discuterai un simple détail pour terminer. L’enfant de bonne famille et de belle allure qui devient prêtre d’Apollon Isménios à Thèbes était certainement un pais amphithales, comme l’indique l’A. Toutefois cette qualité d’amphithales n’est pas la traduction grecque de l’appartenance à une « belle et bonne famille » (p. 124, 125). Il s’agit de la nécessité pour l’enfant en question d’avoir toujours son père et sa mère (il est « florissant de part et d’autre »), comme il est indiqué pour nombre d’enfants engagés dans des rituels. Un cas inverse permet de comprendre la portée de l’injonction. En Messénie, une prêtresse avait dû quitter sa charge après avoir perdu un enfant (Pausanias, IV, 12, 6) : l’intégrité familiale pouvait faire partie des critères de complétude nécessaires pour assurer le service des dieux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Pirenne-Delforge, « Concours de beauté et beautés du corps en Grèce ancienne. Discours et pratiques », Kernos, 30 | 2017, 354-356.

Référence électronique

Vinciane Pirenne-Delforge, « Concours de beauté et beautés du corps en Grèce ancienne. Discours et pratiques », Kernos [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 01 octobre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/kernos/2545

Haut de page

Auteur

Vinciane Pirenne-Delforge

F.R.S.-FNRS — Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Kernos

Haut de page
  • Logo Suppléments de Kernos – Revue internationale et pluridisciplinaire de religion grecque antique
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals